Navigation – Plan du site

Régis Revenin, Une histoire des garçons et des filles. Amour, genre et sexualité dans la France d’après-guerre

Cécile Thomé
Une histoire des garçons et des filles
Régis Revenin, Une histoire des garçons et des filles. Amour, genre et sexualité dans la France d'après-guerre, Paris, Vendémiaire, 2015, 352 p., ISBN : 9782363581747.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Qui sont constitués « de l’entretien d’arrivée, de l’enquête sociale, des notes quotidiennes rédigé (...)
  • 2 On pense notamment aux travaux d’Anne-Marie Sohn à partir de ce type d’archives et sur des thèmes l (...)

1« Avant “mai” [1968], tout n’aurait été que puritanisme, refoulement, répression », écrit Régis Revenin en introduction d’un ouvrage qui vise, au contraire de toute généralisation caricaturale, à brosser un portrait précis et nuancé des relations amoureuses et sexuelles des « Trente Glorieuses ». L’historien s’appuie pour ce faire sur plusieurs sources : la première, inédite est originale, est constituée par les dossiers des jeunes hommes placés au COPES (Centre d’observation public de l’Éducation surveillé) de Savigny-sur-Orge entre 1945 et 1972. La richesse de ces dossiers1 permet une analyse détaillée des opinions, représentations et pratiques de ces jeunes hommes en matière de relations intimes et montre, comme le souligne Revenin lui-même, que les réticences des historien·ne·s à utiliser des sources portant sur les jeunes « qui vont mal » gagnent à être dépassées. La seconde source, plus traditionnelle2 mais là aussi inédite, est constituée par un fonds d’archives judiciaires : les dossiers de procédures correctionnelles et criminelles à Paris entre 1943 et 1971. Enfin, Revenin s’appuie plus ponctuellement sur des statistiques judiciaires ou sur des sondages de l’époque, sur l’analyse de journaux de cette période et sur des extraits d’entretiens conduits avec des hommes gays ou bisexuels nés dans la première moitié du xxe siècle. Des sources diverses et riches, donc, mais dont on peut constater déjà qu’elles laissent plutôt la parole aux « garçons » qu’aux « filles » du titre.

2Le propos s’ouvre sur la recherche des traces d’une « éducation sexuelle informelle » des jeunes. En matière de sexualité, le silence est généralement de mise dans les familles et une ignorance massive perdure jusque dans les années 1970 (ce qui se reflète dans le vocabulaire principalement argotique utilisé pour parler de sexualité). Les jeunes hommes s’en remettent donc aux magazines et aux films pornographiques hétérosexuels, accessibles malgré la censure (et même, à partir des années 1960, parfois fournis par leurs pères) ; l’accès à ce type de médias est moins aisé pour les jeunes homosexuels, qui se rabattent sur des revues naturistes et culturistes. Mais c’est aussi par la socialisation entre pairs que l’on s’éduque à la sexualité, et Revenin souligne qu’« en internat, l’initiation peut passer par une participation concrète aux activités masturbatoires entre garçons, qui signe l’entrée dans le groupe des hommes » (p. 35). Considérée comme « normale » pour les adolescents, la masturbation ne semble cependant pas envisageable pour les jeunes filles : ainsi quand la sexologue du magazine Mademoiselle Âge Tendre évoque le sujet en 1969, c’est uniquement pour rassurer les lectrices sur le fait que les garçons qui la pratiquent ne sont « ni malsain[s], ni vicieux ». L’analyse des archives judiciaires renseigne aussi indirectement sur cette éducation informelle, en soulignant ce qui est autorisé ou non : ainsi le délit le plus fréquent est l’« outrage public à la pudeur », tandis qu’agressions sexuelles et viols sont souvent minimisés, et les victimes discréditées comme « filles faciles ». Mais l’éducation n’est pas que sexuelle : elle habitue aussi à un certain système de genre. La force de ce système, et son hétéronormativité, se perçoivent dans la répression à l’encontre de relations homosexuelles, souvent assimilées, sans preuve, à des violences.

3L’éducation sexuelle peut aussi se faire plus formelle, et l’après-guerre voit le développement des débats sur le rôle que devrait y jouer l’école. Revenin n’homogénéise pas la période, et parvient à rendre compte des évolutions qui se produisent dans ce domaine en quelques décennies. La mixité, en particulier, est débattue : crainte par les catholiques pour lesquels elle favoriserait « une sexualité précoce et désordonnée », elle est cependant réputée favoriser l’hétérosexualité. Si l’éducation sexuelle à proprement parler reste encore très peu répandue, l’idée de son utilité fait son chemin dans les médias, notamment à travers des articles de L’École des parents (une vingtaine entre 1967 et 1975), des reportages télévisés, ou encore une rubrique dédiée que l’on retrouve dans certains magazines pour jeunes filles à partir de la fin des années 1960. Le discours moral persiste cependant, comme en témoignent les réactions autour de la célèbre affaire Carpentier, du nom d’un médecin ayant diffusé en 1971 un tract visant à apprendre aux lycéens à « faire l’amour », et en particulier à se préoccuper de leur désir et de leur plaisir (Carpentier a d’ailleurs été suspendu pour un an par le Conseil national de l’Ordre des médecins). Finalement, les programmes scolaires intègrent l’éducation sexuelle en 1973 – une intégration qui restera longtemps théorique.

4Mais les Trente Glorieuses sont aussi propices à la naissance d’une « culture jeune » particulière, qui s’incarne dans les magazines (Salut les copains et tous ses succédanés) et les « idoles » (Johnny, Sylvie et les autres…). C’est aussi le moment de développement de cultures alternatives comme celles des beatniks ou encore des blousons noirs. Encouragée par les campagnes publicitaires, l’attention à l’apparence devient cruciale pour les garçons comme pour les filles (même si le « désir de séduire » reste genré : « naturel » pour les filles, il est considéré comme un « moyen » pour les garçons de parvenir à l’acte sexuel). Les nombreux témoignages de garçons proposés par Revenin mettent bien en évidence cette transformation progressive du rapport masculin à l’apparence, ainsi que les affrontements entre les différents mouvements (les « minets » sont ainsi considérés comme des « snobs », voire même des « tantouzes », par les « blousons noirs »). Ces modes font aussi craindre l’homosexualité des jeunes hommes : ainsi, parmi les signes de celle-ci listés en 1965 par l’hebdomadaire gaulliste Le Nouveau Candide, on trouve la « propreté excessive » ou encore le « souci exagéré de la beauté de son corps et de son élégance vestimentaire » (p. 117). C’est la période de la naissance d’une culture du flirt dans les « surboums » et autres surprises-parties, et le baiser « avec la langue », encore très osé dans les années 1940, devient progressivement une pratique adolescente courante. Difficile cependant de savoir jusqu’où aller sans être ni une « salope » ni une « allumeuse » : les lois du genre rappellent à l’ordre les femmes qui s’éloignent de la posture modeste qui doit être la leur : se faire draguer, oui ; draguer, non.

5Revenin consacre ensuite un chapitre aux « amitiés et amours entre garçons », mettant en lumière des problématiques souvent occultées dans des ouvrages généraux sur l’amour et la sexualité. Les questionnaires du COPES de Savigny lui permettent en particulier de renseigner l’évolution des pratiques homo et bisexuelles. Revenin souligne aussi que, contrairement aux représentations d’une période particulièrement conservatrice (avec une pénalisation accrue des pratiques homosexuelles à partir du gouvernement de Vichy), la période est aussi « celle de l’émergence d’un mouvement homosexuel et de l’apparition d’un nombre significatif de périodiques spécifiquement destinés aux gays » (p. 166). Les nombreux récits détaillés de relations amoureuses et/ou sexuelles, de la manière dont elles sont vécues par les familles des jeunes hommes, mais aussi de l’« idéal amoureux » de ceux-ci offrent ainsi un excellent aperçu de ce qu’être homosexuel signifie de la fin des années 1940 au début des années 1970.

  • 3 En même temps que l’hygiène des garçons s’améliore !
  • 4 Selon l’expression d’Anne-Claire Rebreyend : voir Rebreyend Anne-Claire, « Les filles “amoureuses”  (...)

6C’est ensuite aux « coïts » que s’intéresse Revenin, soulignant son importance en tant que rite de passage pour les garçons et la difficulté qu’ont les filles à gérer ce cap où tradition et « air du temps » s’affrontent. L’auteur s’intéresse en particulier aux pratiques, comme la fellation. À partir des années 1960 celle-ci devient sinon courante (sauf chez les jeunes gays), du moins possible3, et ce alors que le cunnilingus reste très peu répandu. La « première fois » hétérosexuelle ne désigne pas ces pratiques « préliminaires », mais bien la pénétration vaginale, plus précoce chez les garçons issus de milieux populaires que chez ceux venant de classes aisées. La charge morale liée à cette « première fois » est particulièrement forte pour les filles qui, si elles n’attendent plus forcément le mariage, doivent être des « filles amoureuses »4 pour faire l’amour sans être considérées comme des « filles faciles ». Comme le note Revenin, « l’essentiel pour les jeunes filles ne serait pas tant un rapport physique satisfaisant – même s’il est espéré –, qu’un échange relationnel privilégié » (p. 220). La question se pose différemment du côté des garçons : « [a]lors que la pureté féminine est sacralisée, être “puceau” est ridicule, surtout lorsqu’on atteint un certain âge » (p. 231). La peur des maladies vénériennes, et surtout celle des grossesses non désirées, demeurent cependant centrales (la principale méthode contraceptive restant le coït interrompu, qui n’est pas condamné par l’Église). Revenin insiste aussi sur l’importance du groupe de pairs, qui doit valider le passage du rituel : ainsi les viols collectifs, jamais perçus comme tels et très rarement sanctionnés, sont l’occasion de « prouver » qu’on « l’a fait » mais aussi de « désamorcer la dimension homo-érotique de la bande » (p. 253).

  • 5 Au sens sociologique du terme.

7Dans un chapitre dont le titre fait écho à Simone de Beauvoir (« On ne naît pas viril, on le devient »), Revenin s’intéresse enfin très finement à la notion de masculinité. Contrairement à une féminité considérée comme intrinsèquement naturelle, il souligne ainsi que « devenir un homme, c’est surtout se construire en franchissant héroïquement des épreuves » (p. 261). Il montre que les évolutions de Mai 68 vont paradoxalement dans le sens d’un renforcement de ces stéréotypes genrés, dans la mesure où elles sont imbriquées dans une psychologisation du social qui est particulièrement forte chez les professionnel·le·s de l’éducation. Les comportements ne correspondant pas à la norme (en particulier l’homosexualité) sont stigmatisés, de même que les parents des adolescents concernés : mères célibataires, pères trop effacés ou au contraire trop autoritaires, parents divorcés sont ainsi tenus pour « responsables » de la « déviance » constatée. Les différences imputées à la race5 sont aussi mises en évidence, « des mœurs sexuelles “exotiques” – comprendre, “moins civilisées” – [étant] prêtées aux Arabes, aux Asiatiques, aux Noirs ou encore aux Juifs » (p. 286). Les jeunes Maghrébins, par exemple, sont ainsi décrits « tantôt comme efféminés, tantôt comme extrêmement virils, voire agressifs » (p. 288). Mais la virilité s’affirme aussi dans la manière de considérer les filles : les garçons refusent « laiderons », « lesbiennes » et « féministes » au profit d’un idéal à la « féminité rêvée », c’est-à-dire une femme jolie, pas trop intelligente, honnête, raisonnable et économe. L’auteur note enfin l’émergence progressive d’un modèle du « garçon amoureux » qui témoigne de la progression d’un autre modèle de virilité.

  • 6 Les ouvrages précédents sur la période s’appuyaient plutôt sur des lettres ou des journaux intimes, (...)
  • 7 Comme le souligne l’auteur en conclusion, une histoire des filles ne pourra cependant pas s’écrire (...)

8L’ouvrage de Revenin est donc un ouvrage riche et qui apporte, grâce à ses très nombreux extraits d’archives et d’entretiens6, un point de vue documenté et passionnant sur les représentations et surtout sur les pratiques de la période. La large place accordée à l’homosexualité est aussi à saluer, de même que l’attention portée à l’intersection entre genre, orientation sexuelle, classe et race, présente tout au long des chapitres et qui renforce les analyses proposées en les affinant. De la même manière, les Trente Glorieuses ne sont jamais considérées comme un bloc : Revenin met en évidence les évolutions et les mutations que connaît la société française à cette période, et montre bien que les jeunes hommes de la fin des années 1940 ne sont pas ceux du début des années 1970. On peut souligner enfin l’attention portée au discours employé par les individus : les champs lexicaux de l’amour, de la sexualité, ou encore de l’insulte sont ainsi analysés tout au long de l’ouvrage. La principale réserve que l’on peut émettre vis-à-vis de ce dernier tient en fait dans un titre qui ne rend pas vraiment compte du contenu : c’est plutôt une histoire des garçons et de leur point de vue sur les filles qui est proposée ici qu’une « histoire des garçons et des filles »7.

Haut de page

Notes

1 Qui sont constitués « de l’entretien d’arrivée, de l’enquête sociale, des notes quotidiennes rédigées par les éducateurs, des cahiers d’expression écrite où les garçons répondent à des questions ouvertes, sans proposition de réponse, le plus souvent seuls » (p. 15).

2 On pense notamment aux travaux d’Anne-Marie Sohn à partir de ce type d’archives et sur des thèmes liés : voir Sohn Anne-Marie, Chrysalides. Femmes dans la vie privée, XIXe-XXe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996.

3 En même temps que l’hygiène des garçons s’améliore !

4 Selon l’expression d’Anne-Claire Rebreyend : voir Rebreyend Anne-Claire, « Les filles “amoureuses” : une nouvelle catégorie des années 1950 », in Blanchard Véronique, Revenin Régis, Yvorel Jean-Jacques (dir.), Les jeunes et la sexualité, Paris, Autrement, 2010.

5 Au sens sociologique du terme.

6 Les ouvrages précédents sur la période s’appuyaient plutôt sur des lettres ou des journaux intimes, et concernaient majoritairement des classes moyennes et aisées. Voir par exemple Rebreyend Anne-Claire, Intimités amoureuses : France 1920-1975, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2008.

7 Comme le souligne l’auteur en conclusion, une histoire des filles ne pourra cependant pas s’écrire uniquement à partir d’archives similaires : « les questions que l’on pose aux “filles de justice” excluent systématiquement les “choses du sexe” » (p. 324).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Thomé, « Régis Revenin, Une histoire des garçons et des filles. Amour, genre et sexualité dans la France d’après-guerre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 09 juin 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/18266

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page