Navigation – Plan du site

Didier Fassin, L’ombre du monde. Une anthropologie de la condition carcérale

Cédric Frétigné
L'ombre du monde
Didier Fassin, L'ombre du monde. Une anthropologie de la condition carcérale, Paris, Seuil, coll. « La couleur des idées », 2015, 601 p., ISBN : 978-2-02-117957-6.
Haut de page

Texte intégral

1L’ethnographie critique que s’emploie à disposer Didier Fassin dans L’ombre du monde se nourrit, comme ses précédents travaux, d’anthropologie, de sociologie et d’histoire. Les sciences sociales pratiquées par Didier Fassin sont ainsi une invitation permanente à faire varier les échelles d’observation et les niveaux d’analyse.

2Qu’est-ce donc que la condition carcérale dans la France du début de XXIe siècle ? C’est d’abord une prison surpeuplée, d’autant plus surpeuplée qu’elle « héberge » en maison d’arrêt des prévenus et des condamnés à de courtes peines. C’est encore une prison qui comprend une population aux propriétés sociales et ethno-raciales passablement homogènes : de jeunes hommes, très peu diplômés, privés d’emploi ou disposant de contrats de travail précaires, phénotypiquement noirs ou basanés, issus de quartiers administrativement qualifiés de « zones urbaines sensibles ». C’est enfin une prison qui retranche de l’espace public mais qui ne rend guère « utile » le passage en son sein faute de réellement transformer la vacuité de la détention en propédeutique à la « réinsertion ».

3La condition carcérale est le point final d’une série d’enchaînements : avant d’être incarcéré, il faut avoir été reconnu coupable et condamné à de la prison ferme ou soumis à un régime de détention provisoire, dans l’attente d’un procès ; avant cela, il faut avoir été interpellé par les forces de l’ordre pour avoir commis (ou être soupçonné d’avoir commis) un délit ; et en amont, encore faut-il que la production législative et réglementaire sanctionne ce pour quoi le quidam fait l’objet d’un contrôle de police ou de gendarmerie.

4Didier Fassin décrit la mécanique infernale qui conduit à criminaliser certaines actions, à « sélectionner » parmi les délits ceux qui seront les plus fortement réprimés et parmi les inculpés ceux qui seront les plus sévèrement punis. La mise en application à géométrie variable de la législation sur les stupéfiants conduit ainsi à des interpellations massives de consommateurs de cannabis dans les quartiers de relégation, là où les cocaïnomanes des beaux-quartiers seront laissés en paix, à la condamnation sans pitié des « shiteux » tandis que les autres bénéficieront de mansuétude qu’exprimera le prononcé d’une relaxe, d’une simple amende ou d’une peine de prison avec sursis. Idem pour la conduite sans permis. Les chauffeurs-livreurs et petits artisans noirs et arabes sont nettement plus fréquemment contrôlés, interpellés lorsqu’ils roulent sans permis, et traduits devant la justice que d’autres conducteurs au profil sociologique de classe moyenne et de type ethno-racial blanc. Cette analyse, dérangeante dans le cadre français, est parfaitement habituelle dans d’autres univers nationaux, en particulier anglo-saxon. Le voile pudique jeté sur l’inégalité de traitement réservée, par la police d’abord, la justice ensuite, aux hommes (plus qu’aux femmes) résidant sur le territoire français est ici levé par Didier Fassin qui considère que l’action du chercheur n’est assurément pas de redoubler, par ses écrits, l’hypocrisie générale qui conduit à taire ce que tout le monde sait bien par ailleurs. Il conclut ainsi son chapitre 2 : « Il n’y a pas d’égalité devant la prison et l’allocation des peines d’emprisonnement procède de logiques qui visent à rappeler à chacun sa place dans la société. Aux uns, on évite autant que faire se peut la redoutable expérience carcérale. Aux autres, on impose le choc supposé salutaire de l’incarcération » (p. 153).

5La condition carcérale est structurellement liée à la politique pénale. Cette dernière conduit à l’incarcération. Mais la condition carcérale s’actualise avec la politique pénitentiaire. Et là encore, force est de constater qu’en dépit des efforts consentis pour « humaniser » les prisons et doter les détenus de droits, l’inégalité règne en leur sein. Ainsi, prévenus et condamnés n’ont, pratiquement, pas accès aux mêmes possibilités offertes par le service pénitentiaire d’insertion de probation (on ne permettra pas à un reclus en attente de son procès d’engager une action de formation par exemple, ne sachant pas s’il sera ou non condamné et à quel quantum de peine). Les « présumés innocents » que sont les prévenus gardés sous main de justice ont donc globalement les conditions d’incarcération les moins favorables. Du côté des condamnés maintenant, l’« inflation punitive » produite par la « magistrature disciplinaire » (p. 448) redouble la sanction pénale fixée par la magistrature judiciaire. Si la formule n’avait pas déjà le sens qu’on lui connaît (condamnation à la prison et, au terme de la peine, à l’expulsion du territoire), on pourrait parler de double peine. Au demeurant, Didier Fassin montre qu’il s’agit assez fréquemment de triple, quadruple (voire plus) peine qui s’abat sur le détenu dans le cadre de la justice délivrée au sein de la prison pour réprimer les entorses au règlement intérieur, les formes de résistance à la contrainte carcérale. En cas de « problème » posé dans le cadre de l’incarcération, le détenu peut se trouver condamné à un placement en quartier disciplinaire, une annulation de sa réduction de peine, une suspension des démarches en vue de son aménagement de peine, la perte de son statut d’auxiliaire, l’exclusion de toute possibilité d’accès à une activité de travail, de formation, le report d’une demande de participation aux activités sportives, etc. Le cumul de ces peines, lié au séjour en prison lui-même, est plutôt le lot commun que l’exception.

6De fait, et tel est bien la conclusion majeure de l’ouvrage, « la fonction de la prison n’est par conséquent pas simplement de sanctionner des délits, mais d’apporter une réponse répressive à la question sociale en la fondant sur un argumentaire moral » (p. 500).

7Ce ne serait toutefois pas (complètement) rendre justice au travail de Didier Fassin que de s’en tenir à cette perspective de sociologie critique. On le sait, Didier Fassin entend également rendre compte des perspectives subjectives qu’il s’agit bien entendu de situer socialement. Les personnes interrogées (magistrats, directeurs de maison d’arrêt, surveillants, agents du service pénitentiaire d’insertion et de probation, moniteurs sportifs, détenus, etc.) fondent leurs jugements et leurs actions sur une éthique. On ne rencontre pas de « matons pervers » ou de « prisonniers sadiques » dans l’ouvrage. Didier Fassin ne verse toutefois ni dans le psychologisme ni dans l’angélisme et s’attache à repérer les logiques d’action des différents acteurs « réunis » en prison. Et force est de constater qu’aux souffrances des uns (les détenus) répondent les souffrances des autres (des surveillants socialement déconsidérés, exerçant dans un cadre de travail dégradé), aux principes des uns (ne pas « balancer » par exemple côté détenus) s’opposent les principes des autres (ne jamais, quoi que l’on puisse en penser, déjuger publiquement un surveillant du côté de la hiérarchie). L’« ordre carcéral » finalement observé est ainsi le fruit d’aménagements locaux. Mais il est aussi sous-tendu par les représentations sociales de la peine, les orientations politiques qui prévalent en la matière, le mode d’exposition médiatique des crimes et délits, les textes et règlements qui organisent l’activité des forces de police et de gendarmerie, ceux qui fixent le cap du pouvoir judiciaire.

8C’est peut-être sur ce point que le travail de Didier Fassin mériterait des développements complémentaires. Souhaitant légitimement rompre avec une « perspective insulariste » (p. 34) qui conduit à traiter la prison en elle-même et pour elle-même, le souci exprimé d’embrasser large aboutit parfois et assez inévitablement à des analyses de très (trop) haut niveau de généralité. Il manque alors les liens empiriques qui permettraient d’emporter la décision en décortiquant la mécanique de phénomènes souvent présentés comme cumulatifs ou découlant en cascade. Ceci est d’autant plus flagrant que ce type d’énoncés tranche avec la finesse de l’analyse et la précision des données fournies dans l’ensemble du volume. On trouve ainsi, page 35, cette observation théoriquement recevable mais empiriquement non étayée : « La prison est le produit du travail des policiers et des magistrats, des gouvernants et des parlementaires, des journalistes et des réalisateurs, et même de la société dans son ensemble, à travers cette fiction que l’on nomme ‘opinion publique’ et les effets de ce qu’on lui fait dire ». Si « le monde carcéral est ainsi à la fois le reflet de la société et le miroir dans lequel elle se réfléchit » (p. 36), la difficulté est de documenter empiriquement ce type d’assertion dont le niveau de généralité est particulièrement élevé. On peut formuler la même remarque concernant l’analyse opérée de l’inégalité sociale face à la prison : « cette inégalité se joue dans la construction du problème public, dans l’élaboration de l’arsenal législatif, dans l’activité de la police et dans le travail de la justice » (p. 133).

9Au total, Didier Fassin livre dans L’ombre du monde un travail de grande envergure qui marie, très opportunément, différentes disciplines de sciences sociales au profit d’une anthropologie morale et politique de la « condition carcérale ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Frétigné, « Didier Fassin, L’ombre du monde. Une anthropologie de la condition carcérale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 24 mars 2015, consulté le 06 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/17433

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page