Navigation – Plan du site

Nicole Catheline, Le harcèlement scolaire

Audrey Arnoult
Le harcèlement scolaire
Nicole Catheline, Le harcèlement scolaire, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2015, 128 p., ISBN : 9782130731672.
Haut de page

Texte intégral

1L'ouvrage de Nicole Catheline, pédopsychiatre, s'intéresse au harcèlement scolaire. Ce phénomène toucherait environ un enfant sur dix âgé de 6 à 16 ans. L'auteure adopte une perspective différente des études portant sur les violences scolaires, puisqu'elle considère que la problématique du harcèlement peut recouper celle des violences scolaires mais que ces deux phénomènes sont distincts.

2Le livre est organisé en sept parties portant sur la définition du harcèlement, ses causes, ses conséquences et les moyens de le prévenir. L'ouvrage s'appuie sur de nombreuses études et ne se réduit pas à une perspective franco-française. La première partie dresse un panorama du harcèlement et des termes employés pour le désigner. Au-delà des définitions proposées, l'auteure montre que le vocabulaire existant pour nommer le harcèlement est plus ou moins varié selon les pays et permet d'expliquer, entre autres, la non-reconnaissance de ce phénomène en France pendant plusieurs années. En effet, « la façon dont nous nommons un phénomène révèle la manière dont nous l'appréhendons. Comment analyser un phénomène si l'on ne peut le nommer correctement ? » (p. 7). À ce frein linguistique se sont ajoutés une minimisation des faits (la violence entre enfants ne serait pas grave), un ensemble de stéréotypes concernant certaines catégories de personnes et l'idée que les violences subies par les enfants participeraient de l'apprentissage de la vie. Ces éléments expliquent la récente préoccupation des pouvoirs publics français pour le harcèlement : les Assisses nationales sur le harcèlement se sont tenues en 2011. Le harcèlement désigne « une conduite intentionnellement agressive adoptée par un ou plusieurs élèves, qui se répète et qui dure. Ceux qui y ont recours cherchent à nuire ou à blesser, en établissant une relation dissymétrique : ils sont les dominants ; leurs victimes sont les dominés » (p. 5). L'agresseur cherche à annihiler la présence de l'autre. Le harcèlement peut être direct ou indirect, le cyberharcèlement constituant un type de harcèlement à part entière.

3Le second chapitre envisage le phénomène sous l'angle de la dynamique de groupe. De façon originale, l'auteure relie la situation de harcèlement à la perception de la différence chez les enfants et les adolescents. Une victime de harcèlement serait un élève qui présente une différence que les autres enfants ne peuvent accepter : « chez sa victime, le harceleur reconnait une faille qu'il ne veut pas voir chez lui » (p. 29). Cette différence par rapport aux normes et aux valeurs du groupe en perturberait la cohésion. La différence est « relative » ou « absolue ». Dans le premier cas, elle renvoie à l'environnement (par exemple, être un bon élève dans une classe de niveau médiocre) tandis que, dans le second, elle concerne le physique ou la personnalité de l'élève. L'idée de dynamique signifie également que les rôles sont interchangeables : la victime peut devenir harceleur et les spectateurs, agresseurs.

4La question de la dynamique de groupe se poursuit au chapitre suivant, consacré à la régulation des émotions. Cette partie, relativement dense, est la plus intéressante en ce qu'elle s'éloigne des explications traditionnelles des violences scolaires. L'auteure se focalise sur la régulation des émotions chez les enfants et les adolescents et plus précisément sur le rôle de l'empathie et de l'alexithymie. Alors que l'empathie désigne le fait de partager les sentiments des autres et de ressentir leur peine, l'alexithymie renvoie à l'« inhabileté à pouvoir faire des connexions entre les émotions et les idées, les pensées, les fantasmes qui généralement les accompagnent » (p. 53). Une personne atteinte d'alexithymie a tendance à répondre à une situation stressante ou au conflit de façon physique, éprouvant des difficultés à exprimer ses émotions. Les harceleurs et leurs victimes présenteraient une vulnérabilité psychique commune : une difficulté à reconnaître et nommer leurs émotions ou celles des autres. L'auteure souligne le rôle des parents dans l'accompagnement du développement émotionnel de leur enfant. Ils doivent lui apprendre à reconnaître ses émotions, cet apprentissage variant selon le type d'attachement qui prévaut au sein de la famille. Plus l'attachement est insécure, moins l'enfant est enclin à développer de l'empathie. Il existe donc un lien entre l'éducation et le harcèlement scolaire. La démonstration présentée dans ce chapitre est riche, mais un peu technique et spécialisée, pour les lecteurs qui n'ont pas de connaissances particulières dans les champs de la psychologie et de la psychiatrie.

5Le chapitre suivant recontextualise le harcèlement dans le cadre scolaire en montrant qu'un climat scolaire dégradé favorise les situations de harcèlement. En outre, la place prise par les nouvelles technologies permet à l'auteure de rappeler le rôle des parents dans la prévention du harcèlement sur les réseaux sociaux. Les deux parties suivantes sont consacrées aux signes cliniques et aux conséquences du harcèlement. Celles-ci concernent à la fois le court, moyen et long terme. Si certaines ne sont pas étonnantes (baisse des résultats scolaires, perte de l'estime de soi, etc.), d'autres semblent donner lieu à une analyse un peu déterministe de l'avenir des agresseurs. En effet, pour l'auteure : « les agresseurs sont plus susceptibles de maltraiter leur compagnons et de recourir à des punitions corporelles et autres violences à l'encontre de leurs enfants » (p. 87). L'ouvrage se clôt sur la question de la prévention. Après avoir dressé un panorama des mesures mises en œuvre en Europe et au Canada, Nicole Catheline rappelle que les politiques publiques adoptées en France sont relativement récentes (2011). Elle regrette que harcèlement et violences scolaires soient confondus, les mesures - notamment sécuritaires - n'étant pas forcément adaptées à la lutte contre le harcèlement. Elle recommande de travailler sur la dynamique de groupe, de favoriser et réguler la vie en collectivité, de former les enfants à la médiation, ou encore d'apprendre à débattre et à exprimer son point de vue tout en respectant celui d'autrui. Il faut « aider les enfants à verbaliser leurs émotions et à développer de l'empathie pour autrui » (p. 121).

6Pour conclure, l'approche en termes de régulation émotionnelle est très intéressante et novatrice par rapport à d'autres schémas explicatifs des violences scolaires. Toutefois, certaines questions restent sans réponse. Par exemple, l'auteure évoque le rôle des parents dans l'apprentissage de la régulation émotionnelle et le rapport entre éducation et situation de harcèlement, mais la démonstration n'intègre pas le critère de l'âge. En effet, le harcèlement touche à la fois des élèves en école primaire, au collège et au lycée. Or, la construction de la personnalité et de l'estime de soi à ces différentes périodes n'en n'est pas au même stade. Par conséquent, nous pouvons nous demander si le rôle qui est assigné aux parents dans la prévention de la « dysrégulation émotionnelle » (p. 64) l'est encore à l'adolescence. Le cas échéant, comment apprendre à des jeunes ayant vécu dans une famille à l'attachement insécure à exprimer leurs émotions ? Notre seconde remarque concerne la réaction de la victime face à l'agresseur. Les propos de l'auteure semblent ambigus. D'un côté, elle affirme la difficulté, pour un enfant, de réagir au harcèlement car son estime de soi est encore fragile. Il a besoin d'être accepté et reconnu par le groupe (p. 32). Plus loin, l'auteure écrit que la victime « devra décoder les intentions de l'agresseur et adopter une posture telle que, lors de l'attaque suivante, elle décourage le harceleur » (p. 56). Enfin, elle affirme que la victime « ne réagit pas comme elle le devrait et, sans le savoir, prête le flanc au harceleur qui se sent en confiance et répète ses agressions » (p. 74), lesquelles débouche sur la spirale infernale du harcèlement. Un enfant victime de harcèlement a-t-il réellement les moyens de se révolter contre son agresseur ? Si les victimes de harcèlement entretiennent un rapport complexe à leurs émotions, comment peuvent-elles percevoir les intentions de leur agresseur ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Arnoult, « Nicole Catheline, Le harcèlement scolaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 29 novembre 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/19589

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page