Navigation – Plan du site

Alain Bovet, Esther Gonzalez-Martinez, Fabienne Malbois, Langage, activités et ordre social. Faire de la sociologie avec Harvey Sacks

Jean Frances
Langage, activités et ordre social
Alain Bovet, Esther González-Martínez, Fabienne Malbois (dir.), Langage, activités et ordre social. Faire de la sociologie avec Harvey Sacks, Berne, Peter Lang, 2014, 224 p., ISBN : 978-3-03-431475-6.
Haut de page

Texte intégral

1Le livre collectif Langage, activités et ordre social. Faire de la sociologie avec Harvey Sacks, dirigé par A. Bovet, E. González-Martinez et F. Malbois s’ouvre, en première partie, sur la traduction inédite de trois chapitres des Lectures on conversation (1992) qui visent à expliquer comment la société peut-elle être trouvée dans la conversation, et en quoi cette conversation peut constituer un terrain d’enquête sociologique fécond. La seconde partie est bâtie en cinq chapitres où, tour à tour, les auteurs s’attachent à commenter une partie des travaux de Sacks. F. Malbois (p. 83-116) propose une présentation générale de l’œuvre et de la théorie ; présentation poursuivie au dernier chapitre où P. Sormani et D. Rossé (p. 187-246) s’interrogent sur « Le rapport entre “dire” et “faire” ». E. Gonzalez-Martinez (p. 117-138) explique en quoi « l’organisation séquentielle de la conversation est, pour Sacks, un phénomène social » (p. 117), voire « une institution » : ce qui l’amène à rappeler la nécessité d’opérer une nette « distinction entre l’importance sociale d’un phénomène et [… son] importance sociologique » (p. 134). Cette position épistémologique est d’ailleurs mise à l’épreuve par A. Bovet : s’attachant à réaliser une sociologie de l’usage des pronoms (p. 165-186), il montre comment élaborer une analyse de science sociale qui soit « intéressante » en examinant des « données inintéressantes » (p. 184). Enfin, S. Keel (p. 139-164) explique en quoi l’approche du fondateur de l’analyse conversationnelle est un ressort puissant pour réinterroger la socialisation, notamment en l’abordant sous l’angle des relations de pouvoir entre classes d’âge. L’ouvrage offre une présentation synthétique des travaux de Sacks et un commentaire ramassé de son œuvre. Il importe toutefois de rappeler que le sous-titre Faire de la sociologie avec Harvey Sacks est quelque peu trompeur : les auteurs travaillent moins avec Sacks qu’ils ne commentent sa sociologie. Ne dérogeant pas à ce cheminement, nous présenterons avant tout les trois chapitres des Lectures on conversation.

2Dans le chapitre « “Hotrodder”, une catégorie révolutionnaire » (p. 29-42), Sacks s’intéresse à l’usage des catégories au travers desquelles tels ou tels groupes d’individus se définissent ou sont définis. L’objectif consiste à montrer combien ces opérations de catégorisation illustrent les capacités qu’un groupe détient, ou non, à s’autodéterminer. Cette catégorie de Hotrodder, nous dit Sacks, est élaborée par des adolescents conduisant, trop vite, des voitures modifiées. Développant des typifications singulières d’automobiles, de conducteurs et de comportements routiers, ils déploient également des modes singuliers de socialité et de manières d’être sur l’espace public, les amenant à s’extraire de la catégorie d’adolescent que voudraient leur attribuer les adultes ; catégorie d’adolescent qui, acceptée par ceux qui se la voient attribuer, les oblige à un devoir de déférence à l’égard de tout individu catégorisé comme aîné. Selon Sacks, quand les membres d’un groupe dominé parviennent à ne plus s’attribuer à eux-mêmes la catégorie que des dominants mobilisent pour les désigner, et lorsque ses membres dominés réussissent à faire adopter à autrui la catégorie qu’eux-mêmes s’attribuent, alors, ses membres ont regagné en pouvoir d’autodétermination (p. 35).

3Le chapitre « Voire une “imitation” » (p. 47-52) permet de saisir combien la sociologie conversationnelle de Sacks est également une sociologie de la légitimité sociale à faire quelque chose. Le chapitre de S. Keel « Des adultes et des enfants en situation d’interaction. Redécouvrir la socialisation » (p. 139-163) prolonge ces analyses. Une imitation, pour Sacks, est une action vue par ceux qui y assistent « non pas comme l’action à laquelle les actes, les gestes, les techniques ou encore les compétences mises en œuvre font référence […], mais comme une imitation de l’action visée, et ceci quelle que soit la qualité de la réalisation » (p. 43). Des enfants peuvent maîtriser l’art de la conduite automobile. S’ils sont perçus au volant d’un Ranch-Rover, ceux qui verront la scène jugeront que les conducteurs réalisent une action qui leur est interdite ; ils en viendront à se demander comment ces enfants réussissent à imiter des conducteurs légitimes et non pas à reconnaître les compétences des enfants pour la conduite (p. 49). L’imitation, ainsi entendue, a peu à voir avec le théâtre. Quand quelqu’un perçoit une action comme une imitation, c’est qu’il ne reconnaît pas à celui qui agit le droit de, ou la légitimité à faire ce qu’il fait. Sacks dissocie la (qualité de) réalisation d’une action donnée de la perception qu’en auront ceux qui y assisteront. Cette perception procède de la catégorie à laquelle est assigné celui qui la réalise : si un enfant conduit, bon pilote soit-il, il sera vu comme un imitateur ; pas un adulte…, et même s’il est un est piètre conducteur. Cette analyse, basée sur des micros observations, permet à Sacks des montées en généralité audacieuses. Ainsi, suggère-t-il, réussir à déterminer quels types d’actions sont jugés comme relevant d’imitations permet de rendre compte de phénomènes tels que la domination sociale et ses modalités de reproduction (p. 52).

4S’il est un contributeur de premier plan de l’ethnométhodologie et qu’à cet égard son apport à la sociologie est indéniable, il n’en demeure pas moins qu’« Harvey Sacks […] a plus retenu l’attention des linguistes que des sociologues » (F. Malbois, p. 83). Il avouait lui-même, « non sans une once de nonchalance, ne pas comprendre les raisons qu’ont les sociologues de faire ce qu’ils font » (F. Malbois, p. 83). Le moins qui apparaisse, à la lecture des traductions des trois passages des Lectures on Conversation, c’est que cette remarque peut lui être retournée. Les sociologues les moins familiarisés à l’ethnométhodologie et à l’analyse conversationnelle pourraient se sentir désarçonnés à la lecture du chapitre « De la possibilité d’analyser les récits d’enfants » (p. 57-81) et se demander, d’emblée, quelle pertinence sociologique y a-t-il à consacrer tant de pages à analyser deux phrases aussi anodines que : « Le bébé pleurait. La maman l’a pris dans ses bras » ? Et, il y a de fortes chances qu’ils considèrent qu’il est disproportionné d’affirmer que l’examen d’un tel matériau d’enquête permette la construction d’« un appareil qui rende compte de la façon dont n’importe quelles activités, que les membres [les « acteurs », ou les « agents », de l’ethnométhodologie] accomplissent de telle sorte qu’elles soient reconnaissables comme telles, sont accomplies, et ce de manière reconnaissable » (p. 61) ?

  • 1 CEFAÏ D. (dir.), 2010, L’engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 116.
  • 2 Ibid., p. 114-116.

5Pour Sacks l’examen des phrases « Le bébé pleurait. La maman l’a pris dans ses bras » constituerait bien une voie privilégiée d’élaboration d’un système d’analyse capable d’expliquer comment des personnes catégorisent leur monde, les entités y évoluant et les situations s’y déroulant, réussissant, par la, à « ordonner et transformer la réalité sociale »1. Montrons comment il procède – l’explication ci-dessous emprunte largement à un commentaire du travail de Sacks exposé par D. Cefaï (et al.)2. Quand un individu annonce qu’un bébé pleurait puis que sa maman l’a pris dans ses bras, il réalise une description (qui repose sur opération de catégorisation) susceptible d’initier une action. Pour les acteurs concernés, cette description relève d’une activité pratique ; pour le chercheur elle forme un matériau d’enquête. Comprendre comment les membres réalisent une telle activité et en faire la sociologie requiert d’en passer par trois étapes, nous dit Sacks :

6Premièrement, les catégories utilisées par les membres – celle de « bébé », par exemple – prennent sens et en donnent aux situations où elles sont énoncées en fonction des « collections » ou des « dispositifs » auxquels elles font référence quand elles sont mobilisées. Par exemple : le bébé qui pleure, dans les deux phrases mentionnées, renvoie au « dispositif » « famille » ; « bébé » pourrait renvoyer au dispositif « couple » si cette catégorie était mobilisée entre deux amants. Le chercheur qui reconnaît une description doit donc commencer par repérer quelles catégories sont mobilisées et dans quelles « collections » elles prennent place.

  • 3 Ibid., p. 115.
  • 4 Ibid., p. 116.

7Deuxièmement, les manières dont ces catégories sont agencées produisent du sens quand « les actions attribuées aux différentes catégories sont congruentes avec celles-ci (les bébés ont pour habitude de pleurer et les mamans de les consoler) »3: dans une situation où un individu observerait un bébé pleurer, s’il en venait à le catégoriser en tant que « mammifère »4, plutôt qu’en tant que « bébé », sa description serait assez peu compréhensible et perdrait de ses capacités à initier l’action de la mère du bébé. Le chercheur doit donc évaluer la pertinence des modalités de mobilisation des catégories en fonction des caractéristiques de la situation et de la culture des membres interagissant.

  • 5 Ibid., p. 115.

8Enfin, « Si des actions sont liées à des catégories [une maman qui prend son bébé dans ses bras, par exemple], on peut observer si ces actions sont effectivement accomplies par les personnes catégorisées »5. Pour que le chercheur puisse déterminer si les personnes conversant se comprennent suffisamment de sorte qu’elles réussissent à ordonner leur monde, il lui faut évaluer si les descriptions réalisées, qui contiennent des personnes catégorisées, suscitent, chez ces mêmes personnes catégorisées, une (ré)action moralement attendue d’elles. Si tel est le cas, c’est que les membres conversant ont dit leur monde de manière : à être compris de leurs homologues et à initier des actions d’ordonnancement ce même monde.

9Ces opérations constituent la « machinerie » (p. 69) analytique élaborée par Sacks. Elle permettrait de rendre compte des manières dont les « membres » donnent sens à leur monde – i.e. le décrivent – et l’ordonnent. Reconnaître une description, puis l’analyser, sont donc au cœur de l’activité de l’ethnographe.

  • 6 SCHEGLOFF E. A. (1992), cité par LYNCH M., « Les fondements ethnométhodologiques de l’analyse des c (...)

10Si la « machinerie » est belle et qu’à l’instar des auteurs de l’ouvrage commenté, son ronflement procure l’envie de la mettre à l’épreuve de ses matériaux d’enquête, elle suscite toutefois quelques interrogations. Dans ce chapitre, Sacks travaille principalement ces deux phrases citées plus haut. Cet examen lui permet de déduire les conditions donnant sens aux énoncés et les instituant en tant que guide pour l’action des individus. Et cette déduction est possible parce que Sacks introduit, au fil de son raisonnement, des « règles d’analyse » théorique. Ce faisant, et grâce à ces « règles », il s’attribue la capacité de synthétiser toutes les significations sociales que les phrases retranscrites plus haut peuvent revêtir et tous les effets qu’elles peuvent engendrer. En imaginant ces mêmes effets, plus qu’en cherchant à les décrire empiriquement, Sacks s’octroie le pouvoir de déceler la capacité d’un énoncé à générer sens et action. Mais, faut-il dire pour conclure, cette analyse du chapitre en question et de la « machinerie » n’est sans doute pas valable pour toute l’œuvre du fondateur de l’analyse conversationnelle ; du moins, elle ne témoigne pas de toutes ses intentions. E. A. Schegloff notait, à ce propos : « Le dernier Sacks semble avoir pris une voie différente, à savoir : il se peut qu’on ne puisse pas construire une discipline systématique sur l’analyse d’un seul énoncé ou sur des cas uniques d’autres types d’unités ou d’occurrences, mais qu’une quantité importante de données soit nécessaire »6.

Haut de page

Notes

1 CEFAÏ D. (dir.), 2010, L’engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 116.

2 Ibid., p. 114-116.

3 Ibid., p. 115.

4 Ibid., p. 116.

5 Ibid., p. 115.

6 SCHEGLOFF E. A. (1992), cité par LYNCH M., « Les fondements ethnométhodologiques de l’analyse des conversations », p. 268, in De FORNEL M., OGIEN A., QUÉRÉ L. (dir.), 2001, L’ethnométhodologie. Une sociologie radicale, Paris, La Découverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Frances, « Alain Bovet, Esther Gonzalez-Martinez, Fabienne Malbois, Langage, activités et ordre social. Faire de la sociologie avec Harvey Sacks », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 11 juin 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/18286

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page