Navigation – Plan du site

Emmanuel Henry, Claude Gilbert, Jean-Noël Jouzel, Pascal Marichalar (dir.), Dictionnaire critique de l’expertise. Santé, travail, environnement

Corinne Delmas
Dictionnaire critique de l'expertise
Emmanuel Henry, Claude Gilbert, Jean-Noël Jouzel, Pascal Marichalar (dir.), Dictionnaire critique de l'expertise. Santé, travail, environnement, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Références Santé », 2015, 375 p., ISBN : 9782724617603.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Séminaire ayant réuni une vingtaine de chercheurs, entre 2011 et 2014, tenu dans le cadre d’un pro (...)
  • 2 Les 37 chercheurs ayant participé à ce dictionnaire sont majoritairement sociologues, mais aussi po (...)

1Provenant en partie d’un séminaire1, ce dictionnaire réunit une trentaine de chercheurs issus de plusieurs horizons disciplinaires2 autour de la question de l’expertise en matière de santé, travail et environnement. L’objectif est de discuter certaines « notions obligées », telles que les « conflits d’intérêts », « l’indépendance » des experts, les effets que peut avoir l’injonction à toujours plus de « transparence » dans les procédures, etc. Il vise également à proposer un bilan critique de concepts utilisés en sciences sociales pour décrire l’expertise : controverse, agnotologie, lanceurs d’alerte, situations d’expertise…

2Les notices remettent ainsi en cause certaines approches usuelles. Daniel Benamouzig propose, par exemple, d’appréhender les « agences » non seulement comme des bureaucraties techniques mais aussi comme des « bureaucraties délibératives associées aux mondes sociaux de l’expertise ». Claude Gilbert et Emmanuel Henry invitent à dépasser certaines analyses habituelles des crises conduisant à s’attacher aux confrontations les suscitant dans l’espace public, à omettre ce qui se joue, de façon liée, dans les « espaces discrets » et à négliger les multiples usages possibles d’une crise pouvant constituer une ressource pour des acteurs. Pascal Marichalar renverse la vision de l’indépendance comme a priori constitutive de la bonne expertise, et considère que « toute promotion de l’indépendance de l’expertise peut être analysée comme la mise en avant d’une distinction particulière entre les dépendances perçues comme légitimes et d’autres qui ne le seraient pas. » (p. 181) Ces dernières sont en effet plus ou moins légitimes, en fonction des acteurs et des situations, et le risque de disqualification peut conduire certains experts à éluder leurs liens avec les victimes ou à proscrire tout engagement émotionnel préjudiciable, comme en atteste l’exercice professionnel des médecins du travail amenés quotidiennement à exprimer des jugements d’expertise.

3Cette question de l’indépendance est au cœur de cet ouvrage et de plusieurs notices, dont celle que Boris Hauray, Emmanuel Henry et Sébastien Dalgalarrondo consacrent au « conflit d’intérêts », notion ne permettant pas toujours de saisir l’ensemble des formes d’influence des intérêts privés sur la science et l’expertise ; « c’est par l’analyse de l’espace des relations sociales entre experts, scientifiques, industriels, associations et pouvoirs publics, de la construction de ces relations et des problématiques qui en émergent, que l’étude des conflits d’intérêt prend toute sa dimension heuristique pour les sciences sociales » (p. 77). Les questions de l’indépendance et de l’autonomie sont également au cœur de la contribution de Pierre-Benoît Joly sur la « procéduralisation » et ses effets.

4Plusieurs notices, dont celle que Nathalie Jas et Jean-Noël Jouzel consacrent à l’« ignorance », débattent particulièrement des usages stratégiques et tactiques de l’expertise. S’appuyant sur l’exemple de la gestion des toxiques environnementaux par l’intermédiaire des valeurs limites qui rend compatibles deux intérêts a priori difficilement conciliables (protection des population, profitabilité de l’industrie chimique), les deux auteurs montrent ainsi combien « l’expertise constitue une ressource pour les pouvoirs publics, en raison non seulement de ce qu’elle rend visible, mais également de ce qu’elle rend invisible » (p. 178).

5L’étayage juridique consolide l’approche critique proposée. À rebours de l’assimilation du « droit de l’expertise » à un ensemble de règles de droit prenant l’expertise pour objet, Olivier Leclerc rappelle ainsi le caractère foisonnant de l’ensemble normatif donnant corps à la notion juridique d’expertise ; « l’expertise ne désigne pas un objet dont les contours sont déjà donnés et qu’il suffirait au droit de « régir » » (p. 114). Il montre également, à propos du « lanceur d’alerte », l’intérêt pour certains acteurs d’être inscrit dans les interstices des qualifications juridiques, qui menacent ici l’auteur de la divulgation. Cette notion offre « un exemple saisissant d’une interaction entre des recherches en sciences sociales, leur appropriation par des acteurs engagés dans un combat pour une démocratisation des choix scientifiques et de l’expertise, et la mise en forme […] dans le cadre des actions en justice » (p. 200). La diversité des règles et la forte variation du contexte normatif en matière d’expertise sont également mises en avant par Rafaël Encinas de Munagorri à propos de la notion de « responsabilité » des experts à laquelle il consacre une notice.

6Les liens entre expertise et décision font également l’objet de réévaluations salutaires. Ainsi, selon Thierry Lang, « la faible prise en compte des inégalités de santé constitue une illustration emblématique des difficultés des institutions en charge de la santé publique à transformer des connaissances scientifiques en savoirs utiles pour l’action » (p. 187). Dans une notice consacrée au « lobby », Sylvain Laurens, évoquant l’inscription des groupes économiques au cœur des processus de mise en œuvre des politiques de santé, propose de dépasser la seule critique de la corruption pour saisir les logiques plus structurelles qui fondent leur influence et leur capacité à enrôler une expertise scientifique, voire à orienter la recherche académique dans certains domaines.

7Si on ne saurait, bien évidemment, lister les quarante-deux notices constituant le dictionnaire, quelques fils conducteurs peuvent donc être dégagés ; à ceux déjà cités, on peut ajouter l’importance de la commande, le rôle ambivalent de la justice en matière d’expertise, les effets de normalisation de certains instruments – dont le dépistage évoqué par Renaud Crespin-, le rôle des groupes concernés, la frontière incertaine entre experts et profanes…

  • 3 Outre les sources habituelles de frustration tenant à la dimension collective de l’entreprise et à (...)

8Si cette utile synthèse sur l’expertise sanitaire suscite quelques frustrations3, elle propose plusieurs pistes de réflexion stimulantes. Invitation à poser de nouvelles questions sur des thématiques largement commentées et explorées, mais éclairant également des notions relativement récentes (telles que l’agnotologie), ce dictionnaire s’adresse tant aux étudiants, qu’aux praticiens et aux enseignants. Certes, il n’a pas, soulignent ses auteurs, vocation à l’exhaustivité ; mais on ne peut que souhaiter qu’il contribue à l’engagement de nouvelles recherches sur les rapports entre les connaissances scientifiques, les mobilisations collectives et les processus de décision.

Haut de page

Notes

1 Séminaire ayant réuni une vingtaine de chercheurs, entre 2011 et 2014, tenu dans le cadre d’un projet de recherche financé par l’Agence Nationale pour la Recherche intitulé « L’indépendance des experts et ses problèmes dans le champ de la santé publique » (Index).

2 Les 37 chercheurs ayant participé à ce dictionnaire sont majoritairement sociologues, mais aussi politistes, historiens, juristes, spécialistes en études des sciences et des techniques ou en épidémiologie.

3 Outre les sources habituelles de frustration tenant à la dimension collective de l’entreprise et à l’hétérogénéité (toute relative d’ailleurs) des partis-pris rédactionnels, on citera le positionnement quant aux trois secteurs explorés (santé, travail et environnement). Contrairement à ce que pourrait laisser supposer le sous-titre, les questions de santé publique dominent. Si la santé au travail est évoquée dans plusieurs notices, les cas et les scandales sont limités tandis que l’expertise réglementée et les CHSCT restent proportionnellement peu mentionnés. La santé environnementale est pour sa part traitée dans le cadre de quelques notices, dont celles sur l’ignorance et sur l’épidémiologie populaire. On aurait apprécié une investigation plus approfondie des liens entre santé, travail et environnement, cet ouvrage étant à cet égard sans doute révélateur du chemin à parcourir pour aborder ces interactions – y compris par le prisme de l’expertise-

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Emmanuel Henry, Claude Gilbert, Jean-Noël Jouzel, Pascal Marichalar (dir.), Dictionnaire critique de l’expertise. Santé, travail, environnement », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 08 novembre 2015, consulté le 29 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/19408

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page