Navigation – Plan du site

Sara Le Menestrel, Negotiating Difference in French Louisiana Music. Categories, Stereotypes, and Identifications

Aude Ferrachat
Negotiating Difference in French Louisiana Music
Sara Le Menestrel, Negotiating Difference in French Louisiana Music. Categories, Stereotypes, and Identifications, Jackson (MS), University Press of Mississippi, coll. « American Made Music Series », 2015, 400 p., ISBN : 9781628461459.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « the role of music in constructing, asserting, erasing, managing, and negotiating difference » (p. (...)

1Enrichissant encore davantage ses réflexions anthropologiques, Sara Le Menestrel propose ici une étude approfondie des pratiques et des représentations de la musique franco-louisianaise, dans le but de rendre compte de l’ambivalence des catégories d’identification sociale et de la façon dont elles sont appréhendées par les individus. Il est avant tout question de souligner les liens, plutôt que les divisions, entre les différentes catégories d’identification mobilisées et d’explorer « le rôle de la musique dans la construction, l’affirmation, l’effacement, la gestion et la négociation de la différence »1. À partir d’un travail ethnographique de terrain réalisé entre 2001 et 2008 dans le sud de la Louisiane, l’auteure établit un parallèle entre catégories d’identification sociale et catégories musicales (principalement cadiennes, créoles et zydeco) et démontre que l’élaboration du répertoire de musique franco-louisianaise résulte de perpétuelles négociations, de l’effacement tout comme de l’affirmation des divisions sociales. Après un point historique essentiel à la contextualisation de son propos, S. Le Menestrel offre tout d’abord une exploration des « politiques d’authenticité culturelle » liées à cette musique. Y sont dévoilés le rôle et les ambitions des institutions gouvernementales et culturelles ainsi que la façon dont les musiciens se situent vis-à-vis du phénomène d’économie culturelle. Dans le chapitre suivant, elle mobilise les notions de race et d’ethnicité pour mettre en évidence la manière dont les représentations et les catégories musicales sont profondément ancrées dans un imaginaire racial. Puis, elle s’attaque à l’éternelle dichotomie rural/urbain et montre comment les musiciens de zydeco contemporains parviennent à estomper cette division pourtant tenace. Pour finir, s'appuyant sur les récits d’individus que la passion pour la danse et la musique franco-louisianaises a poussé à venir s’installer en Louisiane, l’auteure aborde le sujet de la circulation de la musique et de ses représentations. Elle évoque également les rapports entre les musiciens et danseurs louisianais et ceux venus d’ailleurs. Ainsi, S. Le Menestrel met en lumière la musique franco-louisianaise comme lieu de contestation reflétant la constante oscillation des individus entre les diverses catégories d’identification sociale, la nature trouble des contours de ces catégories et le caractère fluctuant des rapports qu’elles entretiennent. Est alors révélée la grande diversité et la complexité des enjeux tant individuels que collectifs, tant économiques et politiques que sociaux, au cœur de ces négociations.

  • 2 Voir également Emmanuel Brandl, « Musiques “populaires”. Catégorisations et usages sociaux », Lectu (...)

2Il est d’abord question de se différencier et d’affirmer ses spécificités. Ceci se manifeste de différentes manières, selon les époques et les acteurs sociaux. En Louisiane et au sein de la musique franco-louisianaise, les processus de différenciation s’opèrent principalement entre Cadiens et Créoles. Au cours de la première moitié du XXe siècle, la langue (française ou anglaise) en était le vecteur principal. Par la suite, cependant, S. Le Menestrel souligne un déplacement en faveur de la couleur de peau et de la « race », catégorie d’identification encore omniprésente aux États-Unis.2 Cette distinction est davantage mobilisée par les institutions et les universitaires. Les musiciens l’emploient eux aussi, mais de manière plus ambivalente ; le style musical, souvent associé à une tradition et un patrimoine formant une sorte de lignage musical, est le critère de différenciation davantage évoqué. Pourtant, ces musiciens éprouvent régulièrement des difficultés à expliciter ces différences de style qui se révèlent être profondément subjectives. Cette distinction est d’autant plus complexe que, lorsque confrontés à un regard extérieur, ces styles musicaux sont souvent regroupés dans la catégorie « musique française », qualificatif générique renvoyant à une identification régionale commune. De même, si le style et la technique sont proposés comme facteurs différenciateurs, l’auteure pointe un narratif commun à l’ensemble de la musique franco-louisianaise : l’évocation d’expériences collectives de misère, de souffrance et de périodes de crises illustrant les conditions de vie difficiles et la fragilité de cette région. Au-delà du collectif, des processus de différenciation sont également à l’œuvre au niveau individuel. Dans le milieu de la musique franco-louisianaise, il est essentiel que chaque musicien acquière son propre style. Dès la phase d’apprentissage, les musiciens sont encouragés à s’approprier la musique, à créer et non à imiter l’enseignant. L’originalité est primordiale. Enfin, l’ancrage spatial est également un facteur de catégorisation important. Cet espace peut être un lieu (la Louisiane du Sud, une ville ou un village, un quartier de naissance ou de résidence), mais il s’agit aussi souvent d’un espace communautaire (home) caractérisé par un réseau relationnel et des pratiques musicales partagées, les interactions et échanges entre musiciens étant très valorisées.

3Pourtant, s’il est question de différenciation, il est également question de mixité culturelle. La notion de « créolisation », entendue comme phénomène de mixité culturelle, est omniprésente en Louisiane. Elle fait l’objet de nombreuses réflexions et débats. Par ailleurs, elle définit une des principales catégories de population et une des principales catégories musicales. Les institutions politiques et culturelles utilisent « créole », à la fois catégorie d’appartenance et adjectif, comme outil de différenciation par rapport au reste des États-Unis. Il s’agit également de mettre en avant une certaine mixité, une qualité prisée d’adaptabilité culturelle. Si ces représentations institutionnelles relèvent parfois de l’idéalisation d’un melting-pot réussi, l’adaptabilité constitue néanmoins une caractéristique centrale de la musique franco-louisianaise. Elle permet d’embrasser l’expérimentation musicale et les influences extérieures comme composantes à part entière du répertoire franco-louisianaise, tout en restant inscrit dans une tradition. Parallèlement, la versatilité et la maîtrise de différents styles de musique assurent aux individus d’être reconnus comme musiciens accomplis par leurs pairs et constituent une marque de professionnalisme et de respectabilité.

  • 3 « a world of pure and authentic traditions […] the backbone of the nation’s folk culture » (p. 89)
  • 4 « a singular, unaltered heritage [and] the valorization of eclectic influences » (p. 88)
  • 5 Voir Sara Le Menestrel (dir), Des vies en musique Parcours d’artistes, mobilités, transformation. P (...)

4Au cœur de cette ambivalence quant à la mobilisation de catégories d’identification, l’authenticité, la légitimité et le problème de la tradition apparaissent comme des enjeux de taille. D’autant plus que la Louisiane du Sud, souvent représentée comme « un monde de traditions pures et authentiques […] la colonne vertébrale de la culture folk de la nation »3, offre un contexte particulièrement propice à ces réflexions. La question de la tradition donne lieu à de nombreuses controverses. Sans cesse remaniée et renégociée, elle révèle des enjeux politiques, économiques et sociaux. S. Le Menestrel souligne que le traditionnel en musique franco-louisianaise consiste en fait en un dialogue constant entre « un patrimoine singulier, inaltéré [et] la valorisation d’influences éclectiques »4. Elle montre également que le caractère légitime et authentique de la musique et des musiciens dépend de divers facteurs. La notion de généalogie, par exemple, est d’une grande importance. Un musicien doit s’inscrire dans un lignage, dans une dynastie musicale. Ceci lui octroie une certaine légitimité à partir de laquelle il peut se permettre d’exprimer sa créativité. Le musicien est alors à la fois porteur d’un patrimoine et artiste créateur. De même, si la musique évoque le monde rural et la nature aussi bien dans les paroles des chansons que dans les expériences de vie et itinéraires5 des artistes, elle se voit attribuée un haut degré d’authenticité. Simultanément, les réflexions sur l’authenticité et la légitimité de la musique franco-louisianaises sont régulièrement mises à l’épreuve par la dimension commerciale de cette pratique. Ceci se manifeste généralement par un ancrage dans la musique populaire américaine et l’insertion dans les catégories musicales élaborées par l’industrie de la musique. Là encore, il y a ambivalence et les prises de position varient en fonction des contextes interactionnels. Pour certains, cet aspect commercial peut être perçu comme une dégradation de la musique franco-louisianaise traditionnelle, entachant la pureté de cette pratique. Pour d’autres, la quête du succès commercial ne signifie ni un manque de sincérité dans la pratique ni un bradage de la culture. De plus, l’inscription au sein de la musique populaire américaine ne constitue pas uniquement une stratégie commerciale. Cela permet également de gagner en visibilité, aussi bien pour l’artiste que pour la musique, de profiter de davantage d’opportunités de représentations, ainsi que de se voir accorder prestige et renommée, tous deux garants de légitimité et d’une plus grande liberté d’expérimentation musicale. Au sujet des questionnements sur les tenants de l’authenticité en musique franco-louisianaise, S. Le Menestrel signale la nécessité de prendre en considération les goûts des musiciens et leur caractère changeant. Les rencontres et les parcours des musiciens ont une immense influence sur ces goûts et se reflètent dans les choix musicaux. De même, les goûts et désirs des publics doivent être respectés. En effet, les musiciens mettent un point d’honneur à satisfaire les attentes de leur audience. Il s’agit d’un gage supplémentaire de légitimité et de respectabilité.

5Ces enjeux se manifestent dans une multitude d’autres contextes dont on ne peut faire le détail ici. Ceci ne fait que témoigner de l’immense richesse de ce travail. En plus de rendre compte avec précision de l’ambiguïté de la « négociation de la différence » par une mobilisation et une redéfinition complexes et constantes des catégories d’identification sociale, S. Le Menestrel atteste une fois de plus de l’immense valeur de la musique comme objet d’étude anthropologique.

Haut de page

Notes

1 « the role of music in constructing, asserting, erasing, managing, and negotiating difference » (p. 15).

2 Voir également Emmanuel Brandl, « Musiques “populaires”. Catégorisations et usages sociaux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 16 octobre 2007, consulté le 16 octobre 2015. URL : http://lectures.revues.org/452

3 « a world of pure and authentic traditions […] the backbone of the nation’s folk culture » (p. 89)

4 « a singular, unaltered heritage [and] the valorization of eclectic influences » (p. 88)

5 Voir Sara Le Menestrel (dir), Des vies en musique Parcours d’artistes, mobilités, transformation. Paris: Hermann, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Ferrachat, « Sara Le Menestrel, Negotiating Difference in French Louisiana Music. Categories, Stereotypes, and Identifications », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 23 octobre 2015, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/19254

Haut de page

Rédacteur

Aude Ferrachat

Doctorante en anthropologie à l’Université de Toulouse 2 - Jean Jaurès

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page