Navigation – Plan du site

Fanny Bugeja-Bloch et Marie-Paule Couto, Les méthodes quantitatives

Audrey Arnoult
Les méthodes quantitatives
Fanny Bugeja-Bloch, Marie-Paule Couto, Les méthodes quantitatives, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2015, EAN : 9782139631613.
Haut de page

Texte intégral

1Ce « Que sais-je ? » est principalement destiné aux étudiants qui veulent s'initier à l'usage des méthodes quantitatives en sciences sociales, notamment en sociologie. D'emblée, les auteurs annoncent que ces méthodes quantitatives ne se réduisent pas aux techniques statistiques qui permettent d'analyser des données, mais renvoient « à l'ensemble du parcours de quantification » (p. 4) ou « processus de quantification » (p. 33). Ce parti pris explique la construction de l'ouvrage, qui aborde successivement les différentes étapes du processus de recherche : construction de l'objet de recherche et du questionnaire (chapitre 3), passation du questionnaire sur le terrain et saisie des données (chapitre 4), choix des techniques quantitatives appropriées pour l'analyse (chapitre 5). Un premier chapitre consacré à « L'usage des statistiques en sciences sociales » (principalement en histoire, sociologie et démographie) situe historiquement le recours aux chiffres dans la pensée. À quoi servent les statistiques et comment éclairent-elles les phénomènes sociaux ? La notion de réflexivité est également introduite dans ce chapitre et constitue l'un des fils directeurs de l'ouvrage. En effet, les auteurs insistent à plusieurs reprises - et à juste titre - sur la dimension sociale de la statistique et sur la place du chercheur dans ce processus de quantification. Ainsi, « dans une posture réflexive, l'analyse ne porte pas seulement sur les nombres, mais sur l'ensemble des étapes qui a amené le quantitativiste à les produire. Ces étapes sont en soi un processus social au cours duquel de petites et de grandes décisions (souvent contraintes) ont été prises » (p. 9).

2Le second chapitre porte sur le recueil des données, phase incontournable qui conditionne, là aussi, la recherche et les résultats obtenus. Après une brève présentation des différentes techniques de recueil, les auteurs montrent comment chaque type de matériau obtenu peut se prêter à la quantification et quels en sont les avantages et les inconvénients. Logiquement, le chapitre suivant s'intéresse à l'élaboration du questionnaire. Toutefois, Bugeja-Bloch et Couto ne se contentent pas d'une liste de recommandations permettant de construire un questionnaire « opérationnel ». Elles replacent l'élaboration du questionnaire dans l'ensemble du processus de recherche en la reliant à la construction de l'objet de recherche et à la définition de la problématique. Des conseils pour formuler les questions et les présenter de façon cohérente sont ensuite proposés.

3Le chapitre 4 se focalise sur « l'exécution sur le terrain ». Les auteurs traitent à la fois des différents procédés d'échantillonnage, de la façon d'accéder au terrain et des méthodes de saisie des questionnaires. Si certaines remarques sont assez classiques (la passation comme situation sociale par exemple), la section consacrée aux modalités de saisie des données est très utile pour les étudiants débutant dans le domaine de la recherche, car elle permet de visualiser comment s'opère le passage des réponses formulées par les enquêtés à leur codification numérique. De même, un retour sur les maladresses commises par des étudiants dans la formulation des questions au cours d'une enquête menée sur le logement étudiant, prise en exemple tout au long de l'ouvrage, montre que la réflexivité est nécessaire, y compris au moment du dépouillement des résultats, et que les choix opérés par les chercheurs pèsent « sur le sens à accorder aux données » (p. 77).

4Le chapitre suivant est le plus technique, tout en restant largement accessible. Les auteurs abordent à la fois les différents types de variables et les indicateurs statistiques qui peuvent être utilisés pour exploiter et interpréter les résultats. Les notions de moyenne, d'écart-type, de fractile ou encore de variance sont présentées. Des analyses à une ou plusieurs variables sont proposées, allant du plus simple au plus complexe. Des exemples, issus de l'enquête précédemment mentionnée, sont intégrés à la démonstration et permettent de comprendre que le choix des outils statistiques « ne répond pas à une logique mathématique » (p. 91) mais dépend des questions de recherche posées. Le chapitre suivant, qui clôt le livre, propose « des conseils généraux » pour présenter les résultats statistiques obtenus. Quel(s) chiffre(s) choisir lors de la restitution ? Quel(s) type(s) de graphique privilégier ? Comment articuler la présentation de ces résultats aux concepts théoriques et à l'explication des conditions de recueil des données ? Les auteurs concluent en posant les enjeux de la communication scientifique dans les médias et de l'usage du nombre par les médias qui ne doit pas faire oublier que « le nombre est une construction sociale » (p. 120).

  • 1 Fanny Bugeja-Bloch est maître de conférences en sociologie et Marie-Paule Couto est docteure en soc (...)

5Pour conclure, cet ouvrage est très accessible, quelle que soit la formation du lecteur. Sa grande qualité est d'insister sur la réflexivité du processus de recherche et de montrer que chaque étape d'une démarche de recherche comporte des choix et des décisions qui ont un impact sur les résultats finaux. Choisir une méthode quantitative n'est donc pas une décision à prendre au moment de l'analyse des données, mais qui existe en creux dès la construction de l'objet de recherche. Toutefois, deux regrets peuvent être formulés. Tout d'abord, les exemples présentés tout au long de l'ouvrage concernent principalement des enquêtes sociologiques, historiques ou démographiques. Les auteurs auraient pu élargir à d'autres disciplines même si ce choix est annoncé en introduction et compréhensible au vu de leur parcours1. En effet, le recours aux méthodes quantitatives et la réflexion sur le processus de quantification concernent toutes les disciplines des sciences humaines et sociales. On peut également regretter l'absence d'un chapitre sur les logiciels d'analyse automatisée de discours, de plus en plus nombreux, et utilisés pour l'analyse de questionnaires ou d'entretiens. Le recours aux logiciels est rapidement mentionné dans le chapitre 4, pour la saisie des questionnaires, mais pas pour l'exploitation des données, alors que leur essor en font un outil central dans la production et l'analyse de données.

Haut de page

Notes

1 Fanny Bugeja-Bloch est maître de conférences en sociologie et Marie-Paule Couto est docteure en sociologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Arnoult, « Fanny Bugeja-Bloch et Marie-Paule Couto, Les méthodes quantitatives », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 15 août 2015, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/18697

Haut de page

Rédacteur

Audrey Arnoult

Docteure en Sciences de l'Information et de la Communication, chercheuse associée au laboratoire ELICO

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page