Navigation – Plan du site

Asmara Klein, Camille Laporte, Marie Saiget (dir.), Les bonnes pratiques des organisations internationales

Antonella Angelini
Les bonnes pratiques des organisations internationales
Asmara Klein, Camille Laporte, Marie Saiget (dir.), Les bonnes pratiques des organisations internationales, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Relations internationales », 2015, 241 p., ISBN : 978-2-7246-1720-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Trouvant ses origines dans les années 1970, le paradigme de la nouvelle gestion publique prône une (...)

1Si le jargon des « bonnes pratiques » est aujourd’hui omniprésent dans les organisations internationales (OI), son essor ne date que de la décennie 1990. À cette même période, le new public management (NPM)1 remportait l’unanimité dans les pays occidentaux et les OI, coïncidence qui n’a rien de fortuit. La diffusion du recours aux « bonnes pratiques » est en effet étroitement liée aux exigences introduites par le NPM. Ainsi, le maître mot ici étant l’efficacité des politiques publiques, il s’agit pour les OI de se doter d’outils de mesure conséquents. Cette injonction se fait d’autant plus pressante du fait de la crise fiscale qui affecte les États et des nombreuses failles survenues dans l’action multilatérale au début des années 1990. Affectées dans leurs ressources financières et leur image, les OI se trouvent dans un besoin accru de justifier leur action en termes d’efficacité. Mais c’est à un autre niveau encore que les effets du NPM se font sentir. Tout comme l’action de l’État, l’action des OI est soumise à une démarche de dépolitisation qui se traduit par une technicisation des débats. Or, compte tenu que la rationalisation technique permet de dissimuler les controverses idéologiques, il n’est pas anodin qu’elle s’impose au moment d’une expansion sans précèdent des activités institutionnelles. Cela confirme en effet le lien entre l’emploi des bonnes pratiques et la fragilité des OI face aux coûts accrus de leur foisonnement.

2Ce constat est au départ de cet ouvrage, fruit de la collaboration entre praticien-ne-s et jeunes chercheur-e-s de différentes disciplines – seul manque à l’appel, et l’ouvrage s’en ressent, le droit international. Le recours systématique aux bonnes pratiques est donc présenté comme un moyen pour les OI de consolider et/ou d’élargir leur mandat. Hypothèse convaincante si l’on en juge par le rôle clé assigné à deux facteurs : la capacité des OI de se placer comme détenteurs d’un savoir-faire technique et la facilité avec laquelle le langage des bonnes pratiques séduit par son apparence pragmatique. En filigrane, on retrouve ici une intuition fructueuse de l’ouvrage : proposer une analyse le long de l’axe extérieur/intérieur. Ainsi, par l’accumulation de savoir technique, les OI s’assurent une position de primauté dans de puissantes communautés épistémiques. Parallèlement, par leur attrait pragmatique, les bonnes pratiques se présentent aux acteurs internes à l’OI comme porteuses d’une « d’identité partagée » et, partant, d’une « transformation opérant de l’intérieur ». Derrière cette façade d’universalité pragmatique, il y a en cours une dimension de sélectivité fortement politique. À bien y regarder, on touche là un paradoxe fondateur. Dans la mesure où elles se veulent « bonnes », les pratiques des OI prétendent tirer leur universalité non pas de l’effacement de la dimension normative, mais plutôt de son déplacement du niveau idéologique à celui de la compétence technique. À partir de ce paradoxe, dont il ne parvient pour autant à préciser tous les contours, l’ouvrage envisage les bonnes pratiques comme un instrument « via lequel les OI procèdent à des classifications et catégorisations plus ou moins intentionnelles des acteurs qui peuplent l’environnement où elles évoluent ». À partir de ce constat, les bonnes pratiques sont analysées selon leurs modes de fabrication (1re partie), leur contribution au redéploiement des OI (2e partie), et les effets de classement découlant de leur emploi systématique (3e partie).

3C’est avec un regard englobant, qui inclut des acteurs et des domaines d’action très variés, que les contributions de cet ouvrage apportent des éclairages sur ces questions. Les recoupements y sont nombreux. En particulier, l’idée que la clôture savante opérée par l’emploi des bonnes pratiques n’est guère stable ni définitive. Cela reflète un double facteur : d’abord, comme le montrent Simon Tordjiman et Guillaume Devin, les bonnes pratiques servent de vecteur de changement. Si les frontières qu’elles marquent sont mobiles c’est donc du fait de cette vocation à « initier ou contribuer à l’institutionnalisation d’un certain nombre de transformations » face à des injonctions venant tant de l’intérieur que de l’extérieur. En effet, de par leur normativité ambiguë, les bonnes pratiques se prêtent à être mobilisées indépendamment de l’accord sur l’idéologie qu’elles véhiculent subrepticement. L’exemple de la santé globale, fourni par Dominique Kerouedan, est parlant à cet égard. À partir surtout des années 2000, on a assisté dans ce domaine à un passage d’une vision de performance technique et stratégique à une vision de performance administrative et financière. Bien que cruciale, cette mutation est passée inaperçue du fait de la permanence et de l’apparente continuité d’un registre de l’optimalité technique. Deuxièmement le fait de se placer comme détenteur d’un savoir technique ne met pas à l’abri de remises en cause. Car les bonnes pratiques sont à la fois un aboutissement et un enjeu de dynamiques concurrentielles.

4C’est dans l’exploration de ce thème que l’ouvrage gagne en force. Son principal mérite : encadrer l’OI tantôt comme sujet unitaire face à des acteurs externes, tantôt comme enceinte de la confrontation entre les différentes entités internes à celle-ci. En retraçant l’évolution de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), Samuel Beroud et Thomas Hajduk illustrent les dynamiques concurrentielles entre différentes OI. Précocement engagée dans la voie de la régulation souple, l’OCDE a su placer ses lignes directrices sur les entreprises multinationales comme alternative aux tentatives infructueuses d’autres OI pour produire du droit dur. Avec ce succès, c’est aussi la vision capitaliste, chère aux membres de l’OCDE, qui s’impose. La relation OI-États membres revient aussi dans le chapitre de Raphaëlle Parizet sur le rôle du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) au Mexique. Tout en étant antagonistes, le PNUD et les institutions locales s’assistent mutuellement dans leurs besoins de légitimité. Il en résulte une technicisation de la question autochtone et, partant, sa soustraction du débat politique. L’expérience d’ONU Femmes, recensée par Marie Saiget, montre le lien entre la mobilisation des bonnes pratiques et les luttes pour l’acquisition de pouvoirs symboliques au sein de l’OI. Difficile donc d’échapper à l’injonction de quantification, même, comme le montre Benoît Martin, lorsque la production de données convient mal au mandat d’une OI.

5Moyen pour l’OI d’étayer sa position, les bonnes pratiques en sont aussi un pour établir la position d’autrui. S’il s’agit pour certains d’être exclus, déclassés, d’autres font de leur position d’outsider un atout. À propos des exclus, le chapitre d’Aurore Gary et Bernard Gauthier et celui de Soraya Sidani explorent les implications de la politique de conditionnalité de l’aide pratiquée par la Banque Mondiale. Le bilan est sévère : alors que l’adoption d’indicateurs de « bonne gouvernance » perpétue le statu quo de la Banque, les pays les plus marginalisés se trouvent davantage à l’écart. Sous un autre angle, Soraya Sidani s’intéresse à l’exclusion des acteurs locaux, notamment de la société civile, dans le contexte somalien. Camille Laporte, enfin, se penche sur les pays émergents et leur rôle tantôt de résistants, tantôt de free rider, tantôt d’alliés des donateurs classiques. Analyse fascinante, au cœur de la zone de croisement entre pouvoir symbolique et économique. En effet, c’est la Chine qui à l’heure actuelle a su le mieux rentabiliser sa position d’outsider en matière d’aide multilatérale. Grace à son poids économique, elle a pu éviter d’adopter les bonnes pratiques des autres donateurs, sans pour autant assumer les coûts de produire elle-même un paradigme technique alternatif.

6Après ce tour d’horizon, la conclusion revient sur le décalage entre le mandat technique des OI et l’environnement politique de leurs opérations. Malgré la richesse de l’ouvrage, on peut y relever trois faiblesses. Tout d’abord, quant à la construction du champ sociologique en question, on peut regretter de ne pas trouver grand-chose ni sur le rôle de l’académie en tant que producteur d’expertise technique et dans son rapport avec les OI, ni sur les formes de symbiose entre OI ou de délégation de production de l’expertise technique. Par exemple, l’Organisation Mondial du Commerce accorde une grande importance aux normes techniques produites par d’autres OI, comme le Codex Alimentarius. Quelles sont les implications au niveau de la légitimité d’une telle délégation de l’expertise technique? Un deuxième point à relever concerne la normativité des bonnes pratiques. Contrairement au droit dur, qui se décline de manière dichotomique, la dimension normative des bonnes pratiques est fuzzy (floue) – on peut parler de degrés d’optimalité technique. Cette dimension n’est guère approchée dans l’ouvrage. Il aurait pourtant été intéressant de trouver d’éventuelles implications de pouvoir dans le glissement sémantique entre « bonnes » et « meilleures », ou bien dans la mobilisation du pôle opposé, celui du « mauvais », dans les luttes de résistance. Un dernier point plus général : la crise de légitimité des années 1990 a amené à un essor du phénomène juridictionnel dans les OI. Une discussion à ce sujet aurait bien trouvé sa place dans l’ouvrage. D’abord parce que certaines de ces juridictions, comme le Panel d’inspection de le Banque Mondiale, se sont penchées sur les bonnes pratiques de leur organisation. Mais surtout parce que la tendance à la juridiction fait appel à tout un autre ratio, que l’on pourrait qualifier « d’ordre public », pour répondre au même déficit de légitimité instiguant le recours aux bonnes pratiques. Il aurait été intéressant d’explorer le conflit potentiel entre ces deux logiques de signes différents.

Haut de page

Notes

1 Trouvant ses origines dans les années 1970, le paradigme de la nouvelle gestion publique prône une réforme de la gestion publique selon des principes libéraux de gestion privée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antonella Angelini, « Asmara Klein, Camille Laporte, Marie Saiget (dir.), Les bonnes pratiques des organisations internationales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 26 octobre 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/19276

Haut de page

Rédacteur

Antonella Angelini

Docteure en droit international (Institut de hautes études internationales et du développement, Genève) et chercheuse à la Faculté de droit de l’Université de Genève.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page