Navigation – Plan du site

Sylvie Octobre (dir.), Questions de genre, questions de culture

Kevin Diter
Questions de genre, questions de culture
Sylvie Octobre (dir.), Questions de genre, questions de culture, Paris, DEPS Ministère de la Culture, 2014, 152 p., ISBN : 978-2-11-128156-1.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage collectif dirigé par Sylvie Octobre est le résultat d’un appel à projets de recherches, émis en 2011 par le ministère de la Culture et de la Communication, dans le cadre de la lutte contre les inégalités entre les femmes et les hommes. Il rassemble quatre articles qui retracent chacun la démarche et les conclusions d’une enquête sélectionnée et financée par le ministère à cette occasion. Les activités culturelles observées, les méthodes mobilisées et les populations interrogées varient selon les contributions, mais toutes questionnent les liens entre genre et culture. Elles s’interrogent à la fois sur ce que le genre fait à la culture et sur ce que la culture fait au genre, voire fait du genre. Autrement dit, les chercheur-e-s s’emploient d’une part à souligner la sexualisation des goûts et des pratiques en matière de culture et de loisirs, via l’analyse des processus de socialisation primaire et/ou secondaire. Mais elles et ils s’appliquent également à saisir dans quelle mesure les pratiques culturelles participent en retour à la socialisation de genre des individus, ainsi qu’à la reproduction des définitions légitimes de la masculinité et de la féminité. Ces travaux contestent par ailleurs la vision un peu trop mécanique et homogène de certaines approches de la socialisation, qui postulent l’influence des activités et des supports culturels sur les normes et les représentations de genre de leurs usagers. En s’appuyant sur les divers acquis des cultural studies et de la sociologie de la réception, les auteurs s’attachent plutôt à décrire les manières dont les individus s’approprient, « braconnent » ou transgressent les normes de genre véhiculées par et dans les différents loisirs culturels, ainsi que leurs conditions de félicité.

  • 1 En cela, elles font écho à de nombreuses recherches qui se sont développées depuis quelques années (...)

2Le premier chapitre, rédigé par Christine Détrez et Claire Piluso, est consacré à la culture scientifique et à son rôle dans la diffusion et la naturalisation des stéréotypes sexués. À partir d’une analyse de la scénographie et du contenu de plusieurs outils de médiation scientifique, tels que des expositions de découverte ou des magazines de vulgarisation pour enfants, les deux auteures rappellent en premier lieu le caractère fortement masculin et androcentré de la culture scientifique1. Quel que soit le corpus analysé, un même phénomène d’effacement et d’invisibilisation des femmes se révèle. Non seulement les métiers scientifiques représentés se conjuguent essentiellement au masculin, mais les femmes se retrouvent totalement évincées de l’histoire des sciences. Quand elles apparaissent, ce n’est que sporadiquement, dans des « rôles minorés socialement » ou pour illustrer des découvertes scientifiques et leurs effets. Si le travail de dénombrement offre la possibilité de généraliser la présence et la force de ces assignations sexuées, il pose des difficultés méthodologiques. Le classement et le comptage des personnages et des situations stéréotypés dépendent en partie des connaissances ordinaires des chercheur-e-s. Ils varient selon la manière dont ces dernier-e-s perçoivent, définissent et identifient les stéréotypes et contre-stéréotypes de genre. Pour pallier à ce type de problème, Christine Détrez et Claire Piluso invitent à se placer du côté des publics de ces productions et se proposent, dans un second temps, d’étudier les rapports que les enfants entretiennent à la culture scientifique. Elles démontrent ainsi qu’aimer la science et s’investir scolairement dans les disciplines scientifiques est étroitement lié au genre et à l’origine sociale des individus. Le goût pour la science est plus souvent manifeste et saillant chez les garçons, et notamment chez les garçons des classes moyennes et supérieures. Selon les enfants, ces différences d’intérêt pour la culture scientifique, et notamment la moindre appétence des filles pour la science, expriment des différences biologiques et génétiques. Ce serait en raison de leur cerveau ou de leur ADN que les filles ne se passionneraient pas autant que les garçons pour les domaines scientifiques. Pour les auteures, cette naturalisation des inégalités par les enfants ne découle pas directement des outils de diffusion scientifique, mais des nombreuses instances de socialisation à la culture auxquelles ces derniers sont confrontés depuis leur plus jeune âge. Il n’en reste pas moins que ces différents magazines, émissions et manifestations y contribuent pour une part, en invisibilisant les femmes et en rendant cet effacement légitime, et donc imperceptible aux yeux de leurs publics.

3Sandrine Rui et Eric Macé changent d’objet et examinent, à partir d’entretiens, les expériences médiaculturelles de jeunes gens âgés de 20 à 25 ans. Ils cherchent à rendre compte des différentes modalités d’appropriation des séries télévisées, des mangas ou autres jeux vidéo par les garçons et les filles, ainsi que le rôle de ces pratiques et usages différenciés dans la constitution de leur définition de soi et de leur rapport à l’autre sexe et au monde. Si toutes et tous partagent une « utopie égalitaire » où garçons et filles sont à la fois « pareils » et « différents » par nature, dans la mesure il existerait intrinsèquement des « trucs de garçons » et des « trucs de filles », les unes comme les autres réprouvent la hiérarchisation de ces différences et leur transformation en inégalités. Tou-te-s critiquent ainsi les clichés de genre présents dans leurs univers culturels, devenus en bonne partie mixtes, s’insurgeant contre les figures (repoussoirs) de la « bimbo » et du « macho » qui jouent de manière caricaturale, voire sur-jouent, la féminité et la masculinité. Afin de s’extraire de ces archétypes sexistes et de préserver leur singularité, ces jeunes gens composent avec les normes de genre proposées par les médiacultures. Ils et elles mobilisent voire mélangent selon les circonstances des caractéristiques perçues comme féminines ou comme masculines, prenant garde à « faire avec le genre » plutôt qu’à « faire [leur] genre ». Ce faisant, les auteur-e-s soulignent que la (re)production des inégalités de genre résulte moins de ces pratiques culturelles et de leur contenu misogyne et androcentré que des rapports au monde différenciés qu’ils proposent. En favorisant l’attention aux relations et la culture sentimentale pour les unes et l’égocentrisme, la valorisation de l’expertise, de l’épreuve et de la compétition pour les autres, les médiacultures contribuent au maintien des rapports de genre. Toutefois, ces visions du monde ne sont pas appropriées à l’identique par l’ensemble des filles et des garçons. Les chercheur-e-s remarquent ainsi des variations selon leur position dans l’espace social.

4À partir de recherches menées en Martinique sur la pratique d’une danse traditionnelle, le bèlè, sur la réception d’une série télévisée, La Baie des Flamboyants, et sur la scène slam, Nathalie Almar, Roger Cantacuzène et Nadine Lefaucheur sondent les liens entre identité de culture, identité de genre et pratiques culturelles. Plus précisément, les auteur-e-s essaient de comprendre dans quelle mesure ces activités et productions culturelles participent au processus de construction de l’identité martiniquaise et à la (re)définition de son régime de genre, historiquement basé sur un double principe de réputation (masculine et anticoloniale) et de respectabilité (féminine et coloniale). Malgré la féminisation du bèlè et son expansion au sein des classes moyennes depuis le milieu des années 1980, la répartition des places et des rôles reste encore largement sexuée et inégalitaire. Les danseur-e-s et les musicien-ne-s qui modifient à la marge la chorégraphie ou les arrangements font l’objet de multiples rappels à l’ordre du genre, sous couvert de préservation et de respect de la tradition, de l’identité culturelle. Ainsi en est-il par exemple du port du panty en lieu et place du jupon. Si certains leaders se sont élevés contre cette substitution, c’est parce que ce dernier est symboliquement le garant de la respectabilité des femmes et de la réputation des hommes, et notamment des « hommes forts », i.e. des « coureurs de jupon ». La Baie des Flamboyants, dont l’action se situe dans les Caraïbes, ne constitue pas non plus un moyen pour les téléspectateurs de remettre en cause les frontières traditionnelles du genre. Dans la mesure où la série, écrite par des « blancs » et censée représenter la société antillaise, superpose aux clichés de genre des clichés de race associés au colonialisme, les téléspectateurs s’insurgent contre l’image dévalorisante donnée de leur identité et de leur société plutôt que contre les stéréotypes sexistes. C’est finalement au sein de la scène slam et des confrontations entre les différent-e-s artistes que les auteur-e-s décèlent les premiers jalons d’une déconstruction des catégories de genre, de race et de genre racialisées, héritières du temps esclavagiste, et voient des possibilités de refonte des identités martiniquaises et des représentations de genre qui leur sont associées.

5Le dernier chapitre, rédigé par Viviane Albenga, Reguina Hatzipetrou-Andronikou, Catherine Marry et Ionela Roharik, s’intéresse à un domaine peu traité en sociologie de la culture, celui des pratiques musicales en amateur. Peu répandues mais présentes dans tous les milieux sociaux, ces pratiques mettent en évidence la forte « emprise du genre » sur les trajectoires culturelles des individus. Si les hommes s’investissent davantage et de manière relativement durable et intensive dans un style ou un instrument, ce n’est pas le cas des femmes. Ces dernières expérimentent au cours de leur vie plus de pratiques et de façon moins continue. Elles y consacrent moins de temps et ont moins d’occasion et de lieu pour s’y adonner. Ces trajectoires sexuellement différenciées s’expliquent, d’une part, par des contraintes familiales plus fortes pour les unes que pour les autres et, d’autre part, par des socialisations à la pratique musicale différentes. Si la famille, et notamment la mère, joue un rôle prééminent dans la découverte de la pratique musicale et le choix (sexué) des instruments, les ami-e-s et les conjoint-e-s ont également une influence, surtout à l’âge adulte, dans les cas de réorientations de pratiques ou d’appropriation d’instruments associés au sexe opposé. Selon les auteures, ce sont les « socialisations adultes » qui rendent possibles les réaménagements de goûts voire les transgressions de genre – qui restent plus faciles pour les femmes que pour les hommes.

6Au final, l’ouvrage dirigé par Sylvie Octobre est intéressant à plusieurs égards. Non seulement il démontre, dans un langage clair et précis, la « prégnance du genre » sur les pratiques culturelles et le poids de ces dernières dans l’apprentissage ou la reformulation des normes de genre, mais il souligne également, dans une perspective intersectionnelle, la manière dont les autres déterminants sociaux participent à la constitution des goûts et des dégoûts culturels et modifient, voire complexifient, l’impact du genre. Muni d’une bibliographie étayée, ce recueil fournit un bon état des lieux des études de genre dans le domaine culturel et offre des pistes de recherches heuristiques et prometteuses pour qui souhaite questionner les liens réciproques entre genre et culture.

Haut de page

Notes

1 En cela, elles font écho à de nombreuses recherches qui se sont développées depuis quelques années sur la manière dont les manuels scolaires, les albums illustrés pour enfants ou les encyclopédies participent à la légitimation des rapports sociaux de sexe. Cf., par exemple, Détrez Christine, « Il était une fois le corps... », Sociétés contemporaines, n°59-60, 2005, p. 161-177 ou encore Brugeilles Carole, Cromer Isabelle, Cromer Sylvie, « Les représentations du masculin et du féminin dans les albums illustrés », Population, n°56 (2), 2002, p. 261-292.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kevin Diter, « Sylvie Octobre (dir.), Questions de genre, questions de culture », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 21 mai 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/18079

Haut de page

Rédacteur

Kevin Diter

Doctorant en sociologie à l’Inserm, allocataire IEC du DIM « Genre, inégalités et discriminations » de la région Île-de-France

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page