Navigation – Plan du site

Mary-Jane Rubenstein, Worlds without end

Thibault De Meyer
Worlds without end
Mary-Jane Rubenstein, Worlds without end. The many lives of the multiverse, Columbia University Press, 2015, 360 p., ISBN : 9780231156639.
Haut de page

Texte intégral

1N’existe-t-il qu’un seul univers ou bien y en a-t-il plusieurs ? Cette question a longtemps interrogé les philosophes et les théologiens. Depuis une soixantaine d’années, les physiciens s’y sont aussi intéressés. Mary-Jane Rubenstein, professeure de théologie à l’université wesleyenne à Middletown dans le Connecticut, expose les hypothèses des philosophes et celles des physiciens en soulignant les similitudes entre elles. Worlds without end tente ainsi de montrer qu’il n’y a pas vraiment de différence entre la théologie et la science en ce qui concerne la cosmologie.

2Le livre suit une structure plus ou moins chronologique. Les premiers chapitres présentent les hypothèses cosmologiques des philosophies de Platon et d’Aristote (chapitre 1), des atomistes et des stoïciens (chapitre 2), du Moyen Âge (chapitre 3) et de la période moderne (chapitre 4). Dans les deux derniers chapitres, Rubenstein compare les théories scientifiques du XXe siècle aux propositions philosophiques vues dans les chapitres précédents.

  • 1 Aristote, Métaphysique, 1076a (tard. Marie-Paule Duminil et Annick Jaulin, Paris, Flammarion, 2008, (...)

3Platon et Aristote défendent tous deux l’idée d’un monde unique. Cependant, leurs arguments sont souvent ambigus et faibles. Platon soutient par exemple qu’il n’y a qu’un monde parce qu’il n’y a qu’une forme, qu’un modèle. Pourtant, la théorie des formes affirme que toutes les formes sont recopiées plusieurs fois (le Beau, comme forme, est le modèle d’une infinité de choses belles). Dans son traité sur le ciel, Aristote explique que la Terre est naturellement au centre du monde. S’il y avait deux mondes, la Terre devrait aller en même temps au centre de ce monde ci et au centre d’un autre monde, ce qui semble impensable ; il ne peut donc y avoir qu’un seul monde. Dans le livre Lambda de la Métaphysique, Aristote propose une explication de l’unicité du monde selon laquelle il y a un premier mouvant qui n’est lui-même pas mû : le premier moteur. Il ne pourrait y avoir qu’un seul premier moteur, donc un seul monde. Curieusement, en opposition aux chapitres antérieurs et suivants de Lambda, Aristote explique au chapitre 8 pourquoi il y aurait 55 premiers moteurs. Au vu de la faiblesse des arguments et de leur incohérence, Rubenstein estime que l’idée du monde unique serait surtout liée à un principe politique et moral. Après avoir indiqué que « les êtres ne veulent pas être mal gouvernés », Aristote conclut Lambda en citant L’Iliade d’Homère : « le gouvernement de plusieurs n’est pas une bonne chose ; qu’il n’y ait qu’un seul chef »1. Il n’y aurait donc qu’un seul monde, un seul premier moteur, afin de conserver l’ordre.

4Il y a pourtant plusieurs courants philosophiques qui ont envisagé la possibilité d’une pluralité des mondes. Épicure et ses disciplines considéraient que le monde est constitué d’atomes. À l’origine, ces atomes rebondissaient dans le vide au hasard ; ils finirent par former un tourbillon, notre monde. De la même manière, une infinité d’autres atomes se sont assemblés autrement, formant d’autres tourbillons. Il y aurait donc une infinité de mondes, une infinité de combinaisons d’atomes. Dans cette même école, Lucrèce indique comment l’idée des mondes infinis est la meilleure façon de se défaire des dieux. En effet, si tout ce qui est possible existe dans l’infinité des mondes, alors il n’y a plus besoin de mythologie pour expliquer pourquoi le monde dans lequel nous vivons est ainsi plutôt qu’autrement ; le monde actuel n’est qu’un assemblage possible des atomes parmi la multitude des autres assemblages qui se sont réalisés dans d’autres mondes.

5Stephen Weinberg, un physicien contemporain, utilise un argument similaire à celui de Lucrèce pour contrer les défenseurs contemporains du dessein intelligent. Ceux-ci expliquent que la vie aurait été impossible si les constantes physiques étaient ne serait-ce qu’un tout petit peu différentes (il s’agit du problème de l’ajustement précis du monde, le fine-tuning problem). Les constantes physiques semblent particulièrement « ajustées » pour la vie. Selon les adeptes du dessein intelligent, cet ajustement prouverait que l’univers a été créé par un créateur intelligent, c’est-à-dire Dieu (l’Intelligent Design est une thèse religieuse qui est surtout connue pour son opposition obstinée à la théorie de l’évolution). Steven Weinberg pense que la seule manière de contredire cette thèse est l’hypothèse du multivers, des mondes multiples qui auraient chacun des constantes physiques différentes. Toutes les constantes physiques possibles vaudraient dans au moins un monde. Il n’y aurait donc plus aucun mystère à l’ajustement de notre monde : notre monde où la vie est possible n’est qu’un univers parmi l’infinité des univers possibles ayant des constantes physiques différentes.

6Les stoïciens se sont opposés à l’atomisme d’Épicure et de Lucrèce. Selon eux, il n’y a rien qui soit autonome. Pour séparer deux mondes, il faudrait qu’il existe du vide entre eux. Cependant, comme tout est lié, il n’y a pas de vide. Il ne peut donc y avoir qu’un seul monde. Néanmoins, selon Zénon de Cition, le fondateur du stoïcisme, le tout est périssable à l’instar des parties qui le composent. Ainsi, le monde n’est pas éternel. Il disparaîtra dans les flammes qui l’ont vu naître ; de ces flammes naîtra un nouveau monde (il s’agit du scénario ekpyrotique). Diogène Laërce précise que le monde est plein de raison (de ratio, de rapport). Le monde doit donc être le meilleur possible. Par conséquent, chaque monde doit toujours être le même, le meilleur. Rubenstein discute ensuite d’un ensemble de physiciens qui défendent des idées analogues à celle de l’éternel retour de l’univers. Augustin, au cinquième siècle, se demandait qui pourrait bien tolérer un monde qui se répète une infinité de fois avec tous ses défauts, tous ses pêchés. Il s’exclamait même : « si c’était vrai, ce serait plus prudent d’être ignorant » (cité p. 65).

7Dans la chrétienté, la question des mondes multiples prend une autre tournure. Elle se relie à l’omnipotence divine : Dieu peut tout faire, il peut donc créer tous les mondes possibles, rien ne l’empêche de créer tous ces mondes ; mais s’il les créait tous, alors notre monde n’aurait rien de spécial et Dieu n’aurait aucun égard particulier pour nous, humains, il ne pourrait pas être bienveillant. L’évêque Nicolas de Cues proposa néanmoins l’idée qu’il y a une infinité de mondes qui correspond à l’infinité divine (la matière serait l’extension, l’explicatio, de l’intention divine, la complicatio). Les univers ne seraient néanmoins pas sans liens entre eux. En fait, chaque univers reflèterait l’infinité des autres univers. Il n’y aurait donc aucun univers central. Cependant, Dieu comprendrait à partir de n’importe quel univers l’unité, l’ordre, de tous les univers. Ainsi, pour le Cusain, il y a une infinité d’univers, si l’on se place du point de vue de n’importe lequel d’entre eux, mais du point de vue divin, il n’y a qu’un seul univers, un seul ordre. Giordano Bruno défendait des idées similaires à celles du Cusain. Se considérant comme un successeur de Copernic, Bruno pensait néanmoins que celui-ci n’était pas été assez radical. En effet, même si ce n’est plus la Terre qui est au centre dans le système copernicien, il y a tout de même encore un centre. Or, Bruno, à l’instar de Nicolas de Cues, défend l’idée qu’il n’y a pas de centre, une idée radicale qui lui a valu le bûcher en 1600.

8Comme nous l’avons vu, l’« ajustement précis » est problème scientifique utilisé comme arguments par les avocats de la thèse religieuse du dessein intelligent. Le scénario du Big Bang est lui aussi mobilisé pour des projets religieux. L’hypothèse du Big Bang, qui est la principale théorie scientifique concernant la genèse de notre univers, a en effet été soutenue par un grand nombre de chrétiens, notamment le pape Jean-Paul II, car ce scénario permet de penser la particule à l’origine de l’explosion comme la particule Dieu (le Big Bang s’accommode plus facilement à l’idée qu’il n’y a qu’un seul univers, mais certaines versions plus récentes du scénario défendent néanmoins l’idée d’une succession d’explosions qui donneraient naissance à des mondes distincts). Fred Hoyle cherchait explicitement une théorie scientifique qui ne puisse pas être reprise par la religion (c’est d’ailleurs lui qui a inventé l’expression « Big Bang », qui visait à l’origine à tourner cette théorie en dérision). Hoyle a proposé la théorie maintenant abandonnée de l’état stationnaire. Selon cette théorie, l’univers n’aurait ni début ni fin. Cependant, en 1985, des observations ont confirmé l’existence d’un fond diffus cosmologique, ce qui ne cadrait pas avec la théorie de l’état stationnaire. D’autres, pour s’opposer au Big Bang, ont proposé des hypothèses fort proches de celle de Nicolas et de Bruno : l’espace-temps qui sépare les univers s’étendrait plus vite que la lumière, ce qui fait que les univers n’ont la plupart du temps aucun contact entre eux. Il peut néanmoins y avoir des collisions entre les univers, qui seraient confirmées par certaines traces cosmiques. Dans ce scénario, chaque univers est infini de l’intérieur, mais fini de l’extérieur.

9Au XVIIe siècle, la science se sépare peu à peu de la philosophie. Kepler défend l’idée du monde unique en se basant sur le principe d’empirisme : on ne peut croire que ce qu’on peut voir ; or on ne voit pas d’autres mondes (Stephen Hawking propose un principe analogue contre les hypothèses des mondes multiples : les autres mondes n’ont aucune influence sur notre monde, il ne servirait donc à rien de les postuler). L’idée du monde unique se baserait sur nos sens, alors que celle des mondes pluriels se baserait sur l’imagination. Descartes propose une hypothèse qui laisse la place à l’idée de mondes pluriels. Dans son traité non publié sur le monde, Descartes explique qu’il n’y a pas de vide. Ainsi, les particules de matière, pour se mouvoir, doivent passer l’une sur l’autre. De cette façon, ces particules finissent par former des tourbillons où les éléments les plus légers (la lumière) se retrouvent au centre ; les éléments un peu plus lourds (l’air) se trouvent un peu plus loin du centre et les éléments les plus lourds (les planètes) se placent en périphérie du monde. Mais il peut y avoir plusieurs tourbillons ; il y aurait même en fait autant de tourbillons, autant d’univers, que d’étoiles.

  • 2 Jorge Luis Borges, « Le jardin aux sentiers qui bifurquent », Œuvres complètes, Paris, La Pléiade, (...)

10Mary-Jane Rubenstein commence les chapitres sur les théories physiques en citant un grand nombre de physiciens qui rejettent sans arguments solides l’hypothèse des mondes multiples. Ils auraient, un peu comme Aristote ou Augustin, un dégoût pour cette idée. Elle passe ensuite au lien entre la physique quantique et la cosmologie. Les éléments quantiques ne se laissent jamais percevoir que sous une seule forme (comme onde ou comme corpuscule, par exemple). Selon l’interprétation de Copenhague – l’interprétation principale en physique quantique –, la nature de ces éléments reste indéterminée jusqu’au moment de l’observation. Ce serait l’observateur qui contraindrait les éléments quantiques à se déterminer. Hugh Everett, dans les années 1950, critique cette interprétation. Qu’est-ce qu’un observateur, demande-t-il : une molécule, un chat, un enfant ou seulement les docteurs en physique ? Everett propose une interprétation des mondes multiples : toutes les possibilités des champs quantiques se réaliseraient, mais dans différentes branches, dans différents univers (Jorge Luis Borges a écrit une nouvelle qui envisage une telle possibilité, « Le jardin aux sentiers qui bifurquent »2). Rubenstein discute également un ensemble d’hypothèses qui lient la cosmologie à la théorie de l’évolution : les univers donneraient naissance à d’autres univers (peut-être grâce aux trous noirs) qui à leur tour engendreraient d’autres univers. Dans cette généalogie des mondes, seuls les meilleurs survivraient. Nick Bostrom fait même l’hypothèse que les humains ou des superordinateurs pourront un jour créer d’autres univers. Il estime que s’il est possible de simuler des univers, il est alors fort probable que notre univers soit le produit d’une telle simulation. Nous serions la création d’êtres intelligents d’un autre univers, qui eux-mêmes seraient des créations d’autres êtres intelligents depuis d’autres mondes… (la limite entre science et fiction est ténue).

11Worlds without end est un livre passionnant du début à la fin. Rubenstein présente de manière très claire des théories complexes. Elle réussit à montrer que les réponses scientifiques à la question de la pluralité des mondes ne sont finalement pas si différentes des réponses philosophiques et théologiques.

12En plus de développer les raisons internes (les arguments explicites) des différentes hypothèses, Rubenstein mentionne également quelques raisons externes qui expliquent les différentes positions. Pour l’Antiquité et le Moyen Âge, elle envisage les différentes hypothèses cosmologiques comme des arguments visant à protéger ou à attaquer l’ordre politique et religieux. En ce qui concerne les scientifiques du XXe siècle, elle évoque également des liens entre leurs théories et des idées religieuses. Cependant, elle mentionne un élément important sur lequel elle aurait pu insister davantage : alors que les énoncés philosophico-théologiques n’ont jamais suscité des observations particulières, les énoncés scientifiques poussent constamment les scientifiques à regarder des éléments particuliers de l’univers (ainsi, c’est la théorie des états stationnaires qui a encouragé les physiciens à vérifier si l‘univers possédait ou non un fond diffus cosmologique).

  • 3 Michel Foucault, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, p. 50-51.

13Les énoncés des scientifiques s’insèrent dans des champs stratégiques différents de ceux des philosophes. Michel Foucault proposait le concept de champ stratégique pour différencier la phrase « les espèces évoluent » énoncée dans les années 1820 et cette même phrase énoncée par Darwin dans L’origine des espèces en 1859. Il s’agirait en fait de deux énoncés, distincts non pas parce que le sens des mots aurait changé mais parce que les enjeux seraient tout autres. Cette phrase ne suscite pas les mêmes réactions, n’encourage pas les mêmes comportements en 1820 et en 18603. Il en est de même pour les hypothèses cosmologiques : même si dans leur contenu, les hypothèses philosophiques et scientifiques sont identiques, ces mêmes hypothèses énoncées par des philosophes antiques ou par des scientifiques modernes comportent des conséquences tout à fait distinctes. Peut-être que le livre aurait gagné à envisager les énoncés de la sorte. Cela aurait poussé l’auteure à décrire plus précisément les conséquences concrètes des hypothèses cosmologiques, autant sur le plan philosophique que sur le plan scientifique. Elle aurait alors pu se demander à qui s’adressent ces hypothèses, comment elles sont mobilisées en dehors des cercles académiques et quels sont les liens entre les savants et les politiciens…

Haut de page

Notes

1 Aristote, Métaphysique, 1076a (tard. Marie-Paule Duminil et Annick Jaulin, Paris, Flammarion, 2008, p. 404).

2 Jorge Luis Borges, « Le jardin aux sentiers qui bifurquent », Œuvres complètes, Paris, La Pléiade, tome 1, p. 499-508.

3 Michel Foucault, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, p. 50-51.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault De Meyer, « Mary-Jane Rubenstein, Worlds without end », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 20 octobre 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/19182

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page