Navigation – Plan du site

Fran Collyer (dir.), The Palgrave Handbook of Social Theory in Health, Illness and Medicine

Marc Loriol
The Palgrave Handbook of Social Theory in Health, Illness and Medicine
Fran Collyer (dir.), The Palgrave Handbook of Social Theory in Health, Illness and Medicine, Palgrave Macmillan, 2015, 710 p., ISBN : 9781137355614.
Haut de page

Texte intégral

1Pour Fran Collyer, éditrice de ce volumineux ouvrage collectif, la sociologie de la médecine et de la santé est maintenant une discipline instituée et reconnue (manuels, cursus universitaires et revues scientifique spécialisées). Mais cette institutionnalisation s’est faite de façon variable d’un pays un l’autre, notamment parce que, dans certain cas, les recherches se sont largement faites en lien avec les recherches médicales et psychologiques tandis que, dans d’autres cas, les sociologues de la santé sont restés plus proches des problématiques de la sociologie générale. C’est pourquoi il semblé nécessaire à Fran Collyer de revenir aux grands auteurs de la théorie sociale afin de participer à l’édification de bases théoriques et conceptuelles communes pour cette sous-discipline.

2Ce sont ainsi 45 auteurs qui sont présentés, par ordre chronologique, des pères fondateurs (comme Marx, Weber ou Durkheim) aux grands auteurs du XXe siècle (Merton, Parsons, Elias ou Goffman, qui a droit à deux chapitres, Bourdieu) ou contemporains (Giddens, qui fait l’objet de trois chapitres, Latour, Esping-Andersen, etc.). Certains sont connus largement au-delà de la sociologie de la santé, tandis que d’autres ont une notoriété plus limitée à la sous-discipline (Irving Zola, Renée Fox ou William Cockerham). Un effort particulier est volontairement fait pour mettre en avant des femmes dont l’œuvre aurait été injustement méconnue (telles Harriet Martineau, Charlotte Gilman ou Margaret Stacey) ou dont la portée théorique aurait été sous estimée. Florence Nightingale, par exemple, est bien connue pour son combat pour la professionnalisation du travail d’infirmière et sa participation à la guerre de Crimée en 1854-56, mais ses travaux statistiques, inspirés de Quételet, sur les liens entre pauvreté, mauvais état des hôpitaux et mortalité sont moins souvent cités.

3Pour chaque auteur, sont rappelés sa biographie, ses grandes idées (ainsi que les liens éventuels entre les deux), puis son apport spécifique à l’étude de la santé et de la médecine et sa postérité dans les travaux contemporains (y compris ceux du rédacteur du chapitre) en sociologie médicale.

4Il est évidemment impossible de présenter chacun des chapitres et un choix, nécessairement subjectif et restrictif, de trois exemples a été fait. Dans son un texte qui met en parallèle les travaux de Norbert Elias et ceux d’Erving Goffman, Peter Freund avance que ces deux auteurs permettent de façon complémentaire de réinscrire les relations entre le corps et l’esprit dans un cadre historique et sociologique. Le processus de civilisation (Elias) conduit les individus à intérioriser de nouvelles règles d’autocontrainte qui se manifestent notamment par un nécessaire travail (collectif et individuel) de contrôle de la présentation de soi (Goffman). Mais chacun n’est pas égal face à ce travail : ceux qui, du fait de leur position sociale (les pauvres, les exclus) ou historique (par exemple les peuples colonisés), ne sont pas soumis aux mêmes influences ou incitations, en termes de socialisation civilisatrice, ont plus de difficultés à produire ce travail et risquent de se trouver stigmatisés comme « non civilisés » par nature. D’où, selon Peter Freund, le risque, très inégalement réparti, de ce qu’il appelle un « stress dramaturgique ».

5Dans le chapitre qu’il consacre à Robert Merton, Johannes Siegrist rappelle l’intérêt de ses travaux sur la frustration relative et la maladie, comme réponse individuelle possible aux contradictions entre les fins socialement valorisées (comme la réussite économique et sociale) et l’inégale répartition des opportunités et des ressources : certaines pathologies mentales comme la mélancolie ou la dépression seraient ainsi des formes de retrait ritualiste face à l’échec de l’ascension sociale. Pour Siegrist, ces apports permettent de dépasser la lecture matérialiste du lien entre le social et la santé (où les conditions objectives de vie ou de travail détermineraient mécaniquement les atteintes à la santé) pour une approche sociologique de la subjectivité et préfigurent ses propres analyses du stress comme conséquence d’un déséquilibre entre les efforts fournis et les récompenses obtenues.

6Ivy Lynn Bourgeault rappelle, quant à elle, les analyses de Magali Sarfatti Larson et Anne Witz sur les professions de santé. Une profession doit être vue comme un projet collectif de contrôle exclusif par un groupe d’un segment de l’expertise et une volonté de promotion sociale grâce à ce contrôle. Anne Witz prolonge l’analyse en montrant comment les groupes professionnels féminisés (infirmières, sages-femmes, etc.) sont défavorisés dans cette lutte pour la domination. Avec les luttes sociales pour l’égalité, cette infériorisation des professions féminines passe de moins en moins par des stratégies légales d’exclusion et de plus en plus par des stratégies sociétales et organisationnelles de décrédibilisation.

  • 1 Pour une discussion des différents « types » de constructivisme, voir Marc Loriol, La construction (...)
  • 2 Mohamed Mebtoul, Une anthropologie de la proximité. Les professionnels de la santé en Algérie, Pari (...)
  • 3 Jie Zhang et al. « Idiocentrism, Allocentrism, Psychological Well Being and Suicidal Ideation: A Cr (...)
  • 4 Henri Dorvil, « Types de sociétés et de représentations du normal et du pathologique : la maladie p (...)

7Ce livre est un apport riche, original et accessible (malgré la complexité des thèmes abordés) à la sociologie de la santé et de la médecine. Toutefois, malgré sa taille imposante (740 pages) et le grand nombre de chapitres, le risque de ce genre d’ouvrage est toujours de se voir reprocher l’oubli d’un auteur ou d’un courant de pensée important pour notre compréhension de la santé et de la maladie. C’est le cas ici, à mon sens, des approches constructivistes « faibles »1, selon les termes utilisés par Fran Collyer dans l’introduction, c’est-à-dire des approches qui s’intéressent aux interactions circulaires entre d’une part les représentations, les connaissances, les catégories de pensée et, d’autres part, les pratiques, le monde vécu, la réalité sociale. Sous ce chapeau auraient être présentés, par exemple, les travaux d’auteurs très différents comme Serge Moscovici, Berger et Luckmann ou encore Ian Hacking. Par contre, le constructivisme critique (qu’il soit marxiste ou féministe), selon lequel les catégories de pensée doivent être déconstruites et remises en cause pour combattre les formes de domination cachées qu’elles impliquent, ou bien le constructivisme radical (qui implique une forme de relativisme) sont très largement représentés. On peut penser que la volonté de mettre en avant des programmes théoriques tranchés, opposables aux approches biomédicales, explique cette mise à l’écart volontaire d’une partie des travaux constructivistes « faibles » ou « modérés », malgré le fait que beaucoup des travaux les plus créatif et subtils en sociologie de la santé s’inspirent justement de ce type de constructivisme. Une autre réserve quant au choix des auteurs présentés est la limitation à des rédacteurs occidentaux et anglo-saxons. Ainsi, les travaux qui ne sont pas publiés en anglais sont ignorés. C’est pourquoi, par exemple, les deux seuls auteurs français étudiés (Bourdieu et Foucault) ne le sont qu’à travers leurs textes traduits en anglais. Surtout, les chercheurs non occidentaux (asiatiques ou africains) sont absents, alors que leur travaux, dans la perspective de l’anthropologie médicale comparée, auraient pu offrir de belles illustrations des liens entre les différentes cultures nationales et l’organisation sociétale (systèmes éducatif, de stratification sociale, de protection sociale, etc.) d’une part et la perception de la santé ou de la maladie et la structuration du système de soins d’autre part. On peut penser, par exemple, à Mohamed Mebtoul2 qui a beaucoup œuvré pour la sociologie de la santé en Algérie et l’étude comparée du travail soignant (professionnel ou profane), ou au sino-américain Jie Zhang qui a, entre autres, comparé les liens entre culture et suicide dans la Chine en transition et aux États-Unis3. Il aurait été possible de citer également le Québécois d’origine haïtienne Henri Dorvil, qui a bien illustré la multiplicité des définitions (notamment en fonction des types de sociétés) des problèmes sanitaires et sociaux4.

Haut de page

Notes

1 Pour une discussion des différents « types » de constructivisme, voir Marc Loriol, La construction du social, Rennes, PUR, 2012 ; compte rendu d’Anne Jacquelin pour Lectures, https://lectures.revues.org/8132.

2 Mohamed Mebtoul, Une anthropologie de la proximité. Les professionnels de la santé en Algérie, Paris, L’Harmattan, 1995.

3 Jie Zhang et al. « Idiocentrism, Allocentrism, Psychological Well Being and Suicidal Ideation: A Cross Cultural Study », Omega, Journal of Death and Dying, vol. 55, n° 2, 2007, p. 135-148.

4 Henri Dorvil, « Types de sociétés et de représentations du normal et du pathologique : la maladie physique, la maladie mentale », in Jacques Dufresne, Fernand Dumont et Yves Martin (dir), Traité d’anthropologie médicale. L’Institution de la santé et de la maladie, Québec, Presses de l’Université du Québec ; Institut québécois de recherche sur la culture ; Presses universitaires de Lyon, 1985, p. 305-333.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Loriol, « Fran Collyer (dir.), The Palgrave Handbook of Social Theory in Health, Illness and Medicine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 30 novembre 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/19590

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page