Navigation – Plan du site

Manuel Boucher, Sociologie des turbulences. Penser les désordres des inégalités

Thibault Delfavero
Sociologie des turbulences
Manuel Boucher, Sociologie des turbulences. Penser les désordres des inégalités, Paris, L'Harmattan, coll. « Recherche et transformation sociale », 2015, 390 p., Préface d'Alain Touraine, ISBN : 978-2-343-05402-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Wacquant Loïc, Parias urbains. Ghetto, banlieues, État, Paris, La Découverte, coll. « La Découverte (...)

1Les quartiers populaires – les « banlieues » – font régulièrement l’objet d’un traitement médiatique qui incrimine autant qu’il discrimine. Chômage, surpopulation, inégalités, propension à la criminalité, ces espaces ont mauvaise réputation. Pour reprendre les termes de Loïc Wacquant, les banlieues subissent une forme de marginalité urbaine1 se traduisant notamment par le mépris et la stigmatisation de celles et ceux qui y vivent. C’est à ces endroits autant populaires qu’impopulaires que Manuel Boucher consacre ses recherches. Le présent livre en dresse le bilan, sous la forme d’un retour réflexif, au cours duquel l’auteur formalise un outil d’analyse des désordres des inégalités : la sociologie des turbulences. L’ouvrage fait ainsi écho à son mémoire pour l’habilitation à diriger des recherches.

  • 2 Touraine Alain, La voix et le regard, Paris, Éditions du Seuil, 1978.

2Telle qu’elle est présentée dès la première partie de l’ouvrage, la sociologie des turbulences entend « dépasser les perspectives idéologiques et moralisatrices généralement mobilisées dans l’opinion publique et l’espace politico-médiatique lorsqu’il s’agit de traiter de sujets « sensibles » pour l’ordre social » (p. 23). Les enjeux inhérents à la question des troubles sociaux sont alors décrits par l’auteur à travers le prisme d’une maturation sociologique où se côtoient des sensibilités théoriques et un rapport intime à l’objet. Dans la pratique, la sociologie des turbulences permet l’étude des rapports sociaux, conflictuels (politiques éthiques, culturels), et de leurs mutations au sein des sociétés modernes dominées par les valeurs d’égalité et de liberté. Inscrite dans le courant de l’intervention sociologique2, elle s’appuie sur deux idées principales : d’une part, les acteurs étudiés ont des capacités d’action et de réaction tant individuelles que collectives, où l’expérience vécue est révélatrice de la production et de la contention des turbulences ; d’autre part, l’analyse des logiques de production et de régulation des désordres dans les quartiers populaires repose sur l’articulation de cinq concepts et paradigmes fondamentaux : le risque, l’ethnicité, le contrôle social, la violence et le conflit.

  • 3 À ce sujet : Ogien Ruwen, La panique morale, Paris, Grasset, 2004.
  • 4 L’exemple de la figure du « grand frère des cités » l’atteste. Souvent perçu comme un relai des ins (...)

3Dans son application, la sociologie des turbulences permet de « faire une description dédramatisée de la réalité complexe de la coproduction des désordres et de leur traitement social et politique » (p. 34). Au fil des pages, Manuel Boucher évoque l’incidence des choix politiques et économiques sur la production des inégalités, notamment dans les transformations des rapports de domination et de discrimination, où le comportement « déviant » serait la réponse à l’insécurité de l’existence que mènent les jeunes des quartiers populaires. Par ailleurs, les voies de faits survenues en banlieue suscitent une intense couverture médiatique – pouvant rappeler à bien des égards le phénomène de panique morale3 – entraînant une « essentialisation » de la jeunesse issue des quartiers populaires. L’effet subi par les populations stigmatisées entretient, sinon renforce, la production des violences. L’auteur ajoute que les quartiers populaires ne sont pas seulement des espaces de dérégulation sociale puisqu’ils sont porteurs d’innovations et notamment d’émergences culturelles (culture hip-hop, musiques revendicatives ou sports à risque). Ce sont aussi des espaces où vivent des « intégrés » qui, dans leurs rapports avec la jeunesse « sensible », contribuent autant au contrôle des débordements qu’à leur production4. L’auteur insiste alors sur la nécessité de « reconflictualiser » et de « repolitiser » la violence des quartiers. Il propose également de renouveler l’analyse de l’intervention sociale en confrontant la fonctionnalité de l’ activité des travailleurs sociaux à la réalité sociale, et il plaide en faveur d’une logique de « conflictualisation » du secteur de l’intervention (médiation, négociation pour faire évoluer le système) et d’une dynamique de « reprofessionnalisation » du travail social (reconnaissance des qualifications par les formations diplômantes, moins d’instrumentalisation par le système et davantage d’autonomie).

  • 5 En référence aux codes et aux usages sociaux du rap et plus largement à la culture « hip-hop ».
  • 6 Boucher Manuel, Gouverner les familles. Les classes populaires à l’épreuve de la parentalité, Paris (...)
  • 7 Boucher Manuel, Les internés du ghetto. Ethnographie des confrontations violentes dans une cité imp (...)

4La formalisation de la sociologie des turbulences prend tout son sens dans la seconde partie du livre (la plus volumineuse). L’auteur y restitue sa trajectoire professionnelle, qui fournit des éléments pour contextualiser la maturation de son objet de recherche ainsi que les trames de ses investigations. Chaque enquête abordée est à prendre comme un cas d’étude, l’ensemble comme une carte heuristique, permettant la construction et la mise en pratique de la sociologie des turbulences. Parmi les travaux restitués, on peut citer : une étude des émergences culturelles dans les quartiers populaires (notamment les pratiques « rapologiques »5) ; une autre relative aux logiques d’intégration par une comparaison des stratégies d’action mises en place par les acteurs de l’intégration pour les migrants vivant dans l’Union européenne ; une étude portant sur la transformation du contrôle social en questionnant notamment l’offre des collectivités en matière d’intervention sociale au sein de zones urbaines sensibles de Haute-Normandie ; une étude chiffrée et prototypique des demandeurs d’asile puis de l’état des lieux de la réponse sociale associée à cette population ; celle qui concerne la crise du monde ouvrier par une monographie d’une ville ouvrière de Normandie en « recomposition » (p. 126) ; les études questionnant plus largement les transformations de l’intervention sociale (formations, qualifications, dispositifs, logiques d’action, parcours individuels et professionnalisation) en focalisant plus spécifiquement sur les pratiques de la protection de l’enfance (acteurs institués, politiques et parents6) ainsi que l’étude de la jeunesse populaire et des rapports sociaux, conflictuels, ambivalents, dans les interactions entre acteurs des quartiers (jeunes et police « urbaine ») sur la production et la régulation des débordements et de la violence7.

5Pour autant, Manuel Boucher nous livre moins ces résultats et conclusions – ici relatés sous la forme de passages directement empruntés à ses précédents travaux – que ses réflexions épistémologiques. Le lecteur devra donc se référer à ses précédentes productions s’il souhaite entrer dans le détail. En fait, l’outil d’analyse des désordres des inégalités est présenté comme le fruit d’une mise en tension permanente entre les engagements personnels, sociaux, politiques et scientifiques qui jalonnent le parcours de Manuel Boucher. L’auteur s’efforce donc de rendre intelligible la singularité de son approche des zones de turbulences par une posture réflexive sur son itinéraire. Même si le rapport intime qu’il entretient avec les terrains étudiés peut soulever la question de la mise à distance de l’objet – par exemple lorsqu’il travaille sur la culture « hip-hop » en étant lui-même un acteur associatif de ce mouvement – force est de constater que cette réflexivité permet une lecture différenciée mais néanmoins complémentaire des dimensions en tension dans les enquêtes restituées. Autrement dit, il ne s’agit pas pour l’auteur d’opérer la distinction entre ce qui relève du « chercheur » – la place et le statut du sociologue dans le débat publique, en lien ou non avec l’activité politique et répondant aux codes et aux usages académiques – et du « militant » – engagé dans le courant de l’éducation populaire – mais plutôt de dire que l’un et l’autre sont étroitement liés et qu’ils concourent à fabriquer la sociologie des turbulences.

  • 8 Traduction française du concept américain d’« Empowerment », discuté dans le chapitre 9.

6En définitive, l’on découvre chez l’auteur une expérience rôdée du terrain – construite sur une pluralité d’études socio-ethnographiques au sein de ces zones « sensibles » – qui lui permet de formaliser un outil d’analyse singulier pour penser les désordres des inégalités autrement qu’à travers les discours moral-sécuritaires. En ce sens, l’ouvrage intéressera assurément les chercheurs travaillant sur les questions culturelles et urbaines ainsi que les professionnels du travail social. À la lecture de Sociologie des turbulences, l’on cerne rapidement les portées sociales et politiques des travaux de Manuel Boucher, ici plus prégnantes que dans ses précédentes publications. L’ouverture sur de nouvelles pistes d’investigation, en troisième partie de l’ouvrage, montre que la question des désordres des inégalités est loin d’être épuisée. Les prospectives de l’auteur s’orientent vers l’étude de celles et ceux à qui l’on délègue le « pouvoir d’agir »8 sur ces classes populaires – notamment les plus concernés par les inégalités – dans un contexte de transformation et de recomposition de l’intervention sociale ; ces acteurs y seraient invoqués en qualité de « gestionnaires d’inégalité » plutôt que de « promoteurs d’égalité ».

Haut de page

Notes

1 Wacquant Loïc, Parias urbains. Ghetto, banlieues, État, Paris, La Découverte, coll. « La Découverte Poche », 2007.

2 Touraine Alain, La voix et le regard, Paris, Éditions du Seuil, 1978.

3 À ce sujet : Ogien Ruwen, La panique morale, Paris, Grasset, 2004.

4 L’exemple de la figure du « grand frère des cités » l’atteste. Souvent perçu comme un relai des institutions de socialisation primaire, le « grand frère » devient un pacificateur indigène, un représentant de la société intégrée, mais peut tout aussi bien initier les jeunes à entretenir le sentiment d’inégalité et ainsi renforcer l’identification négative qu’ils ont d’eux-mêmes. À ce sujet : Duret Pascal, Anthropologie de la fraternité dans les cités, Paris, PUF, coll. « Le sociologue », 1996.

5 En référence aux codes et aux usages sociaux du rap et plus largement à la culture « hip-hop ».

6 Boucher Manuel, Gouverner les familles. Les classes populaires à l’épreuve de la parentalité, Paris, L’Harmattan, coll. « Recherche et transformation sociale », 2011 ; compte rendu de Martin Wagener pour Lectures : http://lectures.revues.org/8022.

7 Boucher Manuel, Les internés du ghetto. Ethnographie des confrontations violentes dans une cité impopulaire, Paris, L’Harmattan, coll. « Recherche et transformation sociale », 2010 ; compte rendu de Lucie Bony pour Lectures : http://lectures.revues.org/1165.

8 Traduction française du concept américain d’« Empowerment », discuté dans le chapitre 9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault Delfavero, « Manuel Boucher, Sociologie des turbulences. Penser les désordres des inégalités », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 04 mai 2015, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/17905

Haut de page

Rédacteur

Thibault Delfavero

Étudiant en thèse de doctorat à l’Université d’Artois (URePSSS, Atelier Sherpas).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page