Navigation – Plan du site

Rémi Casanova, Sébastien Pesce (dir.), La violence en institution. Situations critiques et significations

Tony Orival
La violence en institution
Rémi Casanova, Sébastien Pesce (dir.), La violence en institution. Situations critiques et significations, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Des Sociétés », 2015, 245 p., ISBN : 978-2-7535-3993-8.
Haut de page

Texte intégral

1Il est des ouvrages qui retiennent toute l’attention, et celui-ci est l’un d'eux. En effet, la dizaine de contributions réunies se donne pour objectif de penser le lien entre violence et institution en sortant des sentiers battus. Pour les auteurs, il ne s’agit pas de décrire, comprendre et d’expliquer la violence en institution en opposant usagers et institutions à travers les dichotomies suivantes : violence de l'institution envers les usagers, violence des usagers envers l’institution, violence de ces derniers au sein de l’institution. Il s’agit bien plutôt de proposer une grille de lecture accordant une place centrale à l’expérience des acteurs et au rôle déterminant de l’environnement institutionnel dans la construction de la situation violente.

  • 1 Peirce Charles Sanders, Écrits sur le signe. Rassemblés, traduits et commentés par Gérard Deledalle (...)
  • 2 James William, Le pragmatisme, Paris, Flammarion, 2007.
  • 3 Thomas William Isaac, The unadjusted girl. With cases and standpoint for behaviour analysis, Boston (...)
  • 4 Mead Georges Herbert, L’esprit, le soi, la société, Paris, Presses Universitaires de France, 2006 [ (...)
  • 5 Blumer Herbert, « An appraisal of Thomas and Znaniecki’s The Polish Peasant in Europe and America » (...)

2Ainsi, l'ambition de cet ouvrage est de problématiser la violence en institution sous une optique pragmatiste. Dès l’introduction, le pragmatisme est défini par Sébastien Pesce comme un tournant analytique à partir duquel les travaux sociologiques s'intéressent aux actions et interactions des individus en situation. L’auteur précise que ce tournant trouve son origine dans le pragmatisme philosophique d’Emmanuel Kant, les travaux de Charles Sanders Peirce1 et William James2, avant de devenir une démarche sociologique. Sur ce dernier point, il est notamment fait mention de l’influence exercée par les tenants de l’école de Chicago que sont, entre autres, William Isaac Thomas3, Georges Herbert Mead4 et Herbert Blumer5. En s’inspirant d’une telle approche, les significations et les perceptions que les acteurs ont des situations violentes seraient donc mises au cœur de l’analyse par les auteurs de cet ouvrage.

  • 6 Granger Gilles Gaston, La Science et les sciences, Paris, Presses Universitaires de France, 1995.
  • 7 Bourdieu Pierre (avec la collaboration de Loïc Wacquant), Réponses, Paris, Seuil, 1992, p. 221.
  • 8 Laforgue Denis et Corinne Rostaing (dir.), Violences et institutions, réguler, innover ou résister  (...)

3Mais quel est l’intérêt d’opter pour cette perspective théorique plutôt qu'une autre ? Pourrait-elle offrir un « contact précis et pénétrant »6 sur la réalité sociale étudiée susceptible d'inviter à « une conversion du regard »7 porté sur la violence et institution ? Une problématisation sous l’angle précisément pragmatiste permettrait d’éviter certains écueils des travaux précédents – notamment ceux pointés dans l’ouvrage Violence en institution8, pris comme cas d’illustration par Sébastien Pesce – en ne limitant pas la violence à la performance de l'acte violent et en ne réduisant pas l'institution à une entité stable. Concrètement, les auteurs définissent alors la violence comme une situation processuelle, complexe et multi-déterminée par un ensemble de phénomènes articulés entre eux, et l’institution comme un environnement psychique et symbolique opérant en « système de signes et significations » (p. 13).

4Dans cette perspective, les deux premiers textes traitent des origines de la violence et du phénomène de bouc-émissaire. Les six contributions suivantes sont consacrées au champ scolaire ; les deux dernières interrogent la sexualité et les usages du courrier électronique.

5La première des contributions, rédigée par Pierre Delion, vise à comprendre la violence sous l’optique psychanalytique. Pour l’auteur, on ne peut saisir les origines de la violence qu'à condition de porter attention aux étapes du développement de l’enfant et aux effets canalisant des parents. La fonction des parents est d’autant plus fondamentale dans la limitation de la toute puissance infantile qu’elle permet d’opérer des « castrations » corrélées à des interdits. De ce fait, l'identification de la phase de « castration musculaire », c’est-à-dire l'étape de restriction des prétentions motrices de l’enfant à des actions socialement admises et non dangereuses pour autrui, serait lié à « l’interdit de meurtre » et permettrait de saisir les « racines de la violence infantile » (p. 51).

  • 9 Rémi Casanova s’inscrit dans la veine des travaux de René Girard qui ont une influence importante d (...)

6Rémi Casanova traite pour sa part du phénomène du bouc-émissaire. L’auteur montre comment celui-ci est intimement lié aux problématiques de violence non seulement traversées mais aussi construites par l’institution : le mécanisme naît d’une accumulation de frustration ressenties par les acteurs – due à l’impossibilité de cette dernière à satisfaire tous leurs besoins – corrélée aux difficultés relationnelles non résolues par les membres d’un groupe constitué pour des raisons officielles. Pour faire face aux conflits, un moyen par lequel le groupe tente de se réconcilier en évitant la confrontation consiste à désigner une victime émissaire9. Le processus se décline en étapes mécaniques et cycliques : apparition de difficultés, recherche puis désignation d’une victime, emballement, apaisement. À un moment de ce processus, explique l’auteur, le bouc émissaire s’incarne et peut alors se définir comme suit : « Est bouc-émissaire celui qui, au prix de son exclusion, est l’instrument de la réconciliation des membres du groupe » (p. 83).

  • 10 Si le terme « bullying » peut se traduire en français par « harcèlement », Miriam Abramovay et Jacq (...)
  • 11 On notera que cette idée est déjà très largement récusée depuis des années par les auteurs qui étud (...)
  • 12 Il est à relever qu’Eirick Prairat définit la « norme déontologique » comme une « heuristique », c’ (...)
  • 13 « Le 20 avril 1999, le jour d’anniversaire de la mort de Hitler (coïncidence ou non, le débat reste (...)

7Les cinq textes suivants portent sur l’école. Ils ont pour dénominateur commun de soutenir que certains termes ou concepts au moyen desquels la violence en institution est appréhendée peuvent devenir des « catégories de sens » faisant obstacles à la compréhension de la réalité sociale étudiée. Ainsi, Miriam Abramvay et Jacques Pain offrent un panorama très riche sur l’école et ses violences, fondé sur une comparaison entre la France et le Brésil. Les auteurs remarquent notamment que le terme bullying10 – utilisé au Brésil pour désigner tout acte de violence – limite l'analyse causale de la violence en institution à des caractéristiques personnelles des élèves et à la performance de l’acte violent. On retiendra ensuite de la contribution de Sébastien Pesce la proposition suivante : le concept de « violence sémiotique » devrait être préféré à celui de « violence symbolique » pour expliquer la violence dans l’espace scolaire. Certes les concepts renvoient tous deux à une forme de violence opérée au moyen de significations. Mais le concept de « violence sémiotique » présenterait l’intérêt de ne pas réduire la violence en institution à une violence de l’institution, dont les usagers seraient les seules victimes, et à l’envisager plutôt comme une violence perpétrée tout autant par les usagers que par l’institution. La contribution de Pierre Périer s’intéresse aux épreuves et souffrances des « classes populaires » qui subissent et résistent à la « violence symbolique » infligée par l’institution scolaire. L’auteur réfute, s’il en était besoin, l’idée suivant laquelle la violence est exclusivement constituée hors des murs de l’école11 et entend montrer comment l’école fabrique elle-même cette violence en niant la souffrance que les jugements et classements scolaires peuvent engendrer pour les élèves et les parents. Fondée sur cent entretiens menés auprès d’adolescentes résidant dans des quartiers populaires marseillais, bordelais et parisiens, la contribution de Stéphanie Rubi est un exemple remarquable de démarche pragmatiste. Elle montre comment le cynisme des jeunes adolescentes à l’égard de l'école peut constituer une forme de violence d’autant plus redoutable qu’elle n’est souvent pas visible. L’idée centrale défendue ensuite dans le texte d’Eirick Prairat est qu’un « minimalisme déontologique »12, reposant sur des principes professionnels simples et clairs, permettrait de (re)donner de la cohérence et de la consistance éducative à des professionnels de l’éducation dont l’autorité serait mise à mal. Ainsi l’auteur propose que les groupes professionnels – les enseignants par exemple – réfléchissent à l’élaboration de normes et de pratiques qui pourront faire offices de guide pour prévenir ou accompagner les jeunes prenant de la distance avec la norme conventionnelle. Enfin, le propos de David Le Breton s’inscrit au cœur d’événements qui ne manquent pas de marquer la mémoire collective : les massacres en milieu scolaire. En étudiant, entre autres, le journal d’Éric Harris et de Dylan Klebold, les deux « adolescents tueurs scolaires » du lycée Columbine à Littleton aux États-Unis13, l’auteur donne des clés pour interpréter ce qui semble résister à toute explication. L’analyse montre notamment que « le passage à la violence ou au meurtre est une réponse au sentiment d’insignifiance, une quête éperdue de reconnaissance » (p. 216), et que seule une rencontre avec un tiers permettrait d’aider le jeune à sortir de son « vertige » (p. 229).

  • 14 Selon Bourdieu, une entreprise scientifique peut s’inspirer « en effet de la conviction que l’on ne (...)

8Les deux dernières contributions font quitter les murs de l’institution scolaire pour analyser plus spécifiquement les formes de relations interindividuelles et de violence. En racontant l’expérience de la création d’une « Cellule départementale d'accompagnement du développement de la sexualité » au sein d’un conseil général, Claudine Moïse et Marie-Laure Gamet montrent comment des enjeux de pouvoir et des luttes entres savoirs peuvent se traduire en violence interindividuelle et institutionnelle. Béatrice Fracchiolla et Christina Romain analysent quant à elles des échanges de courriers électroniques collectifs entre universitaires au sein d’une université française. En privant les individus de l’interaction orale en face-à-face, et des négociations et régulations qu’elle rend possible, ce type d’échanges accroît les tensions et les conflits entre individus parce qu’il est écrit, différé dans le temps, et impersonnel. De ce « cas particulier du possible »14, les auteures avancent plus largement que « l’interaction écrite via le courriel ne permettrait pas [...] d’entrer en relation avec autrui » (p. 212).

9En conclusion de l’ouvrage, Rémi Casanova propose de recenser trois types de violences institutionnelles qui, à ses yeux, permettraient de réaliser une description exhaustive du phénomène : violence de la mission de l’institution, violence de son organisation, et négation de la violence exercée par elle-même. Si cette dernière proposition semble offrir une grille de lecture complémentaire et ambitieuse, nous regretterons que le lien avec l’introduction et notamment l’intention de problématiser la violence en institution sous l’angle pragmatiste se soit quelque peu étiolé. Mais au regard de l’immense richesse de l’ouvrage, force est de reconnaître que sa lecture n’en reste pas moins stimulante et éclairante pour mieux appréhender la réalité sociale étudiée par celui-ci.

Haut de page

Notes

1 Peirce Charles Sanders, Écrits sur le signe. Rassemblés, traduits et commentés par Gérard Deledalle, Paris, Seuil, 1978.

2 James William, Le pragmatisme, Paris, Flammarion, 2007.

3 Thomas William Isaac, The unadjusted girl. With cases and standpoint for behaviour analysis, Boston, Little, Brown & Company, 1923.

4 Mead Georges Herbert, L’esprit, le soi, la société, Paris, Presses Universitaires de France, 2006 [1934].

5 Blumer Herbert, « An appraisal of Thomas and Znaniecki’s The Polish Peasant in Europe and America », Social Science Council Report, n° 44, 1939, p. 69-81.

6 Granger Gilles Gaston, La Science et les sciences, Paris, Presses Universitaires de France, 1995.

7 Bourdieu Pierre (avec la collaboration de Loïc Wacquant), Réponses, Paris, Seuil, 1992, p. 221.

8 Laforgue Denis et Corinne Rostaing (dir.), Violences et institutions, réguler, innover ou résister ?, Paris, CNRS, 2011.

9 Rémi Casanova s’inscrit dans la veine des travaux de René Girard qui ont une influence importante dans les sciences sociales. Voir notamment René Girard, Le bouc émissaire, Paris, Grasset, 1982 ; René Girard, La violence et le sacré, Paris, Grasset, 2011 [1972].

10 Si le terme « bullying » peut se traduire en français par « harcèlement », Miriam Abramovay et Jacques Pain rappellent que ce dernier « est la dénomination donnée par le chercheur norvégien Dan Olweus pour se référer à des actions agressives, perpétrées d’une façon répétitive entre pairs, qui causent de la souffrance, de l’isolement et de la douleur » (p. 83). Les auteurs renvoient notamment à l’ouvrage suivant : Dan Olweus, Violences entre élèves, harcèlements et brutalités. Les faits, les solutions, Pairs, ESF, 1999.

11 On notera que cette idée est déjà très largement récusée depuis des années par les auteurs qui étudient les violences en milieu scolaire, à commencer par Eric Debarbieux. Voir notamment Eric Debarbieux, La violence en milieu scolaire, Tome 1. Arts de faire, Paris, Folio, 1996.

12 Il est à relever qu’Eirick Prairat définit la « norme déontologique » comme une « heuristique », c’est-à-dire comme un cadre à partir duquel les acteurs peuvent modifier ou ajuster leurs actions en fonction des situations rencontrées.

13 « Le 20 avril 1999, le jour d’anniversaire de la mort de Hitler (coïncidence ou non, le débat reste ouvert), Eric Harris et Dylan Klebold, armés de fusils, d’armes automatiques et de bombes artisanales, arrivent avec des voitures différentes au lycée Columbine à Littleton. Ils ont prémédité leur acte depuis environ une année […]. En une heure, ils tuent douze élèves et un professeur, et blessent vingt-trois personnes avant de se donner la mort » (p. 220).

14 Selon Bourdieu, une entreprise scientifique peut s’inspirer « en effet de la conviction que l’on ne peut saisir la logique la plus profonde du monde social qu’à condition de s’immerger dans la particularité d’une réalité empirique […] pour la construire comme “cas particulier du possible”, selon le mot de Gaston Bachelard » (Pierre Bourdieu, Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Seuil, 1994, p. 16). Toutefois, Bernard Lahire précise que la démarche sociologique et plus largement scientifique impose de ne tomber dans l’écueil ni de la « sous-interprétation » ni de la « sur-interprétation » des résultats (Bernard Lahire, L’esprit sociologique, Paris, La Découverte, 2007).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tony Orival, « Rémi Casanova, Sébastien Pesce (dir.), La violence en institution. Situations critiques et significations », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 16 novembre 2015, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/19476

Haut de page

Rédacteur

Tony Orival

ATER en sciences humaines et sociales à l’Université du Maine, doctorant en sociologie à l’Université du Maine (France) et de Montréal (Canada), membre du laboratoire Violences, identités, politiques et sports (VIPS Le Mans, EA 4636).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page