Navigation – Plan du site

Pierre Bailly et Christine Carrère, Statistiques descriptives. L’économie et les chiffres

François Robert
Statistiques descriptives
Pierre Bailly, Christine Carrère, Statistiques descriptives. L'économie et les chiffres, Grenoble, PUG, coll. « Libres cours économie », 2015, 250 p., ISBN : 978-2-7061-2214-9.
Haut de page

Texte intégral

1L’information économique et sociale est truffée de chiffres, de tableaux et de graphiques qui constituent une construction des représentations de la réalité. Sans connaissance sur la méthode de construction, il est quasiment impossible de décortiquer le discours sous-jacent qui est véhiculé par ceux qui les utilisent, dans les médias, le débat politique, etc., ou tout du moins d’exercer un esprit critique. « Sachez construire pour déconstruire », telle pourrait être la devise des enseignants désireux de donner aux étudiants et citoyens des outils qui les aident à comprendre le monde. La statistique descriptive est aujourd’hui enseignée dans pratiquement tous les cursus universitaires et dans toutes les disciplines. Il s’agit souvent d’enseignements méthodologiques proches de la statistique mathématique, avec un très faible rapport à la donnée (construction). L’émergence des humanités numériques donne à la statistique descriptive encore plus de pertinence, notamment dans certaines disciplines autrefois « épargnées », comme les lettres par exemple, où l’utilisation de logiciels d’analyse de données textuelles permet de repérer leurs occurrences pour en faire des données quantifiables.

2Ce livre s’adresse à des étudiants en 1er cycle d’économie-gestion, ayant une bonne base en mathématiques. Les auteurs, enseignants de statistiques à Grenoble, s’appuient sur leur expérience pour dispenser un savoir qu’ils maîtrisent parfaitement. Ils ont par ailleurs publié en 2007, toujours aux PUG, deux livres sur les statistiques descriptives (cours et exercices). Divisé en cinq chapitres, le présent ouvrage aborde tous les modes de calcul de la statistique descriptive. Tout d’abord, une longue introduction recontextualise la statistique dans une courte dimension diachronique et présente succinctement la production de données, notamment celle que pratique l’INSEE.

3Le premier chapitre constitue un des points forts du livre car il témoigne d’une réelle volonté de bien poser, à l’aide de nombreux exemples, les concepts de base : la population étudiée et sa détermination, l’unité statistique et ses caractères (nominaux, ordonnées), ainsi que les notions de calcul statistique et les représentations graphiques. Le second chapitre définit le calcul des distributions à une seule dimension : les tendances centrales (médiane, moyenne…), la dispersion (quantiles, écart-type), la dissymétrie et les indices de concentration (Gini, Hirschman-Herfindahl). Le troisième chapitre explique les distributions pour lesquelles on dispose de deux caractéristiques définissant chaque unité statistique : tableaux de contingence, indicateurs de dépendance (indice, coefficient de corrélation) ou d’indépendance (test du khi2), ajustement linéaire (mise en évidence d’une relation par représentation graphique ou par calcul), corrélation linéaire (méthode des moindres carrés). Les séries chronologiques constituent l’objet du quatrième chapitre, dans lequel sont étudiés, outre les composantes d’une série chronologique et les méthodes de lissage, les mesures de saisonnalité, la détermination de la tendance et la composante cyclique. Enfin, dans le dernier chapitre, les auteurs s’attardent longuement sur les indices, tant dans leur définition et propriétés que dans la construction des différents indices synthétiques comme ceux de Laspeyres, Paasche et Fischer. Le calcul des raccords d’indices, très utile pour comparer des séries aux bases distinctes, et les indices de prix viennent clore cet ouvrage.

  • 1 Voir le 1er colloque francophone international sur l’enseignement de la statistique (2008) et la je (...)

4En somme, ces cinq chapitres reprennent les thématiques développées dans de nombreux de livres traitant de la statistique descriptive. Si les noms des chapitres diffèrent, le contenu demeure sensiblement identique. Ce qui nous importe ici, ce n’est pas tant la formule que la manière dont elle est présentée, puisque les formules mathématiques citées dans ces ouvrages n’ont pas évolué. La question qui se pose est celle de la didactique de la statistique, qui est l’objet d’un retour réflexif assez récent1.

  • 2 Jean-Louis Boursin, Comprendre les statistiques descriptives, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus » (...)

5Pour évaluer l’ouvrage de Bailly et Carrère, nous avons voulu le comparer à un ouvrage similaire qui reflète plus ou moins le contenu de formation d’étudiants de générations antérieures. La publication de livres traitant ce sujet est tellement importante que notre choix s’est porté sur un livre de statistiques descriptives ayant une très grande longévité éditoriale, celui de Jean-Louis Boursin, publié en 1988 dans une collection dédiée à l’enseignement supérieur, ouvrage qui était lui aussi conçu pour des étudiants de premier cycle de sciences économiques, de droit ou de sciences sociales2. Autant dire que le large éventail des formations ciblées par ce manuel démontre la volonté pédagogique de l’auteur, qui souhaite rendre accessible ce type de statistiques à un grand nombre d’étudiants. Au premier abord, les deux livres présentent les mêmes contenus.

Bailly et Carrère (2015)

Boursin (1988)

Intitulé des chapitres

Intitulés des sous-parties

Intitulé des chapitres

Introduction

Avant-propos

Les outils

Concept de base

Vocabulaire des initiés

Notion de base du calcul statistique

Représentations graphiques

Représentations graphiques

Distributions à une dimension

Tendances centrales

Moyennes

Dispersion

Mesurer une dispersion

Dissymétrie

Mesure de la concentration

Les distributions statistiques
à deux dimensions

Tableaux de contingence

Étudier deux caractères

Recherche et estimation des liaisons

Ajustement linéaire

Modèle de prévision

Corrélation linéaire

Corrélation

Séries chronologiques

Séries chronologiques

Indices

Indices

Conclusion

Index

6Toutefois, plusieurs aspects différencient ces deux ouvrages. Tout d’abord, Bailly et Carrère donnent toujours les formules mathématiques des méthodes d’analyses qu’ils présentent, alors que Boursin réduit ces formules à leur plus simple expression. Le premier manuel manifeste une réelle volonté de donner les clefs de la construction mathématique des méthodes utilisées. C’est ce qui peut rebuter les non-spécialistes. Sans notions mathématiques, l’ouvrage est difficilement abordable. Mais, à trop vouloir simplifier des réalités complexes (le calcul statistique), on perd la maîtrise de l’outil d’autant que les logiciels de statistiques automatisent le calcul et invisibilisent la formule. Ensuite, et c’est peut-être là la différence majeure entre les deux ouvrages, les façons d’introduire une formule s’opposent. Ainsi, Boursin commence par des exemples très simples puis donne la formule alors que Bailly et Carrère posent d’entrée la formule puis l’illustre par des exemples. La première approche est plus intuitive, elle encourage la discussion sur la méthode, suscite l’intérêt de son utilisation et essaye de réduire les outils statistiques à leur plus simple expression. La seconde, au contraire, met en avant l’exactitude mathématique dans la présentation des méthodes. En réalité, en poursuivant le même but, ces deux ouvrages traduisent des orientations pédagogiques distinctes. On sent bien chez Bailly et Carrère la volonté de trouver une pédagogie adaptée au public cible. Avec un recul de près de trente ans, on mesure comment a évolué la didactique de la statistique, avec une réflexion sur l’enseignement de la discipline qui demeure présente : « le défi pour aujourd’hui est de trouver les moyens de diffuser les informations statistiques de façon à ce qu’elles soient comprises, aussi bien par les spécialistes que par les citoyens » (p. 245).

7Comprendre ces informations demande un minimum d’efforts aux lecteurs, et ce quelle que soit la démarche pédagogique. Il est regrettable que le livre ne soit pas doté d’un index, utile pour son utilisation comme manuel, et d’une bibliographie pour guider les étudiants dans un éventuel approfondissement des questions posées par l’usage de la statistique.

Haut de page

Notes

1 Voir le 1er colloque francophone international sur l’enseignement de la statistique (2008) et la jeune revue Statistique et Enseignement créée en 2010. Voir notamment Jean-Claude Régnier, « Enseignement et apprentissage de la statistique : entre un art pédagogique et une didactique scientifique », Statistique et enseignement, vol. 3, n° 1, 2012, p. 19-36.

2 Jean-Louis Boursin, Comprendre les statistiques descriptives, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus », 1988. Ce livre réédité en 1991 est encore en vente aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Robert, « Pierre Bailly et Christine Carrère, Statistiques descriptives. L’économie et les chiffres », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 23 octobre 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/19249

Haut de page

Rédacteur

François Robert

Historien (ingénieur de recherche CNRS, UMR Triangle) spécialiste d’histoire économique et sociale. A publié, avec Loïc Bonneval, un livre sur l’immeuble de rapport – l’immobilier entre gestion et spéculation (Lyon 1860-1990) aux PUR en 2013.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page