Navigation – Plan du site

Emmanuel Salanskis, Nietzsche

Alfio Nazareno Rizzo
Nietzsche
Emmanuel Salanskis, Nietzsche, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Figures du savoir », 2015, 274 p., ISBN : 9782251760827.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Walter Kaufmann, Nietzsche : Philosopher, Psychologist, Antichrist, Princeton, Princeton University (...)

1Le livre d’Emmanuel Salanskis s’inscrit dans la tradition française de la « Nietzsche renaissance ». Si l’éternel retour sélectif de Deleuze et la méthode généalogique foucaldienne ont marqué l’histoire récente de la réflexion sur Nietzsche et à partir de Nietzsche même, Salanskis s’inspire plus précisément de l’histoire et fournit une interprétation de la pensée nietzschéenne qui tient compte des toutes premières lectures, notamment allemandes, et de son appropriation par les nazis. Le thème abordé dans ce livre concerne ce que Salanskis mentionne comme le projet biologico-culturel de Nietzsche, visant à élever l’homme. Le verbe « élever » se prête à une double interprétation : au sens d’élevage zoologique et au sens d’élévation de valeur. Salanskis oscille entre un sens et l’autre, dans la tentative de fournir son interprétation du problème de la culture chez Nietzsche, selon la perspective d’un eugénisme post-darwinien. En considérant Nietzsche comme un « penseur de problème », selon la définition donnée par Walter Kaufmann1, Salanskis met l’accent sur la nouvelle fonction culturelle appartenant au philosophe après le passage de la dynamite nietzschéenne : l’obligation de « réinterpréter la tâche de la philosophie, pour lui assigner celle de fixer des valeurs capables de présider au développement humain » (p. 37). C’est pourquoi le problème de la culture pour Nietzsche est un problème à la fois d’élévation et d’élevage des hommes, qui pour Salanskis débouche sur le développement d’un véritable projet biologico-culturel aux consonances inquiétantes.

  • 2 Les écrits de Nietzsche qui délimitent cette période sont Die Geburt der Tragödie aus dem Geiste de (...)

2L’auteur adopte une approche génétique, à la recherche des ruptures qui marquent le développement de la pensée nietzschéenne autour du problème de la culture, de l’élevage des hommes et de la transvaluation de toutes les valeurs. Le premier moment de cette généalogie nietzschéenne, que Salanskis situe entre 1872 et 18782, comporte une réorientation de la pensée de Nietzsche, qui passe d’une vision esthético-métaphysique à une conception positiviste. Ainsi, nous pouvons lire qu’au début de sa réflexion, Nietzsche s’approche de Schopenhauer pour formuler son « problème de l’existence » à partir des limites qui entachent l’argumentation du Monde schopenhauerien. Il marque ainsi la différence entre les notions de vérité et de valeur, et cette distinction est clarifiée par une deuxième approche du jeune Nietzsche, la lecture de l’Histoire du matérialisme de Friedrich-Albert Lange. Comme l’écrit Salanskis, le dualisme vérité-valeur est ainsi résolu : « pour Nietzsche, la leçon de Lange est donc que la philosophie se situe sur le plan des valeurs, plutôt que sur celui de la vérité » (p. 58). Cette prédominance de la sphère des valeurs certifie le perspectivisme nietzschéen. Pourtant, comme l’explique encore l’auteur, si le Nietzsche grec de la Geburt a des valeurs, ces mêmes valeurs sont dépourvues d’une hiérarchie. Il reste donc le problème, selon Salanskis, de définir l’entreprise nietzschéenne qui, avant la publication d’Humain, trop humain, est encore tendue entre les différentes dimensions externes qui l’influencent : non seulement Schopenhauer et Wagner, mais aussi le darwinisme dont l’évaluation paraît jouer un rôle important dans la construction du projet d’élevage nietzschéen.

3C’est dans la deuxième partie de son livre que Salanskis décrit le développement de l’entreprise nietzschéenne. Le moment qui marque le changement de Nietzsche est la rupture avec Wagner, qui lui permet aussi de se démarquer du Monde de Schopenhauer. Nietzsche pense donc à fonder une « philosophie historique » destinée aux esprits libres. C’est une nouvelle manière de philosopher qui caractérise ce que Salanskis définit comme un « évolutionnisme contemporain […] habité par une forme de progressisme » marqué par l’anthropologie (p. 114). Cette définition met en valeur la tension entre la double tentative de Nietzsche de récupérer l’homme primordial et la nécessité de dépasser l’humain. La question posée dans ce passage concerne la capacité de s’affranchir de l’héritage psychologique qui grève l’humanité pour penser plutôt une philosophie du devenir. C’est ainsi que Nietzsche arrive à la destruction de la morale, notamment la morale judéo-chrétienne, qui a caractérisé la civilisation occidentale. À travers une lecture des trois traités de la Généalogie de la morale, Salanskis justifie le renversement des valeurs pratiqué par Nietzsche, visant à considérer positivement les penchants naturels de l’homme. L’auteur continue l’analyse des grands thèmes nietzschéens par le questionnement de la mort de Dieu et de la doctrine de l’éternel retour. Malgré sa perspective généalogique, on peut entrevoir que Salanskis souhaite aboutir à une vision systématique de la philosophie nietzschéenne. Cette possibilité lui est offerte par l’hypothèse de la volonté de puissance formulée par le dernier Nietzsche.

  • 3 Voir à ce propos ce qu’en pensait un des deux éditeurs italiens de Nietzsche : Mazzino Montinari, L (...)

4Le thème de la volonté de puissance a été souvent abordé dans les lectures de la pensée nietzschéenne3. Salanskis ne se soustrait pas à suivre les interprétations précédentes, en revanche il présente la notion comme « une hypothèse de lecture, qui se rapporte métaphoriquement au “texte” du monde vivant » (p. 162). C’est-à-dire que Nietzsche interprète le monde en philologue et élargit cette vision sur la totalité de la réalité. Ainsi, selon l’auteur, Nietzsche est parti de la volonté de vivre pour aboutir à une dynamique de la volonté de puissance, qui s’oppose au mécanicisme des sciences naturelles contemporaines. La volonté de puissance s’inscrit donc dans le processus de transvaluation des valeurs. En ce sens, Nietzsche remet aussi en cause la condition humaine, et la tension entre l’homme primordial et le dernier homme le conduit à concevoir l’idée du surhumain. Salanskis dégage le sens du mot allemand Übermensch, et les interprétations qui en sont dérivées, pour se poser la question centrale de sa réflexion : après la destruction de la morale occidentale, quelle est l’alternative proposée par Nietzsche ? Salanskis, par sa réponse, vise à justifier sa thèse du projet d’élevage inscrit dans la philosophie nietzschéenne : le surhumain représente la finalité de l’humanité et le dernier Nietzsche opère dans la direction d’un aboutissement visant à « promouvoir un type plus élevé » (p. 174). S’il ne s’agit pas de la constitution d’un système philosophique, il s’agit plutôt d’une tentative de trouver une unité de fond à une pensée riche en éléments conflictuels.

5Salanskis finit son livre par une présentation des différentes lectures de Nietzsche. Il est intéressant de se pencher sur la partie concernant l’interprétation nazie. Dans la perspective du projet d’élevage esquissé dans le livre, cette analyse de l’appropriation que l’Allemagne nazie a fait de Nietzsche nous permet de mieux comprendre la position de Salanskis, eu égard aux responsabilités de Nietzsche devant l’histoire. En effet, tout au long du livre, il est difficile de discerner si la thèse de l’élevage appartient réellement à Nietzsche ou si ce projet relève plutôt de la lecture qu’en fait Salanskis. Dans la conclusion, ce dernier met l’accent sur la nécessité de lire Nietzsche de manière attentive et rigoureuse, et en ce sens nous pouvons comprendre que s’il parle d’un projet d’élevage, c’est parce qu’il est possible d’en retrouver les signes dans l’œuvre de Nietzsche. Il souligne comment Nietzsche n’est pas exempt de responsabilité devant l’histoire : si d’un côté il a contribué à l’appropriation nazie de sa philosophie, notamment par l’usage qui a été fait de son vocabulaire, en revanche, nous ne pouvons lui imputer d’avoir exercé une quelconque influence sur les responsables du régime (p. 200). Ainsi, pour l’auteur il est donc possible de parler d’eugénisme dans la philosophie nietzschéenne, même s’il précise qu’il ne faut pas surestimer le rôle de l’eugénisme nietzschéen dans l’histoire de cette idée.

  • 4 Giorgio Colli, Scritti su Nietzsche, Milano, Adelphi, 1980, p. 13 (notre traduction).

6En conclusion, l’auteur présente une lecture de Nietzsche qu’il définit comme rigoureuse et s’attelle à donner une unité de fond à l’œuvre du philosophe allemand. À travers une lecture de type généalogique, il essaye de retrouver le fil conducteur qui aurait conduit Nietzsche à esquisser un projet culturel fondé sur l’élevage de l’homme. Bien que le projet était destiné à la création d’un type humain que Nietzsche qualifie d’esprit libre, ses invectives ont donné lieu à une interprétation différente de son œuvre, favorisée par l’appropriation nazie de sa pensée. En ce sens, Nietzsche n’étant pas exempt de responsabilité face à l’histoire, Salanskis parle donc d’eugénisme dans la philosophie nietzschéenne, mais il ne résout pas le problème de faire comprendre au lecteur si la thèse est sa propre lecture personnelle de la pensée nietzschéenne ou la tentative de donner une explication à certaines interprétations de Nietzsche qui se sont succédées au fil des années. Dans la seconde hypothèse, nous pouvons considérer le travail de Salanskis comme un instrument précieux pour le décryptage d’une des problématiques les plus controverses de la philosophie contemporaine. Dans le cas contraire, nous n’avons plus qu’à citer ce que Giorgio Colli écrivait en 1963 à propos des différentes interprétations de Nietzsche : « en réalité, Nietzsche n’a besoin d’être interprété en aucune manière, c’est-à-dire d’être déterminé conceptuellement selon l’une ou l’autre direction [...]. Il suffit seulement de l’accueillir, non pas à travers des fragments au hasard ou suggestivement façonnés, mais dans sa totalité et son unité »4.

Haut de page

Notes

1 Walter Kaufmann, Nietzsche : Philosopher, Psychologist, Antichrist, Princeton, Princeton University Press, 1974, [1950].

2 Les écrits de Nietzsche qui délimitent cette période sont Die Geburt der Tragödie aus dem Geiste des Musik et Menschliches, Allzumenschliches. Ein Buch für freie Geister. Pour les traductions françaises d’après l’édition établie par Giorgio Colli et Mazzino Montinari : La naissance de la tragédie, trad. de l’allemand par Michel Haar, Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy, Paris, Gallimard, 1986 ; Humain, trop humain, trad. de l’allemand par Robert Rovini, Paris, Gallimard, 1987.

3 Voir à ce propos ce qu’en pensait un des deux éditeurs italiens de Nietzsche : Mazzino Montinari, La volonté de puissance n’existe pas, texte établi par Paolo D’Iorio, trad. de l’italien par Patricia Farazzi et Michel Valensi, Paris, Éditions de l’Éclat, 1996.

4 Giorgio Colli, Scritti su Nietzsche, Milano, Adelphi, 1980, p. 13 (notre traduction).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alfio Nazareno Rizzo, « Emmanuel Salanskis, Nietzsche », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 26 octobre 2015, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/19263

Haut de page

Rédacteur

Alfio Nazareno Rizzo

Doctorant en philosophie à l’Université Jean Moulin Lyon 3 et membre de l’IRPHIL (Institut de recherches philosophiques de Lyon, EA 4187).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page