Navigation – Plan du site

Michael Burawoy, Produire le consentement

Igor Martinache
Produire le consentement
Michael Burawoy, Produire le consentement, La Ville brûle, coll. « Mouvement réel », 2015, 303 p., ISBN : 978-2-36012-034-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment le documentaire de Frederick Wiseman a consacré à cette dernière : At Berkeley (2013 (...)
  • 2 Même si son auteur est en fait de nationalité britannique, comme ne manquaient apparemment pas de l (...)
  • 3 Sur cette dernière, voir par exemple le recueil d’Yves Grafmeyer et Isaac Joseph, L’école de Chicag (...)

1Peu d’ouvrages peuvent, comme celui-ci, se targuer d’être devenu un « classique » tout en continuant à surprendre ses lecteurs. Produire le consentement est en effet tiré de la thèse de son auteur, le sociologue Burawoy, devenu depuis l’une des principales figures vivantes de la discipline, comme l’indiquent ses élections successives à la tête de l’American Sociological Association en 2004, puis de l’International Sociological Association, entre 2010 et 2014. Il ne faudrait pas pour autant en déduire trop rapidement que celui-ci serait devenu un éminent professeur bien en chaire. Enseignant dans l’îlot de non-conformisme que semble constituer l’Université de Berkeley1, celui-ci est au contraire demeuré un fervent défenseur d’une « sociologie publique organique » dont la première tâche consiste à sortir de la sphère académique pour éclairer les ressorts de la domination, ce qui n’est pas sans en déranger beaucoup. C’est ce qui explique notamment qu’il a fallu attendre pas moins de trente-six ans pour que son ouvrage principal, Manufacturing Consent, soit traduit en français, grâce au travail très soigné de Quentin Ravelli, qui note lui-même en introduction que le climat des années 1980 et 1990 marqué en Europe par un certain reflux des courants critiques dans les sciences humaines n’a pas été favorable à « l’importation […] d’un produit triplement douteux : l’ethnographie marxiste américaine »2 (p. 7). Car, l’enquête réalisée par Michael Burawoy au sein d’une usine de moteurs de machines agricoles de l’Illinois durant onze mois entre 1974 et 1975 vient effectivement articuler ces deux perspectives a priori incompatibles : l’observation participante d’une part, dans la droite ligne des travaux de l’école de Chicago3, et la théorie marxiste de l’autre. Et le résultat s’avère encore aujourd’hui un modèle du genre, qui constitue une véritable prémisse à l’ethnographie globale que Michael Burawoy va par la suite développer. Celui-ci parvient en effet dans ce texte à tenir un propos théorique serré, mais malgré tout accessible, discutant les analyses de Marx et de certains de ses épigones comme de ses opposants sur les ressorts de la domination capitaliste, tout en l’étayant en permanence d’exemples convaincants tirés de ses observations en tant qu’ouvrier spécialisé sans trop ni trop peu de détails.

  • 4 Pour une analyse de ses dernières métamorphoses à partir de l’analyse des manuels de gestion, voir (...)
  • 5 Voir Céline Pessis, Sezin Topçu et Christophe Bonneuil Une autre histoire des « Trente Glorieuses » (...)

2La thèse que défend en substance alors Michael Burawoy est que pour comprendre la perpétuation de l’hégémonie capitaliste et ses nécessaires transformations, il faut en priorité se pencher sur le procès de travail comme il propose de le faire ici, et non en rechercher les causes dans les institutions extérieures à celui-ci, comme l’école, les médias ou la famille, ainsi que le pensaient certains épigones de Marx. Loin de s’effondrer sous l’effet de ses contradictions et de la lutte des classes, comme le prédisait ce dernier, force est en effet de constater que le capitalisme ne cesse de se transformer pour mieux durer4. Burawoy étudie ainsi l’une de ses mues, au cours de ce que l’on appelle encore communément, entretenant un mythe tenace, les « Trente glorieuses »5, marquant le passage de ce qu’il appelle un « capitalisme concurrentiel » à un « capitalisme de monopole ».

  • 6 Voir notamment Donald Roy, Un sociologue à l’usine, Paris, La Découverte, 2006.
  • 7 Pour être plus précis, davantage célébré en France qu’aux Etats-Unis, comme l’observe Michael Buraw (...)

3Cette dynamique est en effet particulièrement incarnée dans l’évolution de l’usine dans laquelle il vient se faire embaucher pour enquêter, à découvert, c’est-à-dire avec l’accord explicite de la direction. Et la perspective temporelle lui est donnée par un coup de « chance » : le fait que Donald Roy, figure fondatrice de la sociologie du travail états-unienne6, ait lui-même réalisé une enquête en immersion au sein de la même usine trois décennies plus tôt, avant que celle-ci ne soit absorbée par une grande multinationale, comme Burawoy va rapidement le découvrir, ne cessant au cours de sa propre réflexion d’effectuer des allers-retours vers les observations de son illustre prédécesseur7.

4Au fil des chapitres, Burawoy déploie ainsi son argumentation de manière ciselée à l’appui de sa thèse qui se propose donc d’amender le schéma marxiste traditionnel en tenant ensemble les facteurs de l’hégémonie capitaliste internes et externes de la sphère productive. Mettant déjà en application la méthode de « l’étude de cas élargie » qu’il théorisera par la suite, il commence en présentant la position théorique qu’il entend mettre à l’épreuve de son terrain en la positionnant par rapport à la littérature existante. La première partie de l’ouvrage est ainsi consacrée à la critique de la sociologie industrielle, à commencer par l’école dite des relations humaines, née aux Etats-Unis dans les années 1930 dans le sillage d’Elton Mayo et de sa fameuse enquête dans l’usine Hawthorne. Burawoy montre ainsi comment, malgré l’attention portée à l’organisation du travail, celle-ci a échoué à mettre en évidence ce qui se jouait au sein des rapports de production, faute de tenir compte des rapports politiques et idéologiques dans lesquelles s’inscrivent ces derniers, autrement dit aux changements du contexte historique, au-delà même d’un biais patronal à peine voilé amenant ces chercheurs à se focaliser sur la manière d’augmenter la productivité des travailleurs, tout en concevant ces derniers comme des idiots tantôt irrationnels, ou tantôt trop rationnels dans leurs pratiques de freinage.

5La sociologie des organisations qui va se développer par la suite sur ces fondements présente également un paradoxe majeur que pointe ici Burawoy : celui de postuler à la fois une harmonie implicite dans les rapports de production et la nécessité d’exercer un contrôle social sur les travailleurs (p. 50). Expliquant en quoi les tentatives de résolution de ce paradoxe sont selon lui insatisfaisantes, l’auteur présente ensuite sa propre approche en revenant sur certains concepts de base de la théorie marxiste (plus-value, modes et rapports de production, etc.) et sur les spécificités du mode de production capitaliste par contraste notamment d’avec le féodal, où l’exploitation était explicite, maintenue par la contrainte mais plus incertaine. Le procès de travail capitaliste se caractérise pour sa part, à l’opposé, par le « mouvement simultané de sécurisation et d’obscurcissement de la plus-value » (p. 58).

  • 8 Cette dimension centrale de la ludification des processus de production a récemment été pertinemmen (...)

6Il analyse ensuite dans les parties suivantes comment le consentement des travailleurs à leur exploitation se (re) produit concrètement dans les ateliers. Plusieurs dispositifs, qui ne cessent eux-mêmes de se transformer au gré des évolutions du mode de production, sont centraux en la matière pour Michael Burawoy : l’existence d’abord d’un système assez élaboré de rémunération au rendement, qui fait du travail un véritable jeu8 pour les ouvriers et qui prend la forme ici du making out. Il s’agit d’un objectif de production à atteindre qui dépend du poste et de la machine utilisée et dont le dépassement permet l’octroi d’une prime, dans les limites toutefois d’un certain plafond (140 % du quota ici) à ne pas dépasser. Les règles de ce jeu sont en pratique très élaborées et font intervenir des paramètres que les travailleurs ne maîtrisent pas, à commencer par les pannes de machine, mais aussi leur interdépendance. Burawoy note ainsi qu’entre l’époque de Roy et la sienne, l’assouplissement des quotas et l’amélioration des machines ont notamment favorisé une horizontalisation des conflits au sein de l’usine, ceux-ci ne s’opposant plus tant à leur hiérarchie qu’à d’autres groupes d’opérateurs considérés comme des freins à leur propre travail.

7Autres concepts essentiels développés dans les chapitres ultérieurs : le marché interne du travail et l’État interne. S’agissant du premier, Burawoy se distancie des analyses qu’en ont faites certains auteurs, à commencer par Michael Piore et Peter Doeringer, pour lesquelles la gestion des postes et de l’évolution des carrières à l’intérieur même des firmes résulterait essentiellement au développement de compétences spécifiques à chacune. Pour Burawoy en effet, la mobilité interne et l’octroi d’avantages sur le critère de l’ancienneté (salaires, retraites ou même sécurité contre le licenciement) participent surtout pleinement à dissoudre les tensions entre salariés et patrons et à accroître au contraire celles entre les premiers. L’État interne pour sa part, c’est-à-dire, l’ensemble relativement autonome des « institutions qui organise, transforme ou réprime les luttes concernant les relations de production et les rapports de production à l’échelle de l’entreprise » (p. 139-140) joue un rôle similaire comme le montre ensuite l’auteur, en permettant cette fois de coordonner les intérêts des syndicats et de la direction, tous deux impliqués au premier chef dans la régulation des rapports de production, via la négociation et la définition de formes légitimes de conflit, mais aussi en ralliant plus généralement les ouvriers aux objectifs de productivité, à travers les concessions qui leur sont accordées. Celles-ci escamotent ce faisant la remise en cause plus radicale du surtravail, mais, comme l’observe Burawoy, l’État interne reconnaît cependant l’existence d’intérêts antagoniques entre travailleurs et capitalistes, et donc l’existence de conflits de classe, au moins potentiels, contrairement à l’État « externe ». Mais il les désamorce également dans le même temps, définissant même un usage légitime de la coercition en cas de transgression des règles d’organisation du travail et des rapports productifs présentés comme le produit d’une décision collective.

8S’il n’est pas possible de restituer ici, faute de place, tous les éléments de l’argumentation de cet ouvrage de Burawoy -ce qui est aussi une incitation à le lire !-, on se bornera à mentionner pour conclure deux prolongements au texte initial de la thèse à l’instar des « bonus » de dvd. Il s’agit d’une part d’un court appendice lumineux appliquant son modèle théorique à l’évolution de l’organisation de la production minière en Zambie avant et après la décolonisation (officielle) – son premier terrain d’enquête avant celui de la thèse-, et d’un article paru en 2004 dans La Nouvelle revue du travail dans lequel Burawoy revient sur son propre texte de manière critique, pointant lui-même ses propres points aveugles, à commencer par son incapacité à percevoir alors que le régime de capitalisme qu’il décrit en 1979 est sur le point d’être lui-même renversé par la révolution néolibérale et remplacé par ce qu’il va qualifier de « despotisme hégémonique » beaucoup plus coercitif. Il y propose également une synthèse des travaux majeurs à ses yeux en sociologie du travail parus après Manufacturing Consent en les positionnant par rapport à celui-ci et revient sur sa propre immersion dans les usines socialistes, ainsi que sa lecture de Polanyi, se gardant cette fois d’émettre des prédictions trop assurées sur l’avenir du capitalisme…

Haut de page

Notes

1 Voir notamment le documentaire de Frederick Wiseman a consacré à cette dernière : At Berkeley (2013).

2 Même si son auteur est en fait de nationalité britannique, comme ne manquaient apparemment pas de lui rappeler régulièrement ses collègues d’atelier en le surnommant « l’anglais » !

3 Sur cette dernière, voir par exemple le recueil d’Yves Grafmeyer et Isaac Joseph, L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier, 1990 [1978].

4 Pour une analyse de ses dernières métamorphoses à partir de l’analyse des manuels de gestion, voir Luc Boltanski et Eve Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

5 Voir Céline Pessis, Sezin Topçu et Christophe Bonneuil Une autre histoire des « Trente Glorieuses ». Modernisation, contestations et pollutions dans la France d’après-guerre, Paris, La Découverte, 2013.

6 Voir notamment Donald Roy, Un sociologue à l’usine, Paris, La Découverte, 2006.

7 Pour être plus précis, davantage célébré en France qu’aux Etats-Unis, comme l’observe Michael Burawoy lui-même, regrettant qu’il n’existe pas là-bas un recueil de ses articles équivalent à celui, précité, constitué par Jean-Pierre Briand et Jean-Michel Chapoulie (p.258).

8 Cette dimension centrale de la ludification des processus de production a récemment été pertinemment remise en avant par Marie-Anne Dujarier dans sa recherche sur les « planneurs », ces cadres qui organisent le travail des autres. Vor Marie-Anne Dujarier, Le management désincarné, Paris, La Découverte, 2015, recensé par Jordan Parisse : https://lectures.revues.org/18572

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Michael Burawoy, Produire le consentement », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 08 décembre 2015, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/19656

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page