Navigation – Plan du site

Francis Choisel, La Deuxième République et le Second Empire au jour le jour. Chronologie

Fadi El Hage
La Deuxième République et le Second Empire au jour le jour
Francis Choisel, La Deuxième République et le Second Empire au jour le jour. Chronologie, Paris, CNRS Éditions, coll. « Biblis », 2015, 663 p., ISBN : 978-2-271-08322-7.
Haut de page

Texte intégral

1Francis Choisel vient de publier une vaste chronologie couvrant la Deuxième République et le Second Empire (1848-1870). L’ouvrage, volumineux, adopte la structure classique consistant à faire avancer le lecteur d’année en année, mois par mois et presque jour après jour dans l’histoire de cette période d’assez grande stabilité politique et marquée par la figure de Louis-Napoléon Bonaparte, devenu comme on le sait empereur des Français sous le nom de Napoléon III.

2Dans ce livre, tous les grands événements de ces deux décennies sont présents, côtoyant des faits plus anecdotiques, mais qu’on apprécie toujours de voir dans une chronologie (la mort d’auteurs célèbres comme Balzac, p. 132). Longtemps parents pauvres de l’historiographie (cela est encore visible au regard de leur place dans les programmes scolaires), ces vingt-deux ans d’histoire de France ont d’abord vu l’existence douloureuse d’une République qui a autant marqué par l’abolition de l’esclavage dans les colonies (p. 58-59) que par la répression de la Révolution de juin 1848 (p. 72-75). Puis le Second Empire, poursuivant la modernisation de la France (les travaux de Paris ont la part belle), a cherché un nouveau rayonnement mondial (colonisation, intervention au Mexique), courant vainement après le spectre d’une grandeur napoléonienne (campagne d’Italie, manœuvres diplomatiques d’agrandissement du territoire en Europe). La méconnaissance de cette période empêche la compréhension des régimes politiques ultérieurs.

3La forme chronologique est bien entendu fort commode, si l’on prend cet ouvrage pour un almanach, au même titre que l’Almanach de la Révolution et l’Almanach du Premier Empire de Jean Massin (Paris, Club français du Livre, 1965), ou encore les volumes 1789 au jour le jour et 1790 au jour le jour publiés sous la direction de Jacques Marseille (Paris, Albin Michel, 1989). Le livre de Francis Choisel est le genre d’ouvrage qu’on prend pour se divertir, en papillonnant de page en page, à la recherche distraite de faits susceptibles d’éveiller notre curiosité, ou de noms familiers. Son index est précieux car il facilite grandement la navigation.

4La mode actuelle est de vouloir faire revivre des événements ou une époque, notamment par le biais de chronologies, d’almanachs, ou de reproductions de journaux en fac-similés. Francis Choisel a choisi la première option et son intention est bel et bien de faire revivre une époque, en plaçant le lecteur « dans la situation d’un contemporain de Lamartine et de Napoléon III qui lirait une suite de dépêches d’agences de presse, ou de brèves publiées dans son journal habituel » (p. 7). L’ouvrage s’appuie à plusieurs reprises sur de véritables extraits de presse, sans toutefois les référencer, l’auteur espérant être cru sur parole au fil de la lecture, nonobstant la présence de coquilles, comme celle sur l’âge de décès du comte de Cavour (mort à 51 ans et non 61 ans, p. 378).

5Le livre de Francis Choisel est donc utile aux étudiants, chercheurs ou amateurs éclairés recherchant un événement précis. Le lecteur profane sera perdu, à moins d’avoir à portée de main le Dictionnaire du Second Empire (Paris, Fayard, 1995) ou l’un de ses avatars, voire un dictionnaire encyclopédique. Le long fil chronologique est parsemé de noms qui ne sont jamais présentés. L’absence de notes ou de notices succinctes rend la lecture continue difficile.

6L’auteur fait le pari de ne pas avoir à expliquer l’enchaînement des faits, qui est censé découler de la lecture continue de l’ouvrage, en dépit de la diversité des thèmes (politique, militaire, culturel…). Pour prendre l’exemple d’un grand événement du règne, la campagne d’Italie de 1859, on peut observer le jeu de dupes diplomatique… que le contemporain du temps (dans la peau duquel doit se mettre théoriquement le lecteur) ne pouvait forcément connaître puisque le traité d’alliance entre la France et le Piémont (23 janvier 1859) était secret (p. 312). Le fil chronologique de la campagne, dans sa préparation et son déroulement, est constamment interrompu par d’autres nouvelles, notamment sur les colonies, les spectacles (la première représentation du Faust de Gounod, p. 318) ou relatives à d’autres États (la nomination d’Alexandre Couza comme gouverneur de Moldavie et de Valachie, p. 314). On pourrait dire que ce choix de déroulement chronologique nous rappelle que, pendant la guerre, la vie en France et même dans le reste du monde continuait, sans être totalement affectée. À l’opposé, on pourrait objecter que le suivi des événements en est obscurci pour le lecteur cherchant dans un premier temps à comprendre comment la France en est arrivée à combattre l’Autriche.

  • 1 Lucien Febvre, Combats pour l’Histoire, Paris, Presses Pocket, 1995, p. 115-117.

7Cette chronologie est un très bon instrument de travail, mais avec des faits tantôt choisis, tantôt placés arbitrairement… On songe évidemment aux mots de Lucien Febvre sur la réflexion et l’écriture historique en 1946, qui ne sont que des séries de choix préconçus. On ne peut placer arbitrairement des faits. Tout ce qui est intégré dans une démarche historienne doit être pensé, doit aider à comprendre, sinon on n’aurait affaire qu’à une série d’événements dont on ne percevrait ni les tenants ni les aboutissants1.Cette chronologie nous fait découvrir ou nous rappelle des événements plus ou moins connus, mais elle ne permet pas de les comprendre. Le mode journalistique adopté est plusieurs fois plaisant, malgré le caractère arbitraire de certains choix de chronologie et de détail. Ainsi, concernant le voyage du couple impérial à Cherbourg (3-8 août 1858), chacune des haltes est signalée (Mantes, Évreux, Lisieux, Carentan, Valognes, p. 300). En revanche, le voyage en Bretagne (9-21 août 1858) ne bénéficie pas du même traitement (p. 301). On croirait ainsi que Napoléon III a mené un voyage sans arrêt entre Saint-Brieuc et Saint-Malo (17-18 août 1858), alors que pour la seule journée du 18, il a fait des haltes à Lamballe, Noyal, Jugon, Dinan, Pleudihen, La Ville-és-Nonais, Châteauneuf, Saint-Jouan-des-Guérets et Saint-Servan. Francis Choisel n’en dit mot, pas même implicitement. Ce souci d’homogénéité dans le choix des événements pose un problème de cohérence. D’ailleurs, l’objectif de l’ouvrage étant, d’après la quatrième de couverture, de présenter les « décennies décisives qui virent la France basculer dans la modernité », il aurait été intéressant de signaler le passage de Napoléon III dans chacune de ces communes (dont de nombreux villages), d’autant plus que la Bretagne était réputée royaliste. Ces visites en province avaient pour vocation de rendre le régime impérial plus concret (par la présence visuelle de l’Empereur) et plus proche du peuple. Il s’agissait aussi pour Napoléon III d’incarner la modernisation de la France, car il a emprunté les lignes de chemin de fer alors existantes (comme à Rennes). Les villages par lesquels il est passé n’ont eu leur ligne qu’à partir de 1860, mais sa visite était perceptible comme le signe de l’arrivée prochaine de ce moyen de communication nouveau, amenant le train dans la France rurale, avant même le plan Freycinet de la IIIe République.

8Le mode journalistique ou annaliste reste trop terre à terre pour qui veut comprendre. Que tirer de la narration laconique de l’épisode de la dépêche d’Ems (13 juillet 1870) ? Dans le contexte de l’élection d’un nouveau roi d’Espagne (après la chute d’Isabelle II deux ans plus tôt), un Hohenzollern (membre de la famille du roi de Prusse Guillaume Ier) a posé sa candidature, à laquelle la France a réagi hostilement, de crainte d’être encerclée comme au temps de Charles Quint. Afin d’apaiser celle-ci, le candidat prussien a retiré sa candidature, mais la diplomatie française a tenté d’arracher à Guillaume (en cure à Ems) la promesse de ne plus présenter de candidature pour l’Espagne, ce à quoi il s’est refusé. L’ambassadeur a été poliment éconduit par l’aide de camp, comme l’a indiqué une dépêche. Sciemment altérée et mal traduite (« aide de camp », adjutant en allemand, devenant « adjudant », suite à une mauvaise traduction malicieuse), la dépêche a paru comme un camouflet diplomatique envers la France. Ce qui a été perçu comme une provocation a motivé la déclaration de guerre. Comment alors saisir dans une chronologie non-explicative l’enchaînement ayant abouti à la déclaration de guerre, funeste à l’Empire ? Le lecteur devra bien sûr se référer au livre de François Roth La Guerre de 70 (Paris, Fayard, 1990), mais le lui indique-t-on ? Le processus ayant abouti à la déclaration de guerre était rapide, mais complexe. Ici, on a l’impression d’un quasi-somnambulisme français, expression ô combien populaire depuis qu’on s’applique à l’employer afin de caractériser l’éclatement de la Première guerre mondiale, alors que rien n’a jamais été irrémédiable ou irréversible.

9L’ouvrage de Francis Choisel reste malgré tout un instrument de travail commode, qui a d’indéniables qualités informatives, mais dont les défauts (inhérents, finalement, à l’exercice de la chronologie brute) rappellent toutefois l’obligation pour l’historien de se détacher de la seule chronologie pour la compréhension d’une période marquée par de profondes mutations.

Haut de page

Notes

1 Lucien Febvre, Combats pour l’Histoire, Paris, Presses Pocket, 1995, p. 115-117.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fadi El Hage, « Francis Choisel, La Deuxième République et le Second Empire au jour le jour. Chronologie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 29 juin 2015, consulté le 18 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/18561

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page