Navigation – Plan du site

Jonathan Sterne, Une histoire de la modernité sonore

Rémi Lecompte
Une histoire de la modernité sonore
Jonathan Sterne, Une histoire de la modernité sonore, Paris, La Découverte, coll. « Culture sonore », 2015, 450 p., Traducteur : Maxime Boidy, ISBN : 9782707185839.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jonathan Sterne, The Audible Past. Cultural origins of sound reproduction, Durham, Duke University (...)
  • 2 Voir entre autres : Raymond Murray Schafer, Le paysage sonore, Paris, Jean-Claude Lattès, 1979 ; Al (...)
  • 3 Alain Corbin, « Sensibilités (Histoire des) », dans Sylvie Mesure et Patrick Savidan, Le dictionnai (...)
  • 4 « “Sound Studies”, une nouvelle discipline ? », entretien avec Jonathan Sterne par Maxime Boidy et (...)

1Jonathan Sterne propose une histoire du sensible qui interroge la culture sonore du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle. Une histoire de la modernité sonore est la traduction d’un ouvrage publié en 2003 sous un titre qui rend plus justement compte de sa teneur : The Audible Past. Cultural origins of sound reproduction1. Ce sont en effet l’histoire et les « origines culturelles de la reproduction sonore » qui constituent l’objet profond du livre et lui donnent son unité, par-delà son apparence protéiforme et composite. La démarche de Sterne, tout en prenant en compte l’abondante littérature sur les différentes approches et histoires du son2, s’inscrit explicitement dans la continuité d’une histoire des sensibilités et du corps ; elle s’intéresse donc à l’évolution des sens et interroge les modalités de la perception, de l’attention et de l’émotion3. De manière plus circonscrite, Sterne évolue au sein de ce qu’il nomme les Sound Studies, lesquelles « appliquent à la question sonore les avancées intervenues dans les sciences humaines et sociales au cours du demi-siècle passé », explique-t-il4. En puisant dans de nombreuses disciplines, de la philosophie à l’acoustique en passant par l’anthropologie, la sociologie, la médecine, l’histoire de l’art, l’histoire des techniques et des médias, l’histoire des représentions et la musicologie, l’objectif du chercheur dans cet ouvrage est d’explorer de quelles manières le son, sous toutes ses formes, contribue et prend part à la vie moderne.

2Sterne présente une histoire qu’il qualifie de « spéculative et discontinue » (p. 486). Pour mener ce projet à bien, il se propose de mobiliser l’histoire comme une sorte de laboratoire philosophique. Aussi, au-delà d’une collecte de faits historiques, l’auteur entend avant tout « poser de nouvelles questions relatives au son, à la technologie et à la culture » (p. 45). Renonçant à une chronologie linéaire, il choisit de présenter une histoire du son renfermant des temporalités multiples et une variété de chronologies enchevêtrées. Le travail de l’auteur, à travers six chapitres denses, consiste à articuler les différents maillons de ces nombreuses chaînes d’événements pour dessiner avec finesse une histoire du son dans la modernité. Les technologies du son ne sont jamais abordées pour elles-mêmes dans l’ouvrage. Sterne interroge plutôt les conditions sociales et culturelles qui ont permis l’émergence de tel ou tel appareil de reproduction sonore et, en retour, la façon dont ces appareils se déploient dans l’environnement social et culturel qui les a vus naître.

  • 5 L’otologie est la science qui a pour objet l’oreille (anatomie et pathologie).

3Dans le premier chapitre, Sterne met en évidence que toutes les technologies de reproduction sonore utilisent comme modèle le fonctionnement de la membrane tympanique de l’oreille humaine. Pour illustrer son propos, il aborde le cas surprenant du phonautographe à oreille (l’ear phonautograph de Bell et Blake), une machine utilisant une véritable oreille – prélevée sur un cadavre – en guise de pavillon acoustique. Conçu à l’origine à destination des sourds, cet appareil expérimental a pour objectif de rendre visibles les sons (sur un plaque de verre fumé), offrant ainsi aux malades des « machines capables d’entendre à leur place » (p. 124). En passant de l’acoustique à l’otologie5, de la physiologie à la pédagogie de la surdité, l’auteur arrive à ce constat étonnant : « la reproduction sonore résulte en partie de la démarche entreprise par quelques entendants en vue de “résoudre”, ou du moins de juguler, le problème culturel de la surdité » (p. 63).

4Les deux chapitres suivants rendent compte d’un ensemble de pratiques d’écoute propres à la modernité. L’auteur décrit avec une grande précision comment, dans le domaine médical, l’audition va surpasser un temps la vision comme outil d’examen, grâce notamment à un objet devenu le symbole de la profession médicale, le stéthoscope (Laennec). En étudiant l’auscultation médiate (par opposition à l’auscultation immédiate), Sterne montre de quelle manière l’écoute, en prenant part à la science médicale, se rationalise progressivement. Il poursuit son exploration des techniques d’écoute modernes en interrogeant l’émergence de la télégraphie sonore, de la téléphonie, de l’enregistrement sonore et de la radio, afin de montrer de quelle manière l’écoute se métamorphose en devenant un symbole de la modernité (audition technicisée, espace acoustique privé, écoute individualisée, etc.). Sa démonstration s’appuie judicieusement, entre autres, sur des analyses de documents iconographiques représentant l’écoute (bande dessinée, dessin, publicité, photo).

5Dans le quatrième chapitre, l’auteur s’intéresse à la dimension industrielle des technologies sonores en montrant de quelle façon elles s’articulent avec des institutions et des pratiques : Sterne étudie le « champ social immédiat » (p. 262) dans lequel sont inventés le téléphone, le phonographe et la radio. Dans le chapitre suivant, il analyse les origines sociales de la notion de « fidélité sonore », en proposant une histoire de la reproductibilité elle-même (cette dernière étant toujours pétrie de relations sociales) et en s’interrogeant sur le partage conceptuel entre l’original et la copie, et sur les conceptions « acousmatiques » des technologies de reproduction sonore (c’est-à-dire l’idée selon laquelle un son est séparé de sa « source »).

6Dans le dernier chapitre, peut-être le plus stimulant, Sterne étudie le potentiel archivistique de l’enregistrement sonore en montrant que la culture mortuaire de la fin du XIXe siècle (correspondant à la période victorienne tardive, au Royaume-Uni et aux États-Unis) a façonné les conditions de possibilité de cette technologie. La musique « en conserve » (John Philip Sousa), l’intérêt pour la « voix des morts », les enregistrements ethnographiques d’urgence (essayant de sauvegarder des traces des cultures moribondes), la diffusion des voix défuntes lors des enterrements (par le biais de phonographes) sont autant d’exemples qui étayent la thèse de Sterne selon laquelle « l’enregistrement sonore est le produit d’une culture qui a appris à conserver et à embaumer, à préserver les corps des défunts afin qu’ils puissent continuer à exercer une pression sociale après la vie. La bataille livrée contre la décrépitude au XIXe siècle permet d’expliquer l’enregistrement sonore » (p. 416).

7Même si l’on peut regretter l’absence d’un index qui faciliterait la manipulation de cette somme riche et foisonnante, le grand mérite de l’ouvrage de Sterne est avant tout d’établir des connexions et de construire des passerelles entre les objets étudiés, par-delà les frontières des champs disciplinaires reconnus. L’originalité de ce travail tient à l’articulation d’historiographies qu’il est peu courant de voir croisées (histoires des publics de concert, des discours, du téléphone, des appareils d’enregistrement, de la surdité, des films parlants, du paysage sonore, de la médecine, des théories de l’audition ou encore de l’iconographie musicale). L’auteur travaillant essentiellement à partir de sources anglo-saxonnes, l’ouvrage est également l’occasion pour le lecteur non anglophone d’approcher et de (re)découvrir un riche corpus scientifique, parfois méconnu. Une histoire de la modernité sonore, qui se pose comme une des pierres fondatrices de la jeune collection « Culture sonore », éditée par la Philharmonie de Paris, tient en somme ses promesses : il propose une histoire sensible du son dans la modernité tout en soulevant de nombreuses questions épistémologiques quant à l’écriture et à la construction de cette histoire ; on en ressort avec le sentiment d’avoir visité, guidé par un érudit, un cabinet de curiosités de la culture sonore de notre modernité.

Haut de page

Notes

1 Jonathan Sterne, The Audible Past. Cultural origins of sound reproduction, Durham, Duke University Press, 2003.

2 Voir entre autres : Raymond Murray Schafer, Le paysage sonore, Paris, Jean-Claude Lattès, 1979 ; Alain Corbin, Les cloches de la terre : paysage sonore et culture sensible dans les campagnes du XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 2014 ; Michel Chion, Le son. Traité d’acoulogie, Paris, Armand Colin, 2010 ; Jacques Attali, Bruits, Presses universitaires de Bordeaux, 1977 ; Ludovic Tournès, Du phonographe au MP3, XIXe-XXsiècle. Une histoire de la musique enregistrée, Paris, Éditions Autrement, 2008.

3 Alain Corbin, « Sensibilités (Histoire des) », dans Sylvie Mesure et Patrick Savidan, Le dictionnaire des sciences humaines, Paris, Puf, 2006, p. 1075-1078.

4 « “Sound Studies”, une nouvelle discipline ? », entretien avec Jonathan Sterne par Maxime Boidy et Stéphane Roth, Notes de passage. Le magazine en ligne de la Philharmonie de Paris, 10 septembre 2015, en ligne : http://philharmoniedeparis.fr/fr/magazine/sound-studies-une-nouvelle-discipline [consulté le 1/11/2015].

5 L’otologie est la science qui a pour objet l’oreille (anatomie et pathologie).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémi Lecompte, « Jonathan Sterne, Une histoire de la modernité sonore », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 25 novembre 2015, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/19571

Haut de page

Rédacteur

Rémi Lecompte

Docteur en musicologie et chargé de cours à l’université François Rabelais de Tours. Ses recherches ont pour objet les représentations de la musique au cinéma.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page