Navigation – Plan du site

L’Archicube, « La gratuité », n° 18, juin 2015.

Maud Simonet
La gratuité ; La défense des langues ; "Après janvier 2015, s'exprimer contre la terreur"
« La gratuité ; La défense des langues ; "Après janvier 2015, s'exprimer contre la terreur" », L'Archicube, n° 18, juin, 2015, 182 p., Paris, Association des anciens élèves, Élèves et amis de l'ENS, ISSN : 1959-6391.
Haut de page

Texte intégral

1Le dossier du numéro 18 de juin 2015 de l’Archicube - la revue de l’Association des anciens élèves, élèves et amis de l’Ecole normale supérieure - consacré à la « gratuité » s’organise en quatre parties.

2La première partie, la plus large assurément, intitulée « quelle gratuité pour le vivant ? » décline et interroge, de la génétique à la religion en passant par les écrits de Gide, et Dostoïevski et les maximes latines, en quoi nos vies biologiques et sociales relèveraient de la gratuité. Chemin faisant elle pose des questions aussi diverses et fondamentales que « l’évolution est-elle gratuite, ou plutôt quelles y sont les marges de gratuité ? », « le don est-il toujours intéressé ? » ou encore « peut-on tuer gratuitement » ? La seconde partie resserre quelque peu le propos autour d’un positionnement clairement révélé par son titre : « les limites d’un principe ». En se penchant notamment sur le principe de gratuité de l’accès aux savoirs- la culture, les savoirs intellectuels, l’éducation puis les études - les quatre contributions de cette partie interrogent toutes « le prix de la gratuité » et la valeur (morale, politique) d’un tel principe. La gratuité ne dévalorise-t-elle pas les biens et les services qu’elle rend accessible ? Prôner la gratuité des choses de l’esprit n’est-ce pas quelque part nier que « tout travail, même intellectuel, mérite salaire » ? s’interroge Christophe Prochasson. La gratuité ne serait-elle pas parfois, derrière la posture affichée du désintéressement, « un luxe que s’arroge(raie)nt les plus favorisés » ? À qui- quelles fractions de la population, quelles classes sociales- profite in fine le gratuit ? Si 45 % des étudiants français doivent travailler pour payer leurs études, peut-on vraiment dire que les études sont gratuites ?

3La troisième partie « gratuité, travail, bénévolat » investigue plus particulièrement la question du travail gratuit, sur différents terrains et à travers différents statuts : bénévolat associatif, proches qui participent à la prise en charge des personnes âgées, stagiaires aux ministère des affaires étrangères ou dans les services culturels des ambassades françaises…C’est la question de ce qui légitime, et jusqu’où, qu’un travail ne soit pas rémunéré qui est alors posée dans une partie des contributions.

  • 1 Antonio Casilli, Dominique Cardon, Qu’est-ce que le digital labor ? Ina, 2015.

4Quant à la dernière partie, « la nouvelle donne du numérique », elle interroge sur un mode relativement critique les différentes facettes de la gratuité au cœur de l’économie numérique : gratuité des coûts marginaux et/ou gratuité de l’accès, mais aussi gratuité du travail de l’utilisateur, de sa participation souvent non avertie à la production de valeur et de profits. « Si c’est gratuit c’est que tu es le produit » comme le veut l’adage qui circule à propos d’internet, « ou que tu y travailles gratuitement » comme le complétait récemment Antonio Casilli1.

5De la problématique de l’acte gratuit à celle de l’accès gratuit à des services ou des produits en passant par la question du travail gratuit, le dossier dans son ensemble propose et entrelace, de façon originale, différentes entrées dans la question de la gratuité. Pour le lecteur sociologue, l’originalité tient sans doute en partie à la diversité des approches disciplinaires mobilisées dans le dossier – la sociologie, l’économie mais aussi la littérature, l’informatique, la philosophie ou les mathématiques. Mais l’intérêt de ce dossier vient peut-être plus encore de la diversité des objets qui sont ici abordés (le meurtre, le bénévolat, l’école, internet), leur juxtaposition faisant alors saillir l’importance des questions charriées par le recours au terme de « gratuit » pour les qualifier. Derrière l’acte gratuit se pose la question des motifs au meurtre et de l’intérêt au don, de ce qui, au final, nous détermine à agir. Est-ce notre destin (individuel mais plus encore social) ou notre libre arbitre qui dicte nos conduites ? Peut-on alors penser la gratuité des actes sans renoncer, en partie au moins, à les expliquer sociologiquement ? Le travail gratuit est lui décliné dans ses formes domestiques avec la contribution de Florence Weber sur la prise en charge des personnes âgées, associatives avec l’analyse des engagements bénévoles des anciens normaliens, ou encore « professionnalisantes » à travers les contributions qui portent sur les usages, et parfois les abus, des stages. Le travail gratuit corvée ou affirmation de soi s’interroge alors Florence Weber ? Travailler gratuitement, est-ce s’émanciper du joug de la marchandise et de la norme du marché… ou s’y soumettre plus que jamais ? Peut-on penser la gratuité du travail sans arbitrer entre les ruses (à la fois politiques et économiques) du capitalisme et l’« au-delà du marché », pour reprendre le titre de la contribution de Maurice Hénaff à ce dossier ? Enfin le thème de la gratuité de l’accès au savoir, à l’éducation et aux données est aussi décliné sur différents terrains qui vont de l’école publique obligatoire, à internet, en passant par les connaissances scientifiques. C’est alors sur la justice inhérente à ce principe de gratuité que les différentes contributions au dossier nous invitent à nous interroger, en mettant notamment en lumière les coûts supportés par les uns et les profits engrangés par les autres dans cette économie du « libre accès ».

  • 2 Cf l’ouvrage de Cardon et Casilli déjà cité, ou l’ouvrage collectif dirigé par Trébor Scholz, Digit (...)

6En regardant l’autre face de la médaille, on pourrait reprocher à ce dossier aux contributions multiples et pour le moins hétérogènes dans leur longueur, dans leur registre comme dans leur ton, de trop mélanger les genres. Certaines contributions s’appuient sur un savoir accumulé au cours de plusieurs enquêtes ou années de recherches quand d’autres relèvent davantage de l’exercice de style, du témoignage ou du point de vue. On pourrait aussi regretter que la diversité des objets, des entrées, des champs abordés ne se prête pas plus souvent, dans les textes eux-mêmes, à des exercices de comparaison et qu’il soit laissé, en quelque sorte, au lecteur le soin de faire sens de cette juxtaposition. Au risque de faire émerger, et c’est la troisième critique que l’on pourrait soulever, une dimension normative, parfois, dans le traitement différentiel des objets : si le travail gratuit qui se cache souvent derrière l’accès gratuit des utilisateurs d’internet fait unanimement dans les contributions, l’objet d’une interrogation critique, et ce sur les plans tout à la fois politique, philosophique et économique, le bénévolat associatif des anciens normaliens, lui, n’est que très peu questionné. Il y aurait donc des formes de travail gratuit plus légitimes que d’autres…à moins que le terme de « gratuit » quand on l’accole au travail ne renvoie pas simplement au fait de ne pas être payé pour ce que l’on fait (gratuité pour le travailleur) mais aussi peut-être de ne pas payer le travail que l’on met en œuvre (gratuité pour l’employeur). Ce sont alors les formes de mise au travail gratuit et les organisations qui les portent qu’il faudrait comparer, l’association apparaissant à ce titre plus légitime, parce que « civique » et « non lucrative », que les GAFA (Google Amazon Facebook Apple) du net… On le saisit bien à la lecture de ce dossier comme dans d’autres publications récentes2, l’actualité des débats sur l’économie numérique tout à la fois relance, cristallise mais monopolise aussi en partie aujourd’hui les interrogations critiques sur la gratuité. Aussi stimulante que soit cette « nouvelle donne du numérique » pour reprendre le titre de la dernière partie du dossier, la quasi-absence, dans ce dossier comme au-delà, de référence aux travaux des féministes sur le travail domestique et plus largement sur le travail gratuit des femmes indique qu’une sociologie (comparative et cumulative) du travail gratuit reste à faire.

7Au terme de la lecture de ce dossier toutefois, l’ambition qui lui est assignée dans l’introduction d’« explorer à nouveau frais les paradoxes d’une notion chaude, d’un attracteur et d’un irritant » est globalement atteinte. Fondamentalement ambivalente, assurément politique, la notion de gratuité ne conduit pas simplement les scientifiques à interroger les acteurs et/ou les institutions qui s’en réclament. Elle nous confronte aussi en un sens à nos propres limites, au choix de laisser la gratuité échapper à l’analyse ou de la regarder, avec tristesse ou avec joie, s’y dissoudre plus ou moins rapidement…

Haut de page

Notes

1 Antonio Casilli, Dominique Cardon, Qu’est-ce que le digital labor ? Ina, 2015.

2 Cf l’ouvrage de Cardon et Casilli déjà cité, ou l’ouvrage collectif dirigé par Trébor Scholz, Digital Labor- The internet as playground and factory, Routlege, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Simonet, « L’Archicube, « La gratuité », n° 18, juin 2015. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 18 décembre 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/19704

Haut de page

Rédacteur

Maud Simonet

Chargée de recherches au CNRS, à l’IDHES, UMR 8533

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page