Navigation – Plan du site

Michel Signoli, Yves Desfossés (dir.), « La Grande Guerre des Corps », Corps, n° 12 (2014), 2015.

Nicolas Haesler
La Grande Guerre des corps
Michel Signoli, Yves Desfossés (dir.), « La Grande Guerre des corps », Corps, n° 12 (2014), 2015, 250 p., Paris, CNRS Éditions, ISBN : 978-2-271-08083-7.
Haut de page

Texte intégral

1La revue interdisciplinaire CORPS consacre son douzième numéro au thème du corps dans la première guerre mondiale. Deux parties clairement distinctes s’approprient cette thématique. La première s’intéresse au corps dans la guerre. Elle consacre de grandes parties aux archives archéo-anthropologiques, c’est-à-dire les exhumations des traces matérielles de la Grande Guerre, qui permettent « de révéler l’inventivité et l’adaptabilité des hommes plongés dans une réalité quotidienne épouvantable » (p. 12). La deuxième partie quant à elle se consacre au mot « corps » dans le discours militaire. La revue se clôt sur un ensemble d’articles hétérogènes sur la thématique du corps, allant des dessins de guerre de Marcel Pendanx jusqu’à la problématique de la ménopause sous son acception sociale, en passant par le maraboutage au Sénégal ou encore le tennis du XVIe au XXe siècle. Nous nous bornerons à rendre compte ici des articles relatifs à l’énoncé principal de la revue, à savoir les corps dans la Grande Guerre.

  • 1 Yves Desfossés est l’auteur d’un ouvrage important sur cette approche archéo-anthropologique : Desf (...)
  • 2 En l’occurrence il s’agit avant tout de la traduction de l’historique régimentaire de l’unité allem (...)

2La première partie de la revue s’ouvre avec un ensemble de trois articles qui se consacre à l’approche archéo-anthropologique. Yves Desfossés, qui est un de ses éminents représentants, entame celle-ci1. Dans son article intitulé « Corps enfouis, corps sans sépulture : corps de soldats allemands (Saint-Léonard, Marne, 26 septembre 1914) », il décrit minutieusement les fouilles de quatre fosses dans la Marne et les enseignements tirés des exhumations de six soldats allemands retrouvés enfouis avec des objets français. Son article n’expose pas seulement les aspects techniques de l’exhumation, mais décrit les conclusions que les chercheurs parviennent littéralement à extraire de ces traces matérielles enfouies et dont l’interprétation illustre véritablement ce que Michel Signoli et Yves Desfossés ont appelé dans l’introduction de la revue « l’approche anthropo-médico-légale » (p. 12). En recoupant ces archives biologiques avec des archives écrites2, le chercheur parvient à retracer l’histoire de ces fosses et à expliquer la présence d’objets français sur des cadavres allemands. En effet, il s’agit de cadavres allemands qui furent enterrés par des soldats français ayant reconquis une position abandonnée aux allemands lors de l’offensive allemande du le 26 septembre 1914. Avec cet exemple, Yves Desfossés démontre l’intérêt de cette recherche historique par croisement de données archivistiques et archéologiques qui « permet une approche renouvelée des pratiques funéraires ou leur absence au cours de la Première Guerre Mondiale » (p. 24).

3Le deuxième article de Louise Loe, Kate Brady et Michel Signoli se consacre à des fouilles dans le secteur de Fromelles, où les troupes australiennes engagées sur le front de la Somme connurent un des épisodes les plus sanglants de l’histoire militaire australienne lors de la deuxième bataille de Fromelles. L’article ressemble au premier en ce qu’il décrit avec minutie les aspects techniques des fouilles réalisées par l’Oxford Archeology (OA) afin de retrouver et d’identifier les corps. L’article est essentiellement descriptif et n’apporte pas d’élément de réflexion supplémentaire à une discussion épistémologique sur l’approche archéo-anthropologique et sa contribution à l’histoire. Néanmoins, la narration détaillée de l’avancement des fouilles, de découvertes d’objets et de squelettes et les difficultés dans le travail d’identification apportent des illustrations éclairantes sur le travail d’exhumation.

4Le troisième article se penche également sur l’identification des corps. En s’intéressant plus précisément aux plaques d’identités, dont l’introduction et la généralisation au sein des armées reflètent les discussions menées au niveau de l’État major par rapport à la « gestion des corps et notamment en termes d’inhumation » (p. 37). À travers plusieurs exemples de fouilles récentes, Éric Marchal montre l’importance de ces plaques d’identification pour le travail d’identification. Il soulève que ces plaques furent parfois laissées intentionnellement sur les corps afin de permettre une identification ultérieure.

5Les deux articles suivants se consacrent à deux thématiques bien spécifiques. Le premier se démarque de l’approche archéo-anthropologique. Marie-Andrée Roze Pellat s’y intéresse à une catégorie de victimes particulière : ceux qu’on appelle communément les « gueules cassées ». La particularité de la catégorie des blessés au faciès vient d’une part de la nature de la blessure et d’autre part du progrès médical qu’il a initié. D’une part, les blessures au visage représentent une véritable atteinte à l’identité même du soldat et hypothèquent ainsi considérablement un retour à la vie civile. D’autre part, l’absence d’important tissu graisseux ou musculaire et la complexité du faciès fait que les réparations maxillo-faciales sont difficiles. « Pendant la Grande Guerre, les soins que demandent ces blessés sont nouveaux, aucun consensus n’est encore retenu et chaque praticien, confronté à ces cas, doit réfléchir et innover : comment redonner un visage à ces soldats ? » (p. 45). Il y a donc différentes techniques – les différents types de greffes, les traitements prothétiques - qui sont élaborées, testées et améliorées durant ce conflit.

6Franck Lesjean s’intéresse à une dimension particulière et relativement méconnue de cette histoire de la corporéité dans la Grande Guerre : les aliments. À travers les fouilles et les recherches sur les traces de l’alimentation des soldats durant le conflit, nous ne découvrons pas seulement les différents vivres dont se nourrissaient les hommes, mais aussi les habitudes alimentaires des différentes troupes et la gestion de l’alimentation durant le conflit. Ainsi, les fouilles dans les dépotoirs montrent par exemple que les Allemands du Nord se nourrissaient plus souvent de poisson – notamment de hareng – que le reste de la troupe, ou que les soldats bénéficiaient de viande fraîche durant des périodes calmes tandis que lors de batailles la viande provenait de boîtes en fer blanc. Le contenu et la qualité du dépotoir nous donnent un « photographie du quotidien pour lequel il n’existe pratiquement pas d’écrits » (p. 50).

7Les deux articles qui terminent la première partie de la revue se détachent de la thématique initiale du corps et se tournent résolument vers l’espace et les archives archéologiques. L’article d’Alain Jacques s’intéresse au système de tunnels et d’abris souterrains qui ont été creusés par les troupes néo-zélandaises dans la région d’Arras, en vue de l’offensive britannique de 1917 visant à dégager la ville. L’article d’Éric Marchal, quant à lui, se consacre à l’appropriation nationale des anciens champs de bataille dans le patrimoine historique de la France, et au travail de mémoire qui s’est crée autour de ce que Pierre Nora nommait les « lieux d’histoire ».

8La deuxième partie de la revue se consacre au mot « corps » dans l’univers linguistique militaire. Au travers d’articles relativement brefs – en moyenne deux pages – qu’il serait fastidieux de résumer ici un à un, les différents auteurs nous donnent un aperçu intéressant et varié de l’emploi et des acceptions de ce concept dans l’univers militaire. Il est possible d’identifier deux principales catégories d’articles qui ne permettent pas un répertoriage complet mais une structuration de cette profusion de textes. La première catégorie renferme les articles touchant à l’aspect technique de l’armée. On peut subsumer à cette catégorie des articles sur les différents composants architecturaux de bâtiments militaires (p. 85), les tenues de camouflage (p. 91 et p. 139), les ponts flottants (p. 135) ou encore l’armement (p. 137). Ainsi, il est étonnant de constater que dans le langage militaire le mot « corps » peut désigner des aspects techniques aussi variés que le corps d’obus, des fortifications (corps de garde, corps d’enceinte etc…) ou encore des ponts (corps de support).

9La deuxième catégorie concerne la structure de l’armée en tant qu’institution. On y trouve par exemple des articles sur différentes unités militaires (le corps d’artillerie p. 87, le corps d’élite p. 111, le corps franc p. 103 ou encore le Freikorps p. 115) mais aussi sur l’armée dans sa globalité (par exemple les corps féminin p. 113, le général de corps d’armée, ou encore le corps indigène p. 125).

10Considérés individuellement, les articles apportent des informations intéressantes. Nous apprenons par exemple que, de par sa complexité d’exécution, le corps d’artillerie était durant la Grande Guerre l’unité militaire ayant la plus grande mixité sociale, car elle requérait le savoir très spécifique et technique d’ingénieurs et de paysans. Par ailleurs, l’article de Julia Heinemann rend attentif au fait que l’hétérogénéité sociale et la complexité organisationnelle et idéologique des Freikorps interdit de les appréhender dans une continuité directe avec les structures paramilitaires nationale-socialistes.

11Considérés globalement, cette accumulation d’articles est très certainement informative mais aussi un peu déroutante. En effet, le pari du glossaire qui a été fait dans cette deuxième partie peut à la fois intéresser et déconcerter. Intéresser parce que ces articles donnent un large aperçu de champs thématiques captivants dont certains peuvent et doivent encore être davantage approfondis. Déconcerter car il manque à ces textes un leitmotiv théorique et méthodologique qui parviendrait à rassembler cette foison d’articles. L’article d’Eric Deroo et Dominique Chevé au début de la deuxième partie essaie de faire cela et contribue ainsi à l’élaboration d’une grille de lecture plus théorique – osons peut être le mot philosophique – qui montre par exemple de façon très intéressante la fonction combinatoire pratique et symbolique du langage militaire, et l’humanisation de l’espace national où il y a « fusion des âmes, des corps et du sol, des chairs mêlées à la boue… » pour former une nation unie et dressée contre l’ennemi (p. 81). Une approche plus globalisante et plus théorique aurait permis de mieux apprécier les différentes contributions du glossaire, qui montrent toutes finalement que « la Grande Guerre peut être saisie comme un terrain de fabrique des corps, [comme un] moment de confrontation entre corps réels, factuels, et corps social et symbolique » (p. 79).

Haut de page

Notes

1 Yves Desfossés est l’auteur d’un ouvrage important sur cette approche archéo-anthropologique : Desfossés, Y., Prilaux, A., Archéologie de la Grande Guerre, Editions Ouest-France, INRAP, 2008.

2 En l’occurrence il s’agit avant tout de la traduction de l’historique régimentaire de l’unité allemande engagée dans ce secteur et des textes issus du journal de marche et d’opération (JOM) de l’armée française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Haesler, « Michel Signoli, Yves Desfossés (dir.), « La Grande Guerre des Corps », Corps, n° 12 (2014), 2015. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 20 mai 2015, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/18092

Haut de page

Rédacteur

Nicolas Haesler

Doctorant en histoire contemporaine à l’université de Zurich (Forschungsstelle für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte FSW-UZH).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page