Skip to navigation – Site map

Dominique Marchetti, Frédéric Raséra, Manuel Schotté, Karim Souanef (dir.), « Classements sportifs », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 209

Grégoire Duvant
Classements sportifs
Dominique Marchetti, Frédéric Rasera, Manuel Schotté, Karim Souanef (dir.), « Classements sportifs », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 209, 2015, Seuil, ISBN : 9782021219463.
Top of page

Full text

  • 1 À ce titre nous consulterons : Ehrenberg Alain, Le culte de la performance, Calmann-Lévy, 1994.
  • 2 Pour aller plus loin : Defrance Jacques, L’excellence corporelle. La formation des activités physiq (...)

1Le sport est par nature compétitif et hiérarchisant. En effet, « l’espace des sports et sans aucun doute un des univers les plus “classants” qui soit » (p. 5). Il repose sur la mise en concurrence des individus et sur la recherche effrénée d’une performance1 hors du commun. Le numéro 209 de la revue Actes de la recherche en sciences sociales est consacré au classement sportif. S’il est au cœur de la pratique compétitive, le classement sportif « n’a rien d’“évident” ni de “naturel” »2 (p. 5). On ne se pose que rarement la question de son fondement. Les auteurs souhaitent donner des éléments pour éclairer la construction des classements sportifs. La force de ce numéro repose sur la complémentarité des angles de lecture proposés. Premièrement, il existe une lutte autour des classements sportifs entre les institutions chargées de structurer les épreuves. Deuxièmement, des agents extérieurs au monde sportif y sont impliqués de facto en agissant sur la manière dont les concurrents peuvent être (dé)classés. Enfin, l’intérêt porté au sportif permet de comprendre les conséquences du classement sur la pratique. De manière générale, les contributions permettent de mettre en exergue un paradigme : les classements sportifs n’impliquent pas uniquement ceux qui s’y soumettent. Autrement dit, « le sport n’est pas qu’une affaire de sportifs quand il s’agit de définir celles et ceux qui excellent » (p. 9).

2Olivier Aubel, Fabien Ohl et Sylvain Ville appréhendent le classement sportif de manière originale. En effet, ils s’intéressent aux luttes entre les organisateurs pour s’attacher le monopole et la légitimité de la hiérarchisation sportive. Sylvain Ville travaille sur la mise en spectacle de la boxe à la Belle Époque. Il montre que les boxeurs n’étaient pas évalués uniquement sur leurs qualités physiques. En effet, leur rémunération dépend du nombre de tickets d’entrée vendus. En conséquence la performance sportive ne suffit pas à classer le boxeur. En effet « la valeur d’un boxeur ne se réduit pas à ses compétences sportives. Elle s’évalue également par son capital “réputationnel” ou d’attractivité » (p. 25). Le boxeur est évalué en fonction de sa capacité à vendre, à dégager des bénéfices pour les organisateurs. Ce mode d’évaluation atypique est favorisé par l’entente de deux agents : les fédérations et les organisateurs de spectacle. Cette contribution atteint son objectif. En effet, par la méthode historique nous saisissons l’impact de la lutte pour l’organisation des combats sur les classements sportifs.

  • 3 Les auteurs analysent notamment les carrières des coureurs entrés à partir de 2006 et sortis au plu (...)

3Olivier Aubel et Fabien Ohl étudient l’économie des coproducteurs du WorldTour. Ils s’intéressent aux logiques d’organisation des compétitions. Ils montrent que ces dernières impliquent une situation de précarité des cyclistes professionnels3. Car les cyclistes « subissent les effets des modifications de l’organisation des classements » (p. 35). Une majorité des coureurs en deuxième division ne feront jamais partie de l’élite. Ils sont dans des équipes « sous-dotées économiquement et en ressources d’encadrement » (p. 36). Ils sont moins payés que les cyclistes de première division et leurs carrières sont plus courtes. D’une manière générale, nous comprenons que le classement a des effets directs sur la précarité des cyclistes, ce qui peut dans certains cas favoriser les pratiques dopantes.

  • 4 L’approche quantitative consiste en une enquête par questionnaires. D’un point de vue qualitatif, u (...)

4Les textes de Baptiste Viaud, Taieb El Boujjoufi et celui de Karim Souanef mettent en évidence l’interférence d’individus extérieurs aux classements sportifs. Baptiste Viaud s’intéresse à la place des verdicts médicaux dans l’établissement des classements. Sa contribution s’appuie sur un travail de terrain conciliant approches quantitatives et qualitatives4. L’auteur montre comment des agents a priori extérieurs au monde sportif participent « par [la] mesure du corps, […] au repérage et au classement des sportifs de qualité » (p. 63). Il distingue deux types de médecins. Le médecin en service hospitalier est régulièrement sollicité pour se prononcer sur la bonne santé des athlètes de haut niveau reconnus par le ministère des Sports. Le médecin de terrain émet quant à lui un avis consultatif et non coercitif. Le médecin hospitalier se préoccupe de la « bonne santé » des sportifs tandis que le médecin de terrain veille à ce qu’ils soient « en forme » suffisante pour performer. De manière générale, les deux peuvent interférer dans les classements sportifs en décidant d’écarter un athlète. Dans le même ordre d’idée, Taieb El Boujjoufi propose d’éclairer le processus historique de l’invention du certificat médical d’aptitude aux sports. Ces deux articles montrent comment des individus éloignés des préoccupations liées aux classements interviennent dans le processus de hiérarchisation des sportifs.

5Dans un contexte différent, Karim Souanef étudie une catégorie d’agents qui ne sont pas censés être liés à l’établissement des classements sportifs : les journalistes. S’appuyant sur un travail ethnographique au sein des rédactions de deux journaux, Parisien Aujourd'hui en France et L’Équipe, ainsi que sur des entretiens avec des journalistes, l’auteur relate que ces derniers ont créé une rubrique dans la presse écrite permettant d’évaluer les prestations des joueurs de football. Les notes « sont devenues incontournables dans l’économie de l’information sportive » (p. 82). Elles sont des indicateurs importants de la performance et font l’objet « d’une surveillance par les footballeurs » (p. 83). Les évaluations sont attendues tant par les lecteurs que par les joueurs. Le texte rend compte de la manière dont les journalistes se sont imposés comme des évaluateurs reconnus de la performance sportive.

6Les articles de Manuel Schotté et de Frédéric Raséra s’intéressent à la manière dont est perçu le classement par les sportifs et aux modifications qu’il implique dans la pratique. Manuel Schotté propose de rendre compte des « dynamiques de hiérarchie sociale » (p. 102) qui structurent les relations entre pratiquants d’une compétition athlétique. Le classement structure l’activité du coureur. En effet, chaque compétiteur essaie d’obtenir des indices sur son état de forme et sur celui des autres participants. On scrute la liste des partants pour mieux se situer par rapport aux autres. Chaque participant sélectionne des adversaires qui lui sont proches : « chaque coureur filtre, dans la liste des concurrents, ceux qui sont dignes d’intérêt pour lui […] ceux qui lui sont légèrement supérieurs et qu’il espère devancer et, d’autre part, ceux dont il sent qu’ils sont susceptibles de le menacer » (p. 109). Le compétiteur surveille ses concurrents directs en essayant de capter des indices de leur état de forme. Il ajuste son allure en fonction de celles de ses adversaires. En effet, « chaque compétiteur court en fonction de ce qu’il perçoit des autres et de la façon dont on se situe par rapport à eux » (p. 109).

7Le texte de Frédéric Rasera prolonge l’idée défendue par Manuel Schotté. La perception du classement oriente et modifie l’activité des sportifs. L’auteur s’intéresse au quotidien des footballeurs « inscrits dans un rapport salarial et confrontés aux contraintes d’une organisation du travail qui est finalisée par la production de performances » (p. 99). Les footballeurs sont constamment classés. Ils doivent être constamment mobilisés, prêts à être sélectionnés en équipe première. Ils sont donc « en situation d’incertitude permanente » (p. 94). Deux stratégies peuvent être adoptées par les joueurs pour montrer leur désaccord concernant leur place dans le classement sportif. Premièrement, ils peuvent demander des explications à l’entraîneur. Deuxièmement, ils peuvent chercher à « faire plier les décideurs » (p. 98) en leur prouvant ce qu’ils valent réellement. Les joueurs redoublent d’efforts pour montrer aux détenteurs du pouvoir qu’ils se sont trompés. Ces stratégies révèlent que les footballeurs construisent un rapport à l’activité professionnelle orienté par la redéfinition quasi-permanente de la hiérarchie.

  • 5 Pour nous, l’auto-ethnographie développée par l’auteur se rapproche de l’observation participante. (...)
  • 6 Pour approfondir la méthode de l’auto-ethnographie : Anderson Leon, « Analytic Autoethnography », J (...)

8Les contributions de Karim Souanef et de Manuel Schotté se détachent par leurs méthodes d’investigation et de restitution, permettent au lecteur de percevoir de l’intérieur les situations décrites : voir le chercheur en train de travailler ou découvrir l’enquêteur sur le terrain, en observation participante5. Karim Souanef s’est livré à une enquête ethnographique dans le monde de la presse écrite, dont il rend compte sous forme d’un récit à la première personne. Quant à Manuel Schotté, il recourt à l’« auto-ethnographie »6 (p. 101), participant lui-même à une course d’athlétisme ; son article met en mots sa course et ses ressentis. La méthode séduit autant qu’elle peut interpeller. Nous comprenons précisément le cheminement du chercheur lorsqu’il était en situation. Pourtant, la mise à distance n’est pas toujours aisée entre l’action et l’écriture. L’esprit a tendance à (re)créer de la cohérence là où il n’y en a pas forcément, ce qui introduirait un biais méthodologique.

  • 7 Nous faisons ici référence à : Griffet Jean, « Le double sens du sport », Sociétés, n° 55, 1997, p. (...)

9En définitive, ce dossier permet d’éclairer un objet rarement étudié, en convoquant des angles de lectures, des méthodes et des ancrages disciplinaires complémentaires. Pourtant, la question des classements comme frein ou accélérateur des carrières méritait d’être plus explicitement posée. De plus, la place centrale du classement peut être nuancée. En effet, la pratique sportive licenciée et à visée compétitive n’est pas la plus investie en France. Le sport n’est pas seulement compétitif. Il est porteur d’un double sens7. Il peut être appréhendé dans ses dimensions hédonistes et hygiénistes. Le sport n’est donc pas toujours classement.

Top of page

Notes

1 À ce titre nous consulterons : Ehrenberg Alain, Le culte de la performance, Calmann-Lévy, 1994.

2 Pour aller plus loin : Defrance Jacques, L’excellence corporelle. La formation des activités physiques et sportives modernes, 1770-1914, Rennes, PUR/AFRAPS, 1987, p. 182

3 Les auteurs analysent notamment les carrières des coureurs entrés à partir de 2006 et sortis au plus tard en 2013.

4 L’approche quantitative consiste en une enquête par questionnaires. D’un point de vue qualitatif, une cinquantaine d’entretiens semi-directifs avec ont été réalisés. Ils ont été couplés avec deux observations ethnographiques.

5 Pour nous, l’auto-ethnographie développée par l’auteur se rapproche de l’observation participante. À ce sujet, on peut consulter : Soulé Bastien, « Observation participante ou participation observante ? Usages et justifications de la notion de participation observante en science sociale », Recherches qualitatives, vol. 27, n° 1, 2007, p. 127-140.

6 Pour approfondir la méthode de l’auto-ethnographie : Anderson Leon, « Analytic Autoethnography », Journal of Contemporary Ethnography, vol. 35, n° 4, 2006, p. 373-395.

7 Nous faisons ici référence à : Griffet Jean, « Le double sens du sport », Sociétés, n° 55, 1997, p. 5-12.

Top of page

References

Electronic reference

Grégoire Duvant, « Dominique Marchetti, Frédéric Raséra, Manuel Schotté, Karim Souanef (dir.), « Classements sportifs », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 209 », Lectures [Online], Reviews, 2015, Online since 27 October 2015, connection on 23 September 2017. URL : http://lectures.revues.org/19280

Top of page

About the author

Grégoire Duvant

Étudiant en parcours à visée « Recherche », Université d’Artois, URePSSS, atelier SHERPAS.

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page