Navigation – Plan du site

Evelyne Peyre et Joëlle Wiels (dir.), Mon corps a-t-il un sexe ? Sur le genre, dialogues entre biologie et sciences sociales

Cécile Campergue
Mon corps a-t-il un sexe ?
Évelyne Peyre, Joëlle Wiels (dir.), Mon corps a-t-il un sexe ? Sur le genre, dialogues entre biologies et sciences sociales, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2015, 300 p., ISBN : 9782707173584.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif est le fruit d’un colloque international qui s’est tenu à Paris en juin 2011 à l’EHESS. Il est également le fruit des différentes contributions du séminaire intitulé « Sexe et Genre » de l’EHESS, qui a vu le jour en 2005. Evelyne Peyre (paléoanthropologue) et Joëlle Wiels (biologiste), toutes les deux par ailleurs militantes du mouvement féministe, introduisent les différents objectifs de l’ouvrage, rappelant que les façons dont les sciences du vivant (paléoanthropologie, neurobiologie, endocrinologie, génétique, biologie cellulaire) abordent le sexe témoignent d’une extrême variabilité et d’une grande complexité. Ces études, soulignent les chercheuses, peinent pourtant à trouver écho dans notre société qui persiste à répartir les individus en deux catégories distinctes : homme et femme. Signalons pourtant quelques exceptions notables : l’Australie, depuis 2011, qui autorise sur le passeport la mention « X », pour genre inconnu ou non spécifié, et l’Allemagne, depuis 2013, où l’état civil admet la mention « sexe indéterminé » lors de la déclaration de naissance d’un nourrisson intersexué. La pensée binaire dominante, qui peut apparaître comme naturelle, s’avère éminemment construite : socialement, culturellement mais aussi biologiquement, pourrait-on dire. Les auteurs rappellent que l’objectif n’est pas de nier qu’il existe des femelles et des mâles (qui produisent des gamètes différentes) mais de faire le point sur l’état des savoirs dans différentes disciplines qui travaillent sur les biologies du sexe afin de mieux comprendre comment la société gère ces notions de mâle et de femelle, c’est-à-dire comment elle construit des places différentes et les assigne aux personnes selon un système hiérarchisé : le genre.

  • 1 Françoise Héritier, Masculin, Féminin. La pensée de la différence. Paris, Odile Jacob, 1996.

2Quatre parties structurent ce collectif dont les contributeurs sont des chercheurs en sciences humaines et sociales et en sciences du vivant. La première est consacrée à la « Construction du corps sexué » et souligne que le sexe est une innovation de l’évolution. La fabrication du sexe chez les animaux révèle bien des surprises car elle montre que beaucoup de mécanismes sont mis en œuvre pour aboutir à l’existence d’individus ayant des organes génitaux différents. La détermination génétique est une affaire compliquée, tout comme l’est la procréation chez l’homme. La fabrication d’un être humain prend sa source dans la méiose, un mode de division cellulaire qui permet à certaines (les cellules dites « germinales ») de diviser leur stock de chromosomes par deux et de produire ainsi des gamètes : ovules (femelles), spermatozoïdes (mâles). Ces gamètes fusionnent et créent un œuf (zygote) qui contient des lots d’informations génétiques provenant de chaque parent. La gonade primitive est d’abord indifférenciée mais alors, comment devient-on donc homme ou femme ? Il existe à ce sujet de nombreuses recherches en biologie mais beaucoup reflètent les stéréotypes de genre et illustrent la domination masculine et ses effets sur les études scientifiques : le concept du développement femelle comme développement « par défaut » a par exemple longtemps dominé la pensée scientifique, favorisant les recherches sur la formation des testicules au détriment des recherches sur l’ovaire. L’idéologie patriarcale, qui imprègne toutes les sociétés – ce que Françoise Héritier nomme « la valence différentielle des sexes »1 –, continue de se manifester malgré les progrès vers l’égalité Homme/Femme, les luttes féministes et les avancées technologiques qui ont mis en évidence l’immense complexité du processus mis en jeu, conduisant la plupart des scientifiques à admettre que la biologie ne peut pas « prouver » que les individus se répartissent strictement en deux classes de sexe, témoigne Joëlle Wiels. Pierre Jouannet revient sur le développement des organes génitaux, qui se transforment au bout de sept semaines en testicules ou en ovaires, processus qui dépend de facteurs génétiques et hormonaux complexes (avec des variations et des anomalies anatomiques et fonctionnelles). La médecine considère d’ailleurs comme une « pathologie du développement sexuel » toutes les variantes dans la formation des organes génitaux.

3La deuxième partie fait état du « Sexe qui envahit tout le corps », c’est-à-dire du sexe qui participe de nos identités sexuées. Claire Vidal revient par exemple sur la célèbre question Le cerveau a-t-il un sexe ? et met en scène des préjugés tenaces, malgré l’avancée des connaissances en neurosciences (par exemple, une femme serait incapable de lire une carte routière mais douée pour le langage et un homme serait naturellement bon en maths). La construction sociale de nos identités sexuées est ainsi présentée et analysée. Claire Vidal milite pour que les biologistes s’engagent aux côtés des chercheurs en sciences humaines et sociales afin de contribuer à construire une culture de l’égalité des sexes. July Bouhallier traite ensuite de la clé de voûte du corps humain : le bassin osseux (objet de sa thèse de doctorat) et questionne les préjugés à son égard (par exemple le fait qu’il n’est pas aussi dissemblable qu’on aimerait qu’il fût entre les femmes et les hommes) soulignant l’importance de l’incompréhension interprétative des fonctions mécaniques et procréatives du bassin : par exemple, pour les anthropologues, il n’est pas bien adapté au grand volume cérébral des petits humains à naître alors qu’il est rarement fautif dans les mortalités maternelles et infantiles (il est doté d’un mécanisme évolutif permettant l’agrandissement de ses ouvertures quand cela est nécessaire et, contrairement au sens commun, le fait d’avoir des hanches larges n’a aucun impact sur la capacité à enfanter par les voies naturelles car c’est la largeur de la cavité pelvienne qui compte). D’autres chercheurs s’intéressent à la voix (a-t-elle un sexe ?) et au corps dansant (dont les discours courant et scientifiques persistent à utiliser des métaphores sexuées pour désigner les corps en mouvement), soulignant que bien des facteurs autres qu’anatomiques impactent la voix et le corps.

4La troisième partie traite de la différence entre les cultures et les natures, la femelle et le mâle en abordant par exemple, avec Franck Cézilly, le dimorphisme sexué et la différence entre les rôles mâles et femelles chez les animaux. L’auteur rappelle que la théorie de l’évolution de Darwin est trop souvent vulgarisée, soumise à de nombreux amalgames, et qu’elle doit être prise pour ce qu’elle est. Michel Kreutzer souligne que, chez l’animal comme chez l’humain, le sexe n’apparaît pas comme un indicateur fiable des activités parentales des individus, ni de leurs statuts hiérarchiques ou de leurs orientations sexuelles. C’est pourquoi il préfère le terme de genre, bien plus utile pour comprendre la diversité de ces comportements.

5Dans la quatrième et dernière partie, « De l’identité aux représentations », Christine Detrez, rappelle les polémiques françaises autour du terme « genre » – et de sa méconnaissance – et nous plonge au cœur des encyclopédies du corps humain destinés aux enfants. Elle y pointe la reprise des stéréotypes sexués : par exemple, comment le corps des femmes est toujours présenté comme maternel. La procréation, écrit-elle, est toujours racontée comme « l’odyssée du spermatozoïde (masculin, dynamique, compétitif) » dans l’ovule (féminin, passif, immobile) alors même que les connaissances sur la procréation ont contredit depuis des décennies l’idée d’un ovule passif et immobile. L’essentialisation et la naturalisation de la féminité et de la masculinité dominent ces ouvrages, qui reflètent à quel point les stéréotypes ont la vie dure et résistent depuis des décennies sur le terrain de la science. Louise Cossette rappelle que rien n’indique que les femmes et les hommes soient prédisposés à remplir certaines fonctions sociales distinctes et souligne la persistance de la socialisation différenciée des filles et des garçons. L’aspect juridique du sexe est traité par Stéphanie Nicot sous l’angle de l’état civil (le sexe n’est défini par aucun texte de loi en France mais sa mention est prescrite dans le code civil pour les actes de naissance), notamment pour les transgenres qui décident de changer de sexe. L’idéologie transphobe, qui repose sur la division sexuée des rôles et des tâches, la hiérarchisation des sexes et l’idéologie sexiste, etc., impacte la vie des transgenres, observe Nicot. Le témoignage personnel de Vincent Guillet met en exergue le poids des normes médicales et sociales dans le traitement des êtres intersexués.

6Dans la postface, Éric Fassin souligne l’importance de cette publication, la première en France à proposer un état des savoirs sur le sexe biologique en partant de la conception de la vie, en montrant sa complexité et sa diversité. Il est impossible de penser le sexe sans le genre et les études féministes ont permis de questionner le genre et ses différentes modalités mais aussi le sexe, dont l’histoire naturelle « s’avère aussi une histoire sociale », conclut Eric Fassin.

7Un ouvrage fascinant à bien des égards, aux contributions riches et diversifiées, qui intéressera toutes celles et ceux qui travaillent sur le genre ou le sexe, en sciences humaines et sociales aussi bien qu’en sciences du vivant.

Haut de page

Notes

1 Françoise Héritier, Masculin, Féminin. La pensée de la différence. Paris, Odile Jacob, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Campergue, « Evelyne Peyre et Joëlle Wiels (dir.), Mon corps a-t-il un sexe ? Sur le genre, dialogues entre biologie et sciences sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 19 mars 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/17410

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page