Navigation – Plan du site

Agnès Sinaï (dir.), Économie de l’après-croissance. Politiques de l’Anthropocène II

Thomas Chabert
Économie de l'après-croissance
Agnès Sinaï (dir.), Économie de l'après-croissance. Politiques de l'Anthropocène II, Les Presses de Sciences Po, coll. « Nouveaux débats », 2015, 260 p., ISBN : 978-2-7246-1755-9.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage constitue le deuxième volet de la série Politiques de l’Anthropocène, publiée sous la direction d’Agnès Sinaï1. Les dix contributeurs étudient les théories économiques qui ont alimenté l’idée d’une croissance économique indéfinie ainsi que les nouvelles « utopies » que sont censées représenter la croissance verte ou l’économie circulaire. Tous nous mettent en garde face aux « mirages » de la théorie économique dominante et nous invitent à explorer les pistes d’une économie biophysique.

  • 2 Dominique Méda, La mystique de la croissance. Comment s’en libérer, Paris, Flammarion, 2013.
  • 3 Rapport sur la mesure des performances économiques et du progrès social, commandé en 2008 par N. Sa (...)
  • 4 Au-delà du PIB, un tableau de bord pour la France. Note d’analyse, France Stratégie. Juin 2015 : ht (...)

2Intitulée « Mirages », la première partie de l’ouvrage est consacrée aux représentations sociales qui sous-tendent « l’idéologie croissanciste », dont les auteurs entendre montrer les limites. Dans le prolongement de son ouvrage sur la « mystique de la croissance »2, Dominique Méda (chapitre 1) rappelle la multiplication des travaux s’accordant sur l’obsolescence de l’indicateur PIB dans la période récente : du Rapport sur la mesure des performances économiques et du progrès social3 en 2009 au « Tableau de bord pour la France »4 publié par France Stratégie en juin 2015, il semble en effet confirmé que l’on a assisté ces dernières années à une prise de conscience des limites du PIB dans la communauté scientifique et les médias. Mais comment se fait-il que cette prise de conscience ne se soit pas accompagnée d’une érosion de la croyance dans le caractère fondamental de la croissance économique pour nos sociétés ? Convoquant les théories d’auteurs néo-institutionnalistes, Dominique Méda montre que la persistance du paradigme croissanciste s’explique par l’absence d’une « prospective intégrée nous permettant de nous projeter dans une société post-croissance » (p. 45) et emportant une large adhésion. Selon elle, ce constat s’explique notamment par la prédominance des catégories de pensée économiques dans ce débat.

  • 5 Voir notamment : Franck-Dominique Vivien, Économie et écologie, Paris, La Découverte, coll. « Repèr (...)

3La contribution de Christophe Bonneuil (chapitre 3) étudie justement comment l’évolution de la pensée économique depuis les économistes classiques a conduit à un déni des limites naturelles, rendant plausible l’idée d’une croissance indéfinie. L’auteur rappelle que l’avènement de la modernité industrielle marque le basculement de nos sociétés des énergies de flux vers des énergies de stock. Selon lui, ce « basculement fossile de l’économie » (p. 79) est concomitant d’une coupure entre sciences de la nature et sciences de la société : ce grand partage des objets de connaissances aux temporalités supposées différentes a favorisé le développement des métaphores économiques percevant la nature comme un « stock », un « magasin », ainsi que la croyance dans l’extériorité des activités économiques aux métabolismes socio-économiques5. Bonneuil analyse enfin les développements plus récents de l’économie de l’environnement mainstream comme une modalité renouvelée du déni des limites terrestres : à travers le concept de « capital naturel », ce déni ne passe simplement plus par une externalisation et une négation de la nature, mais par son internalisation radicale à la pensée économique.

  • 6 Sur les différentes acceptions de la notion de découplage en économie, voir notamment Eloi Laurent, (...)

4Dans les débats relatifs à la prise en compte des limites environnementales, les innovations technologiques sont souvent présentées comme la solution à tous les maux : en permettant de découpler croissance du PIB, émissions de gaz à effets de serre et extraction de matières premières, ces innovations permettraient de maintenir une croissance économique indéfinie6. Toutefois, l’idée d’une baisse de l’intensité énergétique du PIB, de son intensité carbone ou encore de notre « empreinte matière » semble se heurter à deux phénomènes développés par Thierry Caminel (chapitre 4) : l’effet-rebond, et la baisse de l’énergie nette, qui rendent illusoire la perspective d’un découplage, et inéluctable la décroissance du PIB. Reprenant l’expression de Freud, l’auteur va jusqu’à affirmer que l’impossibilité de découpler l’activité économique des flux de matière et d’énergie représente une « quatrième blessure narcissique » (p. 114) pour nos sociétés.

  • 7 Nicolas Georgescu-Roegen, La Décroissance. Entropie, écologie, économie, Paris, Sang de la Terre et (...)

5Le dernier chapitre de cette première partie, rédigé par Agnès Sinaï (chaptire5), s’attache à présenter la théorie bioéconomique développée par l’économiste Nicholas Georgescu-Roegen7 : pour prendre en compte les interactions entre production économique et processus biosphériques, Georgescu-Roegen s’appuie sur les principes de la thermodynamique et montre que le propre du processus économique est d’absorber des ressources naturelles de valeur, puis rejeter des déchets sans valeur. Dans cette perspective, le principal problème de l’économie réside dans l’arbitrage entre deux sources d’énergie de basse entropie : l’une facile d’accès mais polluante et en quantité limitée (énergies fossiles) ; l’autre moins facilement exploitable et plus intermittente, mais moins polluante (énergie solaire). Pour Agnès Sinaï, prendre au sérieux les conclusions de la thermodynamique et de la bioéconomie doit nous conduire à renoncer aux fausses solutions de « l’économie circulaire », fondée sur le découplage et le recyclage : intellectuellement séduisant, ce schéma d’une économie stationnaire et circulaire est toutefois irréaliste puisqu’il passe sous silence la déplétion d’énergie et de matière dans le processus économique.

  • 8 René Passet, L’économique et le vivant, Paris, Payot, 1979.
  • 9 Charles Hall et Kent Klitgaard, Energy and the Wealth of Nations. Understanding the Biophysical Eco (...)

6La seconde partie de l’ouvrage (« Réorientations ») étudie les pistes de refondation d’une science économique décentrée de la seule approche monétaire pour prendre en compte les dimensions éthiques et énergétiques. Yves Cochet (chapitre 6) propose tout d’abord une comparaison entre l’économie néoclassique, l’économie écologique et l’économie biophysique. Évoquant des auteurs comme René Passet8 ou Charles Hall9, Cochet présente l’économie biophysique comme une économie politique hétérodoxe, dont le point de départ serait la gestion du « surplus énergétique » : dès lors, la baisse continue du taux de retour énergétique de nos économies depuis plusieurs décennies rend inéluctable la décroissance du PIB. L’auteur propose enfin une « relecture » de la crise de 2008, dont les origines se trouvent selon lui dans l’augmentation de la dépense énergétique, causée par la fin du pétrole bon marché.

  • 10 Voir notamment : Robert Costanza et al., « The Value of the World’s Ecosystem Services and Natural (...)
  • 11 Sur ce point, voir également les travaux de Benoit Dauguet.

7Les deux chapitres suivants s’intéressent aux questions monétaires. Virginie Maris (chapitre 7) décrit l’évolution des justifications de conservation de la biodiversité : la promotion des « services écosystémiques » ainsi que leur évaluation monétaire depuis une vingtaine d’années10 témoignent selon elle d’une double réduction, instrumentaliste et économiciste, de la nature11. Après avoir présenté les principales méthodes d’évaluation monétaire des services rendus par la nature, l’auteure questionne le présupposé implicite de ces démarches : celui de la commensurabilité de « valeurs » hétérogènes. Prenant le contrepied de cette approche, Maris plaide au contraire pour une conception pragmatiste, dans laquelle les « valeurs » accordées à la nature résultent d’une délibération complexe et ne sauraient se prêter à un exercice réducteur de calcul et de quantification. Paul Jorion (chapitre 8) s’interroge quant à lui sur le rôle de la monnaie dans une économie de croissance : après avoir évoqué les différentes formes et fonction de la monnaie, l’auteur affirme que la monnaie est neutre et que les maux qui nous intéressent ici sont imputables à d’autres institutions : la propriété privée, le prêt à intérêt et la spéculation. Pour Jorion, ce sont ces trois « machines à concentrer la richesse » (p. 186) qui rendent nécessaire la croissance du produit intérieur brut : c’est parce que le producteur doit s’acquitter d’une rente et verser des intérêts qu’il est obligé de produire davantage que ce que nécessitent ses besoins.

  • 12 Philippe Bihouix, L’Âge des des low tech. Vers une civilisation techniquement soutenable, Paris, Se (...)

8À son tour, Philippe Bihouix12 (chapitre 9) nous met en garde contre les fausses bonnes solutions de « l’économie circulaire » : la raréfaction des métaux et l’impossibilité de recycler totalement les produits high-tech nous forcent à nous tourner vers des productions low-tech (réparables, modulaires, etc.) et à modifier notre demande plutôt que l’offre dans notre économie. Ce scénario de décroissance s’oppose toutefois à une crainte majeure dans l’opinion : celui de la destruction d’emplois. Face à cette inquiétude, Bihouix relativise le supposé « âge d’or » du plein-emploi des Trente Glorieuses et préconise de jouer sur deux leviers de maintien de l’emploi dans une économie de décroissance : un moindre niveau de mécanisation et un partage du temps de travail.

9Rédigé par l’astrophysicien François Roddier, le chapitre 10 s’avère être le plus « technique ». Filant la métaphore organiciste, l’auteur expose les liens entre croissance des organismes et dissipation d’énergie : comme toute structure, notre société tend à s’organiser pour maximiser le flux d’énergie qu’elle dissipe, à travers le processus économique. Toutefois, ce comportement de maximisation se heurte aux capacités d’évacuation d’entropie de la Terre : lorsque les flux produits sont supérieurs à l’évacuation, il en résulte des « embouteillages » et une « augmentation de la température » susceptibles de conduire notre société à l’effondrement.

10Le « tableau de bord de l’Anthropocène » présenté en introduction de cet ouvrage montre la nécessité et l’urgence de ré-encastrer la pensée économique dans les processus biophysiques qui rendent possibles la production et la satisfaction des besoins humains. Comme l’illustrent bien les contributeurs de cet ouvrage (seul Paul Jorion est économiste), la redéfinition des objets et méthodes de la discipline économique ne pourra se faire qu’en prenant en compte l’apport d’autres disciplines.

Haut de page

Notes

1 Voir la recension de Marie Duru-Bellat sur du premier tome : https://lectures.revues.org/11699.

2 Dominique Méda, La mystique de la croissance. Comment s’en libérer, Paris, Flammarion, 2013.

3 Rapport sur la mesure des performances économiques et du progrès social, commandé en 2008 par N. Sarkozy et réalisé sous la direction des économistes Amartya Sen, Joseph Stiglitz & Jean-Paul Fitoussi. Voir notamment : http://www.laviedesidees.fr/Apres-le-rapport-Stiglitz-comment.html.

4 Au-delà du PIB, un tableau de bord pour la France. Note d’analyse, France Stratégie. Juin 2015 : http://www.strategie.gouv.fr/publications/dela-pib-un-tableau-de-bord-france.

5 Voir notamment : Franck-Dominique Vivien, Économie et écologie, Paris, La Découverte, coll. « Repères »,1994.

6 Sur les différentes acceptions de la notion de découplage en économie, voir notamment Eloi Laurent, « Faut-il décourager le découplage ? », Revue de l’OFCE, n° 120, 2011, p. 235-257, disponible en ligne : http://www.ofce.sciences-po.fr/pdf/revue/9-120.pdf.

7 Nicolas Georgescu-Roegen, La Décroissance. Entropie, écologie, économie, Paris, Sang de la Terre et Ellébore, 2006 [1979].

8 René Passet, L’économique et le vivant, Paris, Payot, 1979.

9 Charles Hall et Kent Klitgaard, Energy and the Wealth of Nations. Understanding the Biophysical Economy, New York, Springer-Verlag, 2012.

10 Voir notamment : Robert Costanza et al., « The Value of the World’s Ecosystem Services and Natural Capital », Nature, n° 387, 1997, p. 253-260.

11 Sur ce point, voir également les travaux de Benoit Dauguet.

12 Philippe Bihouix, L’Âge des des low tech. Vers une civilisation techniquement soutenable, Paris, Seuil, coll. « Anthropocène », 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Chabert, « Agnès Sinaï (dir.), Économie de l’après-croissance. Politiques de l’Anthropocène II », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 22 octobre 2015, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/19239

Haut de page

Rédacteur

Thomas Chabert

Professeur de sciences économiques et sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page