Navigation – Plan du site

Collectif ACIDES, Arrêtons les frais ! Pour un enseignement supérieur gratuit et émancipateur

Camille Dupuy
Arrêtons les frais !
Collectif ACIDES, Arrêtons les frais ! Pour un enseignement supérieur gratuit et émancipateur, Paris, Raisons d'agir, 2015, 156 p., ISBN : 978-2-91210-78-00.
Haut de page

Texte intégral

1Rédigé par le Collectif Acides – composé de Séverine Chauvel, Pierre Clément, David Flacher, Hugo Harari-Kermadec, Sabina Issehnane, Léonard Moulin et Ugo Palheta –, cet essai présente et développe un modèle alternatif de financement des établissements d’enseignement supérieur.

2En France, les frais de scolarité demeurent très faibles mais la question de leur hausse est régulièrement soulevée. Les auteurs pointent la progression du « rêve néolibéral d’un enseignement supérieur payant » (p. 9) dont ils font la généalogie dans le premier chapitre. En s’appuyant sur la théorie du capital humain, la Banque mondiale a développé dès les années 1980 des revendications en faveur d’un accroissement du financement privé de l’enseignement supérieur et ce notamment via une hausse significative des frais d’inscription. En s’appuyant sur différents rapports, les auteurs montrent comment cette doctrine a été progressivement importée en France – notamment par les économistes – depuis le début des années 2000, dans le contexte d’une « crise » supposée de l’Université. Ses défenseurs verraient en l’instauration d’une sélection à l’entrée et d’une augmentation des frais d’inscription un « remède miracle à la crise de l’enseignement supérieur » (p. 53). Pourtant, les auteurs montrent dans le deuxième chapitre les dangers de ces réformes, qu’ils jugent incapables de répondre au double défi de l’enseignement supérieur : son financement et son égalisation. À partir d’exemples et d’études variés, ils s’attachent à déconstruire les trois arguments qui sous-tendent ces mesures : un effet incitatif, un effet contributif et un effet redistributif. Ils montrent tout d’abord que la motivation des étudiants ne dépend pas du prix de leurs études mais plutôt du dispositif institutionnel dans lequel ils sont pris (la classe préparatoire aux grandes écoles par exemple). L’augmentation du prix des études, loin d’être motivante, serait avant tout contraignante via le système d’endettement qui l’accompagne. Ils expliquent ensuite que, si la hausse des frais d’inscription apparaît comme une solution au manque de moyens de l’enseignement supérieur, elle ne permet de renflouer le système qu’à condition d’un maintien des financements publics. Or, à l’appui de cas de systèmes étrangers – et notamment américain – les auteurs montrent que l’augmentation des frais d’inscription s’accompagne d’un désengagement de l’État et d’un accroissement de la concurrence entre établissements, qui s’avère être coûteuse. Enfin, ils remettent en cause l’idée selon laquelle la gratuité de l’enseignement supérieur constituerait un système anti-redistributif, profitant avant tout aux classes aisées. Ils montrent, au contraire – chiffres à l’appui – le caractère redistributif du système actuel. Ils en concluent ainsi que si « la gratuité de l’enseignement supérieur ne garantit certes pas son caractère démocratique […] elle en constitue bien une des conditions de possibilité » (p. 82).

3En remettant en cause ces différents présupposés, le but des auteurs est de proposer un système alternatif à celui du financement privé de l’éducation, afin de créer « les conditions matérielles [de l’égalisation] » des chances (p. 11) et ainsi « de faire de l’accès à l’enseignement supérieur un véritable droit visant la satisfaction des besoins sociaux plutôt que la maximisation des profits » (p. 13). Pour cela, ils montrent dans le troisième chapitre, à l’appui de cas étrangers, que la hausse des frais de scolarité, loin d’être inexorable, est régulièrement contestée. Au Chili comme en Australie, le financement de l’enseignement supérieur repose de longue date sur les fonds privés. Présentés comme des modèles par les institutions internationales, ces pays subissent depuis la fin des années 2000 de fortes contestations estudiantines prônant le retour à la gratuité. Alors que les frais de scolarité sont longtemps restés faibles, ils ont progressivement augmenté en Angleterre depuis la fin des années 1990, conduisant là encore à de lourdes protestations de la part des étudiants. Les récentes tentatives d’augmenter les frais d’inscription au Canada se sont également soldées par un important mouvement social – le « printemps érable » – rassemblant jusqu’à 250 000 personnes dans les rues de Montréal. Ces différents mouvements contestataires contre la marchandisation de l’Université constituent pour les auteurs « la preuve qu’un autre avenir est possible » (p. 102). Ils consacrent alors le dernier chapitre de leur ouvrage à présenter un modèle éducatif alternatif reposant sur un financement public de l’éducation supérieure, via un impôt progressif, et détaillent leurs « propositions pour une éducation par répartition » (p. 103). Ce modèle est appuyé sur deux piliers. Tout d’abord, il requiert l’instauration d’une allocation universelle d’autonomie, accessible à tous les étudiants, d’un montant de six cent euros (auxquels s’ajouteraient quatre cent euros pour ceux qui ne logent pas chez leurs parents). Cela permettrait aux étudiants de toutes classes sociales de financer de manière autonome et sans contrainte leur scolarité. En parallèle, le modèle alternatif mobilise une augmentation des moyens dévolus aux universités, leur permettant un réel suivi des étudiants, et notamment ceux de Licence. Soucieux des conditions de possibilités de ces réformes, les auteurs prennent le soin d’estimer finement leurs coûts, qui atteindraient environ 24 milliards d’euros, soit 1,2 % du PIB. Le collectif considère ainsi que, bien que cela constitue un « effort budgétaire important […], il s’agit d’un choix politique tout à fait envisageable » (p. 127). Ces propositions, comme en concluent les auteurs, reposent sur des arguments d’efficacité économique mais portent également en eux une certaine conception idéologique des services publics. Dans ce modèle alternatif, l’éducation apparaît comme un bien commun doté d’une capacité émancipatrice, et non pas comme un investissement individuel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Dupuy, « Collectif ACIDES, Arrêtons les frais ! Pour un enseignement supérieur gratuit et émancipateur », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 24 avril 2015, consulté le 30 août 2016. URL : http://lectures.revues.org/17862

Haut de page

Rédacteur

Camille Dupuy

Post-doctorante en sociologie, Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société, École normale supérieure de Cachan.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page