Navigation – Plan du site

Sébastien Rouquette, Nouer le lien social

Maxence Morel
Nouer le lien social
Sébastien Rouquette (dir.), Nouer le lien social. Pratiques de communication & lien social, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, coll. « Communication, cultures & lien social », 2015, 280 p., ISBN : 978-2-84516-709-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Que l’on retrouve dans le programme actuel de sciences économiques et sociales.
  • 2 Dacheux Éric (dir.), Vivre ensemble aujourd’hui : le lien social dans les démocraties pluriculturel (...)
  • 3 Cusset Pierre-Yves, Le lien social, Paris, Armand Colin, 2007, p. 21.

1Quels liens sociaux dans les sociétés contemporaines ? C’est la question1 à laquelle cet ouvrage cherche à répondre. Après Vivre ensemble aujourd’hui2, l’équipe du laboratoire Communications et sociétés de l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand part du constat que le lien social se retrouve confronté à des problèmes particuliers dans les sociétés contemporaines : individualisation, hausse des échanges interculturels, apparition des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Nouer le lien social tente ainsi de répondre à une triple interrogation : de quelle(s) manière(s) les pratiques de communication participent-elles à la construction du lien social ? Alors que ce dernier évolue, quel rôle jouent les pratiques de communication dans cette reconfiguration ? Enfin, comment rendent-elles compte des difficultés des sociétés pluriculturelles ? Notion centrale, le lien social est ici défini comme « l’ensemble des relations personnelles, des normes, des valeurs et des règles communes qui relient les individus », d’après Pierre-Yves Cusset3. À partir de cette définition, il est possible de distinguer deux dimensions du lien social : une dimension horizontale, qui concerne les relations interpersonnelles et une dimension verticale, qui concerne les règles et valeurs partagées. C’est autour de ces deux dimensions que sera organisé ce compte-rendu.

2C’est ainsi que les articles de Renaud Dumont sur la chanson, d’Agnès Bernard, Cécilia Brassier-Rodrigues et Olivia Salmon-Monviola sur les gestes rituels, de Souâd Touhami sur les Marocains résidant en France et de Sophie Demonceaux sur le couple ont pour point commun de traiter des liens sociaux horizontaux. L’article de Renaud Dumont montre ainsi qu’une chanson peut permettre de partager une rupture (ici, l’absence du père). Paradoxalement, ce lien social repose à la fois sur des références culturelles communes à l’auteur et aux auditeurs mais aussi sur un jeu personnel avec la langue. Agnès Bernard, Cécilia Brassier-Rodrigues et Olivia Salmon-Monviola étudient quant à elles les gestes utilisés lors d’une procession de pèlerinage ou d’une réunion de franc-maçons. Avant même de communiquer ses émotions ou sa position au sein du groupe, cette gestuelle témoigne de l’appartenance des individus à un même groupe et du partage d’une culture commune. À travers l’exemple des immigrés marocains et de leurs descendants résidant en France, Souâd Touhami s’intéresse à l’usage des sites de réseautage social et de leurs effets sur les liens sociaux. Ces sites permettent en effet aux Marocains résidant en France d’entretenir des relations avec les deux pays, alors qu’ils rencontraient auparavant des obstacles, physiques mais aussi sociaux, liés à leur statut hybride. Les notions de « réseaux sociaux » et de « sites de réseautage social », ainsi que de « groupe d’appartenance » et de « groupe de référence », pourraient cependant être utilisées de façon plus claire, car elles font ici l’objet de quelques confusions.

  • 4 Lahire Bernard, L’Homme pluriel : les ressorts de l’action, Paris, Armand Colin, 2005.

3Sophie Demonceaux montre que les NTIC brouillent les frontières entre les différentes sphères d’interactions. On passe ainsi d’un modèle de « l’homme pluriel »4, avec des identités juxtaposées mais distinctes selon la situation, à un modèle où ces identités peuvent se retrouver synchronisées et superposées à n’importe quel moment. Ce qui exige de réaliser des arbitrages en permanence. Par exemple, le couple se retrouve à défendre ses frontières contre les incursions de l’activité professionnelle et d’autres relations. Les tensions au sein du couple sont d’autant plus fortes que le rapport aux nouveaux outils de communication sont asymétriques (l’auteure cite ainsi l’exemple d’une chargée de communication et d’un agent de maintenance). Il est toutefois possible d’aménager des compromis, qui peuvent prendre la forme de créneaux sans connexion.

4À mi-chemin entre liens sociaux horizontaux et verticaux, Mohammed-Salah Abaïdi et Julien Guillaumond d’une part, Pergia Gkouskou-Giannakou d’autre part étudient le mouvement de l’open data et ses conséquences sur la légitimité des autorités politiques et médiatiques. Pour commencer, Mohammed-Salah Abaïdi et Julien Guillaumond rappellent les débuts de l’open data, il y a une dizaine d’années, et les promesses sur lesquelles il se fonde : la publication des données détenues par les administrations publiques devrait non seulement assurer une plus grande transparence, mais surtout donner lieu à des innovations, sources de croissance économique. Ce mouvement rencontre cependant des réticences, qui l’empêchent d’être plus qu’une simple stratégie communicationnelle. Ces réticences sont dues à la crainte de voir les rapports de force se modifier – notamment avec les autres administrations – et à la peur d’une interprétation critique des données, surtout en contexte électoral. De ce fait, les données publiées le sont généralement sans explications, que ce soit sur leur signification ou sur les critères ayant conduit à ce choix. Au lieu d’une utopie de transparence universelle, ces données risquent donc de n’être exploitées que par une minorité : associations, journalistes, etc. Pergia Gkouskou-Giannakou poursuit d’ailleurs en montrant que le data journalism a su se saisir de ce changement pour renouveler sa légitimité. Il a en effet repris les promesses démocratiques du journalisme d’investigation, tout en associant les lecteurs à la production des articles.

  • 5 Elias Norbert, Du Temps, Paris, Fayard, 1996 (1988).
  • 6 Foucault Michel, Dits et Écrits, Paris, Gallimard, 2001.
  • 7 Coutélis Al (Dessin), Bollé Laurent (Scénario) et Phil Aymond (Couleur), AD Grand-Rivière : Polychr (...)
  • 8 Dans la conclusion, Sébastien Rouquette explique ainsi que pour attirer le plus de lecteurs, l’indu (...)
  • 9 Au sein de l’ouvrage dirigé par Agbessi Éric, La Couleur noire, une obscure clarté, Paris, Éditions (...)

5Sur la question des liens sociaux verticaux – c’est-à-dire des valeurs et des règles partagées par les membres d’une société – on retrouve les articles de Bernard Cahier sur l’organisation du temps, d’Éric Dacheux et Rocio Prado-Sanchez sur la bande-dessinée, de Dana Martin sur les personnes bilingues et de Renaud Dumont sur l’épistémologie interculturelle. Bernard Cahier se fonde par exemple sur Norbert Elias5 et Michel Foucault6 pour montrer que le partage d’une même organisation du temps, à travers des outils comme le calendrier ou l’horloge, reflète déjà l’existence de liens sociaux entre les membres d’une société. On regrette d’ailleurs que cette réflexion ne soit pas poussée plus loin, sur la gestion du temps au quotidien ou sur l’existence de groupes se caractérisant par une temporalité particulière. À partir de l’étude de la perception d’une couverture de la bande-dessinée AD Grand-Rivière7, Éric Dacheux et Rocio Prado-Sanchez mettent en lumière les difficultés d’intégration dans les sociétés multiculturelles : le héros, noir, est généralement considéré par les étudiants interrogés comme un délinquant, alors qu’il appartient en réalité aux forces de l’ordre. L’explication avancée par Éric Dacheux et Rocio Prado-Sanchez est sûrement en partie vraie, de même que celle qui met en avant les contraintes de production de l’industrie culturelle8. En effet, d’après ce qui nous est rapporté de la volonté même du dessinateur de la bande-dessinée, on peut tout aussi bien imaginer que le personnage apparaissant sur la couverture est volontairement neutre et mystérieux, pour activer les préjugés des lecteurs avant de les contredire. On peut cependant s’interroger sur la pertinence de juger un livre sur sa couverture. Deux conclusions ressortent du travail de Dana Martin sur les personnes bilingues. L’auteure explique d’abord que ce dernier repose non seulement sur une compréhension des deux langues mais aussi sur une connaissance des deux cultures. Ces deux éléments doivent d’ailleurs être entretenus pour que le bilinguisme se maintienne. Dana Martin remarque aussi que le bilinguisme est aujourd’hui, en France une situation plus valorisée qu’auparavant. Des inégalités demeurent toutefois selon les langues concernées et des critiques pointant un manque d’intégration peuvent apparaître. Enfin, Renaud Dumont part des entretiens réalisés lors de son travail sur la couleur noire9 pour poser les fondements d’une nouvelle épistémologie interculturelle.

6Au terme de la lecture de cet ouvrage, le bilan est mitigé. L’introduction et la conclusion de Sébastien Rouquette sont très bien rédigées, les résumés au début de chaque partie et de chaque article permettent de se repérer facilement, mais on regrette que pour plusieurs articles, la bibliographie ne soit pas complète et surtout que le niveau des différentes contributions soit si inégal. Encore que cela s’explique facilement, notamment par le fait que tous les travaux ne soient pas au même degré d’avancement. Si Nouer le lien social n’est donc pas un ouvrage de référence, il faut reconnaître qu’il met en avant des observations et des pistes de recherche dignes d’intérêt.

Haut de page

Notes

1 Que l’on retrouve dans le programme actuel de sciences économiques et sociales.

2 Dacheux Éric (dir.), Vivre ensemble aujourd’hui : le lien social dans les démocraties pluriculturelles, Paris, L’Harmattant, coll. « Logiques sociales », 2010.

3 Cusset Pierre-Yves, Le lien social, Paris, Armand Colin, 2007, p. 21.

4 Lahire Bernard, L’Homme pluriel : les ressorts de l’action, Paris, Armand Colin, 2005.

5 Elias Norbert, Du Temps, Paris, Fayard, 1996 (1988).

6 Foucault Michel, Dits et Écrits, Paris, Gallimard, 2001.

7 Coutélis Al (Dessin), Bollé Laurent (Scénario) et Phil Aymond (Couleur), AD Grand-Rivière : Polychrome Hexagone, Paris, Casterman

8 Dans la conclusion, Sébastien Rouquette explique ainsi que pour attirer le plus de lecteurs, l’industrie culturelle ne peut chercher à contredire leurs préjugés trop brutalement, surtout sur la couverture de l’ouvrage.

9 Au sein de l’ouvrage dirigé par Agbessi Éric, La Couleur noire, une obscure clarté, Paris, Éditions du Manuscrit, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxence Morel, « Sébastien Rouquette, Nouer le lien social », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 08 novembre 2015, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/19404

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page