Navigation – Plan du site

Cécile Rabot, La construction de la visibilité littéraire en bibliothèque

Jonathan Réveillé
La construction de la visibilité littéraire en bibliothèque
Cécile Rabot, La construction de la visibilité littéraire en bibliothèque, Lyon, Presses de l'Enssib, coll. « Papiers », 2015, 392 p., ISBN : 9791091281423.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans le discours de certains bibliothécaires, à côté de cette catégorie « grand public », on retrou (...)

1À la fois original et ambitieux, le travail de Cécile Rabot se construit à partir d’une « enquête sur le long cours » (p. 17) effectuée au sein du réseau des bibliothèques de la Ville de Paris dans le cadre de sa thèse de sociologie. Dans cet ouvrage, Cécile Rabot nous propose d’analyser les enjeux liés à la valorisation des collections et à l’action culturelle menée en bibliothèque de lecture publique. À travers cette « boite noire peu interrogée » (p. 13), l’auteure s’intéresse en effet à ce qui constitue le cœur de métier des bibliothécaires, à savoir « proposer des sélections raisonnées » (p. 67) aux lecteurs indécis – ou prétendus comme tels – rassemblés sous la catégorie générique de « grand public1 ».

  • 2 On peut distinguer les dispositifs « Nouveautés » et « Coups de Cœur » d’une part, pensés pour touc (...)
  • 3 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Seuil, 1998.

2Afin de mieux appréhender ces actions de mise en visibilité des ouvrages, l’auteure propose de s’intéresser à quatre principaux dispositifs de valorisation : les « Coups de Cœur », les « Nouveautés », les « Premiers romans », les « Mordus du polar »2. Ces dispositifs se structurent par des oppositions très marquées mais néanmoins complémentaires (lien avec l’activité éditoriale vs mise en valeur de fonds déjà constitués ; valeurs sûres vs objets moins connus, etc…), s’inscrivant ainsi dans ce que l’auteure propose d’appeler un « continuum » (p. 21) qui va du pôle hétéronome au pôle autonome, reproduisant ainsi la structure du champ littéraire, située selon Pierre Bourdieu3 entre un pôle de production restreinte autonome vis-à-vis des contraintes économiques et un pôle de grande production dépendant des logiques de marché.

  • 4 Cécile Rabot précise qu’un changement de tutelle ministérielle intervient pour les bibliothèques de (...)

3En tant qu’établissements culturels les plus fréquentés de France, les bibliothèques constituent un acteur essentiel de la démocratisation culturelle4 qui passe précisément par la « médiation » (p. 65) et le fait de « promouvoir la qualité tout en touchant un maximum de public » (p. 362). Dans le même temps, les bibliothèques de lecture publique se situent au croisement entre l’actualité éphémère et le succès médiatique d’un côté et le temps long de l’histoire littéraire de l’autre côté. À bien des égards, cette posture « moyenne » occupée par les bibliothèques de lectures publiques parmi les instances de légitimation littéraire se reflète dans les choix d’ouvrages rendus visibles par les bibliothécaires.

  • 5 Nathalie Heinich, De la visibilité : excellence et singularité en régime médiatique, Gallimard, 201 (...)

4L’auteure met en relation deux notions : la notion de visibilité d’une part, initialement développée par Nathalie Heinich, notamment dans ses travaux sur la célébrité5, et la notion de démocratisation culturelle d’autre part, qui consiste à « favoriser la rencontre entre l’offre et le public » (p. 11). Pour l’auteure, le cœur du métier de bibliothécaire se définit actuellement à travers ces deux notions et se traduit par exemple dans la mise en visibilité (quand cela est possible) d’ouvrages parus chez des petits éditeurs et ne bénéficiant pas d’un autre espace de diffusion. On comprend donc que ce travail de mise en visibilité opéré par les bibliothécaires participe d’un « savoir-faire non formalisé » (p. 13) essentiel dans la compréhension de ce métier et des enjeux qui le traversent.

5La richesse des matériaux de Cécile Rabot lui permet d’analyser avec finesse la complexité des manières de rendre compte auprès du public des acquisitions du réseau des bibliothèques de la Ville de Paris. En plus des listes complètes des ouvrages sélectionnés selon les dispositifs, l’auteure a pu en effet assister à des séances de travail de sélection et obtenir les comptes rendus de réunion archivés, afin de mieux saisir les logiques et les enjeux qui définissent l’espace des choix d’ouvrages possibles selon les dispositifs. Paradoxalement, on remarque que certains dispositifs de mise en valeur suscitent un faible engouement du côté des bibliothécaires, notamment le dispositif « Nouveautés » qui consiste de fait à mettre en avant les productions les plus proches du pôle de grande production dans la structure du champ littéraire. Dans ce dispositif, le travail critique de première main des bibliothécaires, qu’ils considèrent pourtant comme constitutif de leur métier, est impossible à effectuer. Il consiste en effet à sélectionner des ouvrages dans « une procédure d’achat accélérée et systématique » (p. 21) conduisant par conséquent à s’en remettre aux indices restreints disponibles au moment de la procédure d’achat (nom de l’auteur, couverture, quatrième de couverture, résumé), cette dernière ayant lieu avant la date de sortie des ouvrages en librairie. De ce fait, les bibliothécaires chargés des sélections misent donc plutôt sur des valeurs sûres permettant de réduire le risque d’une expérience déceptive pour le lecteur. Les ouvrages à grands tirages et les auteurs connus et reconnus seront davantage mis en avant dans les présentoirs, développant ainsi une culture « moyenne » (p. 329) et omnibus dans ces espaces, à rebours des notions d’originalité et de diversité mises en avant par les bibliothèques de lecture publique. Proposant une analyse fine et nuancée, Cécile Rabot démontre que ces présentoirs, loin d’être seulement résultat d’une logique hétéronome, recouvre également une dimension stratégique.

6En effet, Cécile Rabot fait remarquer que cette mise en valeur des best-sellers, jouant sur « des effets d’écho et de reconnaissance » (p. 361) et laissant finalement peu de place à l’inconnu et à la découverte, permet néanmoins de composer avec les exigences des tutelles en termes de taux de rotation et de taux d’emprunt des ouvrages autorisant ainsi l’entretien de fonds plus confidentiels. Par ailleurs, le fait d’inviter les lecteurs à « circuler dans l’ensemble des ouvrages publiés sous un même nom » (p. 237) correspond à la vision « auctoriale » que portent les bibliothécaires sur la production littéraire, et se prête aisément à ce type de dispositif (le dernier Mary Higgins Clark, le dernier Marc Levy, etc.). Dans l’ensemble, le dispositif « Nouveautés » et dans une moindre mesure les « Coups de Cœur » contribuent à renforcer la visibilité des ouvrages ayant déjà acquis une renommée par ailleurs (reconnaissance de la presse, prix littéraire, succès de librairie) : ici, la bibliothèque en tant qu’institution occupe alors un rôle dominé dans le champ littéraire. À ce propos, l’auteure montre bien, à l’appui de tableaux statistiques, comment le dispositif « Coup de Cœur » se construit très souvent à partir d’œuvres « secondaires » d’auteurs mis en avant par ailleurs dans le dispositif « Nouveautés ». Mais le fait de donner du crédit à un dispositif qui choisit de mettre en avant une sélection hétéronome engage aussi l’image de la bibliothèque et permet de s’ajuster à la demande du « grand public ».

7Par ailleurs, la bibliothèque de lecture publique doit également, selon Cécile Rabot, « constamment tenir ensemble différents enjeux » (p. 362) et jouer aussi le rôle de « découvreurs-passeurs » (p. 217). En effet, à l’opposé du pôle hétéronome décrit ci-dessus, l’opération « Premier roman » constitue un exemple intéressant de mise en valorisation dans le pôle autonome. En effet, dans ce type d’opération la trentaine de bibliothécaires mobilisés va réaliser des lectures de première main d’ouvrages à travers lesquelles ils construisent « leur identité professionnelle de critique et d’acteur du champ littéraire » (p. 212). Plus largement, en analysant l’opération « Premiers Romans », c’est l’ensemble des « petits profits symboliques réciproques » entre acteurs dominés du champ littéraire dont il est question ici. En étant ainsi attentif à l’émergence de nouveaux talents, Cécile Rabot fait remarquer en effet qu’ils participent non seulement à la légitimation des écrivains en devenir mais qu’ils participent aussi en retour « à la définition du droit d’entrée dans le champ littéraire » (p. 207). Une telle opération est aussi révélatrice des oppositions structurant deux mondes professionnels distincts, l’école et la bibliothèque, qui s’expriment dans les différentes représentations de la lecture mais aussi dans les trajectoires de bibliothécaires qui entretiennent un rapport distant et ambigu à l’école, s’illustrant par exemple à travers l’emploi du mot « littéraire », utilisé (avec prudence) à la fois positivement comme « une marque de valeur » et négativement comme relevant d’une tradition lettrée susceptible de « décourager les lecteurs profanes » (p. 304).

  • 6 « L’enquête, sous toutes ses formes, est bel et bien l’arme décisive de la sociologie. », écrit Chr (...)
  • 7 Comme le suggère Cécile Rabot, on peut également mettre en lien ces analyses avec l’étude d’autres (...)

8En conclusion, le travail de Cécile Rabot se distingue par la profondeur de ses analyses et la variété de ses données de première main égrenées pertinemment tout au long du texte. Il semble s’appuyer également sur une solide culture littéraire qui lui a sans doute permis de rendre possible la « proximité d’habitus entre enquêtés et enquêtrice » (p. 24) que l’on observe tout le long du texte. À la manière des grandes enquêtes de terrain qui démontrent la puissance de l’analyse sociologique6, son ouvrage – difficile à synthétiser du fait de la densité du propos – contribue de façon exemplaire à la compréhension d’un petit monde professionnel ; en l’occurrence, ici, les bibliothécaires du réseau de la Ville de Paris. Si ce texte représente un intérêt évident pour la sociologie des professions du livre et la sociologie des pratiques culturelles7, il participe également à la « visibilité » et à la légitimation du métier de bibliothécaire, « rouage à part entière du champ littéraire » (p. 365). Pourtant, l’identité professionnelle de ces derniers reste menacée de dégradation du fait de la rationalisation des politiques publiques qui, « en donnant le primat à l’audience » des services de documentation, négligent la part de sélection et de conseil qu’implique le métier et réduisent par conséquent les conditions de possibilité de démocratisation culturelle. Par ailleurs et afin de nuancer la catégorie de « grand public » souvent rencontré dans les entretiens avec des professionnels du livre, il aurait sans doute été intéressant d’illustrer les analyses (déjà très riches !) par des portraits de lecteurs qui, comme le suggère précisément l’auteure, s’insèrent dans des trajectoires d’usagers qui peuvent « s’infléchir sur le long cours » (p. 368) et permettre ainsi de saisir le travail de mise en visibilité des bibliothécaires sur une temporalité plus longue, sans doute plus judicieuse pour rendre compte de sa pertinence.

Haut de page

Notes

1 Dans le discours de certains bibliothécaires, à côté de cette catégorie « grand public », on retrouve aussi la figure de l’usager idéal qui chercherait à faire des découvertes hors des sentiers battus et qui serait disposé à entendre les conseils de lecture qui lui sont adressés.

2 On peut distinguer les dispositifs « Nouveautés » et « Coups de Cœur » d’une part, pensés pour toucher un large public et de ce fait les plus proches du pôle hétéronome. Pour l’auteure, le dispositif « Coup de Cœur » permet aux bibliothécaires de jouer « leur rôle traditionnel de prescripteur » (p. 309) tout en s’en défendant au nom de la subjectivité que suggère l’intitulé du dispositif. Les dispositifs « Premiers Romans » et « Mordus du Polar », d’autre part, sont deux prix qui visent à récompenser respectivement un jeune auteur de romans et un auteur de roman policier s’adressant à un public adolescent.

3 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Seuil, 1998.

4 Cécile Rabot précise qu’un changement de tutelle ministérielle intervient pour les bibliothèques de lecture publique en 1975 : à partir cette année, elles ont dépendu du secrétariat d’État à la Culture et non plus du Ministère de l’Éducation Nationale.

5 Nathalie Heinich, De la visibilité : excellence et singularité en régime médiatique, Gallimard, 2012.

6 « L’enquête, sous toutes ses formes, est bel et bien l’arme décisive de la sociologie. », écrit Christian Baudelot dans sa note critique à propos de l’ouvrage de Christelle Avril sur les aides à domicile : https://lectures.revues.org/15069.

7 Comme le suggère Cécile Rabot, on peut également mettre en lien ces analyses avec l’étude d’autres domaines très différents tels que le travail de mise en rayon des produits en grande surface ou le tourisme. En ce qui concerne le cas du tourisme, on pense notamment aux travaux de Rachid Amirou sur l’imaginaire touristique et la dialectique connu/inconnu qui le structure. Sur ce point on peut se reporter à son ouvrage : Rachid Amirou, Imaginaire et sociabilités touristiques, Presses universitaires de France, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jonathan Réveillé, « Cécile Rabot, La construction de la visibilité littéraire en bibliothèque », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 01 août 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/18695

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page