Navigation – Plan du site

Christophe Premat, Penser l’utilité avec Hegel et Heidegger

Antoine Silvestre de Sacy
Penser l'utilité avec Hegel et Heidegger
Christophe Premat, Penser l'utilité avec Hegel et Heidegger, Paris, Demopolis, 2015, 220 p., ISBN : 978-2-35457-082-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Martin Heidegger, Lettre sur l’humanisme, trad. franç. Roger Munier, Paris, Aubier, 1983, p. 31.

1« La détermination hégélienne de l’histoire comme développement de l’Esprit n’est pas fausse. Elle est vraie comme est vraie la métaphysique »1. Si Christophe Premat choisit d’étudier la notion ou le concept d’utilité chez deux auteurs aussi différents qu’Hegel et Heidegger, c’est peut-être parce qu’ils prennent deux chemins opposés : le premier accomplit la métaphysique là où le second s’attache à la dépasser, celle-ci étant, selon lui, contaminée par l’utilité utilitaire. Chez Hegel, la philosophie permet une pensée de l’utilité qui s’écarte des dérives utilitaires alors que chez Heidegger cette pensée ne peut s’opérer qu’à travers une sortie hors de la philosophie, par une sorte de poéticité, de pensée méditante, aux frontières du mysticisme.

2L’auteur part d’une analyse des origines de la notion – ou du concept chez Hegel - d’utilité. Chez ce dernier, l’utilité doit se comprendre à travers le parcours de l’Esprit qui se saisit lui-même comme tel. Elle est le concept phare, selon l’auteur, de l’Aufklärung (Les Lumières) dans la mesure où elle se situe entre la foi et la raison. Dénonçant l’illusion d’un monde en soi, d’un monde de l’au-delà, la « doctrine des Lumières établit comme valeur suprême l’utilité universelle, qui réconcilie en elle l’idéalité du monde de la foi […] et la réalité […] du monde de la culture » (p. 17) ; tout ce qui est utile à l’homme – même dans une démarche égoïste – est bénéfique aux autres membres de la communauté. Il y a donc une positivité de l’utilité dans son caractère réciproque. Chez Heidegger, la notion d’utilité doit s’étudier dans un va-et-vient constant entre un plan ontique et un plan ontologique ; le Dasein a d’abord accès aux choses sous un mode pratique, à travers leur utilisation, et jamais il ne s’interroge sur l’essence de cette utilité. En effet, si l’utilité se comprend et s’enracine dans un horizon technique, l’essence de l’utilité n’a rien de technique. Dans l’époque utilitaire dénoncée par Heidegger, époque de la techno-science, l’être est radicalement voilé et l’étant ne se propose à l’homme que sous la forme d’un potentiel énergétique, d’une chose à portée de main, consommable. Cette époque réalise une logique métaphysique, une programmation contenue dans la métaphysique, affirme Heidegger, qui asservit l’homme à cette technique et le plonge dans l’indifférenciation, la perte des valeurs humaines.

3Premat s’efforce, dans la seconde partie de l’ouvrage, de mettre en évidence les différentes analyses phénoménologiques de cette indifférenciation, proposées par Heidegger. Les modalités techniques modernes se réalisent pleinement dans trois catégories qui placent l’homme face à un non-monde, un monde dénué de symbolique, de sacré : la calculabilité, la maîtrisabilité et la disponibilité. L’ensemble du monde est structuré à partir de ces trois catégories et l’homme n’approche plus les étants qu’à partir de celles-ci. Chez Hegel, au contraire, l’utilité est pleinement positive, notamment dans le domaine social. Les hommes s’utilisent les uns les autres dans une société de libre-échange afin de subvenir à leurs besoins réciproques. C’est donc une approche de l’utilité qu’Heidegger n’aborde pas, à savoir celle de l’utilité dans un contexte économico-politique, l’utilité étant une médiation entre les besoins et la consommation.

  • 2 Martin Heidegger, Approches de Hölderlin, trad. franç. collective, Gallimard, Paris, 1973.

4Dès lors, il s’agit pour Heidegger de « sortir » du règne de l’utilité – et, pour cela, de sortir de la métaphysique telle qu’elle s’est constituée jusqu’à présent, proposer un autre questionnement philosophique qui s’arrache à l’utilitaire et s’attache à l’Être en tant qu’être. Cette sortie doit se faire par la création d’un espace symbolique, par une pensée qui sera toute entière poéticité et écoute de l’Être dans la langue. On est ici aux frontières d’un mysticisme heideggérien, qui s’observe dans les analyses qu’il donne des poèmes d’Hölderlin2. Il s’agit de retrouver l’usage essentiel, « naturel » des choses, dans leur environnement propre, à travers une attitude d’écoute face aux choses et une pensée méditante, une pensée du non-vouloir. Cette nouvelle pensée – qui n’est plus philosophique – est rendue possible grâce à cette situation de crise de la métaphysique qui signe le règne de la techno-science. À l’inverse chez Hegel, il ne s’agit pas de dépasser ou de nier l’utilité mais de la sublimer. L’art – la peinture hollandaise, par exemple – permet de mettre au jour la vérité de l’utilité en la spiritualisant. L’art en lui-même n’est pas un outil, il n’a pas de fonction propre, mais il expose l’utilité dans son essence même. La peinture hollandaise, peinture du quotidien, transfigure l’objet qui n’est plus vu par le spectateur en tant qu’ustensile mais en tant qu’objet, en tant qu’idéalité.

5Si les analyses de l’auteur sont rigoureuses et menées de façon claire, on regrette le manque de problématisation autour du choix des deux philosophes. En effet, on déplore que Christophe Premat n’ait pas justifié ce choix d’auteurs plus clairement et que ses analyses soient menées de façon juxtaposée tout au long de l’ouvrage. On comprend qu’il oppose l’optimisme hégélien d’un côté, et la tentative de dépassement heideggérienne de l’autre mais, de notre point de vue, cette opposition s’avère peu féconde en interprétation et en réflexion. La compréhension du rapprochement en est rendue malaisée et l’ouvrage nous semble perdre quelque peu en cohérence.

Haut de page

Notes

1 Martin Heidegger, Lettre sur l’humanisme, trad. franç. Roger Munier, Paris, Aubier, 1983, p. 31.

2 Martin Heidegger, Approches de Hölderlin, trad. franç. collective, Gallimard, Paris, 1973.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Silvestre de Sacy, « Christophe Premat, Penser l’utilité avec Hegel et Heidegger », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 15 septembre 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/18868

Haut de page

Rédacteur

Antoine Silvestre de Sacy

Ancien élève de classes préparatoires littéraires au lycée Henri IV (Paris), étudiant en master 2 de philosophie à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, il a rédigé un mémoire sur Nietzsche et Pascal.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page