Navigation – Plan du site

Saâdia Radi, Surnaturel et société. L’explication magique de la maladie et du malheur à Khénifra, Maroc

Mathias De Meyer
Surnaturel et société
Saâdia Radi, Surnaturel et société. L'explication magique de la maladie et du malheur à Khénifra, Maroc, Rabat, Centre Jacques-Berque, coll. « Description du Maghreb », 2014, 192 p., EAN : 9791092046120.
Haut de page

Texte intégral

1Les djinns, le mauvais œil (al-‘ein) et la sorcellerie (al-shūr) sont des êtres et pouvoirs que l’on invoque quotidiennement au Maroc pour expliquer un mauvais coup du sort ou l’apparition d’une maladie. Mais que sont ces êtres et pouvoirs ? Comment s’en défend-on ? Comment négocie-t-on avec eux ? Et plus généralement, comment les fait-on cohabiter avec la médecine moderne et l’islam ? C’est à ces questions que l’ouvrage de Saâdia Radi tente de donner réponse, sur base d’un long travail de terrain mené pour l’essentiel à Khénifra, ville du Moyen Atlas.

2Le livre se compose de huit chapitres. Les sept premiers abordent un élément précis de l’écologie marocaine du « surnaturel » (le mauvais œil, les djinns, la sorcellerie, la baraka, les voyantes, les fuqahā et les saints). Le huitième et dernier chapitre expose, quant à lui, les itinéraires thérapeutiques de quelques-unes des informatrices de l’anthropologue. Pour notre part, nous présenterons l’ouvrage à rebours de son ordre d’exposition, à partir d’un de ces itinéraires.

3Nabila est mariée depuis plus de sept ans, mais elle n’a pas encore pu donner la vie. Au bout de la première année de mariage, elle rend visite à un gynécologue de Meknès. Ce dernier lui prescrit un premier traitement, mais sans résultat. Sa mère lui prépare alors un mélange à base d’ail et de fenugrec qu’elle boit trois matins d’affilée. Peu après, une amie lui conseille d’introduire un morceau de sucre dans son utérus, ce qu’elle fait. En vain. Elle se rend alors chez un autre gynécologue, à Casablanca, qui l’informe sur base de nouvelles analyses, qu’elle semble parfaitement apte à porter un enfant. Il apparait en fait, après une visite chez l’urologue, que le problème de stérilité se situe chez son mari. Les médecins prescrivent à ce dernier plusieurs traitements, mais sans résultat. L’entourage de Nabila prépare alors à son mari un certain nombre de recettes « traditionnelles », tout en invitant Nabila à continuer à se soigner parallèlement, et ce, bien que tous aient appris qu’elle est parfaitement saine. On lui donne à boire de nouveaux mélanges à base de plantes. Elle visite en outre quelques voyantes. L’une d’entre elles lui explique qu’on lui a jeté un sort le jour de son mariage au moyen d’un objet qu’on lui aurait volé. Nabila se rappelle que sa robe avait disparu. Pour mettre fin à ce sort, elle rend visite, avec sa mère et son mari, comme on le lui a conseillé, aux sanctuaires de Mūlay Bū‘azza et de Sidi Mūlay Bū‘bīd Charqawi. Sur place, des fuqahā lui préparent des mélanges et récitent des prières. Rien n’y fait. Le couple se tourne alors à nouveau vers un urologue, un spécialiste de renom international installé à Paris, qui confirme que le mari de Nabila est irrémédiablement stérile. Malgré ce diagnostic sans appel, Nabila continue à expérimenter de nouvelles recettes traditionnelles et à consulter des voyantes et fuqahā.

4Les différents chapitres de l’ouvrage sont construits autour de cas concrets comparables à celui-ci. Nous avons pris pour point de départ cet itinéraire thérapeutique dans la mesure où il illustre quelques-unes des idées phares de l’ouvrage. Il en ressort d’abord, comme y insiste Saâdia Radi à plusieurs reprises, que les pratiques « surnaturelles » ne se rencontrent pas exclusivement parmi les franges les plus pauvres de la société marocaine. Nabila vient d’une famille suffisamment aisée pour multiplier les visites chez des spécialistes de renom et effectuer de nombreux pèlerinages. On ne s’en remet pas aux recettes « traditionnelles », aux voyantes et aux saints par manque d’accès à la médecine moderne. Tout du contraire, comme le montre clairement le cas de Nabila, ces pratiques cohabitent avec la médecine moderne.

5Toutefois, même s’il s’agit de pratiques largement répandues au Maroc, le rapport à leur égard est ambigu. On évite en effet d’affirmer publiquement qu’on « croit à ces choses-là » et plus encore qu’on pratique activement de la sorcellerie. Il faut noter à cet égard que le tabou est davantage marqué chez les hommes que chez les femmes. Le mari de Nabila rechigne à suivre les traitements traditionnels que lui confectionne son entourage ; il ne prend en tout cas aucune initiative en la matière. Participer à de telles pratiques, pour un homme, c’est en effet perdre une part de sa virilité. Les seules pratiques thérapeutiques « traditionnelles » admises pour un homme sont celles qui se réclament plus directement de l’islam. En l’occurrence, celles des fuqahā (pluriel de fqīh), des maîtres coraniques qui, parallèlement à leur enseignement du Coran, peuvent, sur demande, réciter des prières et confectionner des talismans. Étant donné ce clivage sexué, Saadia Radia s’est vue contrainte à travailler surtout avec des femmes.

6De façon générale, l’auteure souligne qu’étudier l’écologie du « surnaturel », c’est approcher des situations de malheur et de souffrance. L’histoire de Nabila, si elle n’est pas tragique, renvoie néanmoins à une situation difficile. La stérilité est en effet considérée au Maroc comme l’une des pires disgrâces dont peut être frappée une femme. À cet égard, on estime dans ce pays que la femme stérile porte presque par essence le mauvais œil (el-‘ein). Cette notion (discutée dans le premier chapitre) renvoie à l’idée selon laquelle la jalousie (ḥsed) que l’on nourrit envers le bonheur ou la réussite d’autrui peut mettre fin à ceux-ci. Or, dans la mesure où la femme stérile est susceptible de nourrir en permanence de la jalousie, elle ne peut être que source de mauvais œil, de mauvaise fortune.

7Nous constatons que Nabila a fait appel à un large spectre d’approches traditionnelles pour trouver une solution à son problème. Elle a d’abord fait appel aux recettes qui circulent parmi les femmes de son entourage. À ce sujet, l’anthropologue souligne qu’au Maroc pratiquer la sorcellerie ne relève pas du don ; tout un chacun peut à un moment ou un autre de la vie confectionner de telles recettes ou réaliser des rites magiques. Il existe toutefois des spécialistes en la matière. Nous avons vu que Nabila a rendu visite à des voyantes, Il s’agit en l’occurrence de personnes qui ont acquis, souvent parce qu’elles ont été frappées par un djinn, la capacité de déceler les raisons sous-jacentes des conflits et des maladies. Concrètement, elles peuvent révéler si une personne est ensorcelée ou si elle est possédée par un djinn, et proposer des moyens de soulager ou de guérir de telles situations. Dans l’histoire que nous avons présentée, la voyante estime que la stérilité de Nabila est le résultat d’un tqāf, d’un sort d’infertilité, l’une des formes d’ensorcellement les plus fréquentes au Maroc. Nabila a également rendu visite à des fuqahā. Ces derniers, comme nous l’expliquions ci-dessus, se revendiquent plus directement de l’islam : ils ne négocient pas avec des djinns (bien que l’islam reconnaît leur existence), mais invoquent Dieu pour les chasser, Le travail des fuqahā est à cet égard davantage valorisé que la pratique des voyantes, même s’il est vrai que les courants salafistes rejettent avec force leurs activités « extra-scolaires ». Enfin, nous avons vu que Nabila a visité des sanctuaires, des tombes de saints. On estime que se rendre sur ces lieux permet de profiter de la baraka du saint homme.

8Pour Saâdia Radi, la sorcellerie et l’invocation du mauvais œil ou des djinns sont avant tout des outils de médiation sociale : « [La sorcellerie] repose sur un corps de croyances qui fournit un cadre symbolique aux dispositions psychologiques individuelles, donne une forme d’expression aux conflits et propose un modèle d’interprétation des événements de la vie quotidienne » (p. 70). Plus concrètement, les êtres et pouvoirs « surnaturels » permettent de mettre en cause certaines personnes et d’en disculper d’autres. Une femme peut dire par exemple de son mari infidèle qu’il ne la trompe pas de son plein gré, mais qu’il est ensorcelé par sa maîtresse, et échapper de la sorte en partie à l’opprobre de ne pas pouvoir tenir son mari. Dans la même veine, invoquer les djinns pour expliquer un comportement anormal ou insolent, c’est une façon de renouer avec la famille, avec la société. Ou bien encore, dire d’une personne qu’elle porte le mauvais œil, permet d’éluder les véritables raisons d’une mésentente, d’une animosité. Pour reprendre le cas de Nabila, pointer du doigt un ensorcellement, c’est une façon de montrer qu’elle n’est pas dépourvue de fertilité, de grâce divine, mais qu’elle a été attaquée. Mais plus encore pour Nabila, le recours aux thérapies traditionnelles maintient ouvert l’espoir d’une guérison, là où la médecine moderne est sans appel.

9Il faut saluer le long travail de terrain réalisé par Saâdia Radi. Celui-ci nous donne à voir un éventail de pratiques plus ou moins cachées, mais largement répandues dans le Maroc contemporain. Saluons par ailleurs la façon nuancée dont l’auteure a discuté les notions de baraka, de mauvais œil, de djinns, etc. Contrairement à la tradition orientaliste, elle a évité de chercher l’intelligibilité de ces notions d’abord dans les textes canoniques. Elle a plutôt recherché leur sens dans leurs effets performatifs. Elle a pris garde, ce faisant, à ne pas donner à ces notions une trop grande cohérence, à ne pas leur accorder une régularité qu’on ne rencontre guère sur le terrain.

  • 1 Ellen J. Amster montre dans un ouvrage publié récemment comment au Maroc l’implantation des institu (...)

10Il est cependant une question théorique importante que l’auteure ne discute jamais : l’usage de la notion de surnaturel. Or, en adoptant d’emblée ce qualificatif, l’auteure reprend à son compte, sans l’interroger, le partage entre médecine moderne et pratiques traditionnelles, entre science et croyance. Pourtant, ce partage est loin d’être une grille d’analyse neutre. Bien au contraire, il s’agit d’une grille de lecture résultant de l’histoire coloniale elle-même, de l’histoire de l’implantation des institutions médicales et de santé publique au Maroc. Adopter la notion de surnaturel, c’est prendre à son compte le résultat d’un long rapport de force, d’une longue histoire de disqualification des pratiques « traditionnelles »1.Dans une telle perspective, l’auteure ne peut que présenter son étude comme un travail de dévoilement des techniques sous-jacentes aux pratiques des voyantes ou bien comme un effort visant à mettre au jour les mécanismes sociaux sous-tendant les pratiques sorcières et l’invocation des notions de mauvais œil ou de djinns. N’est-il pas des approches plus respectueuses de ces êtres et des personnes qui les invoquent, d’autres façons de comprendre l’efficace de ces pratiques ? Il s’agit ici de débats contemporains en anthropologie que l’auteure a complètement éludés. À cet égard, il faut noter avec regret que les références que discute Saâdia Radi sont exclusivement en français et en arabe et, surtout, qu’elles sont toutes antérieures à 1995.

Haut de page

Notes

1 Ellen J. Amster montre dans un ouvrage publié récemment comment au Maroc l’implantation des institutions médicales s’est faite parallèlement à l’imposition d’une épistémologie positiviste et d’un rejet des conceptions thérapeutiques traditionnelles (Medecine and the Saints. Science, Islam and the Colonial Encounter in Morocco, 1877-1956, Austin, University of Texas Press, 2014).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathias De Meyer, « Saâdia Radi, Surnaturel et société. L’explication magique de la maladie et du malheur à Khénifra, Maroc », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 30 avril 2015, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/17892

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page