Navigation – Plan du site

Claire Balleys, Grandir entre adolescents. À l'école et sur Internet

Jonathan Réveillé
Grandir entre adolescents
Claire Balleys, Grandir entre adolescents. À l'école et sur Internet, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, coll. « Le savoir suisse », 2015, 140 p., ISBN : 978-2-88915-102-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage est paru dans la collection « Le savoir suisse » des Presses polytechniques et universita (...)

1Dans ce livre1, Claire Balleys, sociologue genevoise spécialiste des médias, propose de s’intéresser aux pratiques de sociabilité des jeunes adolescents, souvent méconnues et qui en font par conséquent un objet suscitant de nombreuses préoccupations, comme en attestent les questions des adultes qu’elle cite en début d’ouvrage : « Pourquoi les ados sont-ils si narcissiques ? », « Pourquoi s’exhibent-ils sur internet ? », « A-t-on à faire à une nouvelle race de jeunes ? » (p. 11)… Autrement dit, l’auteur fait le constat que « la population adolescente ne bénéficie pas toujours d’un regard bienveillant de la part de adultes » (p. 11).

  • 2 Les aspects méthodologiques de ce terrain à triple entrée – croisant entretiens collectifs en situa (...)
  • 3 Pour consulter ce travail de thèse et les autres publications de Claire Balleys, on peut se reporte (...)

2Ainsi, Claire Balleys propose un contrepoint sociologique aux préoccupations des adultes en l’étayant par une enquête, qualifiée d’« exercice d’immersion sociologique » (p. 13) parmi une population d’élèves genevois de trois établissements d’enseignement secondaire. À l’appui d’un terrain à triple entrée2 réalisé dans le cadre de son travail de thèse3, l’auteure propose à ses lecteurs (parents, éducateurs, chercheurs en sciences sociales…) de « faire un petit plongeon dans l’univers adolescent tel qu’il s’expérimente aujourd’hui » (p. 12), à l’école et sur les réseaux sociaux, afin de saisir les modes de sociabilité des jeunes entre eux, dans leurs rapports directs et médiatisés. Pour ce faire, elle s’appuie sur un solide travail d’investigation basé sur des entretiens collectifs menés auprès de six classes différentes, des observations participantes lors d’activités de loisirs (séjour en camp, séances de répétition d’une pièce de théâtre), et la tenue d’un carnet de terrain. De plus, l’auteure a réalisé un suivi régulier des échanges effectués sur des blogs d’élèves, afin d’observer les rapports sociaux des adolescents médiatisés sur internet. Ainsi, deux classes de trois collèges genevois ont fait l’objet d’une enquête approfondie, laquelle tient évidemment compte des caractéristiques scolaires et sociales de chaque établissement. En développant son analyse sur un aspect de l’expérience juvénile peu étudié par les chercheurs en sciences sociales, à savoir « la force des liens d’amitié et d’amour entre adolescents et leur rôle fondamental dans la construction identitaire et l’acquisition de l’autonomie » (p. 13), Claire Balleys réfute les idées reçues sur la jeunesse et dresse un portrait complexe des sociabilités adolescentes.

  • 4 Dans cette enquête, Claire Balleys fait correspondre l’entrée dans l’adolescence et l’entrée au Cyc (...)

3Après un retour historique sur la notion d’adolescence4, les idées développées dans l’ouvrage se structurent principalement autour des trois chapitres centraux qui apportent chacun un éclairage précis sur une dimension de la sociabilité adolescente. Dans le chapitre 3 intitulé « La négociation quotidienne du prestige », Claire Balleys cherche à « déconstruire la hiérarchie interne de la classe » (p. 74) en dévoilant les processus d’attribution du prestige adolescent. S’appuyant sur les travaux de Pierre Bourdieu, l’auteure explique que ce prestige s’acquiert par l’exercice d’un pouvoir symbolique, caractérisé par une certaine invisibilité et un « processus interactif » (p. 75) impliquant dominants et dominés. Dans les transcriptions d’entretiens avec les adolescents, on perçoit d’ailleurs que, « bien que la popularité ne soit pas débattue explicitement » (p. 37), chacun est capable de positionner les membres de sa classe (y compris lui-même) selon cette grille de lecture. Sur la base de ces observations, l’auteure constate que le fait d’être capable de prendre la parole « de manière appropriée » (p. 37) est le critère prédominant permettant d’évaluer la popularité – et par conséquent le leadership – d’un adolescent. Ce critère de la prise de parole s’exprime à travers deux dimensions : une dimension individuelle, puisqu’il s’agit de « savoir parler de soi, d’être capable de lier quelque chose de personnel et d’intime » (p. 40), et une dimension collective, puisque ce « savoir parler » investit en retour l’adolescent populaire d’un rôle « de leader d’opinion, de porte-parole, de censeur, d’expert et de modèle pour ses camarades de classe » (p. 32).

  • 5 On peut rapprocher ces liens communautaires évoqués dans l’ouvrage au regard de la notion de capita (...)

4Afin de mieux saisir ces logiques d’attribution du prestige, Claire Balleys reprend les catégories indigènes – les « gens de la classe », le « transparent », l’« intrus » – qu’elle a pu déceler sur le terrain. Elle décrit en premier lieu les « gens de la classe » (p. 64), très visibles sur les différents espaces de sociabilité – physiques, amicaux, interactionnels – qu’ils sont par ailleurs les plus disposés à occuper. Parmi eux, deux figures apparaissent, l’expert et le boss, se distinguant par la manière dont ils font autorité auprès de leurs pairs : l’expert, démontrant qu’il sait « créer des liens forts » (p. 57), amicaux et amoureux, avec les personnes du sexe opposé ; le boss, figure plus masculine et populaire, suscitant quant à lui le respect par « les liens familiaux et communautaires » (p. 68) dont il bénéficie5, valorisant ainsi dans son discours les confrontations viriles en face-à-face tout en bénéficiant de l’appui des grands frères. À l’opposé, on distingue le « transparent », figure isolée qui ne participe pas aux échanges de la classe et se caractérise par son absence dans les espaces de sociabilité directe. La richesse de l’enquête et l’analyse très fine de l’auteure permettent de relever chez ces transparents des investissements intenses du côté de la sociabilité indirecte. C’est le cas pour Solène, auteure d’un blog à succès, qui parvient à capter un lectorat important sur internet, sans que ceci impacte positivement sa sociabilité directe à l’école. Du point de vue de l’acquisition du prestige, Claire Balleys en déduit que la sociabilité directe précède la sociabilité indirecte, confirmant ainsi le poids du critère central de la prise de parole dans l’acquisition du prestige. L’« intrus » s’avère être une autre figure intéressante de la sociabilité juvénile car il correspond à des individus qui tentent de sortir de l’état d’invisibilité auxquels les adolescents populaires voudraient les voir confinés. Cette position d’intrus peut se révéler de deux façons : soit, comme dans le cas de Yann, par un défaut d’affiliation, c’est-à-dire une non-maîtrise des codes de sociabilité, qui s’illustre par exemple à travers une intervention jugée « maladroite » (p. 39) par les autres adolescents ; soit, comme dans le cas de Grégory, par un capital physique avantageux (une capacité à « faire grand »), potentiellement intéressant, mais qui s’avère impossible à faire reconnaitre socialement par les pairs, du fait précisément que ce capital, utilisé à bon escient par son détenteur, pourrait s’avérer concurrent pour « la clique des garçons leaders » (p. 74). Tout est mis collectivement en œuvre par ce groupe de garçons pour empêcher l’émergence de potentiels concurrents tels que Grégory. L’espace relationnel adolescent est donc un espace concurrentiel faisant l’objet de luttes silencieuses dans lesquelles l’attribution du rôle de leader est le résultat d’un « processus interactif » (p.75) et non le seul fait de qualités individuelles.

  • 6 Céline Metton-Gayon, « Les adolescents, leur téléphone et Internet : tu viens sur msn ? », Paris, L (...)
  • 7 À travers cette enquête qui s’intéresse simultanément à différentes scènes sociales, on comprend qu (...)

5Le chapitre 4 permet à l’auteure d’analyser la dimension collective du lien social, en particulier le fait que les liens sociaux adolescents sont d’autant plus gratifiants qu’ils sont parvenus à un degré d’intimité significatif. Contredisant les résultats de certains travaux6, Claire Balleys montre que, pour les adolescents, la qualité du lien amical et amoureux est plus importante (et surtout plus prestigieuse) que la quantité de relations. Pour ce faire, les adolescents doivent sans cesse apporter au public de pairs des preuves tangibles7 de leurs relations amicales et amoureuses qui font l’objet d’un « processus d’évaluation » (p. 50). Dans le même temps, les adolescents (y compris les garçons) dépensent une part importante de leur temps à multiplier des marques d’affection à leur entourage, qui doivent sans cesse être réitérées pour entretenir des relations ténues. Dans ce contexte, le couple amoureux devient la situation la plus valorisante car elle est l’expression la plus manifeste du lien intime et, n’allant pas de soi, il démontre la capacité des adolescents à « faire grand » par rapport à leurs camarades de classe, par opposition aux attitudes de « gamin » (p. 85) citées de façon péjorative. Loin de se réduire à une relation intime entre deux individus, la relation de couple fait l’objet de discussions parmi les pairs qui prennent part au « déroulement de la trame amoureuse » (p. 79), suivie comme un feuilleton, notamment à travers les articles de blog postés quotidiennement. Le groupe de pairs constitue ainsi une « instance de légitimation du couple » (p. 84) qui, dans le même temps, est en mesure d’agir sur son devenir. À ce propos, l’auteure explique que la validation d’une telle union permet aux amis du couple de bénéficier en retour de rétributions symboliques indirectes. De ce fait, on saisit la force des mécanismes de gestion collective du lien qui régissent les sociabilités juvéniles, y compris dans les relations les plus intimes. Dès lors, Claire Balleys prend soin d’examiner une contradiction apparente qui se révèle à la lecture des cas exposés : comment comprendre que les adolescents puissent « à la fois être dans la théâtralité » (p. 94) et prétendre « miser sur un registre exclusivement intime » (p. 94) ? Pour l’auteure, cette question revient à comprendre la double injonction des adolescents qui consiste à « être intime tout en affichant publiquement cette intimité » (p. 95). Sur ce point, l’expression « Toi-même tu sais », fréquemment rencontrée dans la transcription des échanges adolescents (articles et commentaires de blogs) de l’ouvrage, renvoie à cette idée qui consiste à « dire sans trahir ». Afin de résoudre cette double injonction, Claire Balleys approfondit son analyse en indiquant que la gestion de l’intimité et la notion de vie privée participent elles-mêmes du phénomène de hiérarchisation interne des adolescents. En effet, le partage d’un secret, renvoyant à la confidence et à l’intimité, implique une « double logique, à la fois inclusive et exclusive » (p. 96). De ce fait, chaque adolescent est en mesure de se classer par rapport à « ce qu’il sait et ce que les autres ignorent » (p. 96) mais également en fonction du degré de prestige de son interlocuteur-confident. La maîtrise de la vie privée fait donc l’objet d’une attention particulièrement rigoureuse de la part des adolescents ; mais le statut de « meilleur ami » implique de se livrer de façon quotidienne et entière à son alter-ego et peut s’apparenter à une forme de contrôle social particulièrement exigeant.

6Dans le chapitre 5 (« Grandir par le lien »), l’auteure revient sur la place des liens sociaux tissés entre adolescents dans « les processus d’exploration et d’expérimentation de soi comme individu » (p. 109). Ici, les relations amoureuses s’envisagent sur le modèle de l’amour romantique et correspondant, d’une part, à l’idée d’exclusivité évoquée plus haut et, d’autre part, au mythe de l’âme sœur qui souligne le sentiment d’incomplétude de l’individu célibataire. Claire Balleys précise également que, dans ce contexte, être amoureux permet d’être en conformité avec les impératifs de la sociabilité adolescente. Par ailleurs, le lien amoureux s’avère être une manière « de grandir et de se percevoir […] sous un jour nouveau » (p. 114) ; en effet, l’adolescence produit peu à peu des « autrui significatifs » différents de ceux des parents. Les relations amicales, quant à elles, peuvent s’envisager « comme une forme d’expérience exploratoire du sentiment amoureux » (p. 115) parce que la relation entre un garçon et sa meilleure amie peut se développer sur d’un schéma similaire à celui de l’amour romantique (exclusivité, jalousie, rupture), et parce que la relation amicale constitue une première expérience des relations mixtes.

  • 8 François de Singly, Le questionnaire. L’enquête et ses méthodes, Paris, Armand Colin, coll. « 128 » (...)

7Avec cet ouvrage, Claire Balleys apporte un éclairage original sur les relations entre adolescents, proposant des pistes de réflexions intéressantes pour les chercheurs en sciences sociales. Mais ce travail suscite l’intérêt des professionnels en contact avec des publics de jeunes puisque Claire Balleys met également en place de formation dans les écoles. Néanmoins, on peut regretter que Claire Balleys, tout en utilisant la notion d’affiliation, analyse prioritairement le prestige comme des « attributs contextuels et non intrinsèques à l’individu » (p. 34). On sait pourtant la notion d’affiliation se construit, comme le rappelle François de Singly8, à partir d’un « mixte » entre les notions de socialisation et d’héritage, soulignant en cela la dimension à la fois horizontale et verticale de la notion. Or, en privilégiant dans son étude les relations horizontales, l’ouvrage ne s’interroge pas davantage, à propos des élèves leaders, sur ce qui fonde la légitimité de « leurs pratiques, leurs goûts, leurs attitudes » (p. 32). Dès lors, on peut se demander dans quelle mesure cette légitimité culturelle des adolescents leaders serait liée à la possession de capitaux spécifiques (culturels notamment), eux-mêmes inégalement répartis entre les élèves. Gageons qu’une enquête sur un temps plus long aurait permis de mettre en évidence ces liens, sans pour autant remettre en question les résultats très pertinents de ce travail.

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage est paru dans la collection « Le savoir suisse » des Presses polytechniques et universitaires romandes, qui a pour but de mettre à la portée d’un public élargi les travaux de chercheurs indépendants de l’édition.

2 Les aspects méthodologiques de ce terrain à triple entrée – croisant entretiens collectifs en situation de réception, observation participante et ethnographie sur internet – sont détaillés dans la transcription écrite de la communication de Claire Balleys au Colloque Enfance et Culture en 2010, intitulée « Comment s’observe la sociabilité adolescente ? Une étude sur trois fronts », disponible à cette adresse : http://www.enfanceetcultures.culture.gouv.fr/actes/balleys.pdf.

3 Pour consulter ce travail de thèse et les autres publications de Claire Balleys, on peut se reporter à l’adresse suivante : http://claireballeys.com/publications/.

4 Dans cette enquête, Claire Balleys fait correspondre l’entrée dans l’adolescence et l’entrée au Cycle d’orientation (équivalent du collège en France) qui prend en charge des élèves de 12 à 15 ans. Elle justifie cette juxtaposition par le fait que « l’histoire de l’adolescence se déroule en parallèle à celle de l’école » (p. 15). Pour une réflexion approfondie sur les catégories éminemment politiques de jeunesse, d’adolescence, de post-adolescence (comme le rappelle Bourdieu dans un entretien « La jeunesse n’est qu’un mot » avec Anne-Marie Métailié, paru dans Les jeunes et le premier emploi, Paris, Association des Âges, 1978, p. 520-530), on peut s’intéresser notamment aux travaux d’Olivier Galland ou, plus récemment, au numéro 51 de la Revue des Sciences Sociales intitulé « La préadolescence existe-t-elle ? », dirigé par Nicoletta Diaso et Virginie Vinel en 2014.

5 On peut rapprocher ces liens communautaires évoqués dans l’ouvrage au regard de la notion de capital d’autochtonie développé dans les travaux de Nicolas Renahy, notamment dans son ouvrage: Les Gars du coin, Nicolas Renahy, La découverte, 2005.

6 Céline Metton-Gayon, « Les adolescents, leur téléphone et Internet : tu viens sur msn ? », Paris, L’Harmattan, Paris, 2009.

7 À travers cette enquête qui s’intéresse simultanément à différentes scènes sociales, on comprend que l’évaluation extra-scolaire se fonde sur une hiérarchie interne (produite par des jugements divers) qui s’avère aussi intense pour ces jeunes élèves que l’évaluation scolaire (produite sur la base de résultats).

8 François de Singly, Le questionnaire. L’enquête et ses méthodes, Paris, Armand Colin, coll. « 128 », 2012 (3e éd.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jonathan Réveillé, « Claire Balleys, Grandir entre adolescents. À l'école et sur Internet », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 26 novembre 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/19576

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page