Navigation – Plan du site

Maryse Jaspard, Je suis à toi, tu es à moi. Violence et passion conjugales

Yaëlle Amsellem-Mainguy
Je suis à toi, tu es à moi
Maryse Jaspard, Je suis à toi, tu es à moi. Violence et passion conjugales, Paris, Payot, coll. « Essais », 2015, 227 p., ISBN : 9782228913096.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Essentiellement l’enquête ENVEFF (2000 avec une publication en 2003), seule enquête représentative (...)

1Dans Je suis à toi, tu es à moi, Maryse Jaspard propose de comprendre la violence conjugale dans un contexte social où vivre seule continue d’apparaître pour une femme comme une forme de handicap social. Ce travail est donc à la fois une invitation à une réflexion plus générale sur les violences faites aux femmes et la violence conjugale, mais également à une réflexion sur les différentes sources mobilisables dans travaux et réflexions du domaine. En plus des enquêtes sociologiques, statistiques1, institutionnelles, Maryse Jaspard s’appuie sur des entretiens réalisés auprès de personnes victimes de violences conjugales ou ayant vécu une relation passionnelle, mais également sur la littérature (romans, journaux intimes d’écrivain·e·s), une sélection de films et quelques situations de violences conjugales très médiatisées.

2Que sont les violences conjugales dans la France actuelle ? « Le concept de violence conjugale s’est grandement transformé entre 1980 et 2000. À l’image de la “femme battue” se substitue, progressivement, celle de la femme “victime de violence conjugale” » (p. 9). En devenant un sujet médiatique, la violence conjugale s’illustre aujourd’hui par des affaires toutes plus sordides et violentes les unes que les autres. Cette manière de fixer et de circonscrire la violence conjugale dans les médias contribue à la difficulté d’appréhender ces violences et de comprendre le processus à l’œuvre dans les couples dits “ordinaires”. « La notion de violences conjugales est multiple, elle recouvre des situations fondamentalement différentes dont se dégagent trois formes : violence dans la relation de couple, relation conflictuelle, violence conjugale. […] Bien que les mêmes actes y soient perpétrés, les deux premières situations correspondent à des modes relationnels impliquant la réciprocité entre les protagonistes, tandis que la violence conjugale est univoque : la même personne subit les coups, reçoit les insultes et cède lors des altercations » (p. 77-78). « La violence s’inscrit dans le maintien de la hiérarchie entre les sexes dans la sphère privée, résidu de siècles de patriarcat. Elle résulte d’une volonté plus ou moins consciente, de façonner l’autre pour mieux assurer son pouvoir » (p. 82). Cet ouvrage s’intéresse à la fois aux violences physiques (dont les violences sexuelles) mais également aux violences psychologiques qui demeurent invisibles et difficilement dicibles (car plus ou moins consciemment cachées par des victimes culpabilisées et honteuses, ou déniée par des victimes qui ne veulent pas donner raison à leur entourage, ou encore parce qu’elles ne sont pas perçues comme telles). La présence d’enfants en bas âge, l’inégalité du partage des tâches domestiques et parentales, l’infidélité, l’alcoolisme ou encore le « désamour » figurent parmi les configurations conjugales repérées où se déroulent des violences conjugales. Continuant de casser les représentations collectives sur les violences conjugales, l’enquête qualitative assoit les résultats quantitatifs : la hiérarchie sociale habituellement opérante ne semble pas fonctionner dans le cas de la violence conjugale, aucun milieu social n’est épargné, les violences psychologiques et physiques ne sont pas socialement marquées, c’est davantage le statut par rapport à l’emploi apparaît déterminant : « une grande instabilité professionnelle et l’exclusion temporaire ou définitive, du monde du travail favorisent l’émergence de climats conjugaux délétères. » (p. 120), la précarité expose à la violence, et c’est bien ce que l’on peut lire dans les extraits d’entretiens mobilisés.

3Trois chapitres portent directement sur l’analyse empirique pour comprendre les violences conjugales. Le premier (chap. 3) s’attache à décrire pour comprendre les situations mêmes de violences conjugales (leur diversité, leur déroulement), les enjeux autour de la rupture et le poids de la culpabilité. Le second (chap. 4) traite des violences sexuelles au sein même des violences conjugales. Ici, la complémentarité des approches quantitative, qualitative et littéraire trouve tout son intérêt puisque Maryse Jaspard constate que les violences sexuelles sont difficilement cernables au travers des études qualitatives (p. 133) tout comme les récits sur les passions. Le troisième (chap.5) aborde quant à lui des passions mortelles et crimes conjugaux (on y trouve une proposition de typologie contemporaine des crimes conjugaux). Pour permettre au lecteur d’être au plus près de la compréhension des violences conjugales, Maryse Jaspard s’exerce également à jouer avec le style littéraire original (ce que lui autorise l’ouvrage dont la présentation est moins académique que des restitutions d’enquête, ce qui n’en retire en rien la rigueur dans la démonstration) : « une situation de violence conjugale, banale dans la quotidienneté, vue sous le prisme d’une personne proche et vigilante peut aider à comprendre les rouages de cette violence. Au lieu de rester dans l’extériorité du « elle, la femme, la victime » en tant que personnage du récit, l’usage du « vous narratif » au féminin permet, en se projetant dans le narrateur d’appréhender le phénomène de l’intérieur » (p. 87).

  • 2 Si l’utilité sociale du chiffrage des violences conjugales est incontestable, l’expérience de l’enq (...)

4Autre point fort de l’ouvrage est de s’interroger sur les liens entre politique et recherche. Le rappel du contexte de l’enquête ENVEFF est à ce titre tout à fait intéressant et l’on constate à quel point la réception des travaux scientifiques fait peu l’objet d’analyses sociologiques. En effet, l’enquête ENVEFF a révélé statistiquement l’existence du viol conjugal et rendu visibles (parce que comptées) les violences faites aux femmes notamment dans le cadre conjugal. La publicisation des données de l’enquête ENVEFF (2000) a ainsi contribué à la médiatisation de la parole ainsi qu’à sa libération. Ainsi ce que l’on peut constater sur d’autres enquêtes auprès d’autres populations se retrouve : la mise en évidence du phénomène des violences conjugales a permis aux femmes de savoir que d’autres personnes vivent cette même « quotidienneté destructrice. Les études sont une opportunité pour comprendre et interpréter sa propre situation afin de briser le tabou de la honte et de la culpabilité » (p. 110). Même si, comme de nombreux autres sociologues, Maryse Jaspard souligne à propos des enquêtes menées sur la sexualité que « le chiffrage, en proposant des repères, peut devenir producteur de normes sociales, de l’ordre de la performance » (p. 54). Elle attire l’attention également sur l’impact social de la connaissance de comportements privés et du rôle (responsabilité) du chercheur dans la traduction en choix institutionnels basés sur ces mêmes résultats2. Enfin, si dans son ouvrage Maryse Jaspard accorde un chapitre entier à l’institutionnalisation des luttes où elle insiste notamment sur les inégalités territoriales de la prise en compte des violences conjugales, la mise au ban du monde rural aurait pu être davantage explicitée et appuyée empiriquement (p. 245).

5Au final, Maryse Jaspard signe un ouvrage accessible au plus grand nombre qui marie avec intérêt différentes approches d’analyse, tout en maintenant la rigueur scientifique d’une sociologie des violences conjugales et de leur traitement médiatique et politique. La partie sur la prise en compte des violences conjugales à partir des années 2000 dans le dernier chapitre pourrait se lire comme une contribution à l’ouvrage Les lois de l’amour de Janine Mossuz Lavau qui couvre la période 1950-2002. Si les annexes portent uniquement sur la législation française en matière de droits de femmes, on peut regretter l’absence de bibliographie de référence d’ouvrages littéraires ayant particulièrement investi le champ des violences conjugales, tout comme l’absence de filmographie sélective, mais également d’une présentation plus détaillée des entretiens réalisés, qui sont pourtant au cœur de l’argumentation.

Haut de page

Notes

1 Essentiellement l’enquête ENVEFF (2000 avec une publication en 2003), seule enquête représentative sur les violences faites aux femmes, coordonné par Maryse Jaspard.

2 Si l’utilité sociale du chiffrage des violences conjugales est incontestable, l’expérience de l’enquête ENVEFF par Maryse Jaspard l’amène à insister dans l’ouvrage sur l’importance et l’intérêt d’une liberté et autonomie de la recherche du politique pour expliciter au plus près les processus sociaux à l’œuvre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yaëlle Amsellem-Mainguy, « Maryse Jaspard, Je suis à toi, tu es à moi. Violence et passion conjugales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 11 mai 2015, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/17976

Haut de page

Rédacteur

Yaëlle Amsellem-Mainguy

Sociologue, chargée d’études et de recherche à l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire, chercheure associée au CERLIS (UMR 8070)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page