Navigation – Plan du site

Dominique Pasquier, Valérie Beaudoin, Tomas Legon, « Moi je lui donne 5/5 ». Paradoxes de la critique amateur en ligne

Lionel Francou
"Moi, je lui donne 5/5"
Dominique Pasquier, Valérie Beaudouin, Thomas Legon, "Moi, je lui donne 5/5". Paradoxes de la critique amateur en ligne, Presses de l'École des mines, coll. « i3 », 2014, 158 p., préf. Alexandre Mallard, ISBN : 978-2-35671-141-0.
Haut de page

Texte intégral

1Comme le souligne très justement le sociologue Alexandre Mallard dans sa préface, alors que les applications et les sites web qui permettent aux utilisateurs d’écrire et de partager leurs critiques sont de plus en plus nombreux, et ce dans toutes sortes de domaines (hôtels, restaurants, bars, cinéma, séries TV, etc.), « on voit mal comment on pourrait mettre en doute l’efficacité des médias sociaux dans l’exercice d’une critique raisonnée sur les choix de consommation » (p. 7). Pourtant c’est ce que font ici les auteurs, d’une manière extrêmement convaincante, en présentant les résultats d’une recherche, menée en 2011 et financée par le ministère français de la culture, qui questionne l’influence des critiques mises en ligne par des amateurs sur le choix d’aller voir un film au cinéma. Cet ouvrage publié dans la collection i³, pour Institut interdisciplinaire de l’innovation, veille à se rendre accessible à tout public intéressé, au-delà des seuls spécialistes des médias, sans pour autant y sacrifier en rigueur. L’enquête s’est focalisée sur un site web incontournable en France tant pour les cinéphiles aguerris que pour les spectateurs occasionnels : Viv@films. Il s’agit d’un nom d’emprunt choisi par les auteurs « pour protéger les professionnels qui ont accepté de [leur] parler, souvent avec une très grande franchise, de leurs stratégies d’entreprise » (p. 14), sans qu’aucun doute ne subsiste pour autant chez le lecteur concernant le site dont il est question. L’internaute trouve sur cette plateforme populaire des informations sur les projections des films, des bandes-annonces et des résumés, mais aussi de très nombreuses critiques (formulées tant par des amateurs que par professionnels) et des notes (avec un maximum de 5/5).

  • 1 Les auteurs évoquent notamment l’analyse critique de l’« idéologie de la participation et de la cré (...)

2La participation et la démocratisation de la critique culturelle, « esquissant la promesse d’un nouvel ordre critique, moins inféodé aux élites culturelles, et plus proche de l’expérience cinématographique ordinaire » (p. 144), ont été encensées1. Néanmoins, cette enquête démontre que leur impact en matière de recommandation ou de prescription est extrêmement limité, en tout cas sur un public adolescent et concernant le cinéma. Les auteurs entendent apporter leur contribution à une compréhension affinée de ces mécanismes dont l’interprétation est souvent clivée entre les défenseurs de la participation et ses opposants : « Tout se passe comme s’il fallait prendre parti : pour les amateurs ou contre eux. » (p. 14). Si la possibilité d’expression critique permet la constitution d’une communauté importante et contribue à l’identité du site, les textes rédigés par ces amateurs n’auraient qu’un faible impact sur les spectateurs, surtout pour « les moins dotés culturellement » et les films à plus gros budgets ; et ce malgré la défiance grandissante vis-à-vis des critiques professionnels.

3Les auteurs ont structuré l’ouvrage autour de trois questionnements centraux auxquels correspondent autant de catégories d’acteurs impliqués dans le fonctionnement de cette plateforme : les employés du site qui en influencent la forme, les spectateurs qui évaluent des films, avec des notes ou des mots, et ceux qui sont simplement à la recherche d’informations.

4Dans le premier chapitre, il s’agit de comprendre, à l’aide d’entretiens, l’intérêt porté par les employés de Viv@films aux critiques des amateurs ainsi que le fonctionnement et le modèle économique du site. La participation des internautes est fortement encouragée, ce crowdsourcing permettant de constituer une immense base de données sur la plateforme et d’y amener du trafic à même de générer des profits (notamment par une publicité ciblée), sans que les critiques des internautes soient pour autant valorisées. Dans le deuxième chapitre, les auteurs ont cherché à mieux comprendre les pratiques des critiques amateurs qui peuvent varier fortement entre les contributeurs occasionnels et les plus assidus. Pour ce faire, ils ont constitué une base de données relationnelle à partir d’un corpus de 140 films et analysé le « contenu textuel des critiques » de ces films à l’aide d’un logiciel, relevant les « cooccurrences de vocabulaire ». Cette façon de procéder leur a permis de mettre en évidence une « hiérarchisation des mondes de la critique amateur », entre des contributions témoignant d’une « expérience subjective », d’une part, et des textes, construits similairement à ceux des professionnels, qui s’appuient sur les caractéristiques techniques des films et une connaissance approfondie du monde du cinéma. Ainsi, « les amateurs qui sont les plus investis dans l’exercice critique sont les plus proches des normes de la critique professionnelle » (p. 23), s’éloignant dès lors du monde amateur. Dans les deux derniers chapitres, le lecteur en apprend plus sur l’utilisation faite de ces critiques par les autres internautes, à la recherche d’informations pour décider quel film aller voir. En mettant des lycéens en situation de devoir choisir un film à l’aide de Viv@films et en leur demandant d’expliquer les raisons de leur choix, les auteurs ont mis en évidence le faible impact des notes et des critiques sur celui-ci, comparativement à d’autres facteurs tels que la bande-annonce et le résumé du film, mais aussi son affiche ou la présence d’un acteur ou d’un réalisateur (re)connu. De plus, c’est in fine principalement l’entourage (les amis, voire la famille) qui déterminera quels films seront jugés dignes d’attention et donc susceptibles d’être vus.

5Au final, ce petit ouvrage dynamique présente une recherche éclairante pour une sociologie des usages des technologies et pour une sociologie des pratiques culturelles attentive à la réception. Les auteurs ont le mérite de rappeler « qu’on ne peut pas supposer un usage ou un effet d’un dispositif technique simplement à partir de son existence et de ses caractéristiques complètes. C’est le sens social qu’on lui donne qui détermine à la fois son intérêt et ses formes concrètes d’usage. » (p. 88). Il semble donc que les contributions des critiques amateurs, en tout cas sur cette plateforme grand public drainant une foule d’internautes francophones, ne reçoivent pas l’audience qu’on leur imaginerait a priori, du moins parmi les adolescents. La stabilité de « l’ordre des prescriptions » serait renforcée par le fait que les critiques amateurs les plus engagés dans cette activité, loin d’être des profanes détenteurs d’une parole vraie fantasmée, de simples spectateurs lambdas, partageraient avec les professionnels des logiques similaires ; ce qui met en évidence la subsistance des hiérarchies culturelles, bien que recomposées, et permet de dépasser l’opposition traditionnelle entre amateurs et professionnels. Les « critiques réguliers » cherchent par cette activité à être reconnus plus qu’à convaincre ou à prescrire. Par ce biais, ils apprennent également à écrire sur des films et à les commenter, tout en se socialisant avec d’autres passionnés. Ainsi, « la critique peut alors être analysée comme une activité culturelle en soi, fondée sur le plaisir d’écrire et l’approfondissement d’une expérience cinématographique. » (p. 146).

6Deux limites, dont les auteurs sont conscients, sont à souligner. D’une part, les spectateurs interrogés ont été choisis parmi des lycéens car ces derniers sont plus susceptibles que d’autres catégories de la population d’aller au cinéma et d’utiliser internet. Reste à voir si les observations réalisées auprès de cette catégorie particulière de la population peuvent être élargies à d’autres groupes. D’autre part, l’enquête a été menée durant une période précise, et ce alors qu’une plateforme comme Viv@films évolue constamment. Il faut être conscient du fait que l’objet d’étude peut dès lors subir des modifications rapides et conséquentes, sans que cela ne porte pour autant atteinte aux résultats obtenus.

Haut de page

Notes

1 Les auteurs évoquent notamment l’analyse critique de l’« idéologie de la participation et de la créativité » qu’ont faite Van Dijck José et Nieborg David, « Wikinomics and its discontents: a critical analysis of Web 2.0 business manifestos. », New Media & Society, n° 11, 2009, p. 855-874.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Dominique Pasquier, Valérie Beaudoin, Tomas Legon, « Moi je lui donne 5/5 ». Paradoxes de la critique amateur en ligne », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/17355

Haut de page

Rédacteur

Lionel Francou

Doctorant en sociologie au CriDIS (Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, Institutions, Subjectivité), Université catholique de Louvain

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page