Navigation – Plan du site

Ann Oakley, Sex, Gender and Society

Pınar Ferry
Sex, Gender and Society
Ann Oakley, Sex, Gender and Society, Farnham, Ashgate, 2015, 172 p., 1ère éd. 1972, ISBN : 978-1-4724-3562-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’effet des expériences liées à l’apprentissage social sur le comportement sexuel et l’orientation (...)
  • 2 Le colloque Feminist Classics Revisited Symposium : Ann Oakley’s Sex, Gender and Society s’est tenu (...)

1Au cours des années 1970, le mouvement féministe s’affirme à l’échelle internationale. Parallèlement, les recherches consacrées aux femmes, puis au genre se développent et des programmes d’études sont introduits dans les facultés. Le féminisme et la condition des femmes font l’objet de travaux universitaires. C’est dans ce contexte qu’Ann Oakley, qui a alors 27 ans, s’interroge sur le déterminisme biologique pour combattre la domination masculine et l’exclusion des femmes de la sphère publique. Des recherches psychologiques, biologiques, médicales, psychiatriques et anthropologiques à l’appui, la sociologue britannique argumente sur le déterminisme socioculturel1 dans cet ouvrage paru en 1972. Elle y met en évidence la distinction entre sexe (donné biologique) et genre (construction sociale). Elle est reconnue pour avoir ainsi introduit la notion du « genre » en sociologie. Dans l’introduction à cette nouvelle édition, l’auteure explique que le projet de cette réédition fait suite à un colloque tenu en 21032, où elle découvre son livre comme un texte féministe. Le livre cultive, en effet, l’esprit critique et revendicatif des théories féministes de l’époque, et est aussi considéré comme un classique des études de genre. Néanmoins, sa lecture nécessite quelques précisions, notamment en ce qui concerne les références principales d’Ann Oakley qui ont été sujettes à des controverses scientifiques.

2Le premier chapitre, dédié à la biologie humaine, s’interroge sur les différences physiologiques entre les sexes féminin et masculin, et les conséquences éventuelles de ces différences dans la vie sociale. L’auteure décrit le processus de différenciation sexuelle de l’humain sous l’effet des chromosomes, des gènes et des hormones, et suivant les âges de la vie. Elle critique vivement les idées reçues sur le rôle des hormones qui affecteraient les comportements des femmes selon le cycle menstruel. Ann Oakley conteste, par ailleurs, le rapprochement entre espèces lié aux études menées sur l’humain et l’animal. Car, à la différence de l’espèce animale, l’être humain a un mécanisme de contrôle supplémentaire sur ses comportements reproductifs : la faculté d’apprendre.

  • 3 « So children are transformed into adults who are not only conscious of their gendre roles but have (...)
  • 4 À ce sujet voir Le Mythe occidental de la sexualité polynésienne. 1928-1999 Margaret Mead, Derek Fr (...)

3La faculté d’apprentissage est en effet un concept clé dans le propos de l’auteure. Dans les chapitres suivants, elle met en avant un faisceau d’arguments pour défendre la thèse centrale de son livre : « les enfants se transforment ainsi en adultes qui sont non seulement conscients de leurs rôles de sexe mais aussi qui, au fil de longues années d’apprentissage, les assimilent et en font une part de leur personnalité3 » (p. 134). Dans le deuxième chapitre, s’appuyant sur les résultats des tests de personnalité et des études d’anthropologie comparative sur les rapports entre hommes et femmes, l’auteure pose un postulat : la différenciation sexuelle s’affirme avec l’âge et peut varier d’une société à l’autre. Elle cite, entre autres, les travaux de Margaret Mead, notamment Sex and Temparement in Three Primitive Societies (1935). L’anthropologue américaine inspire les théories féministes de l’époque avec ses conclusions selon lesquelles chaque société définit différemment la masculinité et la féminité. Ann Oakley évoque la controverse sur la validité des observations de Margaret Mead mise en question par l’anthropologue néo-zélandais Derek Freeman4. Elle se contente de souligner les complexités liées aux études sur l’humain.

  • 5 Elle cite un ouvrage collectif dirigé par Witkin, Dyk, Faterson, Goodenough et Karp Psychological D (...)
  • 6 « In Freud’s time, the feminine role was of low social value, and few women achieved anything of so (...)
  • 7 « Some of the so-called sex differences in sexuality are due to conditioning and learning, rather t (...)

4Au fil des chapitres, l’auteure continue à défendre le primat du déterminisme culturel sur le déterminisme biologique et s’interroge sur le rapport entre l’intelligence et le sexe biologique (chapitre 3). Elle souligne que les différences de compétence intellectuelle entre individus du même sexe sont beaucoup plus importantes que les différences entre hommes et femmes5. L’auteure s’intéresse ensuite aux différences liées à la sexualité (chapitre 4). Elle se réfère aux travaux d’anthropologie comparative et aux études psychiatriques pour démontrer la diversité culturelle des comportements sexuels liés aux valeurs et normes sociales. Quant aux théories freudiennes sur le développement de la sexualité, elles ont leur place dans le livre mais l’auteure porte sur elles un regard critique6 en renouvelant sa thèse : « certaines différences prétendues entre sexes concernant la sexualité sont dues au conditionnement et à l’apprentissage plutôt qu’aux facteurs innés et préculturels. Les données des études d’anthropologie comparative confirment ce constat7 » (p. 94).

  • 8 Elle cite, entre autres, les observations de l’anthropologue Phyllis Kaberry sur les femmes de Bame (...)
  • 9 « in early upbringing, in education and in their adult occupations, mâles and females are pressed b (...)

5La division du travail entre les sexes est l’objet du cinquième chapitre. Ann Oakley décortique la société occidentale des années soixante pour décrire la manière dont la femme est assignée aux tâches reproductrices et domestiques, et l’homme aux tâches économiques. L’argument de la division du travail entre les sexes repose sur une série d’hypothèses que l’auteure écarte une par une (les responsabilités de la maternité qui empêchent la femme d’avoir d’autres activités, sa faiblesse physique, etc.) en citant diverses observations anthropologiques qui démontrent que la fonction reproductrice de la femme n’est pas un obstacle à la pratique des activités autres que domestiques8. À la lumière de l’anthropologie comparative, la sociologue remarque l’universalité de la division du travail entre sexes mais elle tient à préciser le facteur culturel qui répartit les tâches entre hommes et femmes : « de la petite enfance à l’âge adulte, en passant par l’éducation, l’individu du sexe féminin ou du sexe masculin entre dans différents moules de notre société9 » (p. 113).

  • 10 « ‘Sex’ is a biological term : ‘gender’ a psychological and cultural one ».
  • 11 Pour une lecture détaillée sur les travaux de Robert Stoller voir Distinguer genre et sexe : de l’e (...)
  • 12 Les controverses concernant les travaux de John Money sont amplement développées dans Le genre : du (...)
  • 13 La sociologue évoque la controverse concernant John Money dans l’introduction à la nouvelle édition (...)

6« “Sexe” est un terme biologique, “genre” un terme psychologique et culturel10 » (p. 115). C’est ainsi que commence le sixième chapitre qui est, selon les termes de l’auteure, « le cœur du livre ». Ann Oakley s’appuie ici sur des recherches en endocrinologie, en sexologie et en psychologie cognitive pour distinguer le sexe biologique, qui renvoie aux différences physiologiques entre les mâles et les femelles, du sexe social (genre) qui renvoie à la classification sociale en masculin et féminin. Elle forge ses concepts et développe sa théorie sur l’apprentissage social des rôles de sexes en se référant aux travaux du sexologue John Money et du psychanalyste Robert Stoller Dans les années soixante, ces spécialistes s’occupent, chacun de son côté, des troubles de l’identité sexuelle et mènent des études, respectivement, sur l’intersexualité et la transexualité. Robert Stoller distingue l’identité sexuelle (gender identity) et John Money l’orientation sexuelle (psychosexual orientation) du sexe biologique. Tous deux défendent l’idée que l’identité sexuelle n’est pas innée mais se développe pendant l’enfance. Cependant, les travaux de Robert Stoller11 et de John Money12 ont été sujets à des controverses scientifiques13.

  • 14 « if children’s gendre roles and identities can be so clearly correlated with variations in social (...)

7Le septième chapitre s’interroge sur le rôle des dispositifs sociaux dans l’apprentissage des identités sexuelles. Ann Oakley cite ici des études dont l’objectif est de comprendre le rapport entre la perception par l’enfant de sa féminité ou de sa masculinité et les attentes de son environnement. L’éducation familiale, le choix des jouets selon les sexes, les textes sexistes dans les livres scolaires ou encore les stéréotypes véhiculés par les médias peuvent façonner l’identité sexuelle de l’individu. À la lumière de tous les faits décrits dans les chapitres précédents, la sociologue affirme que « si les rôles de sexe et les identités sexuelles peuvent être explicitement liés aux stéréotypes de la société et aux modèles familiaux, ceci suppose que les rôles et les identités sont produits en grande partie par la culture et que le “genre” est effectivement distinct du “sexe”14 » (p. 135).

  • 15 « it is women who are claiming the rights of men and who need to be defended against charges of inf (...)

8Dans le dernier chapitre, en conclusion, Ann Oakley critique vivement la structure sociale de la société occidentale des années soixante fondée sur les croyances selon lesquelles il y a des différences innées entre sexes, la différenciation accroît l’efficacité sociale et la différence entre hommes et femmes est une loi naturelle. L’assignation de la femme à la maternité et aux tâches domestiques ainsi que la discrimination sexuelle dans la vie professionnelle et la vie politique résident dans ces croyances largement partagées et non dans la biologie. Comme l’auteure l’a annoncé au début de son livre, elle tente ici de séparer les « jugements de valeur » (value judgments) des « constats de faits » (statements of fact). Elle s’interroge sur l’avenir de la société patriarcale moderne qui s’attache essentiellement aux différences entre hommes et femmes plutôt qu’aux attributs et capacités individuels. Elle compare la distinction sexuelle, qui attribue aux individus des rôles sociaux, au système de caste (p. 146). Le patriarcat, c’est-à-dire la domination masculine sur la femme persiste puisque « ce sont les femmes qui doivent revendiquer les droits des hommes et qui ont besoin d’être défendues contre les accusations d’infériorité15 » (p. 148).

  • 16 « I would also examine more closely the methods researchers use, and be more parsimonious with my o (...)
  • 17 Cette structure se caractérise par l’asymétrie et la hiérarchie sociale en matière de représentatio (...)
  • 18 Christine Delphy relève l’absence des notions de l’asymétrie et de la hiérarchie entre les sexes da (...)
  • 19 Ann Oakley cite Ursula Le Guin qui déclare à propos de son roman The Left Hand of Darkness : « It d (...)

9L’ouvrage d’Ann Oakley, riche en citations, se situe à la croisée de la sociologie, de la biologie, de l’anthropologie et de la psychiatrie. Le discours théorique repose sur des références, certes controversées mais essentielles à sa composition. Or la sociologue, avec le recul, relève les défaillances de son livre. Si elle pouvait l’écrire aujourd’hui, elle vérifierait de plus près les méthodes utilisées par les chercheurs et serait plus sélective vis-à-vis des résultats scientifiques mis en avant16 (p. 6). Elle admet aussi, plus loin, l’échec de son livre à intégrer la différenciation des identités sexuelles à l’analyse des structures du pouvoir17 et à définir clairement la notion du patriarcat18. Dans cette réédition, le texte n’est pas remanié et est, de ce fait, représentatif du cadre conceptuel de son temps. L’intérêt de sa lecture réside dans la découverte du chemin parcouru dans les études de genre depuis la parution de cet ouvrage. Cet avis serait partagé par Ann Oakley : « il ne semble ni juste ni sage de réviser rigoureusement un texte du passé, comme pour le faire disparaître, en dissimulant les traces montrant qu’il a fallu en passer par là pour arriver où nous sommes19 » (p. 2).

Haut de page

Notes

1 L’effet des expériences liées à l’apprentissage social sur le comportement sexuel et l’orientation sexuelle de l’individu.

2 Le colloque Feminist Classics Revisited Symposium : Ann Oakley’s Sex, Gender and Society s’est tenu le 17 mai 2013 à l’université de Cambridge : http://talks.cam.ac.uk/talk/index/44218.

3 « So children are transformed into adults who are not only conscious of their gendre roles but have, through long years of learning, internalised them and made them part of their own personalities »

4 À ce sujet voir Le Mythe occidental de la sexualité polynésienne. 1928-1999 Margaret Mead, Derek Freeman et Samoa de Serge Tcherkézoff, Paris, PUF, coll. « Ethnologies », 2001. L’objet de la controverse est Coming of Age Samoa (1928). Serge Tcherkézoff note : « le procès intenté aux sciences sociales par Freeman est un mauvais procès, bien que le livre de Mead soit lui-même un mauvais livre ».

5 Elle cite un ouvrage collectif dirigé par Witkin, Dyk, Faterson, Goodenough et Karp Psychological Differentiation (1962) : « most differences between sexes, although statistically significant, are not as great as the individual differences within each sex » (p. 75).

6 « In Freud’s time, the feminine role was of low social value, and few women achieved anything of socially recognized value outside the providence of home and family » « À l’époque de Freud, le rôle féminin était peu valorisé socialement et peu de femmes obtenaient une reconnaissance sociale en dehors de la sphère domestique » (p. 93).

7 « Some of the so-called sex differences in sexuality are due to conditioning and learning, rather than to innate and pre-cultural factors. The cross-cultural data support this. »

8 Elle cite, entre autres, les observations de l’anthropologue Phyllis Kaberry sur les femmes de Bamenda qui continuent à travailler dans les champs après l’accouchement.

9 « in early upbringing, in education and in their adult occupations, mâles and females are pressed by our society into different moulds ».

10 « ‘Sex’ is a biological term : ‘gender’ a psychological and cultural one ».

11 Pour une lecture détaillée sur les travaux de Robert Stoller voir Distinguer genre et sexe : de l’exigence empirique à l’impasse conceptuelle : le moment stollérien, Pierre-Henri Castel, in Irène Théry, Pascale Bonnemère (dir.), Ce que le genre fait aux personnes, Paris, Presses de l’EHESS, 2008, p. 213-233.

12 Les controverses concernant les travaux de John Money sont amplement développées dans Le genre : du déterminisme biologique au déterminisme socioculturel ? de Rafaela Cyrino, Paris, L’Harmattan, coll. « Questions contemporaines », 2014. Dans cet ouvrage, l’auteure fait aussi une lecture critique de Sex, Gender and Society d’Ann Oakley. Le compte rendu du livre de Rafela Cyrino peut être consulté sur https://lectures.revues.org/16364.

13 La sociologue évoque la controverse concernant John Money dans l’introduction à la nouvelle édition. Cependant, il est à noter que la position de John Money est beaucoup plus catégorique que celle de Robert Stoller qui n’ignore pas le rôle du critère biologique dans l’acquisition de l’identité sexuelle par l’apprentissage social.

14 « if children’s gendre roles and identities can be so clearly correlated with variations in social stereotypes and parental models, the implication is that they are very largely a product of culture - that ‘gender’ is indeed something quite distinct from ‘sex’ » (p. 135).

15 « it is women who are claiming the rights of men and who need to be defended against charges of inferiority »

16 « I would also examine more closely the methods researchers use, and be more parsimonious with my own choice of highlighted findings. »

17 Cette structure se caractérise par l’asymétrie et la hiérarchie sociale en matière de représentations des sexes par le biais de positions et de statuts fortement différenciés.

18 Christine Delphy relève l’absence des notions de l’asymétrie et de la hiérarchie entre les sexes dans la définition de genre telle que la pose Ann Oakley. Voir « Rethinking Gender and Sex », in Women’s Studies International Forum, vol. 16, n° 1, p. 1-9, 1993. Eleni Verikas porte le même regard critique dans Penser le sexe et le genre, Paris, PUF, coll. « Questions d’éthique », 2006, p. 56. Françoise Héritier interroge les fondements de la hiérarchie entre hommes et femmes dans Masculin, Féminin. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996.

19 Ann Oakley cite Ursula Le Guin qui déclare à propos de son roman The Left Hand of Darkness : « It doesn’t seem right or wise to revise an old text severely, as if trying to obliterate it, hiding the evidence that one had to go there to get here ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pınar Ferry, « Ann Oakley, Sex, Gender and Society », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 02 décembre 2015, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/19627

Haut de page

Rédacteur

Pınar Ferry

Docteure en cinéma ; www.cinemato.hypotheses.org

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page