Navigation – Plan du site

Cristina Flesher Fominaya, Social Movements and Globalization. How Protests, Occupations and Uprising are Changing The World

Luc Chicoine
Social Movements and Globalization
Cristina Flesher Fominaya, Social Movements and Globalization. How Protests, Occupations and Uprisings are Changing the World, Palgrave Macmillan, 2014, 248 p., ISBN : 9780230360877.
Haut de page

Texte intégral

1Quels sont les impacts de la mondialisation sur les mouvements sociaux ? Comment analyser les plus récentes mobilisations à avoir secoué la planète ? Quels rôles jouent les technologies de l’information et les réseaux sociaux dans les luttes sociales ? Ce ne sont là que quelques-unes des questions auxquelles tente de répondre le plus récent livre de Christina Flesher Fominaya, maître de conférences à l’Université d’Aberdeen.

  • 1 Charles Tilly, The Politics of Collective Violence, Cambridge, Cambridge University Press, 2003
  • 2 Alain Touraine, Sociologie de l’action, Paris, Les Éditions du Seuil, 1965.
  • 3 Erving Goffman, Frame analysis : an Essay on the Organization of Experience, New York, Harper and R (...)

2L'ouvrage offre un véritable tour d'horizon des problématiques contemporaines dans l'étude des mouvements sociaux. Afin d'y parvenir, l'auteure fait appel à une grande variété d’approches théoriques des mouvements sociaux (la structure des opportunités politiques1, l’actionnalisme2, les théories du cadrage3, etc.) ainsi qu'à plusieurs autres disciplines, que ce soit la science politique, les sciences de la communication ou l’étude des relations internationales. Bien que l'ouvrage soit assez court pour la quantité de sujets qu'il traite, il évite le piège de la superficialité grâce à une écriture directe et sans détour. Ce livre s'adresse à la fois au lecteur en quête d'un ouvrage d'introduction à l'étude des mouvements sociaux qu'au lecteur voulant s'initier aux débats les plus récents de la discipline.

3L'ouvrage se divise en six chapitres distincts. Le premier chapitre consiste principalement en une présentation succincte des principales théories et définitions conceptuelles sollicitées dans l'étude des mouvements sociaux et de la mondialisation. Si les lecteurs érudits passent rapidement ces pages, les étudiants, eux, découvriront une multitude de pistes de réflexion particulièrement utiles afin de bien s'orienter dans ces deux champs épistémiques. Que ce soit sur la mondialisation des valeurs, sur les effets observables des mouvements sociaux ou encore sur l’émergence éventuelle d’une société civile à l’échelle mondiale, l’auteure délimite finement la suite de son propos.

4Intitulé Globalization and social movement, le second chapitre porte sur les interrelations entre la mondialisation et les mouvements sociaux. L'auteure insiste tout d'abord sur les différentes formes de mondialisation (économique, culturelle, géopolitique, institutionnelle et technologique) et leurs conséquences sur les mouvements sociaux. Les différents liens possibles entre les mobilisations locales, nationales et transnationales sont ensuite abordés. La dernière section du chapitre traite des dynamiques en cause dans la diffusion transnationale des différentes formes de mobilisations locales et nationales.

5Le troisième chapitre s'arrête sur une forme organisationnelle particulière de mobilisation à portée transnationale : le Global Justice Movements (GJM). Cette section de l'ouvrage débute par un retour sur les contestations ayant eu lieu à Seattle en 1999, moment clé dans la naissance du GJM, bien que plusieurs de ces éléments fussent déjà présents avant cet événement. Souvent considéré comme étant la quintessence de l'organisation contestataire transnationale, et généralement à l'avant-plan des grands rassemblements critiques de la mondialisation, ce mouvement semble aujourd'hui s'éteindre de lui-même. L'auteure, clairement une spécialiste de cette organisation, dresse ici un portrait succinct des innovations du GJM dans la transnationalisation des mouvements sociaux. Elle s'intéresse également aux vifs débats entre les franges autonomes du mouvement et les partisans de la gauche institutionnelle qui auront lieu tout au long de l'existence de cette organisation. Par conséquent, alors que la gauche institutionnelle du mouvement tendait plutôt à une organisation verticale du mouvement afin de maximiser l’efficacité des pressions appliquées aux différents acteurs politiques, les autonomes visaient plutôt à une organisation horizontale et égalitaire de leurs mouvements, visant beaucoup plus à influencer le public que les décideurs politiques. La préfiguration politique – prefigurative politics – s’avère être leur tactique de choix. Bien qu’il soit normal que la présence de ces deux tendances au sein d’un même mouvement génère des tensions, l’auteure croit que ces deux pôles gagneraient à être considérés dans leur complémentarité plutôt que dans le conflit.

6Le quatrième chapitre traite de la résistance culturelle dans une perspective de mondialisation. Faisant à la fois appel à l'actionnalisme de Touraine et de Melucci qu'à la conception de l'hégémonie de Gramsci et aux travaux des penseurs de l'école de Frankfort, incluant Habermas, l'auteure analyse, à l'aide d'exemples concrets, l'importance de la culture et de tactiques spécifiquement culturelles des mouvements sociaux. Quelques exemples d'actions culturelles illustrent ce chapitre, notamment les occupations du mouvement antiroute anglais, la transnationalisation de la Slutwalk, originaire de Toronto, ou encore les larçins de Yomango. Les limites de cette forme d'activisme y sont également abordées.

7La cinquième section du livre aborde la question des rapports qu'entretiennent les mouvements sociaux avec les médias et les nouvelles technologies de l'information. Si les médias de masse peuvent s'avérer un outil puissant de changement social, ils peuvent aussi nuire grandement à certains mouvements sociaux, créant ainsi certains dilemmes qui sont bien illustrés par l'auteure. Au sujet des nouvelles technologies de l'information, et au-delà de la simple idée des médias sociaux devenus incontournables dans le travail de mobilisation des groupes contestataires, plusieurs grandes questions sont abordées comme l'accès gratuit à la connaissance, le logiciel libre et le cyberactivisme, par exemple. L'auteure consacre ainsi plusieurs pages à la constellation Anonymous, se demandant notamment si l'on peut qualifier cette organisation particulière de mouvement social.

8Le dernier chapitre s'articule entièrement autour d'une question importante : en tenant compte des récents mouvements sociaux de grande ampleur un peu partout sur la planète (le mouvement Occupy, le printemps arabe, le mouvement des Indignés en Espagne, etc.), assiste-t-on à un nouveau cycle de mobilisation planétaire ? Afin d'éclairer cette question, Flesher Fominaya passe en revue chronologiquement toutes ces grandes manifestations sociales et tente d'en trouver les dénominateurs communs ainsi que les principales différences. Quant aux éléments communs – le cadrage, l’utilisation de la préfiguration politique et de la tactique de l’occupation, le mode d’organisation autonome des mouvements et la diffusion transnationale évidente des informations, des tactiques et des militants – ils soulignent les liens forts unissant ces différents moments contestataires. Malgré cette convergenge, Flesher Fominaya n’offre pas de réponse définitive à la question posée. L'auteure souligne cependant qu'un certain virage a été effectué pendant cette période : plutôt que de se concentrer sur une critique de la mondialisation et de la libéralisation de l'économie, les revendications porteraient de plus en plus sur une meilleure répartition des richesses et sur une démocratisation accrue des sphères du pouvoir politique. Il en ressort clairement que cette dynamique, jumelée à l’effet des technologies de l’information, crée de nouveaux réseaux de processus culturels, complexes et dynamiques, bien décortiqués tout au long de l’ouvrage.

9Au final, il s'agit d'un excellent ouvrage portant sur les débats actuels des mouvements sociaux, l'un des premiers du genre à prendre pleinement en considération les grandes mobilisations récentes. Plutôt que de suggérer des réponses, il incite à la réflexion ce qui est fort appréciable lorsque l'on tente d'analyser des phénomènes très ancrés dans l'actualité et qui ne cessent d'évoluer.

Haut de page

Notes

1 Charles Tilly, The Politics of Collective Violence, Cambridge, Cambridge University Press, 2003

2 Alain Touraine, Sociologie de l’action, Paris, Les Éditions du Seuil, 1965.

3 Erving Goffman, Frame analysis : an Essay on the Organization of Experience, New York, Harper and Row, 1974.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Chicoine, « Cristina Flesher Fominaya, Social Movements and Globalization. How Protests, Occupations and Uprising are Changing The World », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 20 mai 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/18071

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page