Navigation – Plan du site

Gilles Teulié, Aux origines de l’Apartheid. La racialisation de l’Afrique du Sud dans l’imaginaire colonial.

Simon Dorso
Aux origines de l'Apartheid
Gilles Teulié, Aux origines de l'Apartheid. La racialisation de l'Afrique du Sud dans l'imaginaire colonial, Paris, L'Harmattan, coll. « Racisme et eugénisme », 2015, 302 p., ISBN : 978-2-343-05255-7.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Gilles Teulié, Aux Origines de l’Apartheid, n’est pas un livre d’histoire sur le système de ségrégation développé en Afrique du Sud. Son sous-titre « La racialisation de l’Afrique du Sud dans l’imaginaire colonial » introduit en effet ce qui est le véritable objet de l’étude, non pas l’apartheid mais l’imaginaire colonial. Ce livre s’inscrit donc naturellement dans la collection « Racisme et Eugénisme » des éditions l’Harmattan, dédiée à l’analyse des représentations, et tout particulièrement aux réflexions sur les notions d’altérité et de diversité.

2L’auteur, professeur de civilisation britannique et du Commonwealth (Université Aix-Marseille), spécialiste de l’histoire de l’Afrique du Sud, prend ici le parti de restreindre pour l’essentiel son étude à la production littéraire britannique du XIXsiècle. Désireux de questionner les représentations du plus grand nombre, Teulié s’attache en particulier à la figure et à l’œuvre d’Henry Rider Haggard, l’un des auteurs de littérature populaire les plus célèbres de son temps, à l’origine de nombreux poncifs et stéréotypes sur l’Africain, tour à tour bon ou redoutable sauvage, valeureux guerrier et faire valoir de l’homme blanc son alter-ego.

3Il s’agit là d’une étude avant tout littéraire. La première partie mobilise des sources bien connues des lecteurs de littérature post-coloniale et cherche dans les courants scientistes du XIXe siècle, marqués par les travaux de Darwin sur l’évolution ou la théorie des climats du protestant Benjamin Kidd, une sorte d’apogée de la classification des êtres humains. L’homme noir se décline alors en une série de races, auxquelles les auteurs prêtent qualités et défauts en s’appuyant sur des traits de caractère marquants. L’idée forte qui se dégage de ces travaux est celle de la conviction des auteurs de la supériorité culturelle et biologique de l’homme blanc (d’Europe occidentale). À cet égard H. R. Haggard, bien qu’acquis à l’impérialisme, a parfois une position plus contrastée puisqu’il n’hésite pas à critiquer les méfaits de la « civilisation », notamment lorsque missionnaires ou militaires participent par leurs actions à corrompre la « nature originelle » des peuples qu’ils côtoient, désenchantant en quelque sorte son idéal du bon sauvage comme « être originel ».

4La classification des êtres et la désignation du noir comme un être inférieur est liée par Teulié à une série d’angoisses millénaristes, dominées par la peur de la miscégénation, ou dégénération biologique engendrée par le mélange des races. L’auteur propose de voir dans les tabous victoriens sur la sexualité, les expériences eugénistes contemporaines et un racisme sur fond de compétition sexuelle, les conditions favorables à l’apparition de certains poncifs littéraires autour de la femme (chapitre 2). S’appuyant sur un grand nombre d’exemples, il insiste en particulier sur la figure du viol de la femme blanche, perçu comme une abomination, à travers la profanation du corps et le métissage potentiel de la race, tout en étant fantasmé au point de donner naissance à un ressort littéraire au succès certain. Teulié évoque comment les politiques de séparations des « races » et de régulations des comportements sexuels, conséquences de l’effroi puritain et de l’expérience coloniale, contribueront à travers l’élaboration de lois encadrant les rapports humains et les possibilités de rencontre à produire le cadre de la société d’apartheid.

5Dans le même mouvement, on discerne chez plusieurs auteurs dont Haggard, l’émergence d’un doute sur la supériorité affirmée de l’homme blanc. Ce doute découle en partie du fait que la figure, fascinante, de l’homme noir n’est jamais figée. Celle-ci, au contraire, évolue avec le temps, du discours paternaliste présentant le bon sauvage comme un être inférieur mais fidèle et innocent, à celui chargé de haine et de mépris des Voortreckers, héroïsant dans leur roman national les victimes de la conquête tués pas les Zoulous. Avec les Boers, c’est en effet l’idée d’un combat pour la survie de la race qui est mise en avant pour justifier l’apartheid, le noir est perçu comme un péril, barbare dangereux qu’il s’agit de contrôler (chapitre 3) parfois en le déshumanisant et en le réduisant au statut de créature servile. La guerre anglo-boer a entre autre conséquence la transformation de la compétition sexuelle en une compétition pour le travail ; la peur d’une perte de pouvoir par les Afrikaners et les anglophones, engendrant une série de mesures qui favoriseront elles aussi la mise en place de l’Apartheid.

6La survie de la race et de la civilisation passe également par l’adaptation de l’homme blanc à cette « Afrika », présentée par Haggard et ses disciples comme un lieu de perdition, d’inconnu, une terre non plus vierge mais conservant ses mystères comme les cultes supposés antiques, les pratiques anthropophagiques ou les vestiges ruinés de grandes civilisations disparues. La découverte des ruines d’une véritable cité, par l’archéologue Karl Mausch au Zimbabwe en 1870, témoigne ainsi de l’importance des préjugés de supériorité. En effet, ces vestiges sophistiqués sont interprétés à travers le filtre des fantasmes coloniaux comme la preuve de l’existence, à une époque reculée, d’une « civilisation blanche » en Afrique. Teulié souligne également la récurrence dans l’œuvre d’Haggard de l’idée d’une « histoire biblique » africaine, à travers la figure de Salomon, et celle de la femme blanche, parfois d’origine phénicienne ou crypto-judaïque, régnant sur un peuple noir.

7Si la racialisation sous-entend l’appartenance à l’espèce humaine, la déshumanisation du noir est presque atteinte avec le développement des zoos humains, qui imprégnèrent profondément l’inconscient collectif (chapitre 4). Les œuvres littéraires font échos aux questionnements sur la place de l’homme noir dans l’échelle de l’humanité, où il est tour à tour présenté comme le chainon manquant ou le dernier barreau dégénéré. Tel un animal, les scientifiques vont capturer ou acheter à des trafiquants d’hommes des spécimens à étudier. La racialisation est fondamentalement physique, comme en témoignent les descriptions curieuses des personnages de romans, miroirs des mesures effectuées sur les crânes et les membres dans les laboratoires. Le célèbre exemple de la « vénus hottentote » Saartje Baartman est une fois de plus mobilisé sans que l’on puisse éviter le rapprochement avec les Freaks Shows ambulants de la même époque. La déshumanisation, consciente ou inconsciente, de l’homme noir est encore renforcée par les rapprochements fréquents avec le singe, dans la littérature et la chanson populaire. On insiste alors sur le caractère bestial du noir qui vit dans un archétype de « nature sauvage ». Alors que le dictionnaire fait du bushman l’homme de la brousse, les auteurs de romans le présente comme « l’homme des bois ».

8Le dernier chapitre, intitulé « un eugénisme martial » revient sur la place de l’armement et de l’organisation militaire qui conféra un sentiment de supériorité aux colons blancs. L’importance des massacres comptabilisant des milliers de victimes du côté des « sauvages » alors que les armées blanches ne déployaient que des effectifs réduits influença à la fois les politiques de dominations coloniales et les esprits des lecteurs en métropoles. Les esprits grisés par les « succès » furent d’autant plus terrifiés par les revers comme la fameuse bataille d’Isandhlwana face aux impis Zoulous. Du moment qu’il était écrasé, le noir pouvait être présenté comme un adversaire brave et magnifique, mais lorsqu’il présentait résistance, on insistait sur son caractère fondamentalement belliqueux. Teulié présente ainsi le processus de création menant à la figure littéraire du zoulou en tant qu’archétype du guerrier africain. Ces images, succès littéraires, portèrent longtemps préjudice à la cause zouloue, leur « nature guerrière » intemporelle, n’étant que tardivement remise en cause.

9Malgré un plan parfois un peu confus se prêtant à de trop fréquents renvois entre chapitres et à certaines redondances ou répétitions, l’ouvrage de Gilles Teulié présente un vaste répertoire de sources permettant de retracer la formation des stéréotypes et des débats ayant trait à l’identification de « races africaines ». Les illustrations relativement nombreuses offrent aux lecteurs la possibilité de rentrer autrement que par les mots dans l’univers des lecteurs d’Haggard. Enfin, on constatera qu’en dépit du titre, les recherches de l’auteur dépassent largement le cadre de l’Afrique du sud et de l’apartheid, invitant à une réflexion sur la production littéraire populaire de la période coloniale, sur ses influences par les découvertes contemporaines et sur sa réception.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Dorso, « Gilles Teulié, Aux origines de l’Apartheid. La racialisation de l’Afrique du Sud dans l’imaginaire colonial. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 06 juillet 2015, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/18589

Haut de page

Rédacteur

Simon Dorso

Doctorant en histoire et archéologie médiévale. Sa thèse porte sur le peuplement d’une région du royaume franc de Jérusalem au temps des croisades

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page