Navigation – Plan du site

La revue Terrain disparaîtra en septembre 2015

Vanessa Manceron et David Berliner

Les amoureux d’anthropologie et de sciences humaines sont tristes et inquiets. La revue Terrain, publiée depuis 1983 sous la direction de Christine Langlois, cessera de paraître en septembre 2015. Terrain, ce sont des numéros qui ouvrent à des perspectives interdisciplinaires, réunissant aussi bien des contributions d’anthropologues, de philosophes, de sociologues, d’historiens ou encore de psychologues. Terrain, ce sont des thématiques qui permettent de penser le monde de manière transversale, à partir d’expériences de terrain menées aux quatre coins de la planète par des ethnologues de toute génération. Terrain, ce sont des perspectives de recherche novatrices qui allient l’exigence scientifique et l’ouverture à un large public, avec une esthétique éditoriale qui lui est propre, un « objet-livre » avec une iconographie riche et étonnante. Terrain, c’est tout cela à la fois, et cela va nous manquer. On se souvient de lire les numéros sur l’imitation, l’enfance et l’apprentissage, les émotions, l’argent, l’attente, le sang, les catastrophes, les morts utiles. Terrain est un journal d’ethnologie singulier, une référence pour les anthropologues en France et ailleurs. A partir de septembre 2015, le champ des revues francophones d’anthropologie de qualité se réduira drastiquement, en ces temps de mépris pour l’écologie de la recherche et le patrimoine scientifique. Dans la plus grande indifférence, nos ministères de tutelle, celui de la Culture qui a porté la revue jusqu’à maintenant, et celui de la Recherche et de l’Éducation, perdent un outil précieux de soutien à la politique scientifique et au rayonnement intellectuel de la discipline, sans prendre la mesure du vide que crée la disparition de la revue Terrain. Nous le déplorons avec force.

Vanessa Manceron et David Berliner pour le Conseil de rédaction