Navigation – Plan du site

François Pouillon et Jean-Claude Vatin (dir.), After Orientalism. Critical Perspectives on Western Agency and Eastern Re-appropriations

Mathias De Meyer
After Orientalism
François Pouillon, Jean-Claude Vatin (dir.), After Orientalism, Leiden (NL), Brill, coll. « Studies in Islam and Society », 2014, 290 p., ISBN : 9789004282520.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est une traduction anglaise des actes du colloque « L’orientalisme et après », tenu à Paris du 15 au 17 juin 2011 et publiés initialement sous le titre Après l’orientalisme : l’Orient créé par l’Orient (Karthala, 2011). Les différentes contributions discutent la thèse classique d’Edward Said selon laquelle l’entité « Orient » et les savoirs portant sur ses habitants ne seraient que des chimères créées par un ensemble de discours occidentaux (universitaires, littéraires, artistiques, politiques) dans le cadre de rapports de force entre colonisateurs et colonisées. Comme l’indiquent les directeurs de l’ouvrage dans leur introduction, la majorité des articles ne visent pas à rejeter cette thèse d’un seul tenant. Les différents auteurs cherchent plutôt à en relativiser certains aspects, à l’élargir, à la complexifier. Les auteurs suivent, pour ce faire, trois axes argumentatifs. Un premier ensemble d’articles souligne la variété et la complexité de l’histoire de l’orientalisme de sorte à relativiser la disqualification trop massive à laquelle procède Said. Un deuxième ensemble de contributions montre que les mécanismes de catégorisation qui définissent l’orientalisme ne sont pas le propre du rapport de l’Occident à l’Orient. D’autres Empires, d’autres États ont construit des rapports comparables avec certaines de leurs populations. Un troisième ensemble enfin souligne l’agentivité des « Orientaux » : ceux-ci n’ont pas simplement « subi » les catégories orientalistes. Il est de nombreux cas où ils ont repris ces catégories à leur compte et les ont transformées à des fins stratégiques.

  • 1 Bruno Latour par exemple, comme Irwin et Herrenschmitdt, veut « résister » aux travers de certaines (...)

2En début d’ouvrage, nous trouvons néanmoins deux articles très critiques vis-à-vis de Said, qui dissonent avec les autres contributions. Robert Irwin avance que l’histoire du savoir orientaliste et l’histoire des Empires coloniaux ne se superposent aucunement. À titre d’illustration, il souligne que les Français ont produit au XIXe siècle une grande quantité d’études portant sur la Chine sans pour autant nourrir envers elle de véritables ambitions coloniales. Inversement, alors que l’Inde était le « joyau de la Couronne », les Britanniques se sont investis tardivement dans les études de textes sanskrit. Dans la même veine, Irwin ajoute que les différents discours orientalistes ne se chevauchent guère : c’est à des époques différentes que peintres et universitaires se sont intéressés à l’Orient. Pour cet auteur, il faut par conséquent prendre garde à ne pas se représenter l’orientalisme comme un ensemble homogène, ni à voir dans les discours orientalistes le produit de rapports politiques. Dans une perspective comparable, mais de façon plus générale, Olivier Herrenschmidt s’attaque dans sa contribution à l’épistémologie constructiviste qui sous-tend le courant postcolonial. En l’occurrence, il rejette avec force l’idée selon laquelle les sciences humaines ne mettraient pas au jour des réalités objectives, mais s’apparenteraient plutôt à des fictions qui se structureraient en fonction de rapports de forces politiques. Herrenschmidt estime qu’une épistémologie constructiviste ne peut déboucher que sur une relativisation généralisée des sciences humaines et sur la caractérisation de toute recherche comme idéologique. Si ces deux auteurs ont raison de mettre en garde contre de telles conséquences, leurs critiques ne semblent pas ébranler pour autant l’épistémologie constructiviste en tant que telle. Ils semblent ignorer les riches débats philosophiques visant à chercher des critères de différenciation non objectivistes, d’autres façons de faire la part entre de bonnes et de moins bonnes études.1

3Ces deux articles font contraste avec les autres contributions qui défendent toutes, plus ou moins explicitement, une posture constructiviste. Ainsi, François Pouillon ne rejette pas de façon catégorique la thèse de Said, mais en relativise l’originalité. Il rappelle que, bien avant la publication de l’Orientalisme (1979), de nombreux orientalistes français tenaient des positions très critiques vis-à-vis de leurs savoirs. Il ajoute que dans les années 1980, il s’agissait en France, au-delà d’une critique massive du savoir orientaliste, d’étudier concrètement la production et les histoires singulières de ce savoir. L’anthropologue français avance, dans la foulée, que c’est probablement la raison pour laquelle l’ouvrage de Said n’a pas eu le même retentissement en France que dans le monde anglo-saxon. Zakaria Rhani ne remet pas davantage en question l’épistémologie constructiviste de Said. Il s’attaque plutôt aux paradoxes qui traversent les travaux de certains auteurs postcoloniaux. Il prend ici à témoin l’interprétation des Mille et une nuits que propose l’anthropologue marocaine Fatima Mersini. À l’encontre des lectures orientalistes classiques, cette dernière estime que Shéhérazade, loin d’être simplement soumise au roi perse et de d’être sauvée par ses charmes, se définit d’abord par son intelligence et sa ruse. L’anthropologue marocaine cherche ce faisant à inverser le stéréotype de la femme orientale. Rhani décèle dans la position de Mersini les travers classiques de l’orientalisme que pourtant elle décrie. En l’occurrence, Mersini substantialise la femme orientale et généralise à l’excès ses caractéristiques.

4Le deuxième ensemble de contributions montre que les mécanismes de l’orientalisme ne sont pas l’exclusive de l’Europe, ou plus généralement de l’Occident, mais se retrouvent dans d’autres États, dans d’autres Empires. Edhem Eldem explique que les élites ottomanes du XIXe siècle avaient une position ambivalente vis-à-vis de l’Occident. Elles admiraient la puissance, l’industrie et les techniques occidentales, mais s’insurgeaient contre l’ingérence des pays européens dans leurs affaires. C’est dans ce contexte que ces élites ont pris à leur compte le discours orientaliste. Elles n’ont pas contredit les stéréotypes de l’orientalisme, mais les ont diffractés sur certains sujets de l’Empire : les Arabes, les Kurdes, les Arméniens… Cependant, l’auteur précise que la reprise de telles catégories ne s’est pas faite sans écueils : d’une part, pour des raisons évidentes, il n’était pas possible d’appliquer trop mécaniquement des catégories dépréciatives à des populations musulmanes ; de l’autre, les puissances européennes présentaient les populations chrétiennes de l’Empire comme des « prolongements » naturels de l’Occident en Orient, ce qui les soustrayait partiellement aux catégorisations orientalistes. L’article d’Emmanuel Szurek prolonge celui d’Eldem. Il étudie le rapport de la Turquie kémaliste à l’orientalisme. Les élites kémalistes ont repris à leur compte, de façon plus trachées que leurs prédécesseurs ottomans, un certain nombre de catégories orientalistes, et ce pour marquer la différence entre le camp sécularisé, moderne et nationaliste d’une part et le camp réactionnaire et clérical de l’autre. Stéphane Dudoignon parcourt, quant à lui, l’histoire de l’orientalisme russe. Plus précisément, il montre comment les études russes d’islamologie ont évolué au gré des rapports entre Moscou et les régions du Caucase et de l’Asie centrale. L’auteur explique également comment, suite à la décimation des élites musulmanes de ces régions, les savants orientalistes soviétiques ont joué un rôle crucial dans la redécouverte et la redéfinition de l’Islam. Elisabeth Aliès revient, pour sa part, sur la politique des « nationalités » en Chine depuis les années 1990. Elle explique, dans un mouvement qui rappelle celui de Said, que la construction de l’identité Han, largement majoritaire, s’est faite en contraste avec les 55 autres identités officiellement reconnues en Chine. Elle nous apprend comment les études universitaires ont participé de ces politiques identitaires en stabilisant des différences et en créant des folklores. Aliès explique par ailleurs que les minorités ont été « érotisées » : les femmes des nationalités minoritaires sont régulièrement présentées comme aguichantes et libertines, par opposition aux filles hans, louées pour leur chasteté.

5Le troisième ensemble d’articles montre comment les « Orientaux » eux-mêmes ont repris à leur compte et parfois transformé des travaux et des institutions orientalistes. Les savoirs orientalistes n’ont pas simplement décrit des situations, mais ont aussi été producteurs de réalités. Ainsi, Mouldi Lahmar étudie la traduction arabe de l’œuvre en deux volumes de l’officier italien Enrico de Agostini (1878-1973) : Le popolazione della Tripolitania et Le populazione della Cireanica. Il s’agit d’un inventaire des populations de la Lybie : l’on y trouve une description de leurs caractéristiques et de leurs rapports avec les autorités coloniales. La traduction du premier volume, publié en 1975 par Mohammed Khalifa Tillisi (1930-2010), a rapidement produit des tensions politiques. Cette traduction, cette mise par écrit des rapports entre tribus et de leurs zones d’influence respectives, a participé de la stabilisation même de ces rapports et de ces zones. Ceci était évidemment lourd de conséquences politiques. Dans ce contexte, de nombreuses critiques ont été adressées à la traduction. Celles-ci ne portaient pas sur la démarche de l’œuvre en tant que telle, mais visaient à remettre en cause des points précis : contrairement à ce qu’avance de Agostini, telle tribu n’est pas soumise à telle autre ; telle autre n’est pas descendante du prophète… Dans ces conditions, le traducteur postposa d’une quinzaine d’années la publication du second volume, et prit garde de l’expurger des données les plus polémiques. Baudouin Dupret et Léon Buskens montrent, dans leur contribution, comment les études du XIXe et du début du XXe siècle portant sur la normativité traditionnelle musulmane ont projeté sur celle-ci des catégories juridiques occidentales. Ces projections n’ont pas simplement déformé la compréhension de cette normativité ; elles ont participé à la transformer. Les deux auteurs s’attardent sur le rôle des collaborateurs locaux des orientalistes ayant produit les premières grandes études sur la normativité musulmane ; ils montrèrent comment ceux-ci ont intériorisé des conceptions juridiques positivistes. Avec l’émergence des États modernes dans le monde musulman, ces collaborateurs ont participé à faire de la normativité musulmane un droit positif.

6À titre de conclusion, soulignons la pertinence des trois lignes argumentatives qui sont défendues dans ce recueil : elles offrent une complexification et une relativisation nécessaires de la thèse de Said. Nous regretterons toutefois qu’il n’y ait pas eu de tentatives de rapprochement entre les mécanismes sous-jacents à l’orientalisme et les techniques étatiques de stabilisation des identités. C’est pourtant en ce sens que semblent pointer la majorité des contributions de ce volume. Les articles sur la Turquie, l’Union soviétique et la Chine soulignent en effet, au-delà d’une réflexion sur les catégories orientalistes, combien les États donnent forme aux identités et participent à créer des minorités. C’est aussi ce que suggèrent les contributions portant sur la reprise des travaux et des catégories orientalistes par les « Orientaux ». Ces études montrent implicitement que ce sont des institutions modernes, étatiques, qui ont servi de vecteur à la reprise des catégories orientalistes : le droit moderne, l’ethnographie, mais aussi les musées (voir la contribution de Jean-Gabriel Leturcq, que nous n’avons pas pu présenter ici, sur l’histoire du Musée d’art arabe du Caire).

Haut de page

Notes

1 Bruno Latour par exemple, comme Irwin et Herrenschmitdt, veut « résister » aux travers de certaines positions constructivistes. Il prend cependant garde à ne pas retomber dans une épistémologie objectiviste. À l’aide de son concept de matter of concern (qu’il oppose au matter of fact), il propose une autre forme de constructivisme (voir « Why has critique run out of steam ? », Critical Inquiry, n° 30, 2004, p. 225-48). Pour se rendre compte de la richesse des débats épistémologiques autour de ces questions, voir Bruno Latour et Peter Weibel (dir.), Making Things Public. Atmospheres of Democracy, MIT, Massachusetts, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathias De Meyer, « François Pouillon et Jean-Claude Vatin (dir.), After Orientalism. Critical Perspectives on Western Agency and Eastern Re-appropriations », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 07 juillet 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/18592

Haut de page

Lieu

Moyen-Orient

Maroc

Russie (et URSS)

Maghreb

Libye

Turquie

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page