Navigation – Plan du site

Karl Polanyi, For a New West

Igor Martinache
For a New West: Essays, 1919-1958
Karl Polanyi, For a New West: Essays, 1919-1958, Polity, 2014, 272 p., ISBN : 9780745684437.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Maucourant Jérôme, Avez-vous lu Polanyi ?, Paris, La Dispute, 2005
  • 2 « Capitalisme » d’Ilan Ziv, pour plus d’informations, voir : http://info.arte.tv/fr/clone-capitalis (...)
  • 3 Ponalyi Karl, La Grande Transformation, Paris, Gallimard, 1983 [éd.originale : 1944]

1« Avez-vous lu Polanyi ? ». Telle est l’interpellation interrogative par laquelle Jérôme Maucourant (ou son éditeur…) avait décidé d’intituler son stimulant petit essai hagiographique consacré à la vie et – surtout- l’œuvre de l’économiste autrichien, Karl Polanyi, montrant en particulier toute l’actualité de sa critique radicale de la croyance au marché autorégulateur1. Malheureusement, au vu du nombre d’adeptes que cette dernière continue de rassembler, on peut deviner que la réponse doit être le plus souvent négative. Et ce, même si le sixième et dernier volet de la série documentaire remarquée d’Ilan Ziv sur les racines du capitalisme qu’Arte a diffusée en octobre 2014 était entièrement consacré au penseur viennois2. Voici donc une nouvelle occasion de se rattraper avec cette nouvelle publication : il s’agit en fait d’une vingtaine de textes divers ayant notamment servi de supports à des conférences ou des cours rédigés entre 1919 et 1958 par l’auteur de La Grande Transformation3, dont les manuscrits ont été extraits des archives de l’Institut Karl Polanyi de l’Université de Concordia, à Montréal, par Giorgio Resta et Mariavittoria Catanzaritti – qui les avaient initialement publiés en italien-, et agrémentés d’une préface de la propre fille de Karl, Kari Polanyi Levitt.

  • 4 On ne rappellera jamais assez, surtout dans la période actuelle, combien cette catégorie est problé (...)

2Loin de ne constituer qu’une redite des réflexions déjà lues de cet auteur inclassable, ces différents textes viennent éclairer de nouveaux pans de ses réflexions, en montrer l’évolution au fil des décennies, et enfin soulever certaines questions et contradictions dont l’actualité ne peut manquer une fois de plus d’étonner. Rappelons à (trop) grands traits le cœur de sa thèse : la « Grande Transformation » en question désigne la réaction d’auto-défense de la société intervenue dans différentes sociétés dites « occidentales »4 au mouvement d’autonomisation du « marché » à partir du siècle précédent. Jusque-là « enchâssées » (embedded) dans d’autres types de relations sociales, c’est-à-dire subordonnées à d’autres logiques que la seule quête de l’intérêt matériel individuel, les activités de production et d’échange ont en effet été progressivement dégagées de cette dernière, avec la mise en marché progressive d’un nombre croissant de ressources, en particulier la force de travail – « qui n’est qu’une autre manière de désigner l’humain » rappelle Polanyi-, et la terre, « l’autre nom de la nature », ainsi que la monnaie, sur laquelle il insiste cependant moins ici. Cette Grande Transformation, qu’à l’instar d’un autre grand Karl, dont il se démarque toutefois, Polanyi analyse de manière contemporaine, a cependant pris des formes très différentes : fascisme en Italie ou en Allemagne, socialisme étatique en Union Soviétique ou « New Deal » aux États-Unis.

  • 5 À savoir que l'économie serait « la science qui étudie le comportement humain en tant que relation (...)
  • 6 Sobel Richard, « Penser comme ou penser avec Karl Polanyi », Cahiers lillois de sociologie, hors-sé (...)
  • 7 Discipline dont on peut noter que ses tenants ont eux-mêmes cherché à la « désencastrer » des autre (...)

3S’inscrivant en faux contre la définition de l’économie à partir de la rareté, proposée notamment par le néoclassique et très libéral Lionel Robbins5 et encore largement enseignée dans les amphithéâtres de France et de Navarre, Karl Polanyi mettait en avant une approche dite substantialiste, de l’économie comme « un certain domaine de la vie sociale en général, un ensemble circonscrit de pratiques, de règles et d’institutions dont l’objet est la production, la distribution et la consommation des ressources, biens ou services, nécessaires à la vie individuelle et collective »6, qui n’a pas attendu la prétendue « science » consacrée à son étude pour exister7. Ni libéral, ni marxiste, Karl Polanyi aspirait à un socialisme décentralisé, permettant de ne pas sacrifier la démocratie sur l’autel de la liberté économique. C’est précisément la tension entre ces deux aspirations, et la question du progrès technique, qui est au cœur des textes rassemblés dans la première partie de l’ouvrage. Le premier, « For a New West », « Pour un nouvel Occident », qui donne son titre au recueil constitue ainsi une dénonciation ramassée de l’impérialisme culturel exercé par la société industrielle, fondée sur les trois piliers que constitue la science, le progrès technique et une organisation économique centrée autour de l’utopie du marché autorégulateur, et un appel à ce que cette partie du monde plus « avancée » opère un véritable virage culturel. Ce propos est davantage développé dans les textes suivants, posant avec acuité le « problème de la liberté », c’est-à-dire « notre capacité à maintenir l’héritage de la liberté dans un monde en mutation », cet héritage étant lui-même entendu non pas comme une valeur abstraite mais comme un complexe d’ « institutions concrètes, de libertés civiles […], [à commencer] par la capacité à suivre ses convictions personnelles à la lumière de sa conscience » (p. 39). Bref, des libertés réelles et non théoriques, suivant la distinction déjà bien mise en évidence par Marx. Or, la question cruciale qui se pose est celle de savoir jusqu’à quel point ces libertés politiques sont compatibles avec la liberté d’entreprise économique comme le développe brillamment Polanyi, exhumant au passage une lettre édifiante d’un lord britannique à l’un de ses amis new-yorkais en 1857.

4La deuxième partie de l’ouvrage regroupe pour sa part des textes plus directement centrés sur la question des institutions. Le premier texte, un discours prononcé en 1950 devant les membres de la Société des diplômés en économie (Graduate Economics Society) de l’Université de Columbia, traite ainsi directement des apports de l’analyse institutionnaliste à la discipline économique. Polanyi y prend en particulier appui sur le cas de la monnaie pour rappeler combien certains anthropologues en avaient démontré la complexité contrairement aux économistes, en particulier les néoclassiques qui croient à sa « neutralité », c’est-à-dire le fait qu’elle serait un simple voile jeté sur les activités de production et d’échange. Plus originaux, les textes suivants traitent des relations internationales, et en particulier de la guerre et de la paix. Polanyi explique ainsi pourquoi il se démarque ainsi de l’idéalisme « sentimental » de certains pacifistes, qui dénie le fait que la guerre ait rempli et remplisse certaines fonctions collectives, mais aussi d’un pseudo-réalisme qui s’appuie sur la seule prise en compte des intérêts matériels immédiats et prône un sain réalisme dans l’analyse comme la conduite diplomatique qui « considère les faits moraux et spirituels comme des réalités » (p. 76). Il est ainsi vain pour Polanyi de vouloir éliminer la guerre sans modifier l’organisation économique internationale. En détournant la fameuse affirmation jaurésienne, on pourrait dire en somme que « la compétition marchande porte en elle la guerre comme la nuée porte l’orage ». Mais cette conversion économique en implique une autre, d’ordre culturel, que Polanyi appelle ses vœux tout en essayant d’en dessiner les enjeux. Dans les textes suivants, il revient ainsi sur la révolution culturelle qui a accompagné en Angleterre la révolution industrielle, balayant les cultures rurales traditionnelles, et l’enjeu de bâtir désormais une nouvelle culture démocratique. Puis, comparant les systèmes éducatifs autrichien et états-unien à partir de ses propres observations, il montre en quoi, même si le second s’avère beaucoup plus conservateur, le résultat collectif est finalement le même, concluant qu’il est vain de chercher à assigner des objectifs socialement ambitieux à l’éducation sans tenir compte des structures sociales concrètes. Une leçon bienvenue dans le contexte hexagonal actuel…

  • 8 Réunies sous le titre Le Savant et le Politique (1919), et dont on peut télécharger une traduction (...)
  • 9 Déjà manifeste dans le reste de son œuvre, et notamment dans son ouvrage inachevé, récemment tradui (...)

5La troisième partie porte sur « l’usage des sciences sociales », avec un certain nombre de considérations indissociablement épistémologiques et politiques assez éclairantes -quoique moins originales pour le lecteur contemporain- à l’issue desquelles Polanyi conclut à la nécessité pour les humains de rester souverain par rapport la science. S’ensuivent deux autres textes plus spécifiquement consacré à la théorie et à l’action politiques – qui ne sont évidemment pas sans faire implicitement écho aux fameuses conférences de Max Weber8-, où à partir d’exemples antiques, il s’interroge entre autres sur ce qui distingue « l’homme d’Etat » du « simple politicien ». Viennent ensuite un cours magistral, dans tous les sens du terme, d’Histoire économique générale professé par Polanyi à l’Université de Columbia en 1950 et le texte d’une conférence sur la place respective du marché et de la planification dans l’Antiquité, dans lesquels on retrouve toute l’érudition historique de l’auteur9.

  • 10 Sur l’importance pour le chercheur de prendre en compte ses engagements de fait dans le monde socia (...)

6Celle-ci est encore palpable dans la dernière partie de l’ouvrage, intitulée « Crise et transformation », constituée d’un plaidoyer pour un « socialisme libéral », mais aussi et surtout d’une conférence et de cours lumineux où il revient sur le développement des différentes philosophies politiques nationales observables en Europe à son époque, qu’il relie aux trajectoires socio-économiques des pays concernés sur le long terme. Ainsi, explique-t-il notamment, la démocratie n’a-t-elle pas du tout le même sens au Royaume-Uni que sur le continent car elle y a été instituée avant la Révolution industrielle, autrement dit du régime de production capitaliste moderne, et les conflits de classe qu’elle a impliquée. Bref, s’il est évidemment impossible d’être exhaustif sur les multiples thèmes développés par Karl Polanyi dans ses différents essais, on peut néanmoins voir combien celui-ci s’est efforcé d’être en prise avec les enjeux de son époque, non moins mouvementée que la nôtre, sans pour autant abdiquer l’ambition d’une globalité de pensée, et en assumant son engagement, dans tous les sens du terme10. En espérant que cet ouvrage sera rapidement traduit en français, souhaitons également que si vous avez répondu par la négative à la question initiale, vous n’en ferez plus de même à cette autre : « allez-vous lire Polanyi ? ».

Haut de page

Notes

1 Maucourant Jérôme, Avez-vous lu Polanyi ?, Paris, La Dispute, 2005

2 « Capitalisme » d’Ilan Ziv, pour plus d’informations, voir : http://info.arte.tv/fr/clone-capitalisme-clone

3 Ponalyi Karl, La Grande Transformation, Paris, Gallimard, 1983 [éd.originale : 1944]

4 On ne rappellera jamais assez, surtout dans la période actuelle, combien cette catégorie est problématique, à l’instar de son envers, « l’Orient », dont Edward Said a notamment bien montré l’invention par certains artistes et intellectuels extérieurs à ce dernier au 19e siècle (voir L’orientalisme, Paris, Seuil, 2005 [1978]).

5 À savoir que l'économie serait « la science qui étudie le comportement humain en tant que relation entre les fins et les moyens rares à usage alternatif » (Essai sur la nature et la signification de la science économique (1932), téléchargeable à l’adresse suivante : <http://www.institutcoppet.org/wp-content/uploads/2013/03/Essai-sur-la-nature-et-la-signification-de-la-science-%C3%A9conomique-Lionel-Robbins.pdf>

6 Sobel Richard, « Penser comme ou penser avec Karl Polanyi », Cahiers lillois de sociologie, hors-série 2006, « Penser la marchandisation du monde avec Karl Polanyi », disponible en ligne à l’adresse : <http://clerse.univ-lille1.fr/Sitecles/pages/HorsSeriePolanyi/HorsSeriePolanyi.htm>

7 Discipline dont on peut noter que ses tenants ont eux-mêmes cherché à la « désencastrer » des autres sciences sociales et qui pourrait bien aujourd’hui faire face à un mouvement d’auto-défense incarné par les mobilisations pour le pluralisme, incarnés notamment en France par l’Association française d’économie politique (AFEP) - voir <http://assoeconomiepolitique.org>- et PEPS-Économie (« Pour un Enseignement Pluraliste dans le Supérieur en Économie ») - https://pepseco.wordpress.com/, toutes deux revendiquant la création d’une nouvelle section pluraliste d’économie au Conseil National des Universités.

8 Réunies sous le titre Le Savant et le Politique (1919), et dont on peut télécharger une traduction française sur le site des Classiques en sciences sociales (http://classiques.uqac.ca/classiques/Weber/savant_politique/Le_savant.pdf) qui n’est cependant pas sans poser problème comme l’a montré Isabelle Kalinowski dans sa retraduction de la première partie. Voir Weber Max, Kalinowski Isabelle, La science, profession et vocation. Suivi de « Leçons wébériennes sur la science & la propagande », Éditions Agone, coll. « Banc d'essais », 2005, dont Philippe Roman a rendu compte sur Lectures : <http://lectures.revues.org/303>

9 Déjà manifeste dans le reste de son œuvre, et notamment dans son ouvrage inachevé, récemment traduit en français par Bernard Chavance : Karl Polanyi La subsistance de l'homme. Paris, Flammarion, 2011 [1977]

10 Sur l’importance pour le chercheur de prendre en compte ses engagements de fait dans le monde social et ses enjeux, voir notamment Naudier Delphine, Simonet Maud (dir.), Des sociologues sans qualités ?, Paris, La Découverte, 2011, dont Rémy Caveng a rendu compte sur Lectures : <http://lectures.revues.org/5704>

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Karl Polanyi, For a New West », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 20 mars 2015, consulté le 30 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/17432

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page