Navigation – Plan du site

Anne-Marie Gingras (dir.), Genre et Politique dans la presse en France et au Canada

Fabienne Baider
Genre et politique dans la presse en France et au Canada
Anne-Marie Gingras, Genre et politique dans la presse en France et au Canada, PU Québec, 2015, 196 p., ISBN : 978-2-7605-4128-3.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Anne-Marie Gingras est une première. En effet, à notre connaissance, aucune publication ne s’est focalisée sur les représentations des femmes politiques afin d’examiner l’existence de différences entre le Canada et la France quant à ces représentations. L’ouvrage est divisé en deux parties guidées par une ambition comparative : la première partie est focalisée sur la représentation des femmes politiques en France et au Canada ; la seconde examine trois questionnements originaux quant aux représentations genrées médiatiques concernant le débat sur la parité en France, les femmes kamikazes et les accusations contre Dominique Strauss Khan.

2La première section, intitulée À la conquête du pouvoir, rassemble cinq études, deux consacrées à la France et trois au Canada. Dans le premier chapitre, Frédérique Mattonti et Sandrine Levêque contrastent les discours tenus sur les femmes et hommes politiques dans la presse française et y décèlent une sexualisation toujours prégnante. Cette sexualisation s’appuie sur des stéréotypes féminins d’incompétence et d’hystérie (Ségolène Royale), des stéréotypes de virilité tels que l’action et l’énergie (Nicolas Sarkozy vs. François Hollande) et d’androgynie (Marine Le Pen). L’intérêt du chapitre tient aussi à la mise au jour de l’impact des communicants (spin doctors, équipe de campagne etc.) et de l’influence de la transformation de la profession de journalistes (plus de jeunes, plus de femmes, etc.) sur les écrits journalistiques.

  • 1 Elsa Galerand, Danièle Kergoat, « Consubstantialité vs intersectionnalité ? À propos de l’imbricati (...)
  • 2 Leslie McCall, « The complexity of intersectionality », Signs, vol30, n° 3, 2005, p. 1771-1800. L (...)

3À ces stéréotypes de genre, l’étude d’Isabelle Garcin-Marrou ajoute ceux de classe et de « race » mettant en œuvre le concept de consubstantialité1, proche de celui d’intersectionnalité2. En effet, l’étude est consacrée à quatre femmes politiques ayant été ministre de la Justice (Elizabeth Guigou, Rachida Dati, Christiane Taubira et Michèle Alliot-Marie), poste régalien s’il en est. Elles ont des parcours sociaux peu semblables (issues de la bourgeoise ou de classe plus modeste) et des origines différentes, notamment pour Dati et Taubira, l’une étant d’origine maghrébine et l’autre ultra-marine. L’analyse du corpus, composé des réactions journalistiques à l’annonce de leur nomination, atteste encore la présence en filigrane, dans les écrits médiatiques français, de normes et contraintes de domination de classe, de race et de genre.

4L’intersection de ces normes de domination fait aussi l’objet de l’étude d’Anne-Marie Gingras consacrée aux représentations médiatiques des candidats à la direction du parti québécois en 2005 (un homme et une femme), dans quatre quotidiens québécois francophones. Ce chapitre est le seul à aborder l’homosexualité comme marqueur identitaire, ce marqueur n’étant pas construit comme un problème en soi dans le corpus étudié, mais comme une caractéristique pouvant jouer contre le parti lors des élections. L’étude met en évidence à la fois l’intersection du genre et de la classe sociale lors des commentaires sur la femme politique et une même importance accordée à l’apparence physique, pour les deux personnalités politiques.

5En revanche, les deux études suivantes, consacrées à des femmes de partis politiques conservateurs, en Alberta (étude de Frédéric Boily) et en Colombie-Britannique (étude d’Eve Robidoux-Descary et de Frédéric Boily), attestent un recul du sexisme dans les médias et dans le monde politique de ces provinces. En effet, un bastion masculin, l’Alberta, a été conquis par les femmes et dans les élections analysées par les auteurs, seules deux femmes étaient en lice. De plus, la politique de la candidate de Colombie-Britannique, ainsi que la manière dont elle a été construite dans les journaux, ne peuvent être caractérisées comme fondées sur des stéréotypes. Au contraire, les chercheurs concluent à une réappropriation du genre par les partis conservateurs, qui jouent la carte de la femme pour adoucir leur image. Ces deux études mettent aussi en place un appareil théorique (celui des cadres ou frames), qui s’articule sur le cadre de fond et le cadre stratégique, théorie qui sera reprise dans deux études de la deuxième section. Le concept de cadre « renvoie au processus de création de schèmes d’interprétation, qui permettent de localiser, percevoir, identifier et étiqueter des évènements », ces schèmes guidant aussi nos actions et interactions.

6À l’issue de cette première partie, des différences de représentation sont apparemment notables entre les presses canadienne et française : véhiculer des stéréotypes de genre semble plus courant dans la seconde que dans la première. Gingras (p. xii) explique cette différence par le contexte socioculturel ; ainsi, les personnalités politiques en France intéressent-elle la presse people, connue pour son usage de stéréotypes genrés. De plus, les débats sur la parité en France ont focalisé les médias sur les différences de sexe en politique, ce qui n’est pas le cas au Canada.

7La seconde partie, intitulée Représentations médiatiques genrées et enjeux de pouvoir, commence avec le travail de Virginie Julliard sur les schémas argumentatifs déployés dans la presse lors de la controverse relative à la loi de la parité. Alors que les mouvements en faveur de cette parité fondent leurs arguments sur la justice sociale et l’égalité entre les sexes, les instances gouvernementales ont cadré le projet paritaire dans une argumentation différentialiste, mettant en avant des « qualités » et des « valeurs féminines », créant ainsi une corrélation entre égalité des sexes et reconnaissance de leur différence, position essentialiste que ne défendait pas le mouvement paritaire.

8L’interprétation des discours médiatiques de l’agentivité (agency) est l’objet de l’étude de Aurélie Campana qui explique comment les cadres (frames) construits par les journalistes pour (re)présenter les femmes kamikazes se basent sur des stéréotypes masquant l’agentivité de ces femmes, dépeintes comme des victimes de leurs émotions (détresse, colère) ou d’une manipulation par des groupes politiques. La possibilité d’un engagement volontaire et d’une adhésion réfléchie à des croyances politiques ou religieuses est alors occultée.

9Cette même notion de cadre guide aussi la dernière analyse, consacrée aux arguments mis en avant pour condamner ou innocenter Strauss Khan dans le traitement journalistique des trois plaintes pour agression sexuelle dont il a fait l’objet. Sarah Jacob-Wagner articule son analyse sur les notions de public et de privé : imputer des violences sexuelles au libertinage (angle moral) ou à un problème pathologique dépolitise le problème et évacue la dimension sociale.

10Les huit études rassemblées ici proposent donc des grilles de lecture comparables puisqu’elles s’appuient sur des corpus écrits, composés d’articles de presse, et qu’elles adoptent une analyse constructiviste, appréhendant la dynamique de construction de la réalité sociale à travers les discours médiatiques. La dimension contrastive commune se focalise soit sur l’aspect genré / sexué des représentations des femmes ou des hommes politiques, soit sur une comparaison de la presse francophone et de la presse anglophone (notamment pour le Canada). Même si les contextes socio-culturels et les cadres théoriques sont sensiblement différents, ces éléments communs assurent la cohérence de l’ouvrage collectif. Ce livre comble aussi des lacunes dans la recherche francophone, notamment sur les représentations médiatiques des femmes kamikazes. Le fait de juxtaposer des articles sur la France et sur le Canada permettra sans doute à de nombreux chercheurs spécialistes du discours politique français de découvrir le champ des études canadiennes.

  • 3 Notamment celle de Joan Scott, Parité! Sexual Equality and the Crisis of French Universalism, Chica (...)

11L’emploi du mot juxtaposer n’est pas fortuit. En effet, des références entre chapitres auraient été les bienvenues puisque de nombreuses problématiques leur sont communes (minorisation des femmes politiques en discours, fonction des termes d’adresse, emphase sur l’apparence, etc.) : d’intéressants recoupements et croisements auraient pu ainsi être établis, et auraient accentué l’homogénéité de l’ouvrage. De même, si tous les chapitres s’appuient sur des corpus, tous ne détaillent pas les données employées ou la méthodologie d’analyse de discours ; un seul récapitule en tableaux les résultats ; ce flou rend problématique des comparaisons pour des travaux ultérieurs, ou même des vérifications. De plus, des références bibliographiques3 fondamentales à nos yeux pour certain des chapitres présentés ici ne sont pas citées. Les journaux étudiés dans les différents chapitres auraient aussi pu être contextualisés, le Vancouver Sun en Colombie Britannique et le Devoir au Québec n’appartiennent pas au même genre journalistique et il aurait été bon de le rappeler, par exemple.

12Ces remarques n’enlèvent rien à l’intérêt de l’ouvrage, qui deviendra assurément une référence pour les études de genre dans le discours journalistique et politique ou pour les études franco-canadiennes.

Haut de page

Notes

1 Elsa Galerand, Danièle Kergoat, « Consubstantialité vs intersectionnalité ? À propos de l’imbrication des rapports sociaux », Nouvelles pratiques sociales, vol. 26, n° 2, 2014, p. 44-61.

2 Leslie McCall, « The complexity of intersectionality », Signs, vol30, n° 3, 2005, p. 1771-1800. La différence de positionnement aurait pu être discutée étant donné que le livre est édité en Amérique du nord où le concept d’intersectionnalité est plus couramment employé.

3 Notamment celle de Joan Scott, Parité! Sexual Equality and the Crisis of French Universalism, Chicago, University of Chicago Press, 2005 et de Marie-Josèphe Bertini, Femmes. Le pouvoir impossible, Paris, Pauvert/Fayard, 2002. Soulignons aussi l’absence quasi-totale des références aux analyses de discours journalistique français focalisé sur le genre, ainsi Fabienne Baider, « Ségolène Royal dans la presse française : Deuxième sexe, ou second choix ? », Modern and Contemporary Francel, vol. 18, n°4, 2010, p. 475-480.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Baider, « Anne-Marie Gingras (dir.), Genre et Politique dans la presse en France et au Canada », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 06 juillet 2015, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/18586

Haut de page

Rédacteur

Fabienne Baider

Diplômée de l’université de Colombie-Britannique (Masters) et de l’Université de Toronto (PhD), Fabienne Baider est professeure associée à l’université de Chypre en linguistique et en études de genre.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page