Navigation – Plan du site

Yasmine Siblot, Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet et Nicolas Renahy, Sociologie des classes populaires contemporaines

Samuel Coavoux
Sociologie des classes populaires contemporaines
Yasmine Siblot, Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet, Nicolas Renahy, Sociologie des classes populaires contemporaines, Paris, Armand Colin, coll. « U Sociologie », 2015, 363 p., ISBN : 978-2-200-27216-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Emmanuel Pierru et Alexis Spire, « Le crépuscule des catégories socioprofessionnelles », Revue fran (...)
  • 2 Pierre Bourdieu, « Espace social et genèse des classes », Actes de la recherche en sciences sociale (...)
  • 3 Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Sociologie de la bourgeoisie, Paris, La Découverte, coll. (...)

1Le déclin de la notion de classe sociale dans les travaux sociologiques des dernières décennies a de multiples causes, de l’émergence de théories de la moyennisation à la montée de l’économétrie dans les techniques d’analyse de données1. Il reflète également une réalité historique : le déclin de la classe ouvrière en tant que classe « pour soi »2, avec l’apparition du chômage de masse et l’affaiblissement de ses représentations politiques (syndicats, parti communiste, etc.). Aujourd’hui, la bourgeoisie fournit un meilleur modèle de classe consciente de ses intérêts3. Certains voient dans ces changements une confirmation de la thèse de la moyennisation : la société serait composée d’une large classe moyenne partageant un seul mode de vie, autour du salariat et de la consommation, et flanquée à ses deux extrémités d’« exclus » et de « privilégiés ». D’autres ont préféré étudier la persistance des inégalités sociales en s’intéressant aux fractions dominées de la population, et en utilisant l’expression de « classes populaires ». Ce concept est controversé : il est employé autant pour disqualifier que pour décrire et ne constitue pas une appartenance revendiquée par ceux qu’ils désignent. Par ailleurs, ces classes populaires vivent dans une grande diversité de situations, au point que l’on peut se demander s’il y un sens à les rassembler sous le même vocable.

2Sociologie des classes populaires contemporaines est un livre important. Il se présente comme un manuel, co-écrit par cinq auteurs ayant chacun une expérience de première main de la recherche sur les classes populaires. Il remplit parfaitement ce rôle : il offre une synthèse claire et fort bien documentée des travaux sur les classes populaires françaises (avec quelques incursions à l’étranger) depuis les années 1990. Mais au-delà, il propose une défense argumentée, nuancée et pertinente de l’usage de ce concept. L’idée est la suivante : la notion de classes populaires est importante parce qu’elle rend visible une condition particulière, caractérisée par une communauté de « chances de vie » (Max Weber) et par une culture relativement autonome, mais aussi par une forte hétérogénéité interne. Il convient donc d’examiner méthodiquement les écarts entre classes populaires et classes moyennes et supérieures, d’une part, et à l’intérieur des classes populaires entre les fractions plus ou moins stables d’autres part. Ce faisant, l’ouvrage s’efforce de pointer les ruptures et les continuités entre la classe ouvrière et les classes populaires contemporaines.

3Après un premier chapitre consacré à l’histoire des approches sociologiques des classes populaires, l’ouvrage est découpé par thèmes. L’examen des inégalités entre catégories sociales permet d’abord de justifier le rapprochement entre ouvriers et employés qui est au fondement de la notion de classes populaires. Les deux groupes sont caractérisés par des positions subalternes dans les hiérarchies professionnelles : revenus faibles, temps contraint, manque d’autonomie dans le travail, importance du chômage, etc. Les inégalités de patrimoine avec les classes supérieures redoublent les inégalités de revenus. L’évolution de la structure productive de l’économie française a des effets profonds sur la morphologie des classes populaires. Avec la tertiarisation de l’économie, les métiers accessibles aux enfants de classes populaires ne sont plus les mêmes que pour les générations précédentes. Les auteurs en analysent les conséquences, comme le fait que le passage de la jeunesse à la vie active engage désormais une rupture culturelle pour les jeunes hommes des classes populaires : alors que l’usine promouvait des valeurs en continuité avec celles du milieu, les emplois de services exigent des compétences relationnelles considérées comme féminines (p. 245-246). Moins satisfaits par leur métier que les cadres, les classes populaires n’en demeurent pas moins attachées au travail. Les inégalités entre classes sociales ne sont pas simplement économiques. Les hommes ouvriers ont une espérance de vie inférieure de six ans à celle des hommes cadres, et cet écart s’accroît à dix années pour l’espérance de vie sans incapacité. Ces inégalités ont peu évolué : si l’espérance de vie moyenne a augmenté durant la seconde moitié du XXe siècle, l’écart entre classes populaires et classes supérieures est resté le même. Il résulte d’une conjonction de facteurs, de l’exposition aux risques professionnels aux conduites à risques, en passant par le moindre accès aux soins.

  • 4 Richard Hoggart, La culture du pauvre, Paris, Minuit, 1980.

4Ces facteurs indiquent des spécificités en matière de modes de vie. Les auteurs invitent à prendre une distance par rapport au modèle de famille ouvrière décrit par Richard Hoggart4, caractérisé par l’inactivité féminine et l’importance du foyer et du quartier. Certains traits de ce modèle subsistent, comme l’importance de la famille, et la natalité plus précoce dans les classes populaires. Ils sont liés à ce que ce que la maternité demeure pour certaines femmes des milieux populaires une des seules formes disponibles de reconnaissance sociale. Mais pour de nombreux ménages, le modèle familial est bien moins prégnant, et ce d’autant plus qu’ils sont proches des fractions les plus stables des classes populaires. Le travail féminin est alors la norme ; les quartiers d’habitation sont mixtes et la sociabilité n’est pas limitée au voisinage ou à la famille ; les diplômes, de l’enseignement secondaire et même du supérieur, sont fréquents. Les destinées scolaires, certes moins favorables que celles des enfants des classes supérieures, sont bien plus diverses qu’auparavant : l’enseignement supérieur concerne environ un tiers des enfants des classes populaires, et n’est donc plus l’affaire de quelques « miraculés ».

5Un chapitre consacré aux pratiques culturelles et aux loisirs rappelle que l’on sait très bien ce que les individus des classes populaires ne font pas, mais que l’on ignore encore largement ce qu’ils font. Ils sont donc jugés à l’aune des loisirs des classes supérieures. Les pratiques les plus légitimes, de ce point de vue, ne sont pourtant pas absentes dans les classes populaires, du fait en particulier des femmes, plus portées à la lecture que les hommes. Les loisirs, en général, sont plus fortement genrés que dans d’autres milieux. La télévision demeure une pratique importante, en particulier en famille. Son essor est lié au déclin concomitant des « loisirs productifs » (bricolage, jardinage), autrefois importants dans les familles ouvrières.

6L’ouvrage revient enfin sur les rapports des classes populaires au politique. Il examine le déclin du Parti communiste, autrefois appuyé sur le vote ouvrier. Si les classes populaires sont désormais largement associées au vote pour le Front national, les auteurs rappellent d’une part que le vote à droite a toujours existé au sein des classes populaires, et d’autre part qu’il ne fait pas disparaître le vote à gauche, majoritaire, en particulier dans les fractions les plus stables. Par ailleurs, c’est bien l’abstention qui constitue le choix politique majoritaire, et elle ne répond pas tant à un désintérêt du politique qu’à un éloignement des institutions politiques. Mais c’est en examinant les rapports avec l’État et l’administration, un champ de recherche particulièrement vivace, que les auteurs montrent le plus finement les rapports concrets au politique. Ils notent ainsi à la fois le poids du contrôle institutionnel sur les milieux populaires et le fait que les administrés ne subissent pas passivement ce contrôle, mais peuvent développer des compétences relationnelles dans leur rapport aux autorités.

  • 5 On regrettera seulement, à ce propos, l’absence d’une discussion plus approfondie de la situation d (...)

7Formellement, les auteurs mobilisent de très nombreuses références, dont la plupart sont très récentes (des années 2010). Ils font un usage abondant des données empiriques, études de cas ethnographiques ou analyses statistiques, en s’appuyant parfois sur leurs recherches personnelles, ce qui permet d’apprécier la valeur de leurs interprétations. L’écriture demeure celle du manuel, synthétique et claire. Les exigences posées dès l’introduction sont respectées dans chacun des chapitres, et le défi était difficile : les auteurs conservent toujours une attention aux différences entre classes moyennes et supérieures d’une part et classes populaires d’autres part ; entre les différentes fractions des classes populaires ; entre employés et ouvriers5 ; entre hommes et femmes ; entre la classe ouvrière et les classes populaires contemporaines. Les différents champs de recherche dont ils font état sont sans doute bien connus des spécialistes, mais la valeur de cette synthèse réside dans leur mise en parallèle systématique. L’ouvrage est de ce point de vue une réussite. Il brosse un portrait contrasté et fin des classes populaires contemporaines et clarifie grandement l’usage de cette catégorie, tout en donnant au lecteur, même le plus profane, des points de repères bibliographiques particulièrement utiles.

Haut de page

Notes

1 Emmanuel Pierru et Alexis Spire, « Le crépuscule des catégories socioprofessionnelles », Revue française de science politique, vol. 58, n° 3, 2008, p. 457-481.

2 Pierre Bourdieu, « Espace social et genèse des classes », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 52, 1984, p. 3-12.

3 Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Sociologie de la bourgeoisie, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2000.

4 Richard Hoggart, La culture du pauvre, Paris, Minuit, 1980.

5 On regrettera seulement, à ce propos, l’absence d’une discussion plus approfondie de la situation des travailleurs indépendants, dont certains sont proches des classes populaires, même si, comme le notent à raison les auteurs, il est difficile de tenir ensemble l’analyse de ces différentes catégories.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Coavoux, « Yasmine Siblot, Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet et Nicolas Renahy, Sociologie des classes populaires contemporaines », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 25 mars 2015, consulté le 27 septembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/17467

Haut de page

Sujet

Culture

Emploi - chômage

Exclusion

Inégalités

Pauvreté - précarité

Population

Stratification sociale

Travail

Haut de page

Rédacteur

Samuel Coavoux

Doctorant en sociologie, ENS Lyon, Centre Max Weber. Membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page