Navigation – Plan du site

Steve Faigenbaum, City of Dreams

Raphaël Gans
City of dreams
Steve Faigenbaum, City of dreams, Paris, Blaq Out, 2015.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’emploi des qualificatifs « noirs » et « blancs » rend compte des oppositions raciales telles qu’e (...)
  • 2 De manière générale, « ville » renvoie ici à l’espace municipal de Detroit et des deux municipalité (...)

1La ville de Détroit était une usine à rêves. Des centaines de milliers d’immigrés, blancs et noirs1, sont venus d’Europe et du sud des États-Unis au XXe siècle pour y travailler dans l’industrie automobile, attirés par des emplois peu qualifiés, bien payés et relativement protégés. Ces emplois leur donnaient l’espoir d’acheter une maison et une voiture, de progresser dans l’échelle sociale, autrement dit l’espoir de vivre le rêve américain. Mais ce rêve s’est brisé. Dans la seconde moitié du XXe siècle, la mécanisation de la production automobile, puis la désindustrialisation de Detroit ont fait massivement disparaître les emplois et ont vidé la ville2 de la majeure partie de ses habitants. Détroit est essentiellement devenue un espace de relégation et de ségrégation pour les plus pauvres, souvent afro-américains. Les espoirs d’enrichissement et de réussite de ceux qui y vivent ont été enterrés sous les ruines des usines et des maisons abandonnées. City of Dreams est la chronique de ces rêves déçus.

2Ce premier film documentaire de Steve Faigenbaum est un récit familial articulé à l’histoire de Detroit et, en toile de fond, à celle des États-Unis. Il raconte la vie et les espoirs des grands-parents juifs polonais de Steve Faigenbaum, venus dans les années 1910, et de leurs descendants. Il confronte leur destin à ceux des autres immigrés de Detroit, surtout des Afro-américains.

  • 3 Sur ces œuvres, voir le dossier « Detroit, portrait d’un phénix urbain », publié par Balise, le web (...)

3Ce documentaire parait en DVD accompagné de suppléments qui en renforcent les thèses : entretiens avec Steve Faigenbaum et avec l’historien Thomas J. Sugrue, épreuves de tournage des rencontres avec les habitants de Detroit, publicités commandées par les industriels de l’automobile. Ce film s’ajoute aux nombreuses œuvres dont Detroit a fait l’objet ces dernières années, au point qu’on pourrait penser qu’un genre est né3. Il apporte à celles-ci une dimension historique et géographique qui pouvait leur manquer.

  • 4 Il s’agit de trois séquences montrant le centre des affaires : nocturne et illuminé, traversé d’aut (...)

4Exception faite des paysages de Detroit qui ouvrent et ferment le documentaire4, le dispositif narratif du film repose sur la confrontation de trois types de séquences : des entretiens avec des témoins de l’histoire de Detroit, y compris des membres de la famille de Steve Faigenbaum ; des scènes de déambulation du réalisateur dans Detroit, qu’il commente en voix off ; enfin, des images d’archives, photographies ou films, sur lesquelles se superposent souvent des propos de Steve Faigenbaum ou de témoins. Ces dernières ont été produites par des personnes privées, par des entreprises d’actualités cinématographiques et télévisées, ou encore par l’industrie automobile. Elles témoignent de moments de vie quotidienne des habitants de Detroit, d’évènements qui ont marqué la ville et du poids économique et culturel de l’automobile, à laquelle les notions de prospérité et de progrès étaient associées.

  • 5 Dans un film, seul le générique permet de savoir d’où sont extraites les images d’archives, sans in (...)
  • 6 Cérémonie familiale de la Pâque juive.
  • 7 Welles Orson, Citizen Kane, 1941 ; Capra Frank, La Vie est belle (It's a Wonderful Life), 1946.

5Dans ce documentaire, l’utilisation de l’image d’archives relève de trois dispositifs5. Ainsi, lorsque Steve Faigenbaum insère les images d’un défilé de la communauté yiddish et d’un séder6 familial, lorsqu’il montre des photographies d’Afro-américains, il utilise ces documents pour illustrer l’installation à Detroit de ces populations et présenter les protagonistes réels ou symboliques de l’histoire qu’il entreprend. Ailleurs, des photographies viennent renforcer le commentaire de Steve Faigenbaum en montrant ce qu’il énonce : manifestations des membres du Ku Klux Klan dans les années 1920 ; populations afro-américaines habitant les taudis du centre dans les années 1940 ; « Marche pour la liberté » réunissant le maire de Detroit Joseph Kavanagh et Martin Luther King Jr en 1963. Certaines séquences réveillent la mémoire du spectateur : telle une scène d’enfants glissant en luge sur la neige, qui font penser autant à Citizen Kane qu’à la Vie est belle7. D’autres images, enfin, contribuent à la progression du documentaire : films de propagande publique dénonçant l’existence des immeubles insalubres et surpeuplés de Detroit ; publicités des constructeurs automobiles ; vidéos télévisées des émeutes « raciales » de Detroit en 1967, que critiquent les commentaires de Steve Faigenbaum ou des témoins. Ces différents usages d’images d’archives variées constituent un dispositif rhétorique qui semble avoir pour but de donner une réelle substance à la vie des habitants, de rendre leur expérience véridique, de renforcer l’effet des témoignages et, par conséquent, de renforcer les jugements énoncés par Steve Faigenbaum et ses interlocuteurs.

  • 8 Sugrue Thomas J., The Origins of the Urban Crisis: Race and Inequality in Postwar Detroit, Princeto (...)

6Le documentaire de Steve Faigenbaum illustre, à travers une monographie familiale, les thèses développées par l’historien Thomas Sugrue8. Le cinéaste éclaire l’histoire de sa famille et lui donne sens en l’inscrivant dans le cadre des transformations économiques et sociales de Detroit. Il montre, parfois avec réticence, que le comportement de sa famille fut conforme à celui de la classe moyenne de Detroit.

7Le film affirme que les Noirs ont été confrontés au maintien de la ségrégation à Detroit, contrairement aux immigrés blancs, y compris juifs. Attirés dans le nord depuis les années 1920 par de meilleures conditions d’emplois, autorisés à travailler dans les usines d’armement au début de la seconde guerre mondiale, les Noirs furent confrontés à la ségrégation sur leurs lieux de travail. Leur révolte a contribué à y mettre fin en 1943 à Detroit, mais la ségrégation résidentielle subsista jusqu’aux années 1960, avec le soutien des autorités politiques. Un mur, le « Detroit 8 mile wall »9, érigé entre deux lotissements, l’un blanc, l’autre noir, reste le symbole de cette ségrégation.

8Confinés à l’origine dans les quartiers centraux vétustes, les Afro-américains ont pu accéder à la propriété, parfois à l’aide des programmes sociaux, tant que l’industrie automobile leur fournissait des emplois. Dès les années 1950, la destruction de quartiers afro-américains – au profit de la construction de voies rapides – ainsi que la pression démographique ont conduit ceux qui le pouvaient à s’installer dans des quartiers blancs. Ce mouvement fut encouragé par les agents immobiliers, qui y voyaient l’occasion de gains substantiels : les habitants blancs de ces quartiers leur cédaient des biens immobiliers à un prix inférieur à celui du marché, puis ces agents les revendaient aux Noirs à un prix supérieur.

  • 10 Voir aussi : Stazak Jean-François, « Détruire Détroit. La crise humaine comme produit culturel », A (...)

9La construction d’autoroutes, soutenue par les pouvoirs publics et l’industrie, visait à relier le centre-ville à sa périphérie tout en stimulant la production automobile. Elle a encouragé les membres des classes moyennes et supérieures blanches, disposant de véhicules, à quitter le centre pour la périphérie de Detroit, puis pour sa banlieue. Ce mouvement accompagnait celui des emplois industriels et tertiaires qui se développaient dans ces espaces périphériques, tandis que le travail se raréfiait en centre-ville10. Dans le même temps, l’automatisation des chaînes de montage, entamée dans les années 1950, a fait disparaître les emplois les moins qualifiés, occupés par les Afro-américains, mettant fin à leur bref espoir d’accéder eux aussi au rêve américain.

10Les émeutes « raciales » qui frappèrent Detroit en 1967 et la fusillade de mars 1969 entre militants nationalistes afro-américains et policiers ont traduit les frustrations et la radicalisation politique des jeunes noirs, confrontés au maintien de la ségrégation, aux tensions avec la police et au chômage. Selon la plupart des témoins interrogés par Steve Faigenbaum, ces évènements rendirent la fuite de la majorité de la population blanche définitive.

11Enfin, la crise de l’industrie automobile, récurrente depuis la fin des années 1970 et rendue manifeste par la fermeture des usines, a provoqué le lent déclin démographique du centre de Detroit. Depuis 2007, les crises financières ont amplifié ce mouvement, que les tentatives de revitalisation du centre d’affaires n’ont jusqu’à présent pas permis de renverser.

12Steve Faigenbaum montre que sa famille elle-même participa au « white flag », à la fuite des populations blanches vers la périphérie. Une cousine de Steve Faigenbaum ironise sur le fait que l’arrivée de Noirs dans les écoles de Blancs avait poussés les parents du réalisateur à quitter la ville, alors qu’ils justifiaient leur départ en banlieue par la qualité de l’éducation qu’allaient y recevoir leurs enfants. Contrairement aux Afro-américains, les Faigenbaum, comme d’autres familles juives, ont bénéficié de l’érosion des sentiments antisémites qu’avaient incarnés Henri Ford et le père Coughlin à Detroit, jusqu’à la fin des années 1940. Cela a facilité leur intégration. La plupart des familles juives ont assimilé les valeurs dominantes de la société blanche. Ceci explique qu’elles en aient adopté les comportements, tout en pouvant prétendre ne pas en partager les préjugés raciaux. Contrairement à la plupart des familles afro-américaines, la famille Faigenbaum a vu le rêve américain se concrétiser pour elle : ses membres ont accédé à la propriété d’une maison en banlieue et d’une, voire de deux automobiles ; certains ont même quitté la région, comme le réalisateur de City of Dreams !

13Le film est empreint d’une nostalgie soulignée par une musique en mode mineur. Il débute et finit par la visite de la maison vide des grands parents de Steve Faigenbaum. Cette construction traduit le regret que ce dernier éprouve à voir les lieux de son enfance à l’abandon et les vestiges de vies entières en train de disparaître. La ville de Detroit est devenue « un cimetière de rêves », parce que le souvenir de ceux qui l’ont bâtie et peuplée n’est plus qu’un vaste champ de ruines.

Haut de page

Notes

1 L’emploi des qualificatifs « noirs » et « blancs » rend compte des oppositions raciales telles qu’elles ont été et sont vécues par les habitants de Detroit.

2 De manière générale, « ville » renvoie ici à l’espace municipal de Detroit et des deux municipalités autonomes enclavées en son sein, « banlieues » aux municipalités situées au-delà de ces limites.

3 Sur ces œuvres, voir le dossier « Detroit, portrait d’un phénix urbain », publié par Balise, le webmagazine de la bibliothèque publique d’information, disponible en ligne : http://www.bpi.fr/histoire/detroit-portrait-dun-phenix-urbain. Nous pourrions proposer le néologisme de « Detroy » pour désigner ces œuvres.

4 Il s’agit de trois séquences montrant le centre des affaires : nocturne et illuminé, traversé d’autoroutes, puis gelé dans la brume d’un jour d’hiver, en ouverture du film, puis sous un ciel d’été, à la fin ; trois représentations du rêve, de la crise et d’un possible renouveau.

5 Dans un film, seul le générique permet de savoir d’où sont extraites les images d’archives, sans informer sur leur production et leur sens d’origine. Sur ce sujet, voir : Mills-Affin Édouard, Le Documentaire et les images d'archives, cours en ligne : https://www.canal-u.tv/video/tcp_universite_de_provence/le_documentaire_et_les_images_d_archivess_penser_le_cinema_documentaire_lecon_5.6971.

6 Cérémonie familiale de la Pâque juive.

7 Welles Orson, Citizen Kane, 1941 ; Capra Frank, La Vie est belle (It's a Wonderful Life), 1946.

8 Sugrue Thomas J., The Origins of the Urban Crisis: Race and Inequality in Postwar Detroit, Princeton, Princeton University Press, 2014 [1996].

9 Voir la présentation du mur sur le site : http://detroiturbex.com/content/neighborhoods/8milewall/index.html.

10 Voir aussi : Stazak Jean-François, « Détruire Détroit. La crise humaine comme produit culturel », Annales de Géographie, vol. 8, n° 607, 1999, p. 277-299, disponible en ligne : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1999_num_108_607_21558 ; Popelard Allan, « Catastrophe du rêve », Hérodote, n° 132, 2009, disponible en ligne : http://www.herodote.org/IMG/pdf/Herodote_132_Popelard.pdf. La thématique du rêve au sujet de Detroit mériterait une analyse à elle seule.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Gans, « Steve Faigenbaum, City of Dreams », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/18119

Haut de page

Rédacteur

Raphaël Gans

Enseignant d’histoire-géographie et éducation civique dans le secondaire.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page