Navigation – Plan du site

Anne-Sophie Chazaud (dir.), Bulletin des Bibliothèques de France, n°6, « Matières graphiques », Juillet 2015

Cécile Boulaire
Matières graphiques
Anne-Sophie Chazaud (dir.), « Matières graphiques », BBF, Bulletin des bibliothèques de France, n° 6, juillet, 2015, 184 p., Villeurbanne, Presses de l'Enssib, ISBN : 9770006200063.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro du BBF prend à bras-le-corps la question de la matérialité graphique des objets accueillis en bibliothèque, au moment où l’on ne cesse de s’interroger sur la disparition du livre et son éventuelle dématérialisation. Le dossier est organisé en six parties, consacrées respectivement à la bande dessinée (et un petit peu aux autres littératures graphiques), aux fanzines, au livre d’artiste, au design graphique, à la typographie, et même aux œuvres d’art à travers un article sur les artothèques. On s’étonne de ne pas voir évoqué le livre pour enfants, objet qui mêle pourtant, ô combien, graphisme et attention à la matérialité.

2Passée cette petite déception, le lecteur a de quoi se réjouir. Si quelques propos peuvent paraître convenus (le discours de déploration, désormais traditionnel, au sujet des rapports entre bande dessinée et bibliothèque, comme la conviction que les bibliothèques doivent rester « aux aguets » devant le numérique – sans qu’en soit expliquée la raison), les articles, souvent longs, exposent chaque question en profondeur et avec une iconographie abondante qui met en valeur des objets souvent méconnus.

3L’un des intérêts de ce numéro, destiné prioritairement aux professionnels, est la qualité informative des exposés. La réflexion sur la présence et la médiation de ces divers documents en bibliothèque est en effet facilitée par la clarté des présentations, des historiques, des typologies. Ainsi Gilles Ciment (qui fut sept ans directeur de la cité internationale de la BD et de l’image à Angoulême) revient sur l’histoire de la réception française de la bande dessinée, et de sa présence en bibliothèque ; Émilie Mouquet présente avec une remarquable limpidité l’histoire du fanzine, depuis sa double naissance, à la fois sous la forme de livres d’artistes de la fin du XIXe siècle, et comme produit de la culture populaire des amateurs américains de science fiction (avec The Comet), jusqu’à la faveur qu’il connaît actuellement, dans le sillage du mouvement « DIY » ; Christelle Petit retrace avec précision l’histoire des artothèques en France, principalement dans le cadre de la décentralisation culturelle des années 1980. La revue offre encore une typologie détaillée de la bande dessinée numérique (Valentine Bestel), des différents genres de fanzines (Émilie Mouquet) ou des diverses acceptions du « livre d’artiste (Luc Brévart). On peut aussi y lire une présentation concise mais stimulante de la revue Hors Cadre(s) (Sophie van der Linden), qui revendique un ton journalistique pour de longs articles consacrés aux littératures graphiques, tout en déplorant, au bout de huit années d’existence, que « le grand rêve d’un espace sans frontière au sein duquel le lecteur passe aisément d’un secteur éditorial à un autre […] reste encore bien loin de se réaliser » 

4Mais au-delà de cette dimension informative précise, le dossier réjouit par la qualité des idées qui s’y croisent. Ainsi, c’est une longue réflexion soigneusement argumentée sur le « son » dans la bande dessinée qui permet à Pascal Robert de conclure, à rebours des antiennes ressassées ici ou là qu’« en l’état actuel des choses, le numérique a peut-être moins de personnalité » que ces planches dessinées où le son, qu’il soit ou non cantonné dans les bulles, se superpose aux cases, un jeu graphique qui engage en profondeur la performance de lecture : « si l’auteur parvient à créer un silence, c’est bien au lecteur de le ressentir ». De même, on savoure le long entretien avec le dessinateur de caractères typographiques Matthieu Cortat, suivi par une présentation de sa fonderie Nonpareille et un exemple très pédagogique de travail sur une identité visuelle, celle de Caran d’Ache. Le lecteur apprend ainsi que chaque étape de l’histoire des techniques typographiques a induit ses propres travers visuels, qui ont façonné des habitudes de lecture : la technique linotype, qui accroit le rendement des imprimeries, prive cependant de la possibilité de réaliser des crénages (lorsque la lettre « f » déborde par exemple sur l’espace de la voyelle qui le suit) et oblige à un déplaisant écartement des caractères italiques ; sa rusticité contraint les lecteurs arabophones à se contenter d’une écriture simplifiée, qui les prive du raffinement hérité de la calligraphie ; il faudra les avancées de la PAO pour qu’on puisse offrir des textes imprimés dans des caractères arabes respectant la diversité des formes. À travers ces exemples documentés, Matthieu Cortat convainc sans peine : « Peut-on dire que la typographie “accompagne” les pratiques de lecture ? Je pencherais plutôt pour la proposition inverse : c’est elle, entre autres, qui les engendre ! » De même, il rapproche la standardisation typographique actuelle du phénomène plus large de la mondialisation faisant émerger une « culture visuelle globalisée » – tout en rappelant que la standardisation était plus grande encore aux débuts de l’imprimerie, quand « une poignée de graveurs de caractères fourni[ssait] l’Europe entière en lettres ». Ces réflexions historiques nuancées donnent au lecteur matière à réflexion sur ces « objets graphiques » dont la matérialité est par ailleurs envisagée sous le prisme de leur présence en bibliothèque.

5L’autre grand mérite de ce dossier est en effet de développer une appréhension bibliothéconomique de ces objets : quel sens peut avoir la présence d’un fonds de fanzines dans une bibliothèque ? Comment les présenter au public ? Quelles modalités d’exposition pour les objets du design graphique ? La réponse est-elle dans le design de la bibliothèque elle-même (charte graphique, signalétique) ? L’article de Christelle Petit sur les artothèques rappelle que, si l’impulsion, pour la création de ces lieux de médiation et de prêt d’œuvres d’art (surtout contemporain), vint de Malraux, et fut concomitante à la création des maisons de la culture, en réalité leur développement attendit les années 1980, et se fit principalement dans des bibliothèques, parce qu’elles offrent le double avantage d’avoir une grande habitude des logiques de prêt et de la valorisation de fonds par les animations. Mais faute de formation spécifique des personnels, la dynamique dut reposer sur l’engagement individuel, voire le militantisme de certains agents, au point que l’artothèque est aujourd’hui à réinventer. C’est bien sous l’angle de l’engagement, voire de la passion que sont envisagés les deux autres objets « problématiques » de ce dossier, fanzines et œuvres de design graphique. Émilie Mouquet, jeune conservatrice, souligne les difficultés du dialogue entre le monde des bibliothèques et celui du fanzinat : d’un côté, un « amateurisme » revendiqué, qui conduit par exemple à ne pas procéder au dépôt légal, ou à ne pas forcément faire figurer les mentions éditoriales minimales ; de l’autre, une culture professionnelle préparant mal à ce type d’objet. Elle s’efforce alors d’analyser les rares politiques bibliothéconomiques en la matière, depuis la fanzinothèque associative de Poitiers (mal connue, peu fréquentée) jusqu’aux collections conservées au département des estampes de la BnF (elle parle de graphzines « prisonniers de leurs boites de conservation »), en passant par diverses modalités de la médiation, associant d’ailleurs la création à la consultation de fanzines possédés par la bibliothèque. Au-delà d’une sensibilité individuelle à ce type d’objet graphique, l’auteur revendique une politique documentaire assumée : « Il en va donc de la construction d’une relation de proximité et d’un vocabulaire commun à mettre en place entre ces deux milieux qui coexistent, parfois sans le savoir, et partagent des valeurs fondamentales telles que la gratuité ou la qualité des relations humaines. » L’exemple de la bibliothèque universitaire du Havre, présenté par Mathilde Poulain et Pierre-Yves Cachard, offre la même intensité de questionnement : qu’ont à faire les objets du graphisme dans une bibliothèque, et quelle place leur faire ? Présentant l’histoire de la toute nouvelle BU du Havre, à l’architecture spectaculaire, les deux auteurs commencent par retracer l’engagement de l’équipe dans la mise en valeur du design graphique, qui a conduit notamment à l’organisation d’une manifestation annuelle, à partir de 2009, Une saison graphique. Celle-ci a engagé des réflexions sur les modalités de la présentation de ces objets au sein d’une BU : mobilier, dispositifs, médiation. Mais au-delà, il s’agit aussi de prendre en considération la communication graphique de la bibliothèque elle-même : par une politique cohérente en matière d’affichage, par une réflexion audacieuse, et tournée vers l’usager, sur sa propre signalétique et l’image qu’elle renvoie de la fonction du graphisme.

6Le numéro, complété par les rubriques habituelles (faisant place, notamment, à une présentation visuelle du « tampographe » Sardon), offre une belle occasion de réfléchir à l’intégration, la conservation, la valorisation et la médiation de ces objets graphiques qui ne sont pas des livres, de ces supports imprimés dont la matérialité compte autant que le message qu’ils véhiculent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Boulaire, « Anne-Sophie Chazaud (dir.), Bulletin des Bibliothèques de France, n°6, « Matières graphiques », Juillet 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 29 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/19451

Haut de page

Rédacteur

Cécile Boulaire

Maître de conférences HDR à l’université François-Rabelais. Ses travaux portent sur la littérature pour la jeunesse, spécialement l’album, et sur l’histoire de l’édition de livres pour enfants. Elle dirige la revue Strenæ et co-anime la collection « Iconotextes » aux Presses universitaires François-Rabelais.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page