Navigation – Plan du site

Tiphaine Barthélemy, Philippe Combessie, Laurent Sébastien Fournier et Anne Monjaret, Ethnographies plurielles. Déclinaisons selon les disciplines

Loïc Le Pape
Ethnographies plurielles
Tiphaine Barthélemy, Philippe Combessie, Laurent Sébastien Fournier, Anne Monjaret (dir.), Ethnographies plurielles. Déclinaisons selon les disciplines, Paris, Éditions du comité des travaux historiques et scientifiques, Société d'ethologie française, coll. « Orientations et méthodes », 2014, 304 p., ISBN : 978-2-7355-0820-4.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif s'intéresse, à travers onze témoignages réflexifs qui composent autant d’articles, aux mutations du statut et des usages de l'ethnographie dans les sciences humaines et sociales. La thèse principale des co-auteur-e-s est de montrer la diversification des domaines d’application de l'ethnographie et de prôner une approche plurielle de cette démarche « variant selon les traditions disciplinaires, les perspectives théoriques et les modes de construction des objets de recherche » (p. 10).

2Dans une introduction problématisée, les auteur-e-s s'attachent à resituer l’origine de l’ethnographie (initialement, une partie du travail de l’anthropologue), et son succès auprès des autres disciplines, à partir d’une double question : pourquoi « l’ethnographie a-t-elle en grande partie échappé des mains des anthropologues ? » (p. 12) et « pourquoi les anthropologues se sont aussi mal défendus » ? (p. 20). C’est, selon elles et eux, le fruit d’une double évolution. Tout d’abord, une logique interne à la discipline, qui passe dans les années 1960-1970 d’une ethnologie des sociétés considérées comme « primitives » (p. 14) à une ethnologie « du proche » (p. 15), en essuyant des critiques fortes à propos du culturalisme, de la démarche monographique, de l’idée de totalité et de l’oubli de l’histoire (p. 16-18). Les mutations de l’ethnographie s’expliquent également par l’évolution des disciplines voisines, et en premier lieu la sociologie qui, sous l’impulsion de l’École de Chicago et de l’interactionnisme symbolique, va se diversifier méthodologiquement, en contestant à la fois la sociologie quantitative classique et l’anthropologie « at home » renaissante (p. 19). Pour autant ces évolutions structurelles diversifient l’usage de l’ethnographie sans trop le questionner : face à ce constat, les auteur-e-s prônent donc la reconnaissance d’« ethnographies plurielles ».

3La première partie de l’ouvrage est consacrée aux approches classiques de l'ethnographie. La contribution de Martine Segalen, à partir de l’histoire et du corpus de la revue Ethnologie française, illustre conjointement l’évolution de l’anthropologie et les mutations de la pratique ethnographique. Philippe Artières propose ensuite une « ethnographie rétrospective », à partir de ses recherches sur les actes d’écriture, qui mobilisent avantageusement cette méthode dans ses travaux d’historien : « une ethnographie à rebours qui enregistre également, et peut-être de façon plus précise que celle des anthropologues, le discours produit sur l’objet observé » (p. 64). Jean-Noël Retière montre ensuite très clairement que l’usage de l’observation ethnographique lui a permis d’enrichir une étude sociologique (par entretiens et questionnaires) sur l’institution judiciaire. Cette partie se conclut avec la contribution de Sylvie Pédron-Colombani qui, à propos de ses recherches sur le culte de Maximón au Guatemala, illustre les transformations de l’enquête (vers une « ethnographie en mouvement » p. 97-99) au gré de l’internationalisation du champ religieux, des mutations du culte des saints et surtout des trajectoires migrantes des croyants.

4La deuxième partie privilégie des contributions issues de « disciplines émergentes » (p. 107), historiquement peu portées sur l’usage de l’ethnographie. Ainsi Jean-Paul Filiod détaille les enjeux théoriques et les gains méthodologiques d’une posture ethnographique dans le champ des sciences de l’éducation. Il mène également une réflexion sur l’usage des images recueillies sur le terrain (p. 128-132). Jacques Saury et Marie-Cécile Crance, dans le cadre d’une recherche dans le domaine des sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS), insistent sur l’apport de l’ethnographie comme « enrichissement » du programme d’observation (p. 139). Anne Jarrigeon et Joëlle Menrath, quant à elles, détaillent leur « ethnographie empruntée » (p. 163) dans le domaine de l’urbanisme et des sciences et techniques de l’information, en relevant l’efficacité de la démarche, à la fois dans le dispositif d’observation, mais également dans le moment interprétatif. Elles témoignent ainsi d’un changement où « l’ethnographie participe au déplacement du questionnement sur l’usage vers un autre champ conceptuel, celui de l’expérience » (p. 176).

5Enfin dans une troisième et dernière partie, qui réunit les contributions des quatre coordinateurs-trices de l’ouvrage, les auteur-e-s ont souhaité illustrer les différentes façons de se saisir de l'ethnographie dans des configurations de recherche particulières (la fermeture de trois hôpitaux parisiens, Anne Monjaret ; une enquête délicate auprès de dockers à Dunkerque, Tiphaine Bartélemy ; le discours des femmes engagées dans des pratiques de sexualités collectives, Philippe Combessie) ou en revisitant des objets classiques de la discipline (l’ethnologie de la fête, Laurent Sébastien Fournier). Dans ces quatre articles, très réflexifs et où la part de l’interprétation n’a pas été sacrifiée, se donnent à voir des éléments classiques de la posture ethnographique : les modalités de l’accès au terrain quand celui-ci se ferme ou qu’il est limité dans le temps, les multiples façons de collecter des données (dans un temps relativement long ou longitudinalement, par observations, entretiens, et participations), la place de l’enquêteur sans cesse renouvelée. Empreinte d’optimisme, cette dernière partie montre bien que la démarche ethnographique est assez souple et qu’elle permet aux chercheurs inventifs qui savent s’adapter aux contraintes de recueillir des données de qualité.

6Cet ouvrage est important par les interrogations qu’il soulève et se distingue par la qualité de chacune des contributions. On pourra toujours regretter que la science politique ne soit pas plus représentée, elle qui fait un usage important de l'ethnographie dans nombre de ses thématiques (de l'étude des mobilisations politiques à l'analyse des politiques publiques). On pourra également regretter qu’aient été privilégiées des démarches de recherches individuelles (certes quelquefois insérées dans des projets communs), sans réserver une place aux recherches collectives qui, souvent inter- ou pluri-disciplinaires, sont aussi des moments de mise à l’épreuve de la démarche ethnographique.

7Ce livre, comme le montre L. S. Fournier dans sa note conclusive, paraît à un moment où l’état des lieux des usages de l’ethnographie a déjà été fait, avec plusieurs publications centrales (toutes citées, voir bibliographie p. 297). Au vu de la qualité des réflexions et des matériaux accumulés par chacun des contributeurs, les auteur-e-s auraient sans peine pu proposer une interprétation plus formalisée et ambitieuse des usages pluriels de l'ethnographie, devenue aujourd’hui synonyme de « travail de terrain qualitatif ». Tant et si bien qu'il y aurait d'un côté les méthodes d'analyse quantitative et de l'autre une démarche qualitative « plurielle » incarnée par l'ethnographie.

8Cependant, l’un des apports essentiel de cet ouvrage est de permettre le dépassement de son objet initial, les « ethnographies plurielles », et de comprendre les transformations récentes du travail scientifique, au moins dans le contexte français. On voit ainsi à travers les différents articles se dessiner une science sociale pluridisciplinaire, aux options théoriques diversifiées, qui se pratique de plus en plus en collectifs (plusieurs articles sont issus de recherches initiées collectivement), qui mêle chercheurs et non-chercheurs (associations, professionnels, musées, contractuels etc.) et qui s’adapte, tant bien que mal, aux contraintes de terrains qui se transforment rapidement. L’ouvrage vient ainsi questionner la conception classique du travail scientifique (mono-disciplinaire, individuel, en immersion longue, dans une logique « purement » scientifique) sur laquelle reposent encore les modes d’évaluation et de recrutement des chercheurs.

9En tout état de cause, cet ouvrage est un guide idéal, optimiste et rafraîchissant, pour approcher les différentes manières de pratiquer une recherche ethnographique. À ce titre il est recommandable à tous les étudiants qui pourront y trouver des expériences et des références de qualité. Ce livre, par moments assez pointu et réflexif, permet également une lecture plus théorique des transformations d'une démarche méthodologique au sein de recompositions disciplinaires et d’une transformation générale de la production des données dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Le Pape, « Tiphaine Barthélemy, Philippe Combessie, Laurent Sébastien Fournier et Anne Monjaret, Ethnographies plurielles. Déclinaisons selon les disciplines  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 20 juillet 2015, consulté le 24 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/18675

Haut de page

Rédacteur

Loïc Le Pape

Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative (IDEMEC, Aix-Marseille Université – CNRS)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page