Navigation – Plan du site

Arnaud Parienty, School business. Comment l’argent dynamite le système éducatif

Arnaud Pierrel
School business
Arnaud Parienty, School business. Comment l'argent dynamite le système éducatif, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2015, 250 p., ISBN : 978-2-7071-8365-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir, par exemple, Goyet Mara, Collèges de France, Paris, Fayard, 2003.

1Si les témoignages de « profs de banlieue », peignant en noir leurs conditions de travail, ont fait florès au début des années 20001, c’est de l’autre côté du périphérique et du spectre des établissements scolaires que nous emmène l’enquête d’Arnaud Parienty. Nommé en 2012 dans « un très bon lycée, situé dans l’un des quartiers les plus chics de Paris » (p. 19), ce professeur de sciences économiques et sociales, ayant exercé jusqu’alors dans des établissements de banlieue parisienne, découvre un autre monde. À la manière d’un anthropologue arrivant en terre inconnue, Arnaud Parienty est d’abord frappé d’étonnement. Ses élèves ont massivement recours à des cours particuliers, parlent couramment anglais suite à des multiples séjours linguistiques et formulent des vœux d’orientation post-baccalauréat vers des établissements privés, en France ou à l’étranger, aux frais de scolarité onéreux. Cet étonnement initial est le point de départ de l’enquête d’Arnaud Parienty, qui analyse plus avant le rôle croissant du capital économique dans la formation des inégalités de réussite scolaire. L’auteur s’appuie sur sa propre expérience mais aussi sur l’exploitation de données statistiques existantes, d’articles de presse et de travaux universitaires. Il faut souligner la pertinence d’une telle perspective de recherche, axée sur les fondements économiques des inégalités scolaires, tant prévaut encore l’idée d’une détermination univoque de celles-ci par le capital culturel hérité.

  • 2 François Jean-Christophe, Poupeau Franck, Le sens du placement. Ségrégation résidentielle et ségrég (...)
  • 3 Bourdieu Pierre, La Noblesse d’État, Paris, Minuit, coll. « Le Sens commun », 1989, p. 305-328.

2Le rôle du capital économique dans les destinées scolaires est triple. Du côté de l’offre de formation d’abord, les différences de dotations financières entre territoires et entre établissements induisent des inégalités en termes de capacité d’accueil (par exemple, pour la scolarisation en maternelle avant trois ans, p. 148-149) et de conditions matérielles d’étude (notamment entre l’université et les établissements privés d’enseignement supérieur, chapitre 5). Du côté des élèves et de leurs familles, ce sont deux types d’usages des ressources économiques dans les scolarités qu’il faut distinguer. D’une part, les investissements pécuniaires constituent de précieux adjuvants dans la course à l’excellence scolaire. Ils peuvent prendre la forme d’achats immobiliers dans les zones de recrutement des établissements secondaires les plus prestigieux, selon la carte scolaire2 (chapitre 2), mais aussi de cours particuliers (chapitre 3) ou de séjours linguistiques (chapitre 4). D’autre part, les capacités financières des familles valent possibilité d’acquisition de capital culturel institutionnalisé (par exemple, un diplôme) tout en évitant les filières où la sélection scolaire est la plus drastique (à commencer par les classes préparatoires aux grandes écoles). Si l’on retrouve ici le thème classique des filières-refuges3, Arnaud Parienty pointe le fait qu’aujourd’hui certaines fractions des milieux aisés se tournent prioritairement vers des formations onéreuses à l’étranger, lorsque le niveau scolaire de leurs enfants dont ne leur permet pas d’intégrer les filières les plus sélectives de l’enseignement supérieur français (études de médecine, d’ingénieur, etc.). Le refuge est ainsi devenu synonyme d’invitation au voyage.

  • 4 Des travaux antérieurs ont montré a contrario tout l’intérêt de partir de l’offre de places pour co (...)

3Cette disposition des familles à payer l’excellence scolaire au prix fort alimente en retour le développement des écoles privées (chapitre 6), selon le principe – discutable en matière d’éducation4 – que « la demande crée l’offre » (p. 154). Ce développement s’effectue dans un contexte de mise en marché des formations (chapitre 7). Celles-ci, cherchant à tenir leur rang au sein d’une concurrence accrue, ont augmenté fortement leurs frais de scolarité (chapitre 8). Les écoles privées (business schools notamment) comme les universités publiques – via la création de diplômes universitaires dont le montant des frais d’inscription est laissé à la discrétion des établissements – alimentent alors cette « envolée des frais de scolarité ».

4Stratifiantes en tant qu’elles concourent à la construction des inégalités scolaires, ces pratiques économiques à enjeu scolaire sont bien entendu également stratifiées, compte tenu de leur coût financier. En matière de placement scolaire par exemple, seules les familles les plus aisées ont accès aux localisations résidentielles comprises dans les secteurs de recrutement des collèges et lycées les plus prestigieux. Les classes moyennes et les commerçants auraient, quant à eux, plus fréquemment recours pour leurs enfants à l’enseignement privé et les enseignants qui auraient le malheur d’habiter dans le secteur d’un établissement ayant mauvaise presse feraient jouer pour leurs enfants la carte des dérogations vers un autre établissement public hors secteur (p. 70).

  • 5 Établissement privé secondaire situé en Normandie, l’École des Roches fait figure depuis sa créatio (...)
  • 6 Par exemple, à propos du recrutement scolaire des écoles d’ingénieurs privées, l’auteur affirme que (...)

5D’un point de vue méthodologique, la question de la stratification des pratiques selon les milieux sociaux n’est cependant pas traitée de manière systématique. D’une part, Arnaud Parienty se contente parfois de l’hypothèse d’une diffusion des pratiques de haut en bas de la hiérarchie sociale, à propos par exemple de la mobilité scolaire internationale, dont « [l]e modèle s’étend[rait] progressivement aux classes moyennes supérieures » depuis la grande bourgeoisie de l’École des Roches5 (p. 112). D’autre part, Arnaud Parienty n’utilise pas toujours les mêmes catégories d’analyse, ayant tantôt recours à une distinction fine de fractions de classe aux styles de vie différenciés, tantôt à une vision plus unidimensionnelle de la stratification sociale liée principalement aux inégalités de revenus. Ce point précis appelle une discussion plus générale de la méthodologie à l’œuvre dans l’ouvrage. L’intérêt du livre réside assurément dans le large panorama des pratiques économiques à enjeu scolaire qui jalonnent les trajectoires des élèves. Mais cette ambition de rendre compte d’un vaste ensemble de phénomènes se révèle parfois synonyme de précipitation démonstrative. Les scènes et interactions sociales relatées demeurent insuffisamment caractérisées sociologiquement, les données mobilisées s’avèrent parfois amputées de leur source6 et la rigueur intellectuelle des articles de presse repris à son compte par Arnaud Parienty laisse parfois songeur, notamment à propos du « problème » des « faux étudiants » à l’université (p.139-140) qui y seraient inscrits uniquement pour bénéficier du système de bourses sur critères sociaux et repérables par leur empressement à rendre copie blanche aux examens. L’auteur reprend sur ce point le contenu d’un article de presse ne reposant que sur l’observation de deux épreuves d’examens universitaires ; il entend en confirmer la portée générale, arguant du fait qu’« une amie enseignant à Lille [lui] avait déjà décrit [ce phénomène] dans les années 1990 » (p. 140). A contrario, l’amorce réflexive de la conclusion que fait Arnaud Parienty sur sa position en porte-à-faux face à ses élèves est particulièrement bienvenue. L’auteur se décrit en agent à corps défendant de ce « school business », à la fois opposé politiquement à ces pratiques remettant en cause un modèle de méritocratie républicaine et jouant cependant le jeu des lettres de recommandation que lui demandent ses élèves pour intégrer telle ou telle formation à l’étranger – des élèves « formidables […], gentils, conscients et reconnaissants des efforts que l’on fait pour les aider » (p. 233).

  • 7 Wagner Anne-Catherine, « La Noblesse d’État et ses prolongements », in Frédéric Lebaron, Gérard Mau (...)

6En définitive, la question sociologique centrale que pose l’ouvrage d’Arnaud Parienty est celle du « raccourcissement des circuits de légitimation »7 des classes dominantes, en jeu dans les stratégies de reproduction prenant appui sur le capital économique à usage scolaire. À ce titre, si certains phénomènes décrits par Arnaud Parienty ont déjà fait l’objet de recherches fouillées (la question du sens du placement scolaire et, plus récemment, celle des frais de scolarité), d’autres constituent des pistes de recherche à investir plus avant, à l’instar de l’internationalisation des filières-refuges de l’enseignement supérieur.

Haut de page

Notes

1 Voir, par exemple, Goyet Mara, Collèges de France, Paris, Fayard, 2003.

2 François Jean-Christophe, Poupeau Franck, Le sens du placement. Ségrégation résidentielle et ségrégation scolaire, Paris, Raisons d'agir, coll. « Cours et travaux », 2008.

3 Bourdieu Pierre, La Noblesse d’État, Paris, Minuit, coll. « Le Sens commun », 1989, p. 305-328.

4 Des travaux antérieurs ont montré a contrario tout l’intérêt de partir de l’offre de places pour comprendre les dynamiques de scolarisation. Voir Briand Jean-Pierre et Chapoulie Jean-Michel, Les collèges du peuple, Rennes, PUR, coll. « Histoire », 2011 [1992].

5 Établissement privé secondaire situé en Normandie, l’École des Roches fait figure depuis sa création d’établissement réservé à la haute bourgeoisie et promeut une éducation marquée par des valeurs aristocratiques.

6 Par exemple, à propos du recrutement scolaire des écoles d’ingénieurs privées, l’auteur affirme que « la moyenne au bac de leurs étudiants, comparable à celle des élèves de commerce postbac, est inférieure de quatre points à celle des élèves des INSA [Instituts nationaux de sciences appliquées] » (p. 128) sans précision quant à la provenance de ces données sur le niveau scolaire des élèves.

7 Wagner Anne-Catherine, « La Noblesse d’État et ses prolongements », in Frédéric Lebaron, Gérard Mauger (dir.), Lectures de Bourdieu, Paris, Ellipses, 2012, p.185.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Pierrel, « Arnaud Parienty, School business. Comment l’argent dynamite le système éducatif », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 19 octobre 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/19160

Haut de page

Rédacteur

Arnaud Pierrel

Doctorant en sociologie, Gresco Poitiers.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page