Navigation – Plan du site

Julien Tassel et François Granier (dir.), « Histoire, mémoire et passé au cœur des organisations », Sociologies pratiques, n° 29, 2014

Mahaut Chaudouët
Histoire, mémoire et passé au cœur des organisations
Julien Tassel, François Granier (dir.), « Histoire, mémoire et passé au cœur des organisations », Sociologies pratiques, n° 29, 2014, 122 p., Paris, Presses de Sciences Po, ISBN : 978-2-7246-3383-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Notamment Nora Pierre (dir.), Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1984 ou Hobsbawn Éric et Rang (...)
  • 2 Par exemple : Hartog François et Revel Jacques, Les usages politiques du passé, Paris, Éditions de (...)

1Ce dossier de la revue Sociologies pratiques est consacré aux usages du passé au sein des organisations. La problématique des usages de l’histoire et de la mémoire a déjà donné lieu à une multitude de travaux, notamment dans le cadre de l’édification nationale1 ou à propos de discours et de pratiques proprement politiques2. Ici, les auteurs se focalisent sur les usages sociaux du passé à l’échelle intermédiaire de l’« organisation » : changement d’échelle, donc, et changement d’objet d’étude. Ce choix s’accompagne d’une volonté de mêler les apports des différentes disciplines sur cette question : les auteurs usent sans distinction de concepts élaborés par des historiens (présentisme, rôle social de l’historien) ou de ceux travaillés habituellement par les sociologues (mémoire collective, éthos professionnel, etc.), et ils sollicitent des méthodes et des outils variés (archives écrites, orales, statistiques, enquêtes, etc.). Leurs travaux démontrent ainsi tout l’intérêt de la pratique de l’interdisciplinarité dans les sciences humaines et sociales : c’est sans aucun doute l’un des mérites de ce dossier.

2Le numéro s’ouvre sur une introduction de Julien Tassel, qui invite à relire le titre du dossier : ainsi la saisie du passé se fait à la fois par l’appel à la discipline historique (histoire) et à travers le travail des mémoires, individuelles et collectives. Histoire et mémoire apparaissent comme deux formes de récit du passé qui, dans les organisations, s’entremêlent, s’opposent ou se complètent. Ainsi que le rappelle Pierre Lanoy, l’un des contributeurs au dossier, « ce qui est en jeu dans les usages du passé, ce sont toujours les images du présent » (p. 37) : c’est pourquoi l’élaboration et les évocations du passé font, au sein des organisations sans doute davantage qu’ailleurs, l’objet de luttes vigoureuses et récurrentes. Le dossier est traversé par trois problématiques principales sur lesquelles il faut revenir : d’abord l’édification et la place des récits du passé au sein des organisations, puis les usages managériaux du passé, et enfin ses « contre-usages ».

  • 3 Cuche Denys, La notion de culture dans les sciences sociales, Paris, La Découverte, 2010, p. 116.

3Ainsi, comment raconte-t-on le passé de l’organisation dans l’organisation ? L’entretien collectif réalisé par Julien Tassel avec les deux historiens officiels de GDF Suez et le responsable de communication interne du groupe met en lumière les tensions qui peuvent exister entre la demande d’histoire venant de l’entreprise et les exigences de la discipline historique, et expose concrètement comment l’histoire « officielle » de l’organisation peut être infléchie. Dans le cas présenté, les ouvrages des deux historiens répondent à des commandes du groupe, ils sont donc « sous-tendu[s] par des visées stratégiques ». Cet entretien trouve un écho dans plusieurs articles qui suivent. Pierre Lannoy détaille, sur une période de plus de 70 ans (1938-2010), les rapports que Volkswagen entretient avec sa propre histoire : si le groupe avait longtemps jeté un voile ses liens avec le régime nazi, il change son fusil d’épaule dans les années 1980, se dote d’un département d’histoire et lui alloue d’importants moyens. L’article de Cherry Schreker sur la New School for Research rend compte de la même volonté, cette fois exprimée par l’encadrement d’une institution de recherche privée new-yorkaise. La maîtrise du passé passe par l’établissement et la défense d’une histoire officielle, et celle-ci est toujours une construction qui, établie depuis l’organisation dont elle est censée raconter l’histoire, est particulièrement soumise à la pression des enjeux contemporains. Ainsi, au sein des organisations l’histoire est peut-être encore davantage qu’ailleurs la « fille du présent », selon la formule de Lucien Febvre. Si la fabrique du passé est soumise aux impératifs du présent, il en est de même des usages qui en sont faits. On peut d’abord discerner des usages managériaux du passé : ils sont le fait de l’autorité en place et visent à servir les vues de celle-ci. Ces usages concernent essentiellement les directions des entreprises, même s’ils ne s’y limitent pas. Le dossier permet d’illustrer et de comprendre de quelles manières les équipes dirigeantes peuvent convoquer le passé pour créer une cohésion au sein des groupes, pour guider leurs pratiques ou pour légitimer leurs actions. Un premier exemple est donné par l’article de Mathieu Hocquelet sur la grande distribution, écrit à partir d’une étude sur Carrefour et Walmart. La légende du dirigeant self-made man et du « patron Monsieur-tout-le-monde », largement diffusée dans les entreprises de la grande distribution, a participé à créer un idéal méritocratique dans lequel les employés se retrouvent et se soudent. La mobilisation du passé par les dirigeants des entreprises entre souvent dans le cadre de l’édification d’une « culture d’entreprise », d’une socialisation forcée. La notion, apparue dans les années 1970 aux États-Unis et une décennie plus tard en France, désigne avant tout « un moyen stratégique [dont disposent les managers] pour tenter d’obtenir des travailleurs leur identification et leur adhésion aux objectifs qu’ils [définissent] »3. Si adhérer à la culture d’entreprise permet de s’intégrer au groupe, la refuser ou la contester revient à s’en exclure, comme l’atteste l’étude de Pascale Moulévrier et Charles Suaud sur le Crédit Mutuel.

  • 4 Hobsbawm Éric, « Introduction : inventer des traditions », in Hobsbawn Éric et Ranger Terence (dir. (...)
  • 5 Ibid., p. 12.

4Il ne s’agit pas seulement de créer une cohésion au sein du groupe autour d’une culture d’entreprise : les récits du passé en entreprise ont aussi pour but de guider la pratique des salariés. Malgré l’avènement du « présentisme » où « le passé [est] de moins en moins pertinent comme modèle ou exemple pour la plupart des formes du comportement humain »4, la valeur de l’exemple pris dans le passé est toujours en usage au sein des organisations, que ce soit celui du fondateur (cf. la grande distribution) ou celui donné par des précédents illustres. L’ancien régime d’historicité de l’historia magistra viatea, décrit par François Hartog dans l’entretien liminaire, semble donc avoir trouvé refuge au sein des organisations, et plus particulièrement des entreprises : citons à nouveau l’exemple des modulations de l’histoire officielle de Volkswagen. Plus largement, l’histoire présente le bon comme le mauvais exemple : ainsi, comme le décrivent Thomas Bonnet et Normand Filion dans une étude croisée sur les usages mémoriels dans trois secteurs professionnels (le funéraire, l’hôpital et la police), le groupe « se sert de ce récit pour illustrer l’idéal professionnel, il affirme les règles du métier ». Les organisations sont des instances de socialisation et leurs membres incorporent les pratiques et les valeurs en vigueur, fondée en partie sur l’existence d’une histoire construite de l’institution. Le recours au passé constitue non seulement une stratégie managériale, mais il est aussi en lui-même une légitimation de l’action des dirigeants. L’entretien avec le responsable de la communication interne de GDF-Suez révèle la volonté du groupe d’exposer une continuité entre les décisions prises actuellement et celles prises auparavant, le passé étant alors convoqué comme caution du bienfait de l’action : on pense aux « traditions inventées » d’Éric Hobsbawm dans lesquelles le passé, même fantasmé, est une source de légitimation particulièrement efficace5.

5Vecteur de légitimation du pouvoir, l’évocation du passé peut aussi servir la rupture et la contestation de l’ordre établi : on parle alors de « contre-usages » du passé, qui peuvent là encore s’appuyer soit sur l’histoire institutionnalisée, soit sur la « mémoire collective » de l’organisation. L’étude sur le Crédit Mutuel montre que « les usages managériaux de l’histoire n’empêchent pas son contre-usage permettant aux salariés et à leurs représentants syndicaux […] de revendiquer leur attachement aux origines de l’entreprise ». C’est à peu de choses près le même phénomène que décrit Mathieu Hocquelet dans son article sur la grande distribution : cette fois, les employés sont confrontés à « l’amnésie » des directions, décidées à rompre avec leur histoire. Dans son article, Régis Schlagdenhauffen explique pourquoi et comment, pour les associations gays et lesbiennes, les manifestations commémoratives sont un moyen de soutenir leurs revendications et la lutte contre les discriminations qui les visent. Il s'agit là encore, cette fois dans un le cadre d’une association, de contester un ordre établi, celui des représentations sociales qui conduisent à la discrimination des homosexuel-le-s ; « les objectifs visés relèvent bien plus de l’avenir que du passé ». C’est probablement ce même constat qui lie tous les articles de ce dossier : si l’histoire re-présente, ce n’est pas tant qu’elle rend présent à nouveau le passé mais bien qu’elle le « revitalise » en l’investissant d’enjeux contemporains. Le cadre de l’organisation s’avère donc un choix et une échelle particulièrement judicieux pour observer les représentations du passé et des usages qui en sont faits. Cette étude présente un intérêt particulier parce que les mécanismes et les stratégies qui gouvernent les organisations, tout comme les effets qu’ils produisent, y sont bien plus visibles qu’à d’autres périodes et à d’autres échelles : pour le chercheur en sciences sociales, l’organisation, et particulièrement l’entreprise, fonctionne donc comme un « laboratoire ». Mais les analyses révèlent aussi les spécificités du cadre de l’organisation sur ces questions, comme par exemple, la rapidité à laquelle peuvent se succéder différentes représentations du passé, et l’efficacité de leurs usages sur des collectifs de petite ou moyenne taille. L’enchevêtrement des histoires officielles et des récits mémoriels déplace aussi une partie des débats : les premières prennent souvent une place moins importante que les seconds, a fortiori lorsqu’ils sont « collectivisés », dans l’incorporation des pratiques et des représentations au sein des organisations. Le dossier met donc en évidence, plus que le rôle social de l’historien, l’impact de l’évocation du passé sur la socialisation des individus et sur la structuration des collectifs.

Haut de page

Notes

1 Notamment Nora Pierre (dir.), Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1984 ou Hobsbawn Éric et Ranger Terence (dir.), L’Invention de la tradition, Paris, Éditions Amsterdam, 2006.

2 Par exemple : Hartog François et Revel Jacques, Les usages politiques du passé, Paris, Éditions de l'EHESS, 2001 ; Andrieu Claire, Lavabre Marie-Claire et Tartakowsky Danièle, Politiques du passé. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2006 ; Crivello Marylise, Garcia Patrick et Offenstadt Nicolas (dir.), La Concurrence des passés. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2006.

3 Cuche Denys, La notion de culture dans les sciences sociales, Paris, La Découverte, 2010, p. 116.

4 Hobsbawm Éric, « Introduction : inventer des traditions », in Hobsbawn Éric et Ranger Terence (dir.), L’Invention de la tradition, Paris, Éditions Amsterdam, 2006, p. 22.

5 Ibid., p. 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mahaut Chaudouët, « Julien Tassel et François Granier (dir.), « Histoire, mémoire et passé au cœur des organisations », Sociologies pratiques, n° 29, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 16 mars 2015, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/17367

Haut de page

Rédacteur

Mahaut Chaudouët

Élève en master 2 d’histoire contemporaine, ENS de Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page