Navigation – Plan du site

Michel Camau, Frédéric Vairel (dir.), Soulèvements et recompositions politiques dans le monde arabe

Belkacem Benzenine
Soulèvements et recompositions politiques dans le monde arabe
Michel Camau, Frédéric Vairel (dir.), Soulèvements et recompositions politiques dans le monde arabe, PU Montréal, 2015, 509 p., ISBN : 978-2-7606-3297-4.
Haut de page

Texte intégral

1Nombreux sont les ouvrages consacrés au « Printemps arabe ». Celui dirigé par Michel Camau et Frédéric Vairel intitulé Soulèvements populaires et recomposition dans le monde arabe est une contribution originale qui s’intéresse entre autres aux interactions entre le phénomène de la révolution et les pratiques despotiques régnant dans plusieurs pays arabes. Dans la présentation du livre, Camau et Vairel exposent clairement que leur objectif est de saisir à la fois les dynamiques de mobilisation et les transformations en cours dans les relations publiques. Pour ce faire, les auteurs de l’ouvrage tiennent compte des différents éléments nécessaires à la compréhension des phénomènes révolutionnaires comme les autorités, les appareils sécuritaires, les partis politiques, les réseaux sociaux, les jeunes et les élites intellectuelles et religieuses… Cet ouvrage est organisé en quatre parties. La première, intitulée « une phénoménologie des soulèvements populaires », s’intéresse aux dynamiques révolutionnaires à partir d’une analyse des contextes politiques qui ont conduit aux soulèvements, en mettant en lumière les espaces de protestation.

2Concernant le premier cas de révolution arabe, celui de la Tunisie, Camau fait recours à « l’étincelle » (immolation de Mohamed Bouazizi) pour expliquer comment un « simple » acte de protestation a conduit aux événements que nous connaissons. Camau met l’accent sur les différents éléments qui ont été à l’origine du soulèvement contre le régime de Ben Ali en soulignant entre autres le rôle de l’Union générale des travailleurs tunisiens et l’armée qui ont rendu cela possible. Sur la révolution tunisienne aussi, Romain Lecomte tente de « démystifier le rôle d’Internet ». En s’appuyant sur des études quantitatives, l’auteur remarque que les médias sociaux n’ont pas joué un rôle majeur dans la révolution tunisienne, mais qu’ils ont contribué notamment à les faire connaitre sur le plan international. Youssef El-Ghazli et Hervé Rayner partent des trajectoires sociales de trois jeunes acteurs de la révolution à Alexandrie pour mieux comprendre son processus, à travers l’usage des médias sociaux et le travail de sensibilisation mené par ces jeunes. Sur le cas de l’Égypte aussi, Joël Beinin et Marie Duboc mettent en évidence le rôle du mouvement ouvrier, lequel a commencé dès 2006 à prendre place dans la dynamique sociale du pays, qui a mené à la chute du régime de Mubarak. Les auteurs mettent aussi en exergue le rôle mobilisateur du mouvement syndical dans la période de transition. Dans une étude axée sur une analyse d’anthropologie-politique remarquable de la Lybie, Ali Bensaâd explique comment les asabiyyat (« esprits de corps » tribaux), fondées sur la distribution de la rente pétrolière, ont nourri le sentiment de mécontentement au sein des différentes communautés, qui a attisé un large mouvement de contestation menant à l’effondrement du régime de Kadhafi. La contribution de Leila Vignal livre un aperçu global de la révolution syrienne, rendant compte de la progression des événements qui secouent le pays, en indiquant la vitalité des mobilisations et l’apport des différents acteurs dans le mouvement révolutionnaire.

3La deuxième partie, intitulée « les limites de l’émulation protestataire », est consacrée aux pays qui n’ont pas connu de révoltes, mais qui ont été touchés toutefois par des mouvements de protestation. C’est le cas de l’Algérie, du Maroc et du Liban. Layla Baamara s’intéresse aux raisons qui ont conduit le pouvoir algérien à se maintenir, malgré un large mouvement de protestation lancé par différents acteurs politiques et socio-économiques. Mais l’auteure limite son étude au cas du Font des forces sociales qui mène une opposition loin de la rue, ce qui laisse le lecteur un peu désemparé puisque le sujet traité se limite à la position d’un seul parti, sans donner suffisamment d’analyses quant à l’évolution du mouvement de protestation, des acteurs de la mobilisation et les vraies raisons qui ont rendu cette mobilisation impopulaire. Sur le Maroc, deux articles liés retracent le processus de protestation. Le premier, de Vairel, est consacré au Mouvement du 20 février. Il retrace ses origines, ses soutiens, son mode d’action et la réaction des autorités. Le second, de Montserrat Emperador Badimon, examine les rapports de ce mouvement avec l’action des chômeurs diplômés qui se positionnent comme une force de protestation sociale, dont les relations avec le gouvernement sont souvent marquées de tensions fortes. Parce que les révoltes arabes ont été aussi l’occasion pour les peuples de manifester leur volonté à s’ouvrir sur les valeurs de la démocratie, du vivre ensemble et le la tolérance, l’étude de Marie Noëlle Abi Yaghi et Myriam Catusse montre comment le mouvement pour « la chute du système confessionnel » a pris place dans l’espace public dans le but d’une « déconfessionnalisation politique » du système libanais.

4La troisième partie du livre, portant sur la résilience autoritaire, traite des pratiques sécuritaires des régimes arabes et de leurs limites face aux mouvements de protestation. Jean Lachapelle souligne que, malgré la puissance de l’appareil sécuritaire égyptien, ce dernier s’est avéré vulnérable et impuissant à résister au soulèvement populaire. L’intérêt de ce chapitre est de nuancer le rôle des deux institutions sécuritaires que sont l’armée et la police dans la précipitation de la chute du régime de Mubarak. La contribution de Jean-Noël Ferrié sur le Maroc après 2011 met l’accent sur les réformes constitutionnelles de juillet 2011 et sur leurs limites, du fait, d’une part, de la légitimité « perdurante » de la monarchie et de sa popularité, et de l’autre de l’équilibre sociétal et politique qui prend forme dans le pays, assuré par le Roi. Concernant le « printemps » jordanien, Vincent Legrand fait remarquer tout d’abord la complexité des rapports entre État et société, au regard de la composition de la population : Jordaniens de souche et Palestiniens ; ces rapports sont en effet fondés sur le clientélisme et la distribution de la rente. L’auteur avance l’idée selon laquelle, en situation de crise et de forte contestation populaire, la monarchie jordanienne se réfère à la légitimité religieuse et s’appuie sur l’antériorité des réformes. Le Barheïn est la troisième monarchie analysée dans cet ouvrage. Claire Beaugrand s’intéresse au soulèvement, qui a été violemment réprimé. L’auteur discute de questions nationales : la légitimité de la famille royale, les pratiques sécuritaires, la représentation de la population chiite dans la vie politique, mais aussi internationales : les rapports du régime avec ses alliés du Golfe et de l’Occident qui ont été des facteurs majeurs aidant la famille royale à se maintenir au pouvoir, malgré la forte crise que le pays a traversée. Dans le cas du sultanat d’Oman, c’est « l’extrême personnalisation du régime » qui est examiné par Marc Valeri pour mettre en évidence les limites de la contestation, tout en remarquant qu’elle ne s’est pas produite sans la « désacralisation du sultan », ce qui risque de mettre en cause la légitimité du pouvoir.

5La quatrième partie de l’ouvrage est consacrée à la transformation des espaces politiques. Quatre chapitres abordent la place de la charia et de l’islamisme en général, dans les soulèvements populaires. Baudouin Dupret considère la charia comme un « référent incontournable » qui s’impose dans un jeu politique de « conformisme », au point de de devenir un élément « consubstantiel de la vie publique et politique ». D’une manière concrète, la contribution de Thomas Peirret évoque l’évolution de la « révolution » syrienne au regard de l’orientation idéologique des groupes armés et du rôle joué par des pays comme l’Arabie Saoudite et le Qatar dans l’islamisation de la révolution. Dans le cas de la Tunisie, c’est le processus d’institutionnalisation du groupe Ansar al Charia qui est analysé par Michaël Ayari et Fabio Merone pour relever les enjeux politiques et sécuritaires qui se profilent à cause de la montée de ce groupe. Dans un contexte un peu différent, la position du mouvement salafiste pendant la révolution yéménite est étudiée par Laurent Bennefoy pour mettre en évidence la place que prend ce mouvement dans la vie politique post-Saleh, à travers notamment la naissance du parti al Rachad, ce qui constitue une étape importante dans le « processus de politisation du salafisme yéménite ».

6Dans cette partie de l’ouvrage, deux chapitres reviennent sur le cas de l’Égypte. Celui de Florian Kohstall traite du long processus électoral (cinq scrutins en deux ans et demi) qui suit la chute du régime de Mubarak pour relever les failles du système électoral et de l’absence d’une vision, au sein de l’institution militaire, présidant à la gestion de la période de transition. Sur cette période de transition aussi, Assia Boutaleb met en exergue dans son article le clivage entre trois acteurs majeurs de la « révolution égyptienne », les protestataires, les opposants et l’armée, afin de mieux comprendre le processus révolutionnaire et les règles du jeu politique qui se sont imposés dans la gestion de la transition. Le dernier chapitre du livre est consacré au Liban, lequel échappe au mouvement de protestation et occupe une place à part dans les événements qui secouent les pays arabes. Vincent Geisser s’intéresse à la position du parti Hezbollah et de son leader Nasrallah quant aux événements qui secouent les autres pays arabes, la Syrie notamment, en analysant sa stratégie dite d’« autolimitation » et son propre modèle de mobilisation.

7Grâce notamment à l’approche transdisciplinaire adoptée dans de nombreux chapitres, ce livre constitue une contribution intéressante, voire une référence incontournable pour les lecteurs, afin de mieux comprendre les soulèvements populaires déclenchés dans les pays arabes depuis la fin de l’an 2011, les raisons qui ont conduit à cela, les principaux acteurs de ces mouvements et leurs répercussions sur l’évolution des régimes et des espaces politiques. L’ouvrage a le mérite de soulever de nombreuses questions pertinentes sur ce qui s’est produit dans les pays arabes et sur les spécificités liées à chaque pays étudié. Nous regrettons toutefois un manque d’enquêtes de terrain dans certaines études, qui auraient pu contribuer à mieux cerner les enjeux propres aux mutations sociales et politiques liées aux soulèvements populaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Belkacem Benzenine, « Michel Camau, Frédéric Vairel (dir.), Soulèvements et recompositions politiques dans le monde arabe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 14 septembre 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/18842

Haut de page

Lieu

Tunisie

Égypte

Libye

Syrie

Maroc

Algérie

Oman

Liban

Maghreb

Moyen-Orient

Haut de page

Rédacteur

Belkacem Benzenine

Politologue, chercheur au CRASC (Oran-Algérie).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page