Navigation – Plan du site

« Le Poids des corps », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 208, 2015

Juliette Froger-Lefebvre
Le poids des corps
« Le poids des corps », Actes de la Recherche en sciences sociales, n°108, Juin 2015.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Organisation mondiale de la santé.
  • 2 Indice de masse corporelle.
  • 3 Howard Becker, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985 (1963). Dans s (...)

1Déclarée épidémie mondiale depuis les années 2000 par l’OMS1, l’obésité et le surpoids préoccupent tous les agents du monde social, aussi bien les hommes que les femmes. Réunissant les travaux de cinq sociologues et philosophes, le numéro 208 de la revue bourdieusienne ARSS, coordonné par José Luis Moreno Pestana, questionne cet intérêt grandissant pour le poids, inquiétude qui se retrouve également dans les sphères publique et politique. Si les auteurs n’écartent pas les facteurs biologiques, nutritionnels, culturels et psychologiques, ils focalisent leur analyse sur les effets des représentations sociales et des dominations de classe et de genre, et évaluent leur influence sur l’action publique en santé. Ainsi, l’individu « obèse » ou « en surpoids » incarne et incorpore les stigmates de la fainéantise, du manque de volonté et de l’échec social. Sujet au jugement moral et à l’exclusion, l’individu à l’IMC2 « anormal »3 est associé à une santé défaillante par le monde médical et appartiendrait, selon les études épidémiologiques, aux classes populaires. Le « gras des pauvres » s’oppose donc à l’idéal de la minceur que les personnes dotées de capital culturel semblent avoir assimilé.

  • 4 Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979. Pou (...)

2Si l’obésité touche davantage les classes populaires, les auteurs l’expliquent à la fois par la contrainte d’une représentation idéale du corps imposée par les classes dominantes, par les habitus de classe et par l’oppression de genre. Pour Dieter Vandebroeck, le poids est un fait social dont la distribution et l’évolution sont directement liées aux inégalités de classes. Effectivement, les individus occupant les places sociales les plus précaires ont toutes les chances d’avoir un corps stigmatisé et dénigré par la grande majorité des membres de l’espace social. L’écart entre le corps qui « est » et celui qui « devrait être » diminue au fur et à mesure que l’on monte dans les échelons des classes dominantes, et ce en même temps que la pression symbolique de la distribution du corps augmente. Ainsi, plus l’individu s’inscrit dans une position sociale de « dominant », plus il devra correspondre à la représentation physique attribuée à sa situation. Le corps devient ainsi une sorte de « faire-valoir » de sa propre position sociale, permettant de projeter une image de confiance en soi. De plus, les agents incorporent leur idéal social et l’incarnent en modifiant leurs « goûts »4 et habitus de classes, acquérant ainsi une morphologie sociale distincte et caractéristique. Ce qui est considéré généralement comme un fait naturel devient un phénomène construit et un indice « incorporé » de la personnalité de l’individu. L’individu se caractérise par son corps, marque de sa position dans le monde social. Mais si les classes populaires agissent en fonction de cet idéal de présentation de soi, elles sont également soumises à l’expérience économique du corps qui constitue le premier « outil » de travail de l’individu. Cette vision instrumentale du corps explique une plus faible pression quant à l’importance du « corps légitime », lequel demeure malgré tout une norme pernicieuse, dénigrant le corps « instrument », ouvrier, et le style de vie qui le produit.

  • 5 Margareth Maruani, Travail et emploi des femmes, Paris, La Découverte, 2000.
  • 6 Comme l’explique Naomi Wolf dans son ouvrage : Naomi Wolf, Quand la beauté fait mal, Paris, First, (...)
  • 7 Pierre Bourdieu, La Domination masculine, Paris, Éditions du Seuil, 1998.

3Le dénigrement et la culpabilisation des habitudes des classes populaires s’accompagnent d’une forte discrimination de genre. Comme le montrent les travaux de la sociologue Margareth Maruani5, la pénétration massive des femmes sur le marché du travail depuis cinquante ans peut être considérée comme une forme de libération qu’il faut nuancer en analysant les conditions de leur intégration dans un monde masculinisé. Les premiers emplois accessibles aux femmes sont des professions de représentation6 qui impliquent une exigence de beauté7, beaucoup plus stricte que pour les hommes. José Luis Moreno Pesquana explique que les femmes sont alors prises dans un « jeu esthétique », mettant en compétition leur aspect physique et l’attention qu’elles prêtent à leur présentation de soi, qui doit malgré tout refléter le milieu socio-professionnel dans lequel elles évoluent. Poussé à l’extrême, le jeu esthétique peut mener à des restrictions alimentaires d’ordre pathologique surtout dans les milieux élitistes où la pression de la norme devient de plus en plus forte. Selon le travail d’enquête d’Enrique Martin-Criado au sein de familles de classes populaires andalouses, cette obligation esthétique imposée par une norme tacite se heurte au rôle nourricier de la femme au sein du foyer. Cette dernière, supposée faire passer les besoins familiaux avant ses propres désirs, doit suivre le modèle populaire de la mère de famille tout en s’adaptant à des normes esthétiques légitimées par le discours médical. C’est d’ailleurs en utilisant ce dernier, ainsi que la stigmatisation morale du « laisser-aller » reprise par les campagnes de prévention, qu’elle parvient à intégrer les critères d’exigence de présentation de soi et à trouver une sorte d’équilibre entre ces deux modèles en tension.

  • 8 Joseph Gusfield, La Culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre sy (...)
  • 9 Jean-Pierre Poulain, Sociologie de l’obésité, Paris, Presses Universitaires de France, 2009.

4Enfin, pour les auteurs, si la préoccupation du poids parvient à gagner l’espace social c’est en s’imposant comme problème de santé publique. Comme l’explique Matthieu Grossetête dans son article, les discours médiatique et politique participent, de concert, à modéliser le « corps illégitime ». Cette modélisation passe par une forte prise de parole de nouveaux experts, alors même que la parole du « malade » n’est plus sollicitée. En empruntant à Joseph Gusfield8 le modèle d’analyse constructiviste de mise en place des problèmes publics, Nicolas Larchet décrit les efforts combinés de comités d’experts et de représentants politiques pour transformer la question de justice sociale et d’accès à l’alimentation en une vaste campagne visant à lutter contre l’obésité. L’action en santé publique, ainsi mise au service de l’agenda politique et reprise par de nombreux industriels à des fins promotionnelles9, s’appuie sur la neutralité technique de la science et possède donc une grande force symbolique. En plus de la responsabilisation des individus quant à leur santé et à leurs modes de vie, elle permet notamment d’évacuer la question des inégalités sociales qui perdurent.

5Finalement, appréhender d’un point de vue sociologique la question de l’obésité et de la préoccupation du poids, dans nos sociétés post-industrielles, permet de déplacer l’attention du lecteur sur les conditions de possibilité d’une telle préoccupation ; préoccupation qui pénètre la quasi-totalité du monde social. Les auteurs, sans pour autant discuter la légitimité du discours médical, mettent en lumière les enjeux et les relations de pouvoir qui se jouent dans la construction d’une question comme le poids en problème de santé public.

Haut de page

Notes

1 Organisation mondiale de la santé.

2 Indice de masse corporelle.

3 Howard Becker, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985 (1963). Dans son ouvrage consacré aux « carrières déviantes », le sociologue Howard Becker analyse la construction des normes. Selon lui, il est nécessaire que des entrepreneurs de morale au capital symbolique important (comme des scientifiques par exemple) se mobilisent afin d’établir ce qui apparaitra plus tard comme « naturellement » normal.

4 Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979. Pour le sociologue, les normes peuvent s’appliquer de manière variable selon les groupes. Alors que certains groupes intègrent de manière générale le respect de ces normes, d’autres n’y consentent que de manière partielle. Ainsi, les comportements associés au corps varient d’un groupe à l’autre. Selon Bourdieu, les classes sociales s’opposent jusque dans leur manière de se mouvoir, de consommer la culture, de parler et de manger. La préférence pour les matières grasses du côté des classes populaires et pour les aliments maigres du côté des couches les plus aisées n’est pas seulement qu’une question de revenus. Même si la relation de privation des classes populaires s’oppose au goût ou plus exactement au choix du goût des classes aisées, les classes populaires s’opposent explicitement à « l’art de vivre légitime » et privilégient l’« art de boire et de manger ».

5 Margareth Maruani, Travail et emploi des femmes, Paris, La Découverte, 2000.

6 Comme l’explique Naomi Wolf dans son ouvrage : Naomi Wolf, Quand la beauté fait mal, Paris, First, 1991.

7 Pierre Bourdieu, La Domination masculine, Paris, Éditions du Seuil, 1998.

8 Joseph Gusfield, La Culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, Économica, Paris, 2009 (1981). Son étude sur la construction des problèmes publics met en lumière la nécessité d’existence d’une rhétorique scientifique puis de l’élaboration de la loi qui impose finalement l’ordre moral.

9 Jean-Pierre Poulain, Sociologie de l’obésité, Paris, Presses Universitaires de France, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Froger-Lefebvre, « « Le Poids des corps », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 208, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 15 septembre 2015, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/18852

Haut de page

Rédacteur

Juliette Froger-Lefebvre

Doctorante en sciences politiques à l’Université Paris Ouest Nanterre – La Défense (Laboratoire ISP). Thèse sous la direction de Pascale Laborier sur l’anorexie comme problème de santé publique.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page