Navigation – Plan du site

Valérie Rolle et Olivier Moeschler, De l’école à la scène. Entrer dans le métier de comédien·ne

Adrien Thibault
De l'école à la scène
Valérie Rolle, Olivier Moeschler, De l'école à la scène. Entrer dans le métier de comédien·ne, Lausanne, Éditions Antipodes, coll. « Existences et société », 2014, 222 p., ISBN : 9782889010981.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pierre-Michel Menger, La profession de comédien. Formations, activités et carrières dans la démulti (...)
  • 2 Gisèle Sapiro, « Le champ est-il national ? La théorie de la différenciation sociale au prisme de l (...)

1Près de vingt ans après l’imposante enquête quantitative menée par Pierre-Michel Menger sur la profession de comédien en France1, Olivier Moeschler et Valérie Rolle reprennent le flambeau sur le terrain helvète. Le champ théâtral étant assurément transnational2, leur ouvrage ne devrait pas manquer d’intéresser également le lecteur français.

2Si De l’école à la scène s’inscrit dès les premières lignes dans le sillage du travail de Menger du point de vue des questionnements, il s’en distingue toutefois – au moins partiellement – sur plusieurs points : en termes d’origine, d’objet, de méthode et de résultats. Nous nous proposons ici de mettre les deux ouvrages en regard pour saisir l’originalité de cette nouvelle étude des conditions d’entrée et d’emploi – qui s’avèrent non seulement incertaines mais aussi inégales – sur le marché du travail des comédiens.

  • 3 Rappelons qu’il n’existe pas, en Suisse, de ministère de la Culture à proprement parler, mais qu’un (...)

3Il faut d’abord préciser que l’enquête est cette fois moins le produit d’une demande étatique3 que celui d’une demande émanant d’une institution scolaire préoccupée par le devenir de ses diplômés. On comprend mieux, à la lumière de son financement, le fait que la postface de l’ouvrage soit signée par l’actuel directeur de l’école étudiée. En témoigne également, au fil des pages, l’approche très compréhensive des auteurs, attachés à « faire honneur » à la parole de leurs enquêtés (p. 5) et à restituer les peurs et espoirs de ces derniers avec « sensibilité » (p. 202). Il serait erroné, pour autant, de lire dans ces conditions de production de l’ouvrage la marque de son faible niveau d’exigence sociologique. Si les acteurs du monde théâtral trouveront certainement un intérêt tout particulier à sa lecture, les sociologues ne seront pas en reste.

  • 4 Le taux de réussite au concours d’entrée y est d’environ 10 % (d’après p. 38 et 42), contre 2 % env (...)
  • 5 Serge Katz, « Les écoles de comédien face au “métier”. Recrutements professionnels, classements sco (...)
  • 6 Vincent Dubois, La culture comme vocation, Paris, Raisons d’agir, 2013.
  • 7 Voir le n°168 des Actes de la recherche en sciences sociales (« Vocations artistiques », 2007/3).

4En termes d’objet, la focale adoptée est plus circonscrite que ne l’était celle de Menger : comme l’indique son sous-titre, l’ouvrage n’ambitionne pas d’embrasser l’intégralité de la carrière professionnelle des comédiens mais seulement un moment de celle-ci, « l’entrée dans le métier » (expression que les auteurs préfèrent salutairement à celle d’« insertion professionnelle », qu’ils considèrent comme une « catégorie d’action publique sociohistoriquement située », p. 11). Encore que cette entrée dans le métier ne soit pas celle de tous : ce sont ici plus spécifiquement les débuts des comédiens issus d’une école relativement sélective4, à savoir la Manufacture – Haute école de théâtre de Suisse romande, qui constituent l’objet d’étude. Cette « phase probatoire » (p. 206) que représente le passage du statut d’élève d’école de théâtre à celui de comédien professionnel n’est envisagée ni comme « une transmutation binaire d’un état à un autre », ni comme « un continuum dénué d’anicroches, de variations et de disparités », mais comme un processus, dont l’issue est « problématique et protéiforme, mais pas pour autant hasardeuse et aléatoire » (p. 210). Le choix de cette focale permet aux auteurs d’être plus exhaustifs que ne pouvait l’être Menger, livrant notamment des données rares sur les rapports au temps variables (entre le bienvenu moment de « creux » et le redouté moment de « vide ») des jeunes diplômés, sur leurs rapports ambigus à l’administration du chômage, ainsi que sur les logiques de l’exclusion du monde théâtral. De leur inscription dans le domaine largement défriché de la sociologie des professions artistiques (les auteurs se réfèrent particulièrement, outre Menger, à Raymonde Moulin, Catherine Paradeise, Serge Proust et Pierre-Emmanuel Sorignet) découlent toutefois quelques angles morts : il en va notamment ainsi des rapports des comédiens à l’école généraliste, de leurs engagements politiques ou encore de leurs pratiques culturelles au sens large. Pourtant, le choix d’étudier des comédiens n’induit pas que les ressorts de leur vocation soient ancrés exclusivement dans les mondes de l’art. En outre, l’approche théorique retenue semble parfois faire office d’œillères, l’impasse étant faite sur des auteurs qui auraient pourtant pu utilement nourrir la réflexion : on pense ici aux travaux de Serge Katz (sur le lien entre structure du marché du travail et structuration de la formation5), de Vincent Dubois (notamment sur « l’attractivité du flou », le rôle de l’offre de formation dans la genèse des vocations et le « retour des héritiers »6), ou encore de Gisèle Sapiro (sur la vocation artistique « entre don et don de soi »7).

  • 8 Alain Quemin, « Paradeise Catherine, Les comédiens. Professions et marché du travail », Revue franç (...)

5En termes de méthode, la démarche adoptée par les co-auteurs est non seulement statistique (reposant, à l’instar de La profession de comédien, sur une enquête par questionnaire, menée ici auprès de quatre promotions de diplômés au sujet de leurs engagements professionnels au cours de la saison passée) mais également qualitative, combinant travail d’archive et entretiens auprès de cinq responsables de l’école et de douze diplômés. Les deux premiers matériaux qualitatifs sont essentiellement employés à éclairer la genèse houleuse de cette institution récente qu’est la Manufacture – sa création datant de 2003 – et le modèle (non) scolaire qu’elle défend, dans le contexte plus général de l’harmonisation à marche forcée des formations supérieures induite par le « processus de Bologne » (chapitre 2). Le troisième matériau qualitatif sert de fondement principal aux trois chapitres suivants. On y plonge dans la parole des diplômés, au plus près de leurs difficultés, de leurs aspirations et de leurs stratégies pour contourner les premières, réaliser les secondes et tenter de résoudre en pratique les paradoxes d’un marché requérant conjointement proactivité et désintéressement. Enfin, l’outil statistique, régulièrement mobilisé, fonde tout particulièrement les analyses proposées dans le sixième et dernier chapitre, qui reprend la notion mengerienne de « démultiplication de soi » pour la mettre à l’épreuve des résultats empiriques. S’il faut saluer les conclusions de l’enquête statistique et si l’intention de combiner « qualitatif et quantitatif » est louable, on est toutefois tenté de formuler les mêmes regrets qu’Alain Quemin à propos de l’ouvrage de Catherine Paradeise8 quant à la faiblesse des effectifs considérés (51 répondants sur un total de 62 diplômés sollicités), rendant peu significatif le recours aux pourcentages et peu probants certains des écarts constatés. Compte tenu des difficultés rencontrées dans la passation du questionnaire ‒ qui donnent lieu à une réflexion méthodologique riche et éloquente quant à la population étudiée ‒, on peut se demander si les co-auteurs n’auraient pas gagné à recourir uniquement à des entretiens, ce que la taille de la population permettait. Ceci ne les aurait pas empêchés de recueillir des données sur le type et le nombre de contrats signés par chacun au cours de la saison et sur les rémunérations associées, tout en apportant plus de force et de finesse à leurs analyses. A contrario, le recours à la méthode de l’observation ethnographique fait parfois défaut. C’est notamment le cas lorsque les auteurs, faisant un usage très extensif de l’entretien, se risquent à parler de la sélection des candidats lors des concours d’entrée de la Manufacture ou des « critères de l’élection » lors des auditions professionnelles, sans avoir réellement les moyens de les objectiver.

  • 9 Au double sens que 80 % des diplômés interrogés sont issus des classes supérieures par l’un au moin (...)
  • 10 Deux tiers des conjoints des diplômés interrogés travaillent dans le domaine des arts ou des médias (...)
  • 11 Pierre-Michel Menger, op. cit., p. 174.
  • 12 Pierre-Michel Menger, « Rationalité et incertitude de la vie d’artiste », L’Année sociologique, n°  (...)

6Ces remarques n’ôtent rien à la validité et à la pertinence des principaux résultats de cette étude. Les auteurs s’avèrent en effet beaucoup plus sensibles que ne l’était Menger aux disparités existant au sein de la population des comédiens : entre diplômés et non-diplômés d’une part (on y apprend notamment que la population étudiée se distingue par une surreprésentation massive des héritiers9 et par une forte homogamie10), mais également au sein même de l’échantillon interrogé ‒ en particulier entre hommes et femmes. Ainsi qu’ils l’écrivent, « tous et toutes ne sont pas égaux » (p. 22). Si elle ne s’accompagne pas d’une même attention à l’égard des inégalités de classe et de race, cette attention systématique aux inégalités de genre concerne tant les effets objectifs de la maternité dans la carrière des comédiennes que les effets subjectifs, en termes de (moindre) confiance en soi, de la « concurrence plus exacerbée » à laquelle les comédiennes doivent faire face sur le marché. Le soin que les auteurs apportent à exposer la diversité des profils et des parcours les conduit plus encore à distinguer différentes formes, inégalement légitimes, inégalement développées et inégalement distribuées, de démultiplication de soi (de la « polyvalence interne » choisie à la « polyactivité externe » subie), qui viennent à nuancer la figure de « l’artiste comme un être multiple »11. Les graphiques des pages 165 et 167 sont à cet égard particulièrement éclairants. Au-delà, ce sont les notions de « rationalité » et d’« incertitude », supposées caractéristiques de la vie d’artiste12, que l’enquête questionne, dans le cadre d’une remarquable conclusion qui réussit habilement à monter en généralité. Aussi De l’école à la scène n’est-il en définitive pas la réplique que l’on croit à La profession de comédien.

Haut de page

Notes

1 Pierre-Michel Menger, La profession de comédien. Formations, activités et carrières dans la démultiplication de soi, Paris, La Documentation française, 1997.

2 Gisèle Sapiro, « Le champ est-il national ? La théorie de la différenciation sociale au prisme de l'histoire globale », Actes de la recherche en sciences sociales, n°200, 2013/5, p. 70-85.

3 Rappelons qu’il n’existe pas, en Suisse, de ministère de la Culture à proprement parler, mais qu’un Office fédéral de la Culture a été créé en 1975 au sein du Département fédéral de l’intérieur. Si ces précisions sont importantes pour le lecteur français, elles ne figurent toutefois pas dans l’ouvrage, qui s’adresse manifestement d’abord à un public suisse.

4 Le taux de réussite au concours d’entrée y est d’environ 10 % (d’après p. 38 et 42), contre 2 % environ, selon nos estimations, pour les écoles nationales de théâtre françaises.

5 Serge Katz, « Les écoles de comédien face au “métier”. Recrutements professionnels, classements scolaires, techniques du corps », thèse pour le doctorat de sociologie, EHESS, 2005.

6 Vincent Dubois, La culture comme vocation, Paris, Raisons d’agir, 2013.

7 Voir le n°168 des Actes de la recherche en sciences sociales (« Vocations artistiques », 2007/3).

8 Alain Quemin, « Paradeise Catherine, Les comédiens. Professions et marché du travail », Revue française de sociologie, vol. 40, n° 3, 1999, p. 591-593.

9 Au double sens que 80 % des diplômés interrogés sont issus des classes supérieures par l’un au moins de leurs parents et que plus de 20 % d’entre eux ont un parent professionnellement actif dans le domaine des arts, de la culture ou des médias.

10 Deux tiers des conjoints des diplômés interrogés travaillent dans le domaine des arts ou des médias et près de la moitié d’entre eux sont comédiens.

11 Pierre-Michel Menger, op. cit., p. 174.

12 Pierre-Michel Menger, « Rationalité et incertitude de la vie d’artiste », L’Année sociologique, n° 39, 1989, p. 111-151.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Thibault, « Valérie Rolle et Olivier Moeschler, De l’école à la scène. Entrer dans le métier de comédien·ne », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 30 avril 2015, consulté le 31 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/17888

Haut de page

Sujet

Emploi - chômage

Formation

Professions

Art

Haut de page

Rédacteur

Adrien Thibault

Doctorant en science politique (SAGE – UMR 7363).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page