Navigation – Plan du site

Gilles Manceron, Jean Jaurès. Vers l’anticolonialisme. Du colonialisme à l’universalisme

Lionel Njeukam
Vers l’anticolonialisme
Jean Jaurès, Vers l’anticolonialisme. Du colonialisme à l’universalisme, Paris, Les Petits matins, 2015, 192 p., Textes réunis et présentés par Gilles Manceron, ISBN : 978-2-36383-159-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Corinne Lhaik, « Gilles Finchelstein: "Jaurès nous parle encore" », L’Express, 23 juin 2014.
  • 2 Lire : Hélène Bekmezian, « Mélenchon, Valls, Aliot, Sarkozy… tous jaurésiens ! », Le Monde, 30 juil (...)

1En campagne électorale à Toulouse le 13 avril 2007, le candidat Nicolas Sarkozy prononça un discours où il se réclamait « l’héritier de Jaurès »1. Cette récupération d’une égérie de la gauche politique française souleva un tollé tous azimuts. Aux uns et aux autres d’essayer de comprendre qui était Jean Jaurès. Qu’a-t-il dit et qu’à-t-il fait au juste pour que son héritage symbolique ou réel soit revendiqué par celui qui allait devenir le président le plus à droite de la Ve République française ? Ce livre, présenté par l’historien Gilles Manceron, n’est pas une biographie bien qu’il en a le timbre, il n’est pas non plus un quelconque recueil de textes épars mais bien une suite ficelée de textes rédigés par un homme politique hors du commun de la Troisième République, aujourd’hui inhumé au Panthéon et icône de la classe politique française, toutes tendances confondues2.

  • 3 Jacqueline Lalouette, Jean Jaurès. L’assassinat, la gloire, le souvenir, Paris, Éditions Perrin, 20 (...)

2Au-delà de l’image d’Épinal que d’aucuns brandissent aujourd’hui à propos de Jean Jaurès ou encore des rues et écoles innombrables qui arborent son nom à travers la France, il faut se souvenir qu’il fut, « en son temps, l’homme le plus caricaturé de France »3. En effet, ses idées, souvent très avant-gardistes, étaient loin de faire l’unanimité et il comptait de nombreux ennemis politiques. Cet ouvrage apporte un éclairage nouveau sur ce personnage devenu mythique. Nous découvrons un Jean Jaurès humaniste, certes, mais pas opposé à la colonisation en début de carrière, puis qui, progressivement, devient l’une des voix de l’anticolonialisme au sein de l’Assemblée nationale et dans son journal, L’Humanité.

3Dans ce livre, le spécialiste du colonialisme français qu’est Gilles Manceron redonne à Jean Jaurès sa place dans l’histoire coloniale de l’Hexagone. Pour ce faire, il a réuni 38 discours de Jaurès, prononcés entre 1884, l’année du début de la conférence de Berlin où l’Europe se partagea le « gâteau africain », et 1914, l’année de son assassinat et du début de la première guerre mondiale. Cette démarche rompt avec l’idée que l’on s’est souvent faite de la pensée coloniale de ce leader de la gauche, à savoir celle d’un « républicain opportuniste » défendant la politique coloniale au même titre que Jules Ferry. En effet, pleinement conscient de ce que représentait l’entreprise coloniale en Afrique après plusieurs siècles d’esclavage, l’historien rappelle que Jaurès affirma le 14 avril 1884 à la Conférence pour l’Alliance française : « quand nous prenons possession d’un pays, nous devons y amener avec nous la gloire de la France, et soyez sûrs qu’on lui fera bon accueil, car elle est pure autant que grande, toute pénétrée de justice et de bonté. Nous pouvons dire à ces peuples, sans les tromper, que jamais nous n’avons fait mal à leurs frères volontairement ; que des premiers nous avons étendu aux hommes de couleur la liberté des Blancs, et aboli l’esclavage » (p. 41). L’historien ne rejette donc pas les positions clairement coloniales de Jaurès, il les resitue dans le contexte du début de sa carrière politique ; mais il va ensuite plus loin en démontrant une évolution réfléchie et déterminée du parlementaire au fil du temps. On comprend que l’attachement de Jaurès à la défense de la cause ouvrière face à la bourgeoisie va l’amener à s’exprimer davantage contre le système colonial, qui profite surtout à cette dernière. Le point pivot de son aversion pour les exactions du colonialisme est la retentissante affaire Dreyfus. Au tournant du XXe siècle, ses jugements vis-à-vis des politiques coloniales deviennent de plus en plus sévères face à une « union sacrée » coloniale au sein de la classe politique française de l’époque.

4Chaque discours et chaque texte de Jean Jaurès sont précédés d’une introduction qui nous replonge dans le contexte sociopolitique de l’époque. Ainsi, ses textes publiés dans La Dépêche des 1er et 8 mai 1895, aux allures franchement antisémites et infantilisantes vis-à-vis des Arabes, sont à resituer dans un contexte algérien très tendu. En réalité, le député exprime tout haut des idées bien prégnantes au sein des socialistes d’alors. Puis l’affaire Dreyfus lui ouvre les yeux sur l’infamie d’un racisme qu’il observe depuis son enfance. En rejoignant les intellectuels qui partagent les idées d’Emile Zola exposées dans « J’accuse », Jaurès s’oppose à l’antisémitisme et aux autres formes de racisme, à une époque où cet idéal était peu populaire. Quel revirement et quelle audace politiques dans cet appel avant-gardiste : « J’estime [que] le meilleur moyen de servir la patrie française, c’est de se déclarer toujours prêt à réparer en son nom les injustices […] Ce n’est pas l’antisémitisme, là-bas [en Algérie] plus qu’ici, qui pourra résoudre le problème […] Ce que nous leur proposons, pour rétablir l’équilibre électoral, ce n’est pas de supprimer les droits politiques des juifs, c’est d’appeler, graduellement au moins, aux droits politiques les populations arabes » (p. 63-64).

5Sur 143 pages de textes de Jean Jaurès, on compte 120 pages de dénonciations et d’accusations contre les injustices et les vicissitudes du régime colonial, essentiellement celui de la France, mais au fond ceux de toutes les puissances coloniales (dénonciation des ambitions coloniales américaines aux Philippines à peine libérés de trois siècles de colonisation espagnole, mise en garde contre l’appétit colonial européen en Chine). Sur 38 textes, huit sont consacrés spécifiquement à l’Algérie, de loin la colonie la plus vaste de la France et la seule qui ait été de peuplement, et huit autres au Maroc. En outre, l’Afrique du Nord et les colonies musulmanes françaises réunies sont le sujet principal de la moitié des textes de Jaurès sélectionnés. Dans l’ouvrage, seuls trois textes s’intéressent spécifiquement à l’Afrique noire coloniale et six autres à l’Asie. Cela traduit-il, chez Jaurès, un intérêt ou une connaissance plus approfondis de la colonisation française en Afrique du Nord qu’en Afrique sub-saharienne et ailleurs ? Quoi qu’il en soit, les prises de position de Jean Jaurès contre les méfaits du régime colonial, tout comme celles en faveur de la paix avec l’Allemagne, ont généré de vives critiques, voire la haine des milieux d’affaire qui profitaient bien du système. Jaurès n’était pas aussi populaire il y a un siècle qu’on pourrait le penser ; son assassinat a fait de lui un martyr de la paix et de l’humanisme. Plusieurs de ses discours ont une bien drôle de résonnance aujourd’hui.

  • 4 Daniel Lefeuve, Pour en finir avec la repentance coloniale, Paris, Flammarion, 2006, p. 10.

6Notons enfin que ce recueil de texte se singularise des précédents ouvrages présentés par Gilles Manceron, auteur que certains classent parmi les adeptes de la repentance française face à son passé colonial4. Ici, l’historien nous présente les faits d’un personnage qui a soutenu la colonisation par principe, puis a eu des hésitations à cet égard avant de s’y opposer de plus en plus farouchement. Ce livre ne prône pas la repentance, il dit tout simplement l’Histoire.

Haut de page

Notes

1 Corinne Lhaik, « Gilles Finchelstein: "Jaurès nous parle encore" », L’Express, 23 juin 2014.

2 Lire : Hélène Bekmezian, « Mélenchon, Valls, Aliot, Sarkozy… tous jaurésiens ! », Le Monde, 30 juillet 2014, ou Marc de Boni, « Jean Jaurès, cité à tort et de travers par les politiques », Le Figaro, 30 juillet 2014.

3 Jacqueline Lalouette, Jean Jaurès. L’assassinat, la gloire, le souvenir, Paris, Éditions Perrin, 2014, p. 24.

4 Daniel Lefeuve, Pour en finir avec la repentance coloniale, Paris, Flammarion, 2006, p. 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Njeukam, « Gilles Manceron, Jean Jaurès. Vers l’anticolonialisme. Du colonialisme à l’universalisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 22 avril 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/17839

Haut de page

Rédacteur

Lionel Njeukam

Docteur en science politique, Université de Picardie Jules Verne, chercheur associé à la Fondation Paul Ango Ela – Cameroun.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page