Navigation – Plan du site

Justin Simien, Dear White People

Raphaël Gans
Dear White People
Justin Simien, Dear White People, Blaq Out, 2015.
Haut de page

Texte intégral

1« Ne peut-on être soi-même ? », demande une jeune afro-asiatique dans Dear White People ; mais lorsqu’on est Noir dans une grande université aux États-Unis, « il n’y a pas trente-six moyens », lui rétorque Samantha White1, personnage central du premier film de Justin Simien. Pour survivre à l’université, les Noirs sont contraints de se conformer à un panel restreint de rôles. Pourtant l’identité d’un individu ne peut se réduire au rôle qu’on attend de lui. Autour de Samantha (Sam), Justin Simien a construit un film choral qui met en scène les tensions sociales et psychologiques que provoque cette contradiction identitaire sur le campus de l’université imaginaire de Winchester. Sous les frontons de l’université, dont la devise est « Connais-toi toi-même », et sous le regard d’un producteur afro-américain de téléréalité venu y organiser un casting, les tensions raciales et culturelles souterraines vont ainsi exploser à l’occasion d’une fête étudiante d’Halloween et amener les principaux personnages à (re)définir leur identité.

  • 2 Ebony and Ivy, A Survival Guide to Keep From Drowning in a Sea of White. Le mot Ebony renvoie à la (...)

2Dans le cadre de ses études d’art et médias, Sam anime Dear White People, une émission de radio satirique controversée qui dénonce les préjugés racistes des Blancs à l’égard des Noirs. Les interventions de Sam y sont d’autant plus drôles et percutantes qu’elles agacent ceux dont elle moque le comportement et qui entendent ses critiques, alors qu’elle est dans l’impossibilité matérielle de les voir : comme si elle avait le pouvoir magique de deviner et de commenter en direct ce qui se passe sur le campus. Sam est également la rédactrice d’un guide de survie à l’université destiné aux étudiants noirs2. Avec le syndicat des étudiants noirs, elle lutte contre une réforme du logement universitaire en faveur de la mixité raciale dans les résidences étudiantes. Elle estime que cette réforme risque de diluer la communauté noire dans une université majoritairement blanche et y voit l’expression de la peur de la direction de l’université face à l’existence d’une communauté noire organisée sur le campus. Elle conteste l’action du doyen afro-américain de l’université, Dean Fairbanks, plus ouvert qu’il ne le montre aux idées de Sam, mais en qui elle voit le serviteur zélé du président, blanc, de l’université. Pour sa part, ce dernier perçoit l’émission et l’action de Samantha comme une volonté de réveiller sur le campus des tensions raciales caduques.

3Tous les étudiants afro-américains du campus ne partagent pas les positions de Sam. Trois personnages se confrontent à elle. Sam se heurte à Troy Fairbanks, fils du doyen de l’université, favorable à la mise en œuvre de cette réforme, bien qu’il dirige au début du récit la résidence des étudiants afro-américains. Sam est aussi l’objet des sarcasmes du personnage de Colandrea, « Coco » Conners, qui souhaite s’échapper d’une résidence qu’elle qualifie de « club de Nègres ». Enfin, le personnage de Lionel Higgins subit la colère de Sam, parce que son homosexualité l’a amené à s’installer dans une résidence majoritairement blanche. Contrairement à Lionel, tiraillé entre des appartenances identitaires différentes, Sam, Coco et Troy semblent incarner les trois archétypes auxquels les étudiants noirs sont contraints de se conformer à l’université, selon Sam elle-même : celui du militant afro-américain, celui du Noir qui n’assume pas sa couleur de peau et celui du comique de service. Parmi l’ensemble des personnages, seuls Gabriel, l’assistant blanc du professeur de cinéma, et Reggie, un militant étudiant noir, ne sont pas déstabilisés par les critiques de Sam et sont en mesure d’exercer une influence sur elle. L’action de Sam va opérer comme le révélateur des tensions raciales qui traversent une communauté qui pensait qu’il n’y avait aujourd’hui plus de problème de racisme à l’université.

  • 3 La minstrelsy était un type de spectacle populaire, né dans la première moitié du XIXe siècle, joué (...)

4Devant la caméra de Justin Simien, le campus est le lieu de contradictions et de conflits qui minent la communauté universitaire. La réforme du logement divise les étudiants afro-américains entre ceux qui la refusent et ceux qui l’acceptent, pensant qu’elle leur permettra d’intégrer une communauté majoritairement blanche, mais tolérante et ouverte à leur égard. La tolérance affichée par les étudiants blancs apparait cependant comme bien fragile. Le sort de Lionel Higgins est à cet égard édifiant. Souhaitant intégrer la rédaction du Winchester Bugle, un journal de l’université, il accepte la proposition de couvrir les conflits provoqués par Sam. Alors qu’on le lui a demandé parce qu’il est noir et que personne d’autre au sein du Bugle ne pourrait traiter ce sujet, la façon de s’exprimer de Lionel et son homosexualité lui valent cette réflexion d’une rédactrice du journal : « techniquement, tu n’es pas noir ». Pourtant fascinée par la coupe afro de Lionel, elle joue avec ses cheveux comme elle le ferait avec les poils d’un animal, reproduisant ainsi un comportement archaïque de domination. Au risque de mettre mal à l’aise des étudiants blancs, Sam attaque de front leurs représentations et leurs comportements vis-à-vis des Noirs. Qu’ils contestent les discriminations dont sont victimes les Afro-américains, tel Kurt Fletcher, fils du président de l’université, ou qu’ils assistent en classe de cinéma à un film de Sam qui renverse les codes de la minstrelsy3, l’agressivité politique de Sam vient remettre en cause la vision tolérante que ces étudiants blancs affichent et ont d’eux-mêmes.

5La tolérance des Blancs à l’égard des Afro-américains est fondée sur le respect d’identités stéréotypées, construites sur des représentations caricaturales diffusées par les médias de masse ou sur un discours universitaire mal assimilé. Cette tolérance bute sur la façon de nommer les Afro-américains. Alors que les termes de « Noir », « Nègre » ou « Negro » sont utilisés de manière décomplexée par les étudiants afro-américains, les étudiants blancs osent à peine énoncer le premier et ne peuvent prononcer les deux autres. Tandis qu’ils se désignent eux-mêmes comme Blancs, ils leur est impossible de désigner les Afro-américains par leur couleur de peau. Le campus, où ces étudiants blancs devraient évoluer sans avoir à contrôler constamment leurs mots et leurs gestes, est miné par la permanence de différenciations fondées sur la couleur de la peau. La maîtrise de soi est vécue par les étudiants blancs comme une contrainte qui contraste à leurs yeux avec la spontanéité des Noirs. En un certain sens, les Blancs envient cette spontanéité et cette liberté ; ils « veulent être comme [les Noirs] », observe judicieusement Colandrea. À l’inverse, les étudiants afro-américains souhaitent échapper aux rôles qu’ils se sentent obligés de tenir. Ils désirent qu’on reconnaisse la valeur de leur éducation, de leur culture, la variété de leurs goûts et de leur désir. Ils sont habités par un désir de reconnaissance de ce qu’ils sont réellement. Blanc ou Noir, chacun désire en secret ce que l’autre affiche désirer.

6Les contradictions identitaires traversent les individus. Tout en se conformant aux ambitions politiques que son père cultive pour lui, Troy désire faire partie de l’équipe de Pastiche, le magazine satirique de l’université, ce dont son père ne veut entendre parler. Il affirme savoir ce qu’il veut, mais reste interloqué lorsque ses petites amies lui demandent ce qu’il désire vraiment. Colandrea désire qu’on l’estime pour elle-même, mais joue de sa couleur de peau pour satisfaire son goût de la notoriété. Lionel recherche un groupe au sein duquel il pourrait être noir et homosexuel, mais il ne se sent à sa place nulle part. Sam masque ses goûts esthétiques parce qu’ils semblent inadéquats avec son engagement politique. Elle est tiraillée entre ce dernier et son engagement sentimental. Sa dénonciation du racisme masque la honte de ses origines et l’affection qu’elle éprouve pour ses parents.

7À la fin du film, la plupart des personnages trouvent leur place dans un groupe en adéquation avec leur identité réelle. Les tensions semblent apaisées. Consécutive à un acte de provocation individuel à l’origine de la fête d’Halloween, qui révèle les tensions raciales à l’université, la résolution de la contradiction n’en apparait pas moins irénique et naïve. Le personnage de Sam semble traduire les convictions de Justin Simien lorsqu’elle déclare que seules les actions des anarchistes ont fait évoluer les droits politiques des individus. Par quoi il faut entendre l’action de personnes isolées, proche de la performance artistique, plutôt que l’action collective de l’anarchisme réel. L’anarchisme des personnages de Justin Simien s’épuise dans un éloge de l’individualisme. Le jazz en constitue la métaphore : trouver son propre style et son propre solo permet de trouver sa place dans le groupe.

  • 4 Ce que le réalisateur explique dans un entretien présent sur le DVD.
  • 5 Sur les influences revendiquées par Justin Simien, et sa réfutation de l’influence de Spike Lee, li (...)

8Le film de Justin Simien est également une critique des médias aux États-Unis, tant les conflits semblent manipulés de près ou de loin par le producteur de téléréalité venu faire un casting à l’université, ou par la rédaction du Winchester Bugle et un conseiller de celle-ci, membre de la rédaction du New-York Times. Paradoxalement, à la suite des réactions provoquées par son film, Justin Simien a exprimé le désir de poursuivre ce travail sous la forme d’un show télévisé4. En apparaissant finalement comme le film que le producteur de téléréalité envisage de produire à la suite des évènements ayant agité le campus, comme si cette œuvre racontait l’origine de sa réalisation, Dear White People traduit les désirs contradictoires qui traversent son réalisateur. La construction complexe du film, les plans mettant en valeur les conflits entre les personnages, l’usage intelligent et fin de la musique démontre la maîtrise technique de Justin Simien. Les citations des cinéastes l’ayant influencés5 et la caméra argentique avec laquelle Sam réalise ses films semblent rendre hommage à une tradition cinématographique. Marqué par une inspiration autobiographique, ce film a permis à Justin Simien d’exprimer les contradictions d’une identité personnelle plurielle et son désir de s’inscrire dans une communauté de réalisateurs, à l’image de ses personnages.

9Par trois fois, la caméra que Samantha White utilise pour réaliser ses travaux cinématographiques universitaires semble nous fixer. Elle nous renvoie ainsi à ce que nous sommes et faisons paraître, à nos contradictions et nos représentations. Si le récit fonctionne au-delà d’une certaine naïveté politique, c’est qu’il interroge la façon dont nous définissons notre identité face aux autres. Justin Simien a su produire une œuvre drôle, métissée d’influences multiples, qui ne saurait se réduire à une vision stéréotypée de la culture afro-américaine ; un film qui interroge gentiment nos préjugés et nos désirs.

Haut de page

Notes

1 La liste des acteurs de Dear White people est disponible en ligne : http://www.imdb.com/title/tt2235108/.

2 Ebony and Ivy, A Survival Guide to Keep From Drowning in a Sea of White. Le mot Ebony renvoie à la couleur de la peau (ébène), Ivy à l’Ivy league, l’association des plus prestigieuses universités des États-Unis.

3 La minstrelsy était un type de spectacle populaire, né dans la première moitié du XIXe siècle, joué à l’origine par des Blancs aux visages noircis afin de représenter ironiquement les Noirs. Il fut très vite joué par des Afro-américains qui se noircissaient aussi le visage. Le film de Sam représente des Blancs aux visages blanchis, une façon de retourner les codes du genre et de dénoncer la façon dont les médias représentent les Noirs dans les sitcoms et les comédies populaires. Pour une introduction au phénomène de la minstrelsy, lire Béthune Christian, « Minstrelsy », L’Homme, n° 3, 2007, p. 147-161, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-l-homme-2007-3-page-147.htm.

4 Ce que le réalisateur explique dans un entretien présent sur le DVD.

5 Sur les influences revendiquées par Justin Simien, et sa réfutation de l’influence de Spike Lee, lire son interview par Jake Mulligan, « The Directors Who Influenced “Dear White People” », publiée sur Movie Mezzanine, disponible en ligne : http://moviemezzanine.com/the-directors-who-influenced-dear-white-people-an-interview-with-justin-simien/. Pour ma part le film m’a fait penser au court métrage de John Landis pour Michaël Jackson, Thriller. Tandis que les zombis de Thriller sont l’expression d’une servitude qui possède les corps et anéantit les âmes, dans le film de Justin Simien, la fête étudiante d’Halloween montre que les figures du Noir hantent les Blancs. Sur les zombis et l’esclavage, Degoul Frank, « Du passé faisons table d’hôte. Le mode d’entretien des zombi dans l’imaginaire haïtien et ses filiations historiques », Ethnologies, vol. 28, n° 1, 2006, p. 241-278, disponible en ligne : https://www.erudit.org/revue/ethno/2006/v28/n1/014156ar.pdf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Gans, « Justin Simien, Dear White People », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 17 novembre 2015, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/19483

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page