Navigation – Plan du site

Guy Bajoit, La maison du sociologue. Pour une théorie sociologique générale

Maryvonne Dussaux
La maison du sociologue
Guy Bajoit, La maison du sociologue. Pour une théorie sociologique générale, Louvain-la-Neuve, Academia/L'Harmattan, 2015, 158 p., ISBN : 978-2-8061-0220-1.
Haut de page

Texte intégral

1Pouvoir penser le monde d’aujourd’hui à partir d’une théorie générale qui va au-delà des clivages de la sociologie classique, tel est le défi que lance le sociologue Guy Bajoit, professeur émérite de l’Université de Louvain. Il reconnaît que les sociologues actuels ont raison de reprocher aux « grandes théories » d’être aveuglantes, ethnocentriques, réductionnistes et idéologiques, mais il refuse l’idée de balayer – comme beaucoup le font – toute idée de théorie générale. Pour lui, il ne faut pas rejeter en bloc les « grandes théories » du fait des biais qu’elles comportent, mais intégrer ces biais dans l’analyse et considérer que la théorie générale est toujours provisoire. La sociologie est née pour penser la modernité. Elle s’est centrée sur les sociétés occidentales et leur processus d’industrialisation mais elle doit aujourd’hui évoluer pour penser les évolutions économiques et sociales de ces dernières décennies.

2Guy Bajoit explique que pour comprendre les acteurs dans les dynamiques de changement social et culturel, il faut regarder en amont les conditions d’existence et en aval les logiques du sujet individuel et collectif. Il symbolise cette théorie générale sous la forme d’une maison dans laquelle on pénètre par la pratique des relations sociales (la porte d’entrée de la maison). À l’intérieur, la circulation entre les pièces se fait dans une boucle qui part des conditions d’existence, passe par les questions vitales, les logiques du sujet personnel, puis du sujet collectif et aboutit à la créativité culturelle qui domine l’ensemble (le grenier de la maison). La théorie générale présentée dans cet ouvrage est composée de six théories partielles élaborées, mobilisant chacune des instruments d’analyse spécifiques. Elles sont utilisables séparément et adaptables à chaque objet particulier de recherche et abordent successivement les problèmes vitaux de la vie commune, les relations sociales et la socialisation, le sujet personnel, le sujet collectif, le changement culturel et le changement social, et enfin le développement. La présentation de chacune de ces théories comprend une définition précise des concepts. Des tableaux permettent de visualiser facilement, dans un même schéma, les différentes catégories proposées par l’auteur ainsi que leurs interrelations.

3Nous ne pouvons bien évidemment donner ici qu’un aperçu sommaire d’une théorie nécessairement complexe puisqu’elle vise à articuler le conditionnement social et la liberté individuelle, les dimensions micro- et macro-sociales. La théorie générale se fonde sur le constat que chaque collectivité a un certain nombre de problèmes vitaux à régler si elle veut survivre : gestion des richesses, des échanges externes, de l’ordre politique interne, du contrat social et de l’intégration. Pour cela, cinq formes de contraintes sociales interdépendantes sont mises en place. Il faut tout d’abord obliger la classe productive à produire un surtravail pour prendre en charge ceux qui ne peuvent pas travailler (personnes âgées, enfants, malades) et ceux qui occupent des fonctions sociales (fonctionnaires, soldats, membres du gouvernement). La collectivité doit également assurer sa sécurité extérieure et intérieure. Elle développe alors sa capacité à défendre son territoire (diplomatie, guerre) et instaure un système de lois et de sanctions. L’État a le pouvoir de faire respecter un contrat social qui oblige chaque groupe d’intérêt à faire des compromis. Enfin, dans le cadre de la division du travail nécessaire à la survie, des mécanismes de socialisation sont nécessaires. Pour préciser comment s’opère cette socialisation des individus, l’auteur reprend la conceptualisation de Max Weber qui distingue quatre formes de rationalisation des conduites : le calcul d’intérêt, l’habituation à des normes, l’identification par les affects et la conviction par les valeurs.

4Pour Guy Bajoit, il faut repenser l’action collective à partir du paradigme de l’individu sujet-acteur. En effet, les sujets collectifs se forment à partir des logiques du sujet personnel, qui restructure sans cesse ses relations sociales afin de répondre à ses appétits de reconnaissance sociale et d’épanouissement personnel et pour éliminer ses malaises identitaires. Les variables telles que l’âge, le genre, l’origine sociale, les croyances n’agissent pas directement sur les groupes mais par l’intermédiaire du sujet personnel. En effet, tous les individus soumis à la même contrainte ou au même habitus n’agissent pas de la même façon (par exemple, tous les ouvriers ne sont pas syndiqués). Pour l’auteur, le sujet personnel est doté de deux capacités : l’expressivité, qui pousse l’individu à répondre à sa nature profonde, et la réflexivité, qui lui permet de se distancier des injonctions du modèle culturel.

5Comme Alain Touraine, Bajoit considère que trois processus simultanés permettent la construction d’un sujet collectif. Le premier est la formation d’une identité et d’une solidarité collectives fondées sur la valorisation sociale qui, selon qu’elle est positive ou négative, entraine fierté, envie, honte ou mépris. Le deuxième processus est l’engagement dans des échanges avec les autres groupes, échanges qui peuvent se dérouler sur un mode coopératif ou conflictuel. Aux concepts développés par Albert Hirshman (exit, voice et loyalty), Guy Bajoit ajoute celui de pragmatisme, c’est-à-dire le comportement d’un individu qui s’accommode de la relation telle qu’elle est pour en tirer le plus grand profit possible dans une forme larvée de compétition. Le dernier processus est la poursuite d’enjeux qui peuvent être le maintien ou l’acquisition de droits, la reconnaissance sociale ou l’obtention des ressources nécessaires à l’épanouissement du sujet collectif. Certains enjeux sont idéologiques (liés à la pensée dominante) ou utopiques (projection d’un idéal).

  • 1 Voir Guy Bajoit, Pour une sociologie de combat, Fribourg, Academic Press Fribourg, coll.« Res Socia (...)

6L’être humain ne peut subir une contrainte ni entreprendre une action quelconque qui ne soit légitimée par un discours culturel qui lui donne sens. Un modèle culturel est un ensemble cohérent de principes ultimes qui permettent aux membres de la collectivité de donner une signification aux solutions qu’ils mettent en œuvre pour régler les problèmes vitaux de la vie commune. Ce que l’on appelle « culture » d’une collectivité est constitué d’un ensemble de modèles culturels qui se sont accumulés au cours de son histoire. Pour l’auteur, il n’y a pas de vide culturel. Dans les périodes de changement socio-culturel, certains principes perdent de leur crédibilité, tandis que d’autres sont créés ou réactualisés par les acteurs, ce qui engendre de l’incertitude. C’est par les logiques des sujets personnels et collectifs et par leur créativité culturelle que les acteurs agissent sur leurs conditions d’existence. Guy Bajoit distingue quatre grands modes de changement social et culturel : l’évolution, la réforme, la révolte et la révolution. Dans les deux premiers cas, les échanges sont consensuels, dans les deux derniers ils sont antagoniques. L’auteur démontre que les relations antagoniques entre les acteurs ne sont pas forcément les plus efficaces du point de vue du changement sociétal. Ainsi, les victimes de frustrations n’expriment pas automatiquement leurs revendications. Bajoit explique que la mobilisation sociale a une dynamique propre, et il dénombre pas moins de dix-sept conditions pour que l’action collective se constitue et aboutisse à une évolution des pratiques sociales. L’auteur applique sa théorie à la problématique du développement, qu’il souhaite éthique et durable. S’engageant dans une « sociologie de combat »1, il reproche vivement aux économistes et aux sociologues d’avoir servi la cause des pays du Nord en donnant des explications simplifiées du phénomène du sous-développement. Dans les années 1950 à 1980, les chercheurs ont mis en évidence tantôt les facteurs culturels (les mentalités traditionnelles) et tantôt les facteurs politiques (la domination économique, le pillage des ressources) pour élaborer deux théories qui se sont combattues, celle de la modernisation (faire évoluer l’économie) et celle de la dépendance (changer les structures politiques). Puis, avec l’affirmation du néo-libéralisme, sont apparues les théories de la compétition, de la démocratie et de l’identité culturelle. Or, ces théories réductrices ont empêché de voir que le développement consiste de fait à gérer des contradictions. L’augmentation de biens matériels est nécessaire, mais elle doit être accompagnée de justice sociale et prendre en compte le problème écologique ; les échanges collectifs doivent se développer, mais sans perdre le contrôle des richesses ; le pouvoir exécutif doit être fort et cohérent, mais respecter les exigences de la démocratie politique ; les conflits doivent être institutionnalisés, mais respecter les exigences de la démocratie sociale ; enfin, selon Bajoit, il faut mobiliser les gens dans un grand projet de société, mais sans sectarisme ni fanatisme. Bref, développer c’est savoir gérer des conflits, donc des relations sociales.

  • 2 Notamment : Guy Bajoit, Socio-analyse des raisons d'agir. Études sur la liberté du sujet et de l'ac (...)

7Guy Bajoit nous donne dans ce livre la synthèse des travaux qu’il mène depuis 25 ans. C’est un texte court (150 pages), extrêmement dense, qui peut être lu avec intérêt par un large public. Il concerne les sciences humaines dans leur ensemble puisque, au-delà de la sociologie, l’auteur a puisé aux sources de la philosophie, de la psychologie sociale, de la psychanalyse et de l’histoire. L’étudiant y trouvera la définition d’une série de concepts fondamentaux. Il pourra s’intéresser plus précisément à l’une ou l’autre des théories partielles et comparer la proposition faite avec celles d’autres théoriciens. Le chercheur trouvera ici les bases d’une théorie générale qui demande à être enrichie par des travaux de recherche conduits dans une pluralité de contextes historiques et culturels. Il lui faudra toutefois prendre connaissance des autres travaux de l’auteur2 pour bien comprendre les fondements de l’analyse présentée ici de façon condensée et avoir la totalité des références théoriques.

Haut de page

Notes

1 Voir Guy Bajoit, Pour une sociologie de combat, Fribourg, Academic Press Fribourg, coll.« Res Socialis », 2011. Compte rendu de Pascal Décarpes pour Lectures : http://lectures.revues.org/7955.

2 Notamment : Guy Bajoit, Socio-analyse des raisons d'agir. Études sur la liberté du sujet et de l'acteur, Québec, Presses de l’Université Laval, coll. « Sociologie contemporaine », 2010. Note critique de Henri Eckert pour Lectures : http://lectures.revues.org/1353.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryvonne Dussaux, « Guy Bajoit, La maison du sociologue. Pour une théorie sociologique générale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 27 octobre 2015, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/19281

Haut de page

Rédacteur

Maryvonne Dussaux

Maître de conférences à l’Université Paris Est Créteil. Laboratoire STEF- ENS Cachan-IFE- ENS Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page